Navigation – Plan du site

Un livre d’amour et de combats

À propos de : Annie Thébaud-Mony, La science asservie. Santé publique : les collusions mortifères entre industriels et chercheurs, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2014.
Christian Baudelot
La science asservie
Annie Thébaud-Mony, La science asservie. Santé publique: les collusions mortifères entre industriels et chercheurs, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2014, 224 p., ISBN : 9782707173690.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Karl Mannheim, Le problème des générations, Armand Colin, 2011 (1ère éd. 1928). Compte rendu de Sam (...)
  • 2 Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, Les Héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Ed. de (...)

1Karl Mannheim explique que les formes de politisation propres à une génération tiennent à la conjoncture économique, sociale et politique que ses membres rencontrent autour de leur vingtième année1. Annie Thébaud-Mony avait cet âge entre la fin de la guerre d’Algérie et les événements de 1968. Période riche en luttes sociales et en débats de fond sur la transformation de la réalité sociale, où le seuil de tolérance aux inégalités était particulièrement bas. C’était l’époque où on découvrait l’ampleur des effets du triptyque exploitation économique – domination idéologique – oppression politique sur toutes les dimensions de la vie. Le moment aussi où la sociologie renouait avec les enquêtes et les recherches empiriques. C’était aussi l’époque où, la croissance économique aidant, tous les rêves de transformation sociale étaient permis, en France comme dans le monde : victoire des luttes anti-coloniales en Algérie comme au Viet Nam, soulèvement de la jeunesse scolarisée, mobilisations populaires dans le tiers monde, etc. Dévoilées, les inégalités sociales en matière de réussite scolaire ou de santé publique étaient perçues, par une large fraction de l’opinion publique, comme des scandales qui réclamaient qu’on les corrige au plus vite. Bourdieu et Passeron avaient ouvert une voie nouvelle à la sociologie en publiant Les Héritiers en 19642. S’engager, à cette époque, dans la sociologie, c’était pour beaucoup d’entre nous se qualifier pour contribuer, à notre manière, à la transformation du monde. Annie Thébaud-Mony a persisté dans cette orientation initiale, toute sa vie et sans la moindre concession, dût-elle se heurter, tout au long de son parcours, à forte partie. Les industriels du plomb dans l’essence, de l’amiante, du nucléaire et des pesticides ont la peau dure, surtout lorsqu’ils ont les moyens d’enrôler la science, et surtout l’épidémiologie, au service de leurs intérêts économiques.

2Cet élan initial anime de bout en bout l’ouvrage qui dresse un bilan des combats qu’elle a menés, avec son compagnon Henri Pézerat, contre les mensonges et les dénis entretenus par les industriels et certains scientifiques à propos des méfaits sur la santé des travailleurs de la fréquentation quotidienne et prolongée de substances toxiques et cancérigènes. Henri ! Ce savant et militant, disparu en 2009, était à la fois chimiste, physicien et toxicologue. Son ombre plane sur le livre de la première à la dernière page. Son souvenir, ses travaux, ses luttes, ses réflexions, sa personne, affectent l’ensemble d’une grande et belle charge d’émotion. Ce livre de sociologie est aussi l’histoire de la passion d’une femme pour un homme et d’un couple pour la recherche et la divulgation de la vérité, quoiqu’il leur en ait coûté.

  • 3 Samuel Epstein, The Politics of Cancer, Sierra Club Books, San Francisco, 1978.

3Il traite de la corruption de la science par des firmes industrielles mondialisées qui la mobilisent afin de mettre en doute jusqu’au déni les risques industriels. Le livre est composé de deux parties. La première retrace dans le détail et sur un temps long l’histoire des obstacles rencontrés par des scientifiques pour faire reconnaître les effets sur la santé des travailleurs et des citoyens de la fréquentation quotidienne et prolongée d’un certain nombre de substances toxiques et cancérigènes. Dans tous ces cas un même mécanisme est à l’œuvre. Les industriels et les scientifiques dont ils s’entourent invoquent l’impossibilité d’établir sur des bases objectives et validées un lien direct de causalité entre l’exposition à un ou plusieurs toxiques et les pathologies ou les décès observés parmi les travailleurs ou les citoyens exposés. Ils jouent sur du velours, car il est très rare de pouvoir administrer, pour un patient atteint de cancer, la preuve formelle du lien de causalité entre sa maladie et l’exposition à un ou plusieurs toxiques. Pour au moins trois raisons, bien exposées par Samuel Epstein3 : la temporalité propre au cancer dont la genèse peut remonter à des décennies avant l’apparition des signes cliniques, d’autant que les réactions de l’organisme à ces substances cancérigènes sont très variables selon les individus ; l’écheveau des expositions pour un même travailleur se complique par l’absence d’un recensement exhaustif et rigoureux des agents cancérigènes présents sur les lieux de travail et dans l’environnement ; enfin, l’absence d’enregistrement systématique des nouveaux cas de cancer prive les scientifiques d’une base de données de référence permettant de mesurer les évolutions avec une plus grande précision. Le refus de prendre en compte l’incidence des nouveaux cancers et l’obligation de ne raisonner que sur leur prévalence contraignent alors à se contenter de taux de mortalité globale, entachés, par définition, d’une grande hétérogénéité.

  • 4 David Michaels, Doubt is their product. How industry’s assault on science threatens your health, Ne (...)

4A la suite de l’épidémiologiste américain, David Michaels, chercheur en santé publique, responsable depuis 2009 de la santé au travail dans l’administration Obama4, Annie Thébaud-Mony démontre de façon très convaincante comment l’épidémiologie, discipline choisie à l’exclusion de toute autre approche par les industriels pour défendre leurs intérêts, est devenue entre leurs mains une machine à fabriquer de l’incertitude. Incertitude qui leur profite par la stratégie du doute qu’elle impose à tous. Les preuves de la toxicité d’un produit ou d’un environnement pour la santé ne sont jamais réunies en assez grand nombre et en qualité suffisante. D’où l’impossibilité de déterminer avec certitude l’origine ou la cause du décès d’un travailleur. « L’amiante, peut-être, mais il fumait aussi beaucoup ! » Ce paradigme, qui consiste pour les industriels à nier au nom de l’incertitude scientifique leurs propres responsabilités et à les reporter sur la mauvaise gestion de leur propre santé par les travailleurs eux-mêmes, est appliqué systématiquement en France et dans tous les pays par les grandes multinationales depuis plus de cinquante ans, jusque devant les tribunaux. Et le plus souvent avec succès, comme l’attestent les nombreux cas exposés dans ce livre à propos des méfaits du plomb, de l’amiante, du nucléaire et des pesticides. Il leur suffit que cet état d’incertitude dure assez longtemps, pour gagner du temps et rendre irréversible le marché des produits incriminés. Ce fut notamment le cas du chlorure de vinyle monomère (CVM), l’une des substances chimiques les plus utilisées dans de nombreux procédés de fabrication des matières plastiques depuis les années 1930. Ses effets pathologiques sur le foie et les reins sont connus depuis 1960. Ce n’est qu’en 1978, soit près de quarante ans après la mise en évidence de sa toxicité pour ceux qui le manipulaient, qu’il a été décidé d’abaisser la valeur-limite d’exposition au CVM. Au cours de ces quarante années, les firmes productrices n’ont cessé d’intriguer et de manœuvrer pour confisquer ou falsifier les résultats d’études établissant un lien entre l’exposition au CVM et le cancer, de négocier avec les organisations publiques pour dramatiser les conséquences sur l’emploi d’un abaissement du seuil d’exposition, etc… Pour tester la toxicité d’un autre produit, les firmes ont demandé de remplacer les rats par des singes. La longévité moyenne de ces derniers étant de dix ans (contre deux pour les rats), les délais nécessaires à la conclusion d’une étude s’allongeaient d’autant. Le livre recense de nombreuses manipulations analogues, avec à chaque fois la complicité active de quelques scientifiques.

  • 5 Richard Doll, Richard Peto, « The Causes of Cancer: Quantitative Estimates of Avoidable Risks of Ca (...)

5Tous sont pourtant loin d’avoir cédé à ces pratiques lucratives de corruption. Annie Thébaud-Mony rend hommage à quelques grandes figures scientifiques qui ont souvent payé très cher en termes de carrière et de réputation les combats qu’ils – elles ! – ont inlassablement menés. Les industriels disposent de moyens considérables pour nier, contre toute évidence, les risques que font courir leurs produits à la santé et à la vie des travailleurs ; professionnels de la dénégation, ils savent orchestrer des stratégies souvent très efficaces de disqualification des travaux et des auteurs établissant la toxicité voire le caractère mortifère de certaines substances. Clair Patterson (géochimiste au Caltech) pour le plomb, Irving Selikoff pour l’amiante, Alice Stewart pour le nucléaire, Rachel Carson pour les herbicides, Samuel Epstein pour l’analyse globale des stratégies mises en œuvre par les industriels, sont de ceux-là. Leurs voix ont souvent été rendues inaudibles par l’action des industriels de la chimie… et les marges d’erreurs calculées par les savants embauchés à la solde des firmes, médecins ou chimistes, comme Robert Kehoe et surtout Richard Doll. Ce dernier, devenu la caution scientifique officielle des grandes firmes, publie en 1981 un article au retentissement planétaire sur les causes du cancer. Il en conclut que le cancer est devenu aujourd’hui « la maladie d’un mode de vie », mais que 2 à 3 % seulement d’entre eux sont d’origine professionnelle5.

6C’est dans la lignée de ces scientifiques, militants et intransigeants, que s’inscrivent les travaux d’Henri Pézerat et d’Annie Thébaud-Mony. La deuxième partie du livre relate une partie des combats qu’ils ont menés, ensemble ou séparément, contre l’amiante, les maladies professionnelles des mineurs, les mensonges officiels sur les risques sanitaires du nucléaire, plusieurs cas de pollution due à des produits chimiques ayant entraîné des décès, notamment d’enfants qui fréquentaient, à Vincennes, une école située dans le périmètre d’un site Kodak. La démarche s’oppose en tous points à la grosse artillerie épidémiologiste développée par les industriels, ne serait-ce que par la constitution de collectifs réunissant usagers, victimes et scientifiques dans une même structure de protestation et de recherche. Contre l’amiante, à Jussieu, Henri Pézerat fonde en 1975 avec plusieurs collègues le « Collectif intersyndical des universités Jussieu contre l’amiante » tout en prenant contact avec des sections syndicales d’entreprises transformatrices d’amiante en divers points de l’Hexagone. Les enquêtes locales de terrain, le raisonnement cas par cas retraçant la carrière d’exposition des victimes, dans l’espace et dans le temps, l’alliance de savoirs scientifiques et de savoirs d’expérience, démontrent clairement que dans ce domaine, l’épidémiologie ne constitue ni l’alpha ni l’oméga de la mesure des risques. Des résultats statistiquement non-significatifs n’apportent pas la preuve que la substance incriminée n’est pas cancérigène. L’épidémiologie arrive trop tard : il ne sert à rien de fermer la porte de la grange quand le cheval s’est déjà enfui !

7Plus généralement, ils s’efforcent l’un et l’autre de convaincre leurs concitoyens de la nécessité de rompre avec le paradigme dominant. Aujourd’hui, en France et dans beaucoup d’autres pays, c’est la logique d’indemnisation a posteriori des victimes qui prime. Cette stratégie mise en place par l’Etat avec le concours des industriels et des associations de victimes est nécessaire, mais elle n’est absolument pas suffisante. Elle enferme en effet les associations dans leur statut de victimes dépendant de la manne que consentent à leur verser les pouvoirs publics et les industriels au gré de leurs estimations et de la conjoncture économique. C’est le cas du FIVA (Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante) dont les versements aux victimes diminuent drastiquement depuis « la crise ». Cette logique de l’indemnisation s’est imposée en France au détriment d’une stratégie globale d’éradication en amont des risques industriels à tous les niveaux : local, national, européen, mondial. Et au détriment de délibérations publiques sur ces questions.

8Ce livre a le triste mérite de nous rappeler la dureté des rapports de forces qui mènent le monde aujourd’hui, comme hier d’ailleurs. Pour ces multinationales industrielles dont les investissements sont considérables, la santé des travailleurs et des citoyens compte peu. Le respect de la vie est le cadet de leur souci. Tout est bon pour elles pour nier ou sous-estimer les risques, entretenir et financer la stratégie du doute, prolonger à l’infini les procédures. Le nombre impressionnant de morts et de malades à vie qu’elles provoquent ne constitue qu’une ligne de leur comptabilité générale des profits et des pertes. Face à elles, les combats menés par les médecins, les militants, les citoyens et les scientifiques frappent par la faiblesse des moyens dont ils disposent, tant la lutte est inégale. C’est David contre Goliath. Mais il arrive quand même à David de l’emporter. Beaucoup des combats qu’ils ont menés se sont soldés par des victoires.

9Cet engagement sans faille au cours d’une vie entière, cette détermination à toute épreuve forcent le respect. Ils rappellent que la connaissance en général et la sociologie en particulier sont des armes qui, lorsqu’elles sont bien maniées, réussissent parfois à inverser des rapports de force au départ très défavorables. Mais, pour cette sociologue sans concession, le plus dur à supporter demeure la justification scientifique du cynisme industriel.

Haut de page

Notes

1 Karl Mannheim, Le problème des générations, Armand Colin, 2011 (1ère éd. 1928). Compte rendu de Samuel Coavoux pour Lectures : http://lectures.revues.org/6081.

2 Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, Les Héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Ed. de Minuit, 1964.

3 Samuel Epstein, The Politics of Cancer, Sierra Club Books, San Francisco, 1978.

4 David Michaels, Doubt is their product. How industry’s assault on science threatens your health, New York, Oxford University Press, 2008.

5 Richard Doll, Richard Peto, « The Causes of Cancer: Quantitative Estimates of Avoidable Risks of Cancer in United States Today », Journal of the National Cancer Institute, vol. 66, n° 6, juin 1981, p. 1191-1308.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Baudelot, « Un livre d’amour et de combats », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16460

Haut de page

Rédacteur

Christian Baudelot

Sociologue

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page