Navigation – Plan du site

Laurie Laufer et Florence Rochefort (dir.), Qu’est-ce que le genre ?

Marie Duru-Bellat
Qu'est-ce que le genre ?
Laurie Laufer, Florence Rochefort (dir.), Qu'est-ce que le genre ?, Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2014, 315 p., ISBN : 978-2-228-91159-7.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1« Qu’est-ce que le genre ? », c’est en effet une question qui intrigue ; la notion même de genre suscite parfois des réactions violentes dans le grand public, comme on l’a vu cette année (2014) avec les manifestations contre le mariage pour tous et le programme dit « abcd » lancé par le Ministère de l’Education Nationale pour lutter contre les stéréotypes de genre. Ce livre collectif se présente d’emblée comme une mise au point par rapport à ces interrogations, qu’il s’agisse de la notion de genre, de cette prétendue « théorie du genre » brandie comme un épouvantail, et (surtout) de la réalité des études de genre dans leur variété d’objets et de résultats. Bénéficiant de l’apport des meilleur-e-s spécialistes, il vient donc à point nommé. Tout en gageant qu’il saura intéresser un public large, il saura aussi accrocher l’intérêt de lecteurs et de lectrices plus au fait de ces questions, notamment au vu la très grande variété des textes proposés. À côté de chapitres thématiques relativement classiques –le genre au prisme des neurosciences, de l’anthropologie ou de l’histoire, de l’école, du monde du travail ou du sport- dont les apports sont assez largement connus dans le milieu de la recherche, on trouve en effet dans l’ouvrage des présentations de perspectives plus pointues et/ou plus confidentielles, telles que genre et grammaire, genre et cinéma, genre et sexualité, genre et religion…

2Sans reprendre l’ensemble de ces éclairages dont la lecture est aisée et les références d’approfondissement abondantes, arrêtons-nous ici sur certains d’entre eux. Le texte « Ce que le genre doit à la grammaire » (écrit par Y. Chevalier et C. Planté) souligne la particularité de la langue française, qui contraint les locuteurs à afficher leur sexe quand ils et elles parlent et à un nombre incessant d’accords masculins ou féminins, avec qui plus est un masculin qui l’emporte sur le féminin. Dans d’autres langues, soit c’est plus le statut social des personnes qui s’affiche, soit l’on y prévoit des termes génériques, qui n’existent pas en Français, ce qui débouche dans notre langue sur un masculin considéré comme générique, contribuant à l’invisibilité des femmes. A travers une langue, et tout particulièrement à travers la langue française qui impose un classement binaire, nous est transmise « une sexualisation de notre vision du monde et de notre perception des choses à travers celle des mots qui les désignent » (p. 28). Ce texte ne discute guère pour autant cette norme du parler correct d’aujourd’hui qui promeut une sexuation systématique des noms, alors qu’au terme de ce chapitre, on se dit qu’elle renforce de fait l’obsession pour le genre que manifeste la langue française…

3Illustrant la très grande palette de thèmes abordés dans l’ouvrage, un chapitre rédigé par E. Peyre et J. Wiels s’intéresse à la manière dont au sein même des sciences dites dures, les représentations des femmes ont évolué : alors que jusqu’au seizième siècle, c’est le modèle d’un sexe unique qui domine –les femmes étant « seulement » un sexe imparfait, c’est-à-dire des hommes dont les organes sont « simplement » inversés-, apparaît, au seuil du dix-septième siècle, une conception différente qui s’élève contre cette représentation négative des femmes. On promeut alors un différentialisme qui se veut égalitaire, avant que se diffuse la thèse selon laquelle tout le corps est sexué, thèse qui ancre progressivement l’idée d’une nature féminine, de fait d’une infériorité féminine. Alors en plein essor, l’anthropologie se fait chiffrée et les chiffres accablent les femmes, avec en particulier les thèses de P. Broca qui conclut à l’infériorité intellectuelle des femmes au vu de la moindre taille de leur cerveau. Les sciences ont à l’évidence beaucoup évolué depuis, mais les auteures montrent que même la biologie cellulaire la plus en pointe incorpore un certain sexisme, les femmes restant le « sexe par défaut » (p. 65), dans un système qui doit rester binaire.

4Autre illustration de la variété des thèmes traités, les deux chapitres sur la sexualité et celui consacré à la psychanalyse, qui ouvrent des questionnements plutôt originaux. Ainsi, P. Molinier, à propos des rapports entre sexualité et travail, se demande s’il faut considérer la sexualité comme un travail, dès lors que prévaut la domination des hommes sur les femmes et l’hétérosexualité, et comment penser alors ce qu’on appelle la libération sexuelle… Au fil de ces chapitres très documentés, on trouve des présentations synthétiques de féministes américaines dites radicales comme G. Rubin, A. Dworkin ou C. Mac Kinnon, pas forcément très connues aujourd’hui, tandis que dans son chapitre, M. Bozon insiste plutôt sur les travaux empiriques conduits en France sur les pratiques sexuelles. Ces derniers convainquent que, plutôt qu’à un relâchement des normes, c’est à « une transformation du régime de normativité » (p. 177) à laquelle on assiste : chacun a à gérer sa sexualité de manière de plus en plus autonome, réflexive en s’aidant d’un flot croissant d’information. Cela ne signifie pas qu’on aille vers un régime plus égalitaire, tant les représentations qui cadrent les comportements sont emprunts de différentialisme et fournissent autant d’« injonctions à bien se comporter selon son sexe » (p. 183), tandis que, on l’a vu avec les mouvements contre le mariage entre homosexuels, l’idée qu’on puisse aller vers une moindre différentiation, voire une ressemblance, est perçue comme une menace. Alors que sur ce point, la psychanalyse et S. Freud au premier chef peuvent apparaître comme du côté de ceux qui s’accrochent à l’ordre établi, L. Laufer s’efforce de montrer que de fait Freud fut bien moins crispé qu’on a tendance à le croire sur des identités sexuelles bien définies ; n’affirmait-il pas (cité p. 207) qu’il convenait de « ne pas sous-estimer l’influence des organisations sociales qui acculent la femme à des situations passives » ? Ouverture soulignée, depuis, par Lacan, quand il affirme dans une interview (cité p. 212) : « Il y a des normes sociales faute de toute norme sexuelle, voilà ce que dit Freud », ce qui éclaire ex post la remarque de Rubin selon laquelle « la psychanalyse est une théorie du genre » (citée p. 209)…. Toujours est-il que ce regard apparaîtra original à qui a en tête cette défense de l’« ordre symbolique de la différence des sexes » (p. 222) promue par nombre de psychanalystes…

5Cet ouvrage foisonnant, avant tout académique, éclaire également des questions politiques d’actualité. C’est le cas, par exemple, de l’analyse fine faite par F. Rochefort à propos des positions des différentes églises sur le genre qui « opère une rupture avec une approche sacralisée de la différence des sexes » (p. 228) et « constitue sans conteste une nouvelle étape d’une sécularisation de la pensée » (p. 230). On comprend mieux alors les mouvements récents contre le « mariage pour tous » et les « abcd » à l’école, mouvements analysés spécifiquement, au fil de l’actualité récente dans le chapitre de R. Sénac intitulé « le contrat social à l’épreuve de l’offensive contre ladite « théorie du genre ». À la racine de ces résistances, il y a bien sûr cette hantise d’une possible dilution des différences, qui, elle, n’a rien de récent, et qui aurait pu, dans un nième chapitre d’un livre qui en compte déjà treize, faire l’objet d’une analyse spécifique du rapport de pouvoir entre hommes et femmes… Mais curieusement, alors que tous les auteurs s’accordent sur une définition relationnelle du genre, dans un fond de carte de domination masculine, les questions de pouvoir et les hommes eux-mêmes sont peu présents dans l’ouvrage, alors même que ce champ de recherche -les « masculinities »- est en plein développement. En cela, mais en cela seulement, cet ouvrage extrêmement riche pour le grand public et les chercheurs peu au fait du domaine pourra laisser un peu sur sa faim les spécialistes de ce champ.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Laurie Laufer et Florence Rochefort (dir.), Qu’est-ce que le genre ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 18 décembre 2014, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16502

Haut de page

Discipline

Anthropologie

Littérature

Psychanalyse - psychiatrie

Science politique

Sociologie

Philosophie

Haut de page

Sujet

Corps

Culture

Discriminations

Éducation

Genre

Inégalités

Sexualité

Religions - croyances

Sports et loisirs

Socialisation

Travail

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page