Navigation – Plan du site

Paige Whaley Eager, Waging Gendered Wars. U.S. Military Women in Afghanistan and Iraq

Sarah Guillemet
Waging Gendered Wars
Paige Whaley Eager, Waging Gendered Wars. U.S. Military Women in Afghanistan and Iraq, Ashgate, 2014, 234 p., ISBN : 978-1-4094-4846-4.
Haut de page

Texte intégral

1Prolongeant les recherches sur la sociologie des conflits armés et de la guerre, cet ouvrage constitue un apport majeur par son approche novatrice : aux croisements de la science politique et des études de genre, il propose une mise en lumière des expériences de vie de femmes soldates dans l’armée des États-Unis, durant les guerres d’Afghanistan et d’Irak, à partir de 2011.

  • 1 Enloe Cynthia, Does Khaki Become You? The Militarization of Women's Lives, London, Pandora Press; S (...)

2Dévoilant la permanence de l’équation soldat égale sujet masculin dans les représentations collectives américaines, Paige Whaley Eager se demande où sont les femmes militaires de l’armée américaine, dans les guerres en Irak et en Afghanistan. Puisant à ce titre dans les travaux de Cynthia Enloe1, l’auteure soutient cependant la valeur heuristique d’un cadre analytique au croisement des différentes théories féministes des relations internationales. Discutant les paradigmes de cinq théories (libérale, différencialiste, radicale, marxiste et post-féministe), elle en propose une articulation originale. Ce choix épistémologique se double d’une méthodologie solide au service de la description, de la compréhension et de l’analyse des expériences de vie des femmes soldates en situation de conflit. P. W. Eager croise à ce titre lectures liminaires, autobiographies et biographies de soldates, ainsi que quelques entretiens avec des familles. Elle soutient que saisir pleinement les expériences de vie des femmes soldates (tout comme celles des hommes soldats) n’est possible qu’au prisme des récits biographiques.

3P. W. Eager objective à ce titre l’investissement émotionnel dans le cadre de son travail. Comme elle le souligne, l’application d’une pratique auto-réflexive à chaque étape de sa recherche a participé de l’objectivation et de l’intégration de ses émotions dans son travail, levant l’obstacle du risque d’un manque de scientificité.

4L’auteure propose une analyse fine des expériences de vie et de guerre des femmes soldates dans l’armée des États-Unis, « at/in war », ainsi que des configurations de pratiques de genre qui varient selon les trajectoires socio-historiques. Le postulat est le suivant : les structures sociales et les pratiques de genre se traversent et se co-construisent, constituant selon les contextes une ressource ou au contraire une contrainte pour les femmes, appréhendées ici à la fois en tant qu’individus qu’en tant que classe. Selon l’auteure, cette tension entre ressource et contrainte pèserait sur la politique extérieure des États-Unis et, dans une certaine mesure, sur les relations internationales.

5Dans une première partie sur l’histoire des femmes de l’armée des États-Unis», P. W. Eager revient sur la primo-genèse du processus d’intégration des femmes dans l’armée américaine depuis la seconde guerre mondiale, afin de dégager les processus globaux et les structures sociales du phénomène étudié jusqu’à aujourd’hui. Elle rappelle qu’au cours des guerres en Irak et en Afghanistan, malgré l’interdiction pour les femmes de combattre dans les unités à terre (artillerie, infanterie), le nombre de mortes et de blessées parmi les soldates américaines a été bien plus important que durant d’autres conflits du XXe siècle. Les politiques d’intégration des femmes à l’armée ont reposé sur la mobilisation de l’argument principal de l’approche féministe libérale, celui d’une opportunité égale. Le postulat est ici qu’une meilleure intégration des femmes dans l’armée passerait par leur adaptation aux structures organisationnelles militaires. P. W. Eager analyse ce postulat de l’adaptation au prisme des théories féministes radicales, qui ont mis en lumière comment, loin de remettre en question « l’hypermasculinisation » des normes et des comportements, ce postulat les reproduisaient, maintenant un système d’organisation hiérarchique des relations de genre. L’auteure illustre notamment son propos en rappelant la formation de plusieurs commissions, au début des années 1990, traitant de cette politique de l’adaptation et de l’exclusion des soldates des combats à terre. Elle rappelle cependant que deux guerres auront été « nécessaires » pour impulser un changement de politique, comme annoncé en janvier 2013.

6Le second chapitre, consacré au « deuxième sexe » dans les guerres en Irak et en Afghanistan, discute les affirmations de certaines approches féministes qui pensent la place des femmes dans l’armée, en mobilisant un nombre conséquent de données empiriques sur le recrutement et les promotions reçues par les femmes. P. W. Eager propose une discussion critique sur les cadres d’analyse sociologiques et psychologiques qui dénient aux femmes la possibilité d’un engagement dans la guerre égal à celui des hommes. Elle révèle la participation sans précédent des soldates dans les deux guerres, en Afghanistan comme en Irak. L’auteure soutient alors que ces approches maintiennent l’hypothèse du caractère statique des discours sur le genre et des performances de genre : aucun changement ne serait possible, notamment pour les hommes. Elle rappelle néanmoins que les positions individuelles des femmes à l’intérieur de l’armée américaine sont déterminées par une multitude d’autres variables (race, classe, statut marital, etc.). P. W. Eager met alors en lumière le fait que, bien que la distinction de certaines soldates dans des actions de guerre soit reconnue, cette reconnaissance les présente comme des exceptions. Reprenant alors le postulat de Cynthia Enloe, selon lequel « les hommes sont l’armée, les femmes sont dans l’armée », P. W. Eager souligne que si les succès des actions de certaines soldates ne se sont pas encore traduits par un changement dans la culture de l’organisation militaire, ce changement est toutefois en cours.

7Chemin faisant, le troisième chapitre s’intéresse aux anciennes combattantes. Il revient sur l’association du terme « vétéran » aux sujets masculins, qui perdure à travers la littérature médicale, sociologique et psychologique alors même que plus de 280 000 femmes soldates ayant combattu au cours des deux guerres ont rejoint les rangs des vétérans. P. W. Eager dévoile la réalité des violences auxquelles sont confrontées les anciennes combattantes, comme le stress post-traumatique ou le trauma sexuel militaire. Elle souligne que, malgré les progrès réalisés en matière d’éducation et d’information, notamment autour du stress post-traumatique, les programmes de traitement actuels nécessitent la réalisation de recherches empiriques intensives pour les prochaines décennies. Elle dévoile alors le silence qui perdure autour des femmes qui ont lutté et sont toujours en lutte pour réintégrer la société civile ou pour ester en justice contre des auteurs de harcèlement sexuel, d’agression sexuelle et/ou de viol, et plaide pour des politiques de prise en charge pour permettre aux anciennes combattantes de lutter contre ces violences.

8Dans la continuité, le chapitre suivant étudie l’origine des projets de guerre en Irak et en Afghanistan, et les discours qui les entourent, à la lumière de témoignages de soldates. Il révèle que plus de 150 soldates ont été tuées au cours des deux guerres, un chiffre bien plus élevé qu’au cours des guerres précédentes. P. W. Eager discute alors les théories féministes qui se sont attachées à étudier les raisons de l’entrée des femmes dans l’armée. Elle revient sur « l’appel du devoir » ressenti de manière impérieuse par certaines femmes après les attentats du 11 septembre 2001 et sur les motivations de l’engagement des femmes – par conformation à la tradition familiale ou à l’environnement amical pour les unes, par stratégie visant l’accès à des études pour d’autres –, l’auteure soutient que chaque femme a une histoire spécifique, traversée par une myriade de trajectoires économiques, politiques, sociologiques et personnelles. Elle présente ici la valeur heuristique des théories féministes marxistes pour saisir dans toute leur complexité comment les structures économiques peuvent déterminer les raisons de s’engager pour combattre pour son pays.

9Le propos de l’auteure se conclut autour du chapitre sur « les longues guerres », portant la focale sur les situations actuelles en Irak et en Afghanistan, ainsi que sur les conséquences de la levée de l’interdiction pour les femmes de combattre dans les unités à terre, à l’horizon 2016. Elle nous propose alors une pensée critique autour des opportunités et des défis que cristallise cette levée d’interdiction, au prisme des théories féministes des relations internationales, en soutenant que l’implication des femmes dans la planification, l’organisation et l’exécution de la politique extérieure ne cessera d’augmenter au cours du XIXe siècle. P. W. Eager revient ainsi sur la valeur heuristique de la mobilisation des différentes théories féministes pour saisir et analyser dans toute leur complexité les expériences de vie des femmes soldates, et placer leurs discours au centre des analyses.

Haut de page

Notes

1 Enloe Cynthia, Does Khaki Become You? The Militarization of Women's Lives, London, Pandora Press; San Francisco, HarperCollins, 1988 ; Enloe Cynthia, The Morning After: Sexual Politics at the End of the Cold War, Berkeley and London, University of California Press, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Guillemet, « Paige Whaley Eager, Waging Gendered Wars. U.S. Military Women in Afghanistan and Iraq », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16433

Haut de page

Rédacteur

Sarah Guillemet

Étudiante en master recherche en science politique, mention sociétés, pouvoirs politiques et représentations, Sciences Po Bordeaux.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page