Navigation – Plan du site
Portrait de l'homme en animal

Portrait de l'homme en animal

De la duplicité de la figure humaine dans l'art pariétal paléolithique
Amélie Bonnet Balazut, Portrait de l'homme en animal. De la duplicité de la figure humaine dans l'art pariétal paléolithique, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, coll. « Arts », 2014, 146 p., préface de Jean-Luc Nancy, ISBN : 978-2-85399-958-8.
Notice publiée le 15 décembre 2014

Présentation de l'éditeur

Portrait de l’homme en animal a pour sujet principal la question de la représentation de la figure humaine dans l'art paléolithique, et tout particulièrement celle des « thérianthropes  », des êtres composites, hybrides, mi-humains mi-animaux. À travers l'approche descriptive de ce type singulier d'images est alors possible une interprétation esthétique, sur la base d'une analyse précise de la théorie bataillienne concernant cet art et sur le jeu interdit transgression, qui aurait pour finalité d'exhiber le retournement sur lui-même, sur sa propre humanité animale, que l'homme, dans la projection ek-statique que permet l'image, parvient à approcher.

La grotte, lieu de cette expérience limite, tout comme l'animalité, est quant à elle interrogée, notamment avec Pascal Quignard, comme ce symbole de la continuité originelle perdue, au sein de laquelle l'homme cherche inlassablement à faire retour. Les figures de thérianthropes que les Paléolithiques sont allés dissimuler dans les profondeurs des grottes, de même que toutes les figures animales qui occupent ces lieux, satisfont non seulement à l'irrépressible désir humain de retrouver cet état affectif primordial perdu, celui de son interdépendance avec le monde animal, mais également à celui de se dissoudre, de s'immerger dans la continuité dissolutive du monde en abandonnant son esprit aux profondeurs chtoniennes. L'art pariétal paléolithique, comme tout art, est ainsi pour l'homme l'occasion d'une réintégration dans l'intimité perdue en même temps que d'une halte, d'un repli au sein de ce qui le tourmente. L'art, pense Jean-Luc Nancy (qui nous fait l’honneur de préfacer ce livre), est la monstration de ce prodige, de cette surprise devant l'étrangeté reconnaissable.

Haut de page