Navegación – Mapa del sitio

Valéry Rasplus (dir.), Sciences et pseudo-sciences. Regards des sciences humaines

Léo Mignot
Sciences et pseudo-sciences
Valéry Rasplus (dir.), Sciences et pseudo-sciences. Regards des sciences humaines, Paris, Editions Matériologiques, col. « Sciences et philosophie », 2014, 178 p..
Inicio de página

Texto completo

1Dans cet ouvrage collectif dirigé par Valéry Rasplus, les auteurs s’intéressent aux pseudo-sciences, à leurs éléments constitutifs et aux critères les distinguant de la science. Si l’astrologie fait désormais partie du paysage ésotérique et trouve bonne place dans les rubriques de la presse, on peut en effet s’étonner de voir se développer de nouveaux mouvements tentant d’associer croyances et argumentaire scientifique, tels que le font certains courants créationnistes ou New Age. Les différentes contributions rassemblées dans ce livre proposent d’analyser le phénomène et entrent en dialogue pour étudier les frontières du champ scientifique et les tentatives de légitimation des pseudo-sciences et altersciences.

  • 1 Freud Sigmund, Le mot d’esprit et ses rapports avec l’inconscient, Paris, Gallimard, 1992 [1905].

2Valéry Rasplus ouvre cet ouvrage avec une réflexion portant sur les critères de distinction entre science et pseudo-sciences. Cette distinction s’effectue selon lui sur une base épistémique, la science présentant la particularité de suivre des règles, normes et méthodes (suivi des méthodologies inductives ou déductives, respect du critère de réfutabilité, etc.) auxquelles ne se soumettent pas les pseudo-sciences. Alexandre Moatti souligne quant à lui les « invariants constitutifs de la démarche alterscientifique », celle-ci présentant la particularité de faire appel à une « boite à outils épistémologiques ». Outils parmi lesquels figure l’argument du « chaudron freudien1 » consistant à contester une théorie non pas sur des bases scientifiques mais en cherchant à en discréditer l’inventeur (en l’accusant de plagiat, etc.). De même, le critère de réfutabilité de Popper est réinterprété et perverti pour servir les intérêts des pseudo-sciences, en lui faisant dire qu’« une vérité est une chose que l’on a pas réfutée » (p. 97).

  • 2 L’auteur en a par le passé étudié toute l’ampleur et donné une longue série d’illustration. Voir Br (...)

3Gérald Bronner s’éloigne pour sa part des considérations épistémologiques et préfère souligner les conditions socio-cognitives permettant aux pseudo-sciences de se développer. Selon lui, il ne faut pas chercher l’explication de la longévité des pseudo-sciences du côté de leur prétendue irréfutabilité. En effet, les énoncés des pseudo-sciences sont souvent réfutables et régulièrement réfutés mais continuent malgré tout à perdurer. Pour expliquer cette persistance, Bronner propose de prendre en considération le « démagogisme cognitif » dont jouent les pseudo-sciences et de prendre en compte le fait qu’elles tirent profit de l’expression d’une forme de rationalité limitée. Quatre types de limitations de la raison sont ici présentés. La raison est tout d’abord limitée par le désir : les individus ont « tendance à considérer comme plus probable un évènement désirable » (p. 58) et leurs croyances et raisonnements sont influencés par leurs intérêts. La rationalité est également limitée dimensionnellement : « l’individu est situé dans le temps et dans l’espace » (p. 59) et n’a de ce fait pas toujours en possession l’ensemble des informations nécessaires à son raisonnement et à sa prise de décision. Elle est également limitée culturellement : notre culture agit comme un « filtre interprétatif » (p. 62) et nos schèmes de perception et d’interprétation conditionnent notre réflexion. Enfin, la rationalité est limitée cognitivement2 : il s’agit ici d’erreurs « prédictibles et rémanentes » (p. 65) trouvant leur origine dans des biais de réflexion, des raccourcis mentaux erronés, des vérités contre-intuitives, etc.

4Aussi, les pseudo-sciences feraient preuve d’une absence de loyauté cognitive et exploiteraient les limites de la rationalité des individus afin de véhiculer leurs idées et théories. Le « démagogisme cognitif » peut faire écho à la notion d’« esprit faux » développée par Pascal Engel. Pour ce dernier, la différence entre science et pseudo-science réside dans une dimension moins épistémique qu’éthique et, dans son acception, l’« esprit faux » ne serait pas tant un individu qui raisonnerait de manière erronée que quelqu’un qui n’aurait nullement « l’intention de raisonner mieux ou d’examiner [son] savoir de manière critique » (p. 29). Dans le domaine scientifique, l’« esprit faux » est donc « celui qui connait les règles du jeu scientifique, mais refuse de les suivre en réalité, soit qu’il les méprise, soit qu’il se sente incapable de les suivre, et par conséquent se lance dans un comportement de simulation » (p. 34). Ainsi, les pseudo-sciences « désirent se parer du prestige de la science et font semblant […] » (p. 33). C’est ce qu’illustrent notamment les contributions de Romy Sauvayre et Nicolas Gauvrit.

  • 3 Parmi les différents exemples cités dans son chapitre, Nicolas Gauvrit reprend le cas d’Auguste Mee (...)

5La première montre comment le discours scientifique est mobilisé comme support de la croyance afin de lui donner une apparence de scientificité. Selon Sauvayre, les pseudo-sciences ont recours à l’autorité de l’argumentaire scientifique afin de tenter de légitimer leur discours et de le doter de l’apparence de la science. S’ensuit un travail de réappropriation et de réinterprétation du vocabulaire scientifique visant à « entrelacer science et croyance », soit à asservir la science (p. 88). La science classique est ensuite disqualifiée par la mise en exergue de ses limites. Celle-ci ne peut pas tout expliquer et les pseudo-sciences se présentent alors comme une voie de recours permettant d’en dépasser les limitations. Nicolas Gauvrit illustre quant à lui la manière dont certains chercheurs et pseudo-scientifiques tentent de légitimer leurs discours en mobilisant des outils scientifiques3. Il développe la notion d’intimidation mathématique, désignant par là un subterfuge utilisé pour donner un poids (imaginaire) à un argumentaire (creux). Ainsi, différents auteurs font appel à de complexes formules mathématiques afin d’impressionner leur auditoire et le convaincre en revêtant les apparats de la scientificité. Alors même que l’argumentation mathématique est erronée, le subterfuge fonctionne grâce à la combinaison de l’anxiété mathématique (l’angoisse que le public peut manifester à l’égard des mathématiques compte tenu de son faible niveau de compétence) et d’un effet gourou (« Un discours confus qui ne fais pas sens, lorsqu’il est prononcé par une personne prestigieuse aux yeux de la cible, a un effet de fascination et permet d’emporter l’adhésion sans même avoir à fournir d’argument réel » p. 157). Ainsi, un outil d’apparence scientifique peut être utilisé pour légitimer un travail n’ayant pas toutes les qualités de la science.

  • 4 Il ne s’agit pas d’affirmer que les théories des sciences sociales seraient moins précises, ou leur (...)
  • 5 Gieryn Thomas, « Boundary-Work and the Demarcation of Science from Non-Science: Strains and Interes (...)
  • 6 Suite au décès de Raymond Boudon, les éditeurs ont fait le choix de publier la version originale de (...)

6Toute la difficulté revient donc à distinguer la véritable science de celle qui en revêtirait simplement les apparats. L’enjeu est d’autant plus crucial pour les sciences sociales qu’elles ont peiné à conquérir leur légitimité face aux sciences dites dures. On peut également penser qu’elles sont plus facilement exposées car elles présentent moins de garde-fous à l’entrée de la discipline, les rendant plus facile à investir pour les pseudo-scientifiques4. Aussi, l’intérêt de cet ouvrage réside peut-être moins dans ce qu’il dit que dans ce qu’il fait. En effet, au-delà de la réflexion sur les frontières entre science et non-science, c’est un véritable travail aux frontières5 visant à légitimer la place des sciences sociales qui est réalisé. Le chapitre « Sociology as science6 » écrit par Raymond Boudon en est un parfait exemple. Celui-ci y défend l’idée selon laquelle penser la sociologie comme une science n’est pas un rêve mais est d’ores et déjà une réalité. Pour l’auteur, la scientificité de l’« analytical sociology » tient au fait qu’elle met en œuvre trois principes communs à toutes les disciplines scientifiques : le « methodological singularism » (« a scientific explanation can bear exclusively on singular phenomena », p. 131) ; le « methodological individualism » (« individual actions are the only possible cause of social phenomena », p. 134) ; le « cognitive equilibrium principle » (« people believe X is true, acceptable, good, legitimate, etc. as soon as they have the feeling that X rests upon a set of acceptable reasons » p. 140).

  • 7 Abbott Andrew, « Things of boundaries. Defining the Boundaries of Social Inquiry », Social Research(...)

7C’est cette même problématique de la légitimité des sciences sociales et de leur démarcation d’avec les pseudo-sciences que l’on retrouve dans la contribution de Régis Meyran. Après avoir décrit l’opposition entre rationalistes et antirationalistes traversant l’ethnologie française (notamment autour des recherches portant sur la magie), il souligne que l’ésotérisme persiste au sein de la discipline. L’ésotérisme demeurerait une position admise, acceptée, tolérée, voire revendiquée, ce que regrette l’auteur : « On peut souhaiter toutefois, pour la bonne santé future de la discipline, que l’ésotérisme, obstacle épistémologique de taille empêchant la bonne analyse rationnelle des faits sociaux et culturels, en soit définitivement banni » (p. 128). Ainsi – et c’est la position défendue en filigrane dans cet ouvrage –, il s’agit pour les sciences sociales d’effectuer une revendication de juridiction7, de se distinguer des « fausses sciences » et de conquérir leur légitimité scientifique.

  • 8 Dans son récent ouvrage, Nicolas Marquis s’intéresse ainsi aux motivations et dispositions menant l (...)

8On pourra toutefois regretter dans cet ouvrage la disqualification a priori des discours produits par les adeptes des pseudo-sciences. Il ne s’agit pas de reprocher aux auteurs leur scientisme, mais plutôt de craindre qu’en se désintéressant dudit discours, on ne se prive de la possibilité de pleinement interroger et analyser le phénomène. Ainsi, cette publication collective ne s’attarde que trop peu sur les processus à l’œuvre permettant l’adhésion aux discours pseudo-scientifiques. Si certains biais cognitifs ou mécanismes de persuasion sont illustrés, il n’est pas fait référence aux « bonnes raisons » de croire que pourraient mobiliser les acteurs eux-mêmes8. Si Dominique Lecourt cherche à comprendre les raisons du développement des pseudo-sciences et voit en elles une critique des idéaux et objectifs que la science a adoptés – plus qu’un défi à la science, il s’agirait donc d’un défi aux valeurs dont elle est porteuse –, il demeure délicat de saisir le sens que les individus accordent à leurs pratiques. Plus encore, on n’en sait que peu sur ceux qui produisent et promeuvent cette fausse science : on ignore les conditions dans lesquelles ils la produisent, la manière dont ils en font la promotion, ou encore les bonnes raisons qui les poussent à le faire. Aussi, on peut ici regretter l’absence de véritables études de cas ou d’enquêtes de terrain, portant directement sur les producteurs de fausse science ou sur ses adeptes, qui auraient permis de mieux illustrer le propos et de décrire la réalité des pratiques.

Inicio de página

Notas

1 Freud Sigmund, Le mot d’esprit et ses rapports avec l’inconscient, Paris, Gallimard, 1992 [1905].

2 L’auteur en a par le passé étudié toute l’ampleur et donné une longue série d’illustration. Voir Bronner Gérald., L’empire de l’erreur : Éléments de sociologie cognitive, Paris, Presses Universitaires de France, 2007.

3 Parmi les différents exemples cités dans son chapitre, Nicolas Gauvrit reprend le cas d’Auguste Meesen, qu’il avait précédemment abordé dans un billet de blog publié en 2011. Voir http://psymath.blogspot.fr/2011/07/un-cas-dintimidation-mathematique-en.html.

4 Il ne s’agit pas d’affirmer que les théories des sciences sociales seraient moins précises, ou leurs méthodes moins rigoureuses, mais plutôt de souligner qu’il est plus facile d’acquérir un dictaphone qu’un accélérateur de particules.

5 Gieryn Thomas, « Boundary-Work and the Demarcation of Science from Non-Science: Strains and Interests in Professional Ideologies of Scientists », American Sociological Review, vol. 48, n°6, 1983, p. 781-795.

6 Suite au décès de Raymond Boudon, les éditeurs ont fait le choix de publier la version originale de sa contribution (rédigée en anglais) plutôt qu’une traduction non validée par l’auteur. Les extraits dudit texte seront donc également cités en anglais.

7 Abbott Andrew, « Things of boundaries. Defining the Boundaries of Social Inquiry », Social Research, vol. 62, n° 4, 1995, p. 854-882.

8 Dans son récent ouvrage, Nicolas Marquis s’intéresse ainsi aux motivations et dispositions menant les lecteurs de livres de développement personnel à s’intéresser à ce type de littérature et à faire confiance à ces ouvrages. Voir Nicolas Marquis, Du bien-être au marché du malaise. La société du développement personnel, Paris, PUF, coll. « Partage du savoir », 2014 ; compte rendu de Maël Dieudonné pour Lectures : http://lectures.revues.org/16223.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Léo Mignot, « Valéry Rasplus (dir.), Sciences et pseudo-sciences. Regards des sciences humaines », Lectures [En línea], Reseñas, 2014, Publicado el 15 diciembre 2014, consultado el 18 septiembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16449

Inicio de página

Redactor

Léo Mignot

Doctorant en sociologie, Université de Bordeaux, Centre Émile Durkheim (UMR 5116).

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página