Navigation – Plan du site

Thomas Reverdy, La construction politique du prix de l’énergie

Joseph Cacciari
La construction politique du prix de l'énergie
Thomas Reverdy, La construction politique du prix de l'énergie. Sociologie d'une réforme libérale, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Gouvernances », 2014, 320 p., ISBN : 9782724615609, DOI : Sciences Po (Presses de).
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Thomas Reverdy s’inscrit dans le bouillonnement actuel des recherches en sciences sociales autour du thème de l’énergie et sa contribution est loin d’être négligeable. D’une part, parce que l’auteur se donne pour ambition d’examiner et de documenter les mécanismes sociopolitiques et économiques qui ont présidé à la construction du marché de l’énergie français au moment de sa libéralisation et de son intégration au marché européen entre 1996 et 2010. D’autre part, parce qu’il soutient une thèse importante, celle d’un retour du politique dans la régulation du marché de l’énergie.

  • 1 L’ouvrage propose une annexe concernant la démarche d’enquête et les principales sources mobilisées (...)

2Le « terrain » de Thomas Reverdy n’est pas la construction politique du prix de l’énergie en général, mais celle du prix du gaz et de l’électricité dans le marché de « gros » destiné aux clients industriels, et particulièrement ceux relevant d’industries électro ou gazo-intensive (papeterie, chimie, métallurgie, etc.). L’enquête, menée entre 2004 et 2010 dans le cadre de deux contrats d’étude avec un fournisseur d’énergie, s’appuie sur une grande variété de matériaux1 : entretiens, littérature grise, rapports officiels, débats parlementaires. On peut regretter deux choses ici. Premièrement, un manque de précisions biographiques sur certains enquêtés cités, mais, encore plus, sur les conditions de production des entretiens : choix des enquêtés, relation d’enquête, scène ; des éléments qui auraient été utiles dans le contexte contractuel de la recherche. Deuxièmement, il est fort dommageable que l’auteur ne propose aucune note d’observations directes des pratiques, des acteurs ou des scènes étudiés. Celles-ci n’auraient pas manqué d’éclairer certains arguments, notamment lorsque l’auteur se réfère à des interactions entre des agents commerciaux, des fournisseurs d’énergie, des consultants-experts et des clients industriels (p. 111-124). Néanmoins, la qualité d’ensemble de l’ouvrage (bien écrit, documenté et organisé) compense ces quelques faiblesses.

3Le volume est composé d’une longue introduction (35 pages) et de trois parties qui couvrent trois temps de l’histoire récente de la libéralisation des secteurs gazier et électrique européens, mais principalement français.

  • 2 Défendue notamment par l’auteur français Michel Callon, par exemple dans : « What Does It Mean do S (...)
  • 3 La démarche de l’auteur s’apparente souvent à une étude de Policy Transfert Studies, sans qu’il en (...)

4L’introduction apporte des éléments de cadrage sur l’histoire de cette libéralisation. L’auteur y expose aussi le cadre d’analyse qu’il va mettre à l’épreuve tout au long de l’ouvrage. Mixe entre la sociologie économique inspirée par la sociologie des sciences et des techniques2 et la sociologie économique d’inspiration néo-institutionnaliste, ce travail expose les bénéfices et désavantages des deux approches. L’auteur retient de la première l’idée de performativité de la science et de l’expertise économique, i.e. sa capacité à s’auto-instituer comme référence légitime et mode d’évaluation. Il conserve essentiellement de la seconde sa capacité à rendre compte de l’adhésion des acteurs à des modèles institutionnels et de la façon dont ces modèles circulent3. L’auteur complète cette grille d’analyse en n’excluant pas la possibilité d’une marge de manœuvre pour les acteurs sociaux, en s’appuyant notamment sur la sociologie du droit et de la délibération (p. 38).

  • 4 Afin de compléter, ou d’approfondir, les analyses de Thomas Reverdy on peut donc se tourner vers le (...)

5La première partie de l’ouvrage (chapitres 1 à 3) s’intéresse spécialement aux conditions initiales de l’européanisation du marché de l’énergie, fortement adossées au modèle standard de l’économie : concurrence, séparation des activités de production - distribution et commercialisation, régulation fondée sur le droit et l’expertise supposément « autonome » tant du pouvoir politique que du pouvoir économique, abandon du tarif pour des prix de marché négociés sur des places boursières. L’auteur décrit d’abord comment se crée une continuité entre secteur régulé et marché (avec une distinction descriptive utile entre tarif et prix). Il revient ensuite sur les modalités de fabrication du prix et démontre l’artificialité originelle de ce marché. Le troisième chapitre a trait aux stratégies des fournisseurs et des industriels pour intégrer efficacement ce nouveau marché et se conclut sur les prémices d’un doute quant à l’efficience du marché à trouver l’équilibre au bénéfice du consommateur industriel. Toute cette partie est riche d’informations, mais elle est parfois écrite de « trop haut », ce qui fait perdre des nuances (l’auteur parle « des élites », par exemple) quant aux mécanismes précis de circulation des idées, croyances ou controverses entre pouvoirs politiques et économiques (pantouflage ou réseaux sociaux d’influence4).

6La deuxième séquence (chapitres 4 à 6) nous entraîne dans le fonctionnement concret du marché français de l’énergie pour les grands consommateurs. L’auteur revient sur l’expérience de la concurrence telle qu’elle fut vécue alors par certains clients industriels. Il démontre avec force comment la compétence de calcul (principalement pour anticiper les fluctuations des prix) devient un « capital » central pour les clients dans le contexte d’incertitude et de transition des premières années de libéralisation. Cette deuxième partie mène au moment où émergent les premières critiques du modèle standard du marché, critiques portées par ceux-là même qui avaient en partie plaidé pour l’ouverture du marché : les gros clients des industries électro ou gazo-intensives. Les disputes éclatent principalement du fait d’une augmentation des prix et de la faible, ou inégale, lisibilité du marché. Ces critiques deviennent les fondements d’un revirement dans la conception du marché en France avec l’amorce d’un retour à une régulation politique (retour au tarif réglementé, maintien des contrats à long terme). Reverdy expose enfin la façon dont ces critiques sont socialement ancrées : dans le monde universitaire, dans un contexte de crise de l’emploi, parmi les hauts fonctionnaires, etc.

7La troisième et dernière partie (chapitres 7 à 10) porte sur l’émergence d’alternative au marché tel que défini par le modèle standard et sur la manière dont l’État français joue de ses marges de manœuvre face aux exigences européennes, pour imposer le retour d’une régulation politique du marché. La séquence telle que décrite par Thomas Reverdy nous amène jusqu’au vote de la loi portant sur la nouvelle organisation du marché de l’électricité, qui opère d’une certaine manière un revirement par rapport au processus de libéralisation en imposant de nouveau des tarifs régulés et qui réorganise la transition vers « un vrai marché » mais aussi l’Accès au réseau électrique nucléaire historique.

8L’auteur conclut sur quatre propositions. Premièrement, il ressort de l’expérience française du marché de l’énergie que « la croyance dans l’efficacité du marché est devenue une hypothèse, discutable et même falsifiable » (p. 291) au moins pour certains acteurs. En résumé, la théorie économique orthodoxe se retourne contre elle-même (p. 295). Deuxièmement, les autorités de régulation, louées par la théorie économique standard, restent en grande partie « orientées par la croyance dans l’efficacité de la concurrence et du marché et du mécanisme de l’équilibre des prix » (p. 293), présupposé normatif pourtant mainte fois mis en défaut. Troisièmement, du côté des acteurs politiques, la croyance dans le marché est conditionnée, d’abord, par ses effets perceptibles à court terme (celui du temps politique) comme sur le prix, le contentement des électeurs, les conséquences sur l’emploi, etc. Enfin, la notion de concurrence, plus que celle de prix ou de forme de régulations, est devenue « une institution pivot » (p. 300), incontournable, susceptible néanmoins d’« être déclinée avec une certaine inventivité » comme dans le cas du marché français du gaz et de l’électricité.

9Il y aurait peut-être lieu de pouvoir poursuivre la recherche de T. Reverdy avec le recul de quelques années dont nous disposons aujourd’hui, notamment autour des notions ou propositions qu’il met en avant : celle de découplage, de faible efficacité du signal prix pour orienter « le consommateur ». On pourrait pour cela rouvrir quelques dossiers qu’il évoque (les commissions qui ont participé à refaçonner le marché, l’existence d’un champ de relation entre tous ces acteurs). Finalement, l’ouvrage de Reverdy a la propriété essentielle des ouvrages qui comptent lorsqu’un champ de recherche commence à s’institutionnaliser, comme celui des sciences sociales de l’énergie, ses limites sont autant d’invitations à poursuivre les efforts (considérables) de l’auteur et à en préciser les analyses.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage propose une annexe concernant la démarche d’enquête et les principales sources mobilisées, p. 301-308.

2 Défendue notamment par l’auteur français Michel Callon, par exemple dans : « What Does It Mean do Say That Economics Is Performative ? », in Donald MacKenzie et al., Do Economist Make Markets ? On performativity of Economics, Princeton, Princeton University Press, 2007.

3 La démarche de l’auteur s’apparente souvent à une étude de Policy Transfert Studies, sans qu’il en soit vraiment question ni que cette approche ne soit mobilisée explicitement. Pour une revue de littérature récente sur la question voir l’article de Thierry Delpeuch, « Comprendre la circulation internationale des solutions d’action publique : panorama des policy transfer studies », Critique internationale, 2009, 43, p.153-165.

4 Afin de compléter, ou d’approfondir, les analyses de Thomas Reverdy on peut donc se tourner vers les travaux s’intéressant spécifiquement au champ économique (comme ceux de Frédérique Lebaron, dont son dernier ouvrage, La crise de la croyance économique, compte-rendu disponible sur Lectures: http://lectures.revues.org/1202) ou aux liens entre champ politique et économique, dont un exemple récent est proposé par Dudouet François-Xavier et al., « Retour sur le champ du pouvoir économique en France »,  Revue Française de socio-économie, 1/2014, 13, p. 23-48.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Cacciari, « Thomas Reverdy, La construction politique du prix de l’énergie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 26 décembre 2014, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16571

Haut de page

Rédacteur

Joseph Cacciari

Doctorant en sociologie, Aix-Marseille université (AMU), Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES, UMR 73 05, AMU, CNRS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page