Navigation – Plan du site

Christian Bromberger (dir.), « Attendre », Terrain, n° 63, septembre 2014

Tatiana Burtin
Attendre
Christian Bromberger (dir.), « Attendre », Terrain, n° 63, septembre, 2014, 164 p., Paris, Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 978-2-7351-1700-0.
Haut de page

Texte intégral

1La revue d’ethnologie et de sociologie Terrain propose, pour son 63e numéro, de faire un tour d’horizon de la notion d’attente, comprise comme phénomène social impliquant un rapport différent au temps et à l’espace, codifié selon les époques et les sociétés, et allant à contre-courant de la vie moderne où l’« accélération du temps » est de plus en plus sensible (Bromberger, p. 4). Les neuf articles, qu’ils soient théoriques ou qu’ils rendent compte d’études de terrain, portent plus spécifiquement sur quelques réalités françaises (cas des demandeurs d’asile, des immigrés récents, des militaires en opération, des détenus en maison d’arrêt), mais trois articles ouvrent la réflexion sur des perspectives non-occidentales. Une variété d’illustrations (reproductions de tableaux célèbres, de strip de bande-dessinée, photos prises sur le terrain…) montre que ce phénomène a de tout temps aiguisé la curiosité des artistes et des chercheurs.

2Dans une introduction rapide, Christian Bromberger analyse diverses significations et codifications de l’attente, considérée volontiers comme un temps vide, perdu, désynchronisé par rapport à la marche normale du monde. Perçue comme une épreuve à passer ou dépasser, l’attente est vécue différemment selon qu’elle est « situationnelle » ou « existentielle » : la première est une composante obligatoire de la vie en société ou en groupe régie par des codes et des rituels variables selon les lieux et les cultures, tandis que la seconde est tendue vers un avenir plein d’espoir ou de crainte et suscite également ses propres codifications. L’auteur évoque enfin le risque de basculement dans la révolte et la violence, lot de toute attente poussée à sa limite.

3Le 2e article reprend un projet inachevé de Précis de traité de sociologie par René Maunier (1887-1951), dont un extrait est paru dans les Annales d’Histoire sociale en 1941. Il explore la diversité morphologique des files d’attente (ou « queues »), les conditions dans lesquelles elles se forment, les aspects qui les caractérisent (groupe « menu », « formé », « passif », « debout », « serré », « réglé », etc.), ses fonctionnements et les sociabilités qui s’y développent, ainsi que les hiérarchies et les dissensions qui y naissent à l’occasion.

4Carolina Kobelinsky examine quant à elle le « temps dilaté » des demandeurs d’asile arrivés en France, à travers deux récits de vie particuliers, recueillis entre 2003 et 2008. Confinées dans l’« espace rétréci » de leur hébergement (les centres d’accueil CADA), ces personnes doivent vivre une attente de plusieurs mois, voire plusieurs années, malgré les coûts administratifs pour le pays d’accueil et la pénibilité de la situation pour eux-mêmes. L’enquête montre que ce temps n’est ni homogène ni continu, mais dégage cependant trois moments récurrents dans tous les cas : la halte lors de l’arrivée au foyer, après le départ et la course aux obstacles du voyage, et le début de l’attente qui impose une arrêt, voire un bilan de la situation vécue ; l’installation sur une durée longue et l’apparition de l’ennui ; le contournement de l’attente grâce à diverses stratégies.

5L’article suivant complète le précédent en donnant cette fois-ci à voir la réalité des immigrants installés en France depuis quelques années, et qui sont partagés entre les attentes contradictoires de leur pays de naissance et de leur pays d’adoption. Le renforcement des politiques de contrôle aux frontières et les restrictions des conditions d’obtention d’un titre de séjour ont ralenti le parcours de l’immigré vers l’accès à un statut régulier et généré des contraintes d’attente spécifiques, d’après Stefan Le Courant. L’étranger en attente de ses « papiers » vit dans un éternel présent fait de multiples recommencements. Loin de pouvoir enfin profiter de son temps après la régularisation de sa situation, le migrant subit ensuite les contraintes temporelles de la précarité dans le pays d’accueil (travail au noir, de nuit, horaires pénibles) et voit son temps personnel réduit au profit des exigences familiales sur place ou là-bas (cadeaux à transmettre, retour au pays, mariage arrangé, etc.)

6Dans « Dépêchez-vous d’attendre ! », Mathias Thura explore le temps dans l’engagement militaire, non pas d’après les temporalités sociales des biographies mais sur le terrain-même, pour renverser un préjugé tenace sur l’activité des armées. La conscription en France, révolue depuis 2001, a fortement ancré dans l’imaginaire collectif l’idée que le temps du soldat est majoritairement constitué de « temps morts », d’attente et d’ennui. Or, la disponibilité juridique des militaires façonne l’organisation de leur travail et informe leur rapport au temps en vue de la préparation au combat, ainsi que certaines expressions qui y font référence. L’attente fait objectivement partie de ce travail. Elle est à la fois un levier de pouvoir et un effet induit par son organisation. De plus, durant la préparation des soldats, on anticipe sur le combat à venir, ce qui entretient le collectif militaire.

7Plutôt qu’une réflexion philosophique sur la file l’attente, Gérard Monnier choisit une démarche photographique originale (refus de la mise en scène, format panoramique, etc.), afin de saisir la variété des formes d’« attendre ensemble » selon les situations quotidiennes (bus, entrée de magasin…) et dans divers pays. Il propose donc un angle différent mais non négligeable pour la recherche en donnant « une image forte du banal », et en posant la singularité d’une démarche artistique comme regard alternatif au propos scientifique défendu dans ce numéro.

8Dans « Le temps de punir », Yasmine Bouagga se penche sur l’attente dans les maisons d’arrêt, non du point de vue des détenus mais du personnel pénitentiaire et des juges d’application des peines qui modulent le temps de l’incarcération. L’attente est à la fois la marque d’un pouvoir sur un détenu disponible et un projet de réforme sur lui à long terme. La prison est un cadre de travail mettant en présence des professionnels soumis à de fortes pressions organisationnelles dans un espace et un temps saturé, face à des détenus inoccupés.

9Christophe Pons examine les christianismes millénaristes en Islande, à Féroé et au Cap-Vert, îles de confessions et de cultures différentes, devenues indépendantes au cours du XIXe siècle. Dans ce processus, la religion a joué un rôle majeur en répondant à l’attente d’un destin eschatologique doublé de l’espoir très proche de la souveraineté. Ces christianismes (adventisme, pentecôtisme, méthodisme, calvinisme et luthérianisme) ne sont pas qu’un héritage européen, ils révèlent d’après Pons une conception proprement autochtone des utopies sociales destinée à gérer les attentes trop longues de la libération, et fondée sur un rapport au temps particulier, entre le défi de pérennité pour une société en reconstruction et la crainte d’une fin annoncée pour tous les chrétiens.

10Le dernier article du dossier est basé sur des entretiens avec une Vietnamienne vivant en Australie choquée par l’attitude des ses compatriotes lors d’un fait divers récent dans son pays d’accueil. Le traitement de cette information dans les médias la rend honteuse de son identité et de ce que son corps en révèle. Maree Pardy interroge ce sentiment de honte généré par l’attente jamais pleinement satisfaite d’appartenance à la culture australienne, qui paradoxalement s’autoproclame multiculturelle. « Honteu[se] d’attendre », cette femme vietnamienne se reproche sa passivité, qui peut parfois mener à des éclats passagers d’agressivité.

11Enfin, un article hors dossier traite des « convoitises » que suscitent les vagues, d’après une enquête de terrain menée par Christophe Guibert. Entendues comme des « matérialités naturelles » exploitées principalement pour le surf, les vagues des côtes sont soumises à divers processus d’appropriation, chacun orienté vers des profits différents, à la charnière d’intérêts politique, économique et « identitaire » (patrimonialisation, privatisation).

12L’approche socio-ethnologique actuelle renouvelle donc les perspectives de l’attente, dans ces cadres bien définis présentés tout au long des articles, où elle prend un sens vital. Il est frappant de constater que l’attente est entre autres et surtout le signe d’un pouvoir bien compris par celui qui gère le temps, par rapport à ceux qui le subissent. L’attente nous apparaît ainsi en dernière instance comme la condition sine qua non d’une vie en société pérenne et stable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tatiana Burtin, « Christian Bromberger (dir.), « Attendre », Terrain, n° 63, septembre 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16511

Haut de page

Rédacteur

Tatiana Burtin

Enseignante en français, chargée de cours en littérature à l’Université Laval (Québec) et metteur en scène

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page