Navigation – Plan du site

Gérard Belloin, La fin du rêve socialiste. L’impasse du xxe siècle.

Julie Choquet
La fin du rêve socialiste
Gérard Belloin, La fin du rêve socialiste. La grande impasse du XXe siècle, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Clair & Net », 2014, 271 p., ISBN : 978-2-35687-335-4.
Haut de page

Texte intégral

1De la Révolution française à aujourd'hui, le socialisme transcende l'histoire de la vie politique en France. Dans cet ouvrage, Gérard Belloin, fort de son expérience empirique au sein du Parti Communiste Français, étudie les des formes que prend le socialisme depuis sa naissance, pour nous en dresser un large tableau. Par ses précédents ouvrages, où il analyse notamment son propre parcours, il a acquis une légitimité pour aborder ce thème.

2L’histoire du socialisme débute pour l’auteur autour de l'un des évènements les plus marquants, de l'histoire de France, la révolution de 1789. C'est selon lui le moment fondateur du concept de « socialisme ». C'est pourquoi il revient sur les auteurs ayant contribué à son élaboration depuis le xviiie siècle. Il réalise une sélection, non exhaustive et subjective, au sein de laquelle figurent principalement Babeuf, Saint-Simon, Fourier et Marx. Il expose alors les divergences entre ces auteurs, qui axent chacun leur réflexion sur des bases différentes. Il revient ce faisant sur les processus simultanés d’effacement de la religion chrétienne et de naissance du socialisme. Il détaille alors la complexité de ce double processus, et les nouvelles formes de religiosité qui vont apparaitre dans la mise en place du socialisme. En effet, il explique par exemple que le socialisme apporte peu à peu un substitut aux dogmes chrétiens, pour répondre aux angoisses et questionnements sur différents thèmes centraux, comme la vie après la mort. Les nouvelles théories politiques qui accompagnent le socialisme axent le progrès et la réalisation de l’Homme sur terre et non dans les cieux.

3Dans son ouvrage, il étudie de manière transversale les deux principaux partis qui s’appuient sur des idéaux « socialistes », le PCF et la Section Française de l’Internationale Ouvrière (SFIO). Cependant il ne retrace pas clairement leur chronologie. Notons pour mémoire que la SFIO naît de la fusion de différents partis socialistes français de la fin du xixe siècle, lors du Congrès du Globe en 1905. Le PCF, quant à lui, est créé en 1920, lors du Congrès de Tours, par les adhérents de l’Internationale Socialiste.

4Il dresse alors l’histoire de leurs divergences, quant à leur position face à la Russie dans le courant du xxe siècle, ou encore leur réaction durant les deux guerres mondiales par exemple, et de la dynamique qu’opère cette division sur la vie politique du xxe siècle en France. Il détaille également l’importance de deux éléments prépondérants dans la réalisation des idéaux socialistes : l’école républicaine et la science. C’est par ces deux biais que s’expriment notamment les espoirs et les enjeux de la réalisation concrète du socialisme. L’école par exemple, qui joue le rôle de « ciment » social, est aussi celle qui prépare à l’enracinement d’un patriotisme favorable aux évènements qui vont marquer la première moitié du xxe siècle.

5En effet, la première guerre mondiale représente une « épreuve », selon les termes de Gérard Belloin, pour le socialisme en plein essor de ce début de siècle. Deux valeurs contraires vont alors entrer en opposition : le patriotisme national, et l’internationalisme, défendu par les communistes. En effet, le pays est le théâtre d’un essor patriotique qui pousse alors les millions de soldats mobilisés à se livrer à une guerre ultra-violente dès 1914. Cela s’explique notamment par la volonté de lutter pour une cause commune, la cause nationale, et de conserver des acquis collectifs, de territoire, de richesses, etc. L’auteur, s’appuyant sur certaines idées de Sigmund Freud, émet l’hypothèse d’un « désir de guerre », que les hommes porteraient naturellement en eux, et qui serait réactivé dans de telles situations.

6Quelques années plus tard, la situation change radicalement en Russie, lors de la révolution d’Octobre. À partir de 1917, les socialistes et communistes français vont alors entretenir des relations fluctuantes mais ininterrompues avec leur éminent confrère russe. Gérard Belloin explique alors l’influence des Internationales sur l’organisation du PCF. Le Parti Communiste russe trouve des appuis dans ses relations avec les dirigeants français, notamment Maurice Thorez au PCF. La Russie y exerce une grande influence, et l’auteur parle ici de « bolchévisation » du parti. Cependant, Gérard Belloin n’approfondit pas sa critique, et reste relativement compréhensif à l’égard des choix du PCF au xxe siècle.

7À partir de la seconde guerre mondiale, le socialisme connaît d’autres épreuves :il faut lutter contre le fascisme au cœur de l’Europe. Par ailleurs, la situation se complique car la Russie entretient des positions ambigües face au phénomène fasciste en Allemagne. Les communistes reconnaissent les phénomènes dictatoriaux comme étant la dernière « mutation » d’un capitalisme à bout de souffle, et plus généralement perçoivent la guerre comme bourgeoise et impérialiste. Au cours de la seconde guerre mondiale, certains français s’engagent alors dans la résistance, parmi lesquels des socialistes. Cependant la SFIO est affaiblie par la guerre, tandis que le PCF, lui, résiste et passe sous silence ses hésitations dans sa position face à l’occupant allemand, notamment depuis le pacte germano-soviétique. Il défend alors sa place d’unique opposant français au nazisme allemand et se pose comme figure principale de la résistance française. Aujourd’hui encore, comme l’explique Gérard Belloin, le PCF reste bien plus associé à la résistance dans les mémoires des français que ne le sont les socialistes. Le PCF sort grandi à la Libération, et domine pour un temps la SFIO dans le champ politique français.

8Cependant, le paysage politique du pays est, à cette période, moins marqué par les oppositions, et différents partis – la SFIO, le PCF et le MRP – mettent ensemble en place, en partie, le programme du Conseil National de la Résistance. Par la suite, le monde entre dans la guerre froide : là encore la position de la France et notamment du PCF n’est pas facile à tenir. En effet, le parti est alors présent au gouvernement, mais ses ministres en sont révoqués à la suite d’une grève de l’usine Renault, que les députés communistes soutiennent, alors qu’elle est réprimée par le gouvernement et la SFIO. Enfin l’auteur revient sur les positions très critiquables de la SFIO lors de la guerre d’Algérie, et du PCF dans la répression des ouvriers hongrois par l’Armée Rouge.

9La vie politique française connait par la suite de lourds changements, avec la position mouvante du président De Gaulle, et les prises de positions là encore opposées des deux partis quant au soutien à lui apporter. La naissance de la ve République constitue un tournant car les deux partis, pétris de contradictions, s’oppose là encore sur certains points dans les débats de cette période. Lors des évènements de Mai 1968, le PCF condamne en partie les mouvements étudiants, et rompt alors avec les jeunes manifestants, qui le perçoivent comme faisant encore partie du « vieux monde ». Dans les années qui suivent, la question du socialisme imprègne les espérances et les questionnements des français, et aboutit finalement à l’élection de François Mitterrand le 10 mai 1981. Pierre Mauroy déclare alors que « l’heure du socialisme est venue ». Malgré le progrès et l’espoir que cette victoire représente pour la gauche française, l’auteur déplore le processus de « présidentialisation » du Parti Socialiste, et par la suite sa conversion pure et simple à un néolibéralisme si longtemps condamné. Les années qui suivent marquent pour l’auteur la « dépolitisation » du parti, dont le seul objectif serait la victoire présidentielle.

10Enfin, il décrit les situations d’inégalités sociales que subit encore le peuple français : la présence des socialistes au pouvoir ne permet pas la réalisation des espoirs entretenus durant tant d’années. Il revient sur les horizons actuels, n’abordant quasiment pas la victoire de François Hollande sans se justifier sur ce point, et terminant son ouvrage sur un constat peu optimiste. Il explique en effet les évolutions qu’ont subies les populations actuelles, qui ne correspondent plus à celles décrites par les premiers penseurs du socialisme et du communisme. En effet, le concept de société de classes, de masses, pensées par leur groupe d’appartenance, n’est plus autant valable dans une société dominé par un individualisme de masse. Enfin, il souligne l’espoir qu’apportent les nombreux travaux naissants, d’ordre écologique ou citoyen, qui cherchent encore à trouver les solutions d’un vivre-ensemble respectueux, notamment de la nature, ce qui pour Gérard Belloin est un point hautement positif.

11L’auteur parcourt dans ce livre l’ensemble de l’histoire du socialisme français, au fil des épreuves et des victoires. Il est possible de regretter que Gérard Belloin n’étoffe pas ses explications de son expérience personnelle au sein du Parti Communiste Français, comme on aurait pu s’y attendre, mais peut-être cette distance avec son objet contribue à une meilleure scientificité de son travail. Cependant il reste relativement modéré dans sa critique des différents partis socialistes qu’il étudie, et notamment du PCF auquel il a adhéré pendant presque quarante ans. Cet ouvrage reste néanmoins accessible aux néophytes, et constitue une bonne base pour quiconque s’intéresse au socialisme français, aux innovations de ses théories, aux déceptions qui l’accompagnent tout au long du xxe siècle, mais surtout aux immenses espoirs qu’il suscite depuis sa naissance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Choquet, « Gérard Belloin, La fin du rêve socialiste. L’impasse du xxe siècle. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 18 décembre 2014, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16505

Haut de page

Rédacteur

Julie Choquet

Master de Sociologie Politique à l’Université Paris X, auteure d’un mémoire sur le soulèvement néozapatiste de 1994 au Chiapas.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page