Navigation – Plan du site

Michèle Fogel, Roi de France. De Charles VIII à Louis XVI.

Fadi El Hage
Roi de France
Michèle Fogel, Roi de France. De Charles VIII à Louis XVI, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2014, 586 p., ISBN : 978-2-07-035646-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les Cérémonies de l’information dans la France du XVIe au milieu du XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1 (...)
  • 2 Le Pouvoir absolu : Naissance de l’imaginaire politique de la royauté, Paris, Gallimard, 2013 ; Le (...)

1En posant une question en apparence simple (« Qu’est-ce qu’être roi de France ? »), Michèle Fogel nous livre un ouvrage de synthèse qui mérite qu’on y prête attention. Dans le sillage de ses écrits passés1, tout en prenant en compte les nombreuses évolutions historiographiques depuis une bonne décennie, elle essaie de définir la souveraineté royale à travers la personne du roi, dans sa dimension institutionnelle (à l’instar d’Arlette Jouanna dans ses ouvrages récents2) mais également en tant qu’individu. Cette alliance de l’humain et de la symbolique se manifeste le long des trois parties de l’ouvrage.

  • 3 L’Assassinat d’Henri IV, Paris, Gallimard, 1964.

2Ce qui frappe d’emblée le lecteur, c’est à quel point l’accession au trône est soumise à une multitude de contingences, y compris après le couronnement. L’élaboration progressive et difficile de la succession royale par les descendants mâles a incarné les crises dynastiques majeures. Le paroxysme a certainement été atteint en 1584, à la disparition de François d’Alençon, dernier frère subsistant d’Henri III, qui avait déjà succédé à ses deux frères aînés, Charles IX et François II (mort d’une otite et non d’une tuberculose comme indiqué page 129). Le souverain était sans héritier (p. 116-117). Pour la plupart, l’héritier le plus proche était Henri de Navarre, cousin au vingt-et-unième degré, ce qui était contesté et peut-être même contestable, dans la mesure où, comme Roland Mousnier l’a écrit dans son Assassinat d’Henri IV (1964)3, le roi de Navarre descendait par les mâles de Robert de Clermont, fils de Saint Louis mort en 1317. Or, le principe de succession en vertu d’une prétendu loi salique n’a été établi que six décennies plus tard (p. 23-29), ce qui signifie qu’en vertu d’un principe de non-rétroactivité, il était possible de ne pas prendre en compte cette ascendance par les mâles trop ancienne. Ce problème n’apparaît finalement qu’en filigrane dans l’ouvrage, à travers une citation d’Henri IV, affirmant que le royaume était le sien « par héritage et par acquisition » (p. 56).

3La conception d’un héritier direct tendait à l’obsession à partir de la mort de Charles VIII (p. 96-131). Louis XII, qui avait succédé à ce roi mort sans héritier (le petit Charles-Orland est mort à l’âge de trois ans en 1495), a tâché durant son règne de concevoir un héritier afin de perpétuer son lignage et d’éviter que son cousin François d’Angoulême ne devienne son héritier présomptif. Michèle Fogel insiste avec pertinence sur cette obsession de l’héritier, doublée de la fonction politique des unions réalisées. C’est là que l’on saisit la dimension humaine du roi de France. Il n’a aucun pouvoir sur la pérennité de sa dynastie. Henri IV l’avait bien compris quand, enfin reconnu roi légitime (après l’absolution accordée par le pape en 1595), il a donné une place à ses fils naturels légitimés, les Vendôme, nés avant Louis XIII. L’existence de celui-ci a rendu caduque tout espoir pour eux de monter sur le trône, mais, afin de les éloigner de façon manifeste de la famille royale, leur préséance sur les ducs et pairs a été prestement abolie, une fois leur père assassiné (1610). Seul Louis XIV leur a rendu une place proche des princes du sang en 1694 (nous n’avons pu trouver les raisons pour lesquelles on lit « 1662 » à la page 44), afin de régulariser la situation de ses propres bâtards légitimés survivants, le duc du Maine et le comte de Toulouse (p. 45).

  • 4 Ralph E. Giesey, Le Roi ne meurt jamais, Paris, Flammarion, 1987 (édition française d’une thèse amé (...)

4Au cours de l’époque moderne, le cérémonial entourant le roi a évolué. Tirant le meilleur parti d’auteurs emblématiques de l’école cérémonialiste comme Ralph E. Giesey, Michèle Fogel rappelle le caractère évolutif de la monarchie et de son cérémonial. L’exemple des obsèques, étudié justement par Giesey4, inspire le chapitre sur la mort du souverain (p. 132-171). Son double en cire, exposé avant les funérailles, assurait la transition entre le défunt et son successeur. Or, les crises subies par le royaume ont progressivement mis fin à ce rituel, qui n’a connu un dernier soubresaut qu’aux obsèques d’Henri IV en 1610, marquant un retour à la normale. Toutefois, l’esprit avait changé et Louis XIII, mû par un vœu d’humilité, a rendu ses propres obsèques extrêmement simples (1643).

5Le roi était représentation. La deuxième partie de l’ouvrage insiste particulièrement sur ce point. Louis XIV est celui qui a mis cette situation à son apogée, contrairement à son successeur Louis XV. En effet, celui-ci préférait avoir une existence privée, entouré de sa famille et de quelques privilégiés. Cette attitude a porté préjudice au prestige royal, contribuant à altérer une autorité politique extrêmement variable du XVe au XVIIIe siècle. Les révoltes nobiliaires ont mis en évidence la construction difficile de l’autorité du roi, confronté au problème séculaire des Grands aspirant à jouer un rôle politique, au détriment des conseillers choisis par le souverain. L’aspiration de ce dernier à gouverner lui-même est le symbole des plus grands actes d’autorité royale, même si le fait de gouverner soi-même pouvait prendre différentes formes (p. 296-335).

  • 5 Joël Cornette, Le Roi de guerre. Essai de souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, Payot (...)
  • 6 Jean-Philippe Cénat, Le Roi stratège, Paris Presses Universitaires de Rennes, 2010 ; Chamlay, le st (...)

6La dernière partie conclut l’ouvrage sur la question du rôle personnel du roi, à travers les affaires militaires, redevenues un champ d’étude majeur depuis deux décennies, au-delà même de cette image du « roi de guerre », établie par Joël Cornette en 19935. Michèle Fogel se focalise sur l’action du roi, en s’appuyant sur des travaux récents, notamment ceux de Jean-Philippe Cénat, que l’on reconnaît aisément à travers les pages relatives au Palatinat6. Cette dernière partie, plus chronologique que les autres, semble moins maîtrisée, dans la mesure où la synthèse d’autres auteurs n’a pas véritablement abouti à des conclusions globales autres qu’une compilation de situations militaires choisies plus ou moins arbitrairement. Toutefois, elle livre des exemples qui donnent à réfléchir sur le rôle militaire réel du roi.

7Le roi de France accordait de l’importance au domaine militaire, qui était un moyen d’attacher à son service la noblesse, y compris des princes du sang tel le Grand Condé (mort en 1686 et non en 1687, comme on peut le lire à la page 428). La récompense militaire était également l’occasion d’asseoir la continuité royale séculaire, ainsi que l’a fait Louis XIV en instituant en 1693 (et non en 1696, p. 40) l’ordre de Saint-Louis, lui permettant de s’attacher plus fortement à la figure du grand ancêtre. La guerre était déterminante dans la construction de l’autorité royale. En effet, sur la longue durée, elle avait pour objet interne de mettre fin aux puissances militaires personnelles, à l’exemple de celle du duc d’Épernon qui, en tant que colonel-général de l’infanterie, avait un pouvoir important en matière de nominations. Seul Louis XIV a pu réduire ces puissances concurrentes, tout en ménageant les généraux jugés les plus utiles au royaume, tels Turenne et Condé. Or, la mort de ces derniers a facilité une évolution du commandement, qui a vu les généraux généralement bridés dans leurs objectifs. Cela était plus aisé sur le terrain flamand, de par la proximité avec la Cour, si bien que c’est surtout à propos de ce front que l’on a évoqué une « stratégie de cabinet », assisté du secrétaire d’État de la Guerre (et non « à la Guerre », comme on le lit à plusieurs reprises dans l’ouvrage).

8Conclure la partie militaire de l’ouvrage en insistant sur Maurice de Saxe est logique (p. 436-443), puisqu’il est réputé être le dernier général ayant obtenu des victoires décisives au service de la France, avant les guerres de la Révolution et de l’Empire. Sa mort a précipité un déclin militaire déjà bien entamé, dont Louis XV était en partie responsable. Ce roi n’avait que trop brièvement été un « roi de guerre ». Son successeur, Louis XVI, n’a mené qu’une guerre lointaine en Amérique, qui ne pouvait réellement lui conférer une stature particulière en ce domaine. C’était la dernière fois qu’un roi de France y jouait un rôle, car, la Révolution venue, Louis XVI a été dépouillé dans les faits de ses pouvoirs, par ailleurs réduits à une peau de chagrin. La particularité de la Révolution est, selon l’auteur, qu’elle est issue d’une crise qui n’était pas dynastique, contrairement à celles de la guerre de Cent ans et de la Ligue. La Fête de la Fédération, présentée comme une union fantoche entre le roi et la Nation, ne fait qu’asseoir l’idée d’un prince bridé, confiant toutefois en la fidélité des provinces. Cet espoir, suggère Michèle Fogel, l’a incité à s’enfuir de Paris pour Montmédy en juin 1791, mais, comme chacun sait, sa tentative a pris fin à Varennes (p. 463-464).

9En dépit de quelques inexactitudes factuelles qui n’altèrent en rien le propos de son ouvrage, Michèle Fogel a réalisé une belle synthèse sur un personnage essentiel de l’histoire moderne de la France, que l’on pense souvent connaître, mais que l’on n’arrive finalement pas toujours à saisir du fait des évolutions de son pouvoir et de son prestige.

Haut de page

Notes

1 Les Cérémonies de l’information dans la France du XVIe au milieu du XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1989 ; L’État dans la France moderne de la fin du XVe au milieu du XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1992.

2 Le Pouvoir absolu : Naissance de l’imaginaire politique de la royauté, Paris, Gallimard, 2013 ; Le Prince absolu. Apogée et déclin de l’imaginaire monarchique, Paris, Gallimard, 2014.

3 L’Assassinat d’Henri IV, Paris, Gallimard, 1964.

4 Ralph E. Giesey, Le Roi ne meurt jamais, Paris, Flammarion, 1987 (édition française d’une thèse américaine de 1960).

5 Joël Cornette, Le Roi de guerre. Essai de souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, Payot, 1993.

6 Jean-Philippe Cénat, Le Roi stratège, Paris Presses Universitaires de Rennes, 2010 ; Chamlay, le stratège secret de Louis XIV, Paris, Belin, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fadi El Hage, « Michèle Fogel, Roi de France. De Charles VIII à Louis XVI. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 21 décembre 2014, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16517

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page