Navigation – Plan du site

Marcos Ancelovici et Francis Dupuis-Déri, Un printemps rouge et noir. Regards croisés sur la grève étudiante de 2012

Simon Ridley
Un Printemps rouge et noir
Marcos Ancelovici, Francis Dupuis-Déri (dir.), Un Printemps rouge et noir. Regards croisés sur la grève étudiante de 2012, Montréal, Editions Ecosociété, 2014, 376 p., ISBN : 9782897191108.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les médias conventionnels relaient mal l’information autour de ces événements. On peut néanmoins y (...)
  • 2 Voir : « Hongkong : 40 interpellations après de violents affrontements avec la police », Le Monde, (...)

1À l’heure où l’université de Toulouse est bloquée suite à la mort de Rémi Fraisse – tué par les forces de l’ordre à l’issue d’une manifestation –, celle de Californie à Berkeley l’est aussi, suite à une décision autoritaire d’augmentation des frais d’inscription. Au Mexique, la disparition de 43 étudiants a causé des émeutes1 et à Hong Kong, un mouvement étudiant pour la démocratie est violemment réprimé2. Dans ce contexte, il est opportun de faire un retour sur la grève étudiante de 2012 au Québec avec Un printemps rouge et noir.

2Cet ouvrage collectif qui rassemble une trentaine d’individus, professeurs et étudiants, nous livre une analyse complète de la grève étudiante au Québec en 2012, autrement appelée « le printemps érable » par les grands médias. Mené sous la direction de Marcos Ancelovici et Francis Dupuis-Déri, ce travail trouve son originalité dans la diversité de ses points d’entrée permettant de saisir la variété des modes d’action individuels ou collectifs. Les méthodes de recherche sont multiples, « allant de l’analyse de discours à l’ethnographie et l’observation participante en passant par des entretiens semi-dirigés » (p. 8).

3L’introduction replace le lecteur dans le contexte général, tant d’un point de vue politique qu’économique, et offre une revue de la littérature sur le sujet, qui est la bienvenue pour qui connaît mal les principaux protagonistes. L’hétérogénéité du mouvement étudiant contestataire est incarnée d’un côté par la FEUQ3 et la FECQ4 qui revendiquaient l’annulation de la hausse et un gel des frais de scolarité ; de l’autre par l’ASSÉ5, qui se transforme par la suite en CLASSE6 et demande la gratuité scolaire. Si les auteurs ne cachent pas leur « sympathie pour les forces associées à la CLASSE, aux féministes et aux anarchistes » (p. 32), ils remarquent que le mouvement vient soulever des questions qui dépassent largement celle des frais de scolarité. Le fonctionnement démocratique du mouvement, son traitement médiatique et « les réactions institutionnelles » qu’il suscite constituent les trois axes thématiques qui structurent l’ouvrage. Examinons donc tour à tour ces trois parties.

4Après un retour historique sur les origines du syndicalisme étudiant, les auteurs expliquent la nécessité des mouvements sociaux en ce qu’ils exercent une pression sur les gouvernements afin que ceux-ci tiennent leurs promesses électorales. Ils insistent sur le fait que les mouvements ont « implicitement critiqué le processus électoral comme unique source de légitimité d’une décision gouvernementale et comme ultime moment de la démocratie » (p. 57). Dans le chapitre suivant, intitulé « La rue contre l’État », les auteurs cherchent à démontrer que le refus étatique de légitimer les associations étudiantes et son refus des négociations conduisent à la radicalisation du mouvement. On trouve alors une périodisation détaillée des événements de 2012, découpés en quatre grandes phases – la construction de la grève, l’offensive, la défensive et la démobilisation – qui permettent de comprendre l’élargissement du mouvement hors du monde universitaire et l’agrandissement de son répertoire d’actions collectives, notamment avec les manifestations de casseroles et les assemblées autonomes populaires de quartier (APAQ). On passe donc d’une grève contre la hausse des frais d’inscription à une remise en cause de la démocratie représentative, et enfin à une révolte contre le néolibéralisme et la brutalité policière qui l’accompagne.

5S’en suit une analyse de la démocratie directe, prenant comme exemple concret la structure organisationnelle de l’ASSÉ et de la CLASSE. Contrairement à la FEUQ et à la FECQ, la CLASSE fonctionne sur une structure et un discours égalitaires qui « évoquent l’autogestion et les idéaux anarchistes » (p. 97). Les auteurs sont cependant très critiques sur ce modèle, ce qui les mène à identifier trois obstacles à la démocratie directe : « 1) l’ambiguïté des procédures ; 2) la spécialisation des tâches et les nouvelles formes de hiérarchie ; et 3) la prégnance des dynamiques structurelles » (p. 100).

  • 7 Le Comité femmes CGI de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) est un groupe non-mixte qui s’est (...)
  • 8 Voir Camille Tremblay-Fournier, « En mémoire du comité femmes GGI-UQAM (2012-2013) », Possibles, ét (...)

6Le chapitre suivant se concentre alors exclusivement sur le rôle des militantes du Comité femmes Grève générale illimité (CGI) de l’UQAM7 ; en effet, l’éducation joue un rôle fondamental pour l’émancipation des femmes, d’un point de vue économique, en leur permettant l’accès à un métier ainsi qu’en leur donnant la possibilité de théoriser l’oppression subie dans un monde patriarcal. Les femmes sont donc doublement concernées par la hausse des frais d’inscription. Une autre question ressort quant à la conservation de la mémoire collective du groupe militant. Documenter les activités d’une organisation pour garder les traces d’une lutte et en conserver les acquis est une préoccupation importante8 ; en ce sens la « chronologie féministe de la grève étudiante de 2012 » permet de prendre conscience de l’activité intense à laquelle ce groupe s’est livré.

7Le dernier chapitre, consacré à la thématique de la démocratie, commence par une analyse des « manifestations de casseroles ». L’intérêt se trouve dans l’élargissement du mouvement, car la dynamique spontanée de ces actions permet, selon les auteurs, d’ancrer les manifestations dans la vie quotidienne des quartiers. En explorant le lien entre les manifestations de casseroles et les APAQ, les auteurs parviennent à mettre en lumière le rôle central joué par la démocratie directe, car dans l’une comme dans l’autre, les décisions sont prises par des assemblées et reposent plutôt sur le consensus que sur le vote.

8La deuxième partie de l’ouvrage, intitulée « Communication et création », est la plus courte mais aussi la plus gaie. Le premier chapitre explique l’utilité des réseaux sociaux en tant qu’outils servant à dynamiser un mouvement. Les auteurs dressent un historique des usages, puis analysent leurs impacts concrets. Si des initiatives intéressantes ont vu le jour sur la toile pendant les grèves de 2012 – avec en particulier un grand nombre de vidéos –, les auteurs gardent un esprit critique vis-à-vis de ces outils technologiques dont on sait qu’ils peuvent facilement être exploités à mauvais escient.

9Le second chapitre se tourne vers les « formes artistiques et culturelles de la résistance » (p. 209), c’est de l’« artivisme » dont il est question. Le foisonnement artistique et son importance symbolique en font une pratique centrale à tout mouvement. Citons simplement ici quelques exemples emblématiques : des « affiches inspirées des ateliers populaires de Mai 68 » (p. 217), le déploiement d’une gigantesque main humaine par l’Action terroriste socialement acceptable (ATSA), le « P!NK BLOC9 » et sa subversion des rapports de genre, ou encore le collectif Maille à Part qui propose de mêler tricot et activisme politique avec des « actions laineuses »10.

10Le troisième chapitre de cette deuxième partie propose de réaliser une analyse littéraire de la grève. Les auteurs placent cette grève non pas dans un dialogue avec les luttes du passé, mais dans une continuité textuelle, sorte de métarécit de la prise de parole, de la construction d’un « nous » hétérogène qui s’oppose à la parole et aux discours institutionnels qui cherchent à l’encadrer.

  • 11 Pauline Marois, pour le Parti Québécois, est ainsi élue Première Ministre du Québec, essentiellemen (...)

11La dernière partie de l’ouvrage se concentre alors sur « les réactions institutionnelles ». Une analyse des positions du gouvernement démontre son refus d’accepter la légitimité des associations étudiantes et donc son refus de toute négociation. Ainsi, le gouvernement vise à « dénigrer ou […] criminaliser toute dissidence tout en instaurant un climat de peur » (p. 267). L’élection générale de 2012 porte le parti d’opposition11 au pouvoir, qui annule la hausse, mais poursuit une politique répressive, montrant ainsi que, quelle que soit l’orientation politique du gouvernement, la contestation extra-parlementaire n’est pas tolérée. La tactique mise en place pour contrer le mouvement est alors celle des arrestations de masse et plus généralement des abus policiers.

  • 12 Il s’agit de la Loi permettant aux étudiants de recevoir l’enseignement dispensé par les établissem (...)

12En ce sens, le pénultième chapitre revient sur « la répression judiciaire et législative de la grève », et celle-ci a été féroce. Les auteurs insistent sur la négation des droits collectifs, en particulier avec la limitation du droit de manifester par l’adoption d’une loi spéciale12 extrêmement répressive. De plus, les autorités étatiques n’hésitent pas à criminaliser les manifestants ainsi qu’à détourner le système législatif – des lois antiterroristes au code de la route en passant par les règlements municipaux – pour atteindre leur objectif sécuritaire. Les résistances à cette criminalisation sont alors détaillées, avec notamment la mise en place du Comité légal de la CLASSE qui participe à l’actualisation de la brochure Surprise, on a des droits ! du Collectif opposé à la brutalité policière (COBP).

13Le dernier chapitre revient en détail sur la répression policière, mais aussi sur l’autorépression du mouvement avec les services d’ordre ou les « paciflics ». La répression policière et juridique, ainsi que la récupération politique du mouvement, représente pour les auteurs un véritable danger pour la liberté d’expression. En 2013 un début de mouvement revoit le jour, mais celui-ci est véritablement tué dans l’œuf par « la répression policière draconienne ».

14Pour conclure, les auteurs se demandent s’il est véritablement possible de parler de victoire. Cette question demeure toujours ouverte et nous pouvons ajouter que le sujet reste d’une actualité brûlante. Si le mouvement a permis le gel des frais d’inscription, il a aussi laissé passer des lois liberticides qui rendront les combats plus rudes à l’avenir. Difficile donc de rester optimiste mais, comme l’affirment Marcos Ancelovici et Francis Dupuis-Déri, c’est peut-être ce pessimisme qui va nous permettre de devenir, ou de rester, combatifs.

15Cet ouvrage collectif, rigoureux dans ses analyses et fourni dans ses références, offre une perspective libertaire du mouvement étudiant de 2012 en tant que modèle social libéré du carcan de la représentation démocratique. Les différents chapitres, autant de « regards croisés sur la grève étudiante », s’insèrent harmonieusement dans un questionnement qui va s’étendre du fondement démocratique de la société néolibérale à la pratique de la répression législative et des abus policiers en voie de normalisation.

Haut de page

Notes

1 Les médias conventionnels relaient mal l’information autour de ces événements. On peut néanmoins y trouver des vidéos. Voir par exemple : « Mexique : heurts après un défilé pour les étudiants disparus », Le Monde, 21/11/2014, http://www.lemonde.fr/ameriques/video/2014/11/21/mexique-heurts-apres-un-defile-pour-les-etudiants-disparus_4527395_3222.html?xtmc=mexique&xtcr=18.

2 Voir : « Hongkong : 40 interpellations après de violents affrontements avec la police », Le Monde, 01/12/2014, http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/video/2014/12/01/hongkong-40-interpellations-apres-de-violents-affrontements-avec-la-police_4531978_3216.html.

3 La Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), http://feuq.qc.ca/.

4 La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), http://www.fecq.org/.

5 L’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ), http://www.asse-solidarite.qc.ca/.

6 La Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSÉ), http://www.bloquonslahausse.com/.

7 Le Comité femmes CGI de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) est un groupe non-mixte qui s’est formé en 2011. Composé de quelques dizaines de militantes féministes, ses activités sont variées et vont des publications aux actions symboliques et directes. Elles dénoncent en particulier la dimension sexiste de la hausse des frais de scolarité, le machisme au sein du mouvement étudiant, etc.

8 Voir Camille Tremblay-Fournier, « En mémoire du comité femmes GGI-UQAM (2012-2013) », Possibles, été 2014, p. 167-178 ; disponible en ligne sur : http://redtac.org/possibles/2014/07/17/en-memoire-du-comite-femmes-ggi-uqam-2012-2013/.

9 Voir : Les Panthères roses de Montréal, Cé quoi un Pink Bloc ?, disponible en ligne sur : http://www.lespantheresroses.org/textes/pinkbloc.htm.

10 Pour un exemple d’action, voir : https://www.youtube.com/watch?v=ZxsyioIZI8g.

11 Pauline Marois, pour le Parti Québécois, est ainsi élue Première Ministre du Québec, essentiellement grâce à une campagne axée sur la volonté de ne pas augmenter les frais de scolarité.

12 Il s’agit de la Loi permettant aux étudiants de recevoir l’enseignement dispensé par les établissements de niveau postsecondaires qu’ils fréquentent (loi 12). Cette loi a « été dénoncée par plusieurs institutions et organisations, telles que le Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU, le Barreau du Québec, la Ligue des droits et libertés, Amnistie internationale et l’Association canadienne des libertés civiles » (p. 303).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Ridley, « Marcos Ancelovici et Francis Dupuis-Déri, Un printemps rouge et noir. Regards croisés sur la grève étudiante de 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16426

Haut de page

Rédacteur

Simon Ridley

Doctorant en sociologie à l’Université Paris Ouest Nanterre, laboratoire Sophiapol.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page