Navigation – Plan du site

« Une crise sans précédent ? Expériences et contestations des restructurations (II) », Travail et emploi, n° 137, 2014

Émilie Aunis
Une crise sans précédent ?
« Une crise sans précédent ? Expériences et contestations des restructurations (vol. I) », Travail et emploi, n° 137, janvier-mars, 2014, 152 p., Paris, La Documentation Française, ISSN : 0224-4365.
Haut de page

Texte intégral

1À l’aune de la crise et à l’heure où le monde de l’entreprise se voit profondément bouleversé, le numéro de la revue Travail, Emploi qui revient sur différentes « expériences et contestations des restructurations » paraît plus que d’actualité. À travers sept contributions, faisant suite à une très riche introduction portée par Anne Bory et Sophie Pochic, le numéro entend mettre l’accent sur différentes formes de restructurations, en France et à l’étranger et sur les réactions qu’elles suscitent, depuis la négociation jusqu’aux résistances individuelles et/ou collectives.

2Plusieurs contributions de la revue s’interrogent sur des conflits spécifiques en tenant compte de la temporalité, mettent l’accent sur la manière dont les rapports de force ainsi que les revendications se structurent et se modifient au fil du temps. Nicolas Verschueren présente ainsi quatre études de cas sur les restructurations en Wallonie et les contre-propositions salariales dont elles ont fait l’objet : de la demande de reclassement et de reconversion par les mineurs italiens du borinage en 1959 à la collectivisation d’une part des indemnités comme fonds d’investissement par les salariées de Levi’s en 1984, en passant par la reconversion vers des emplois de bureau pour les femmes de chez Siemens en 1976, ou encore la création d’une société de transport de containers en 1977 à l’usine sidérurgique d’Athus. Sans faire-fi des contextes socio-économiques de chacune des entreprises, l’auteur montre ainsi comment l’émergence de ces différentes propositions ou alternatives correspond davantage à l’évolution historique des paradigmes économiques. La contribution de Vincent Gay sur le conflit de l’usine Talbot en 1983-1984 montre comment les rapports de force se sont progressivement modifiés dans le temps. D’abord structuré autour des positions de la CFDT – prônant le zéro licenciement – et de la CGT, luttant pour la sauvegarde de l’entreprise, le conflit qui survient suite à l’annonce de licenciements massifs se recompose progressivement. Vincent Gay analyse en effet la manière dont la revendication de l’aide au retour au pays par les salariés immigrés émerge et modifie le positionnement des uns et des autres, même si les organisations syndicales l’acceptent in fine. Le troisième article retrace le conflit emblématique des salariés de continental dans l’Oise. Pascal Depoorter et Nathalie Frigul y montrent comment la lutte s’est d’abord engagée sur fond de sentiment d’injustice pour se radicaliser ensuite avec le soutien de leaders politiques et syndicaux, entre autres Xavier Mathieu, cégétiste qui fascine les médias, et le militant révolutionnaire Roland Szpirko qui apporte son savoir et savoir-faire dans une lutte qui se radicalise et devient un conflit politique davantage qu’un conflit du travail. La contribution de Mathieu Hocquelet porte sur restructurations discrètes des enseignes Walmart aux États-Unis, lesquelles ont contre toute attente, donné lieu à de très fortes critiques sociales. L’auteur montre comment émergent des résistances salariales collectives dans une entreprise qui œuvre à l’antisyndicalisme et dont les salariés sont par ailleurs soumis à des situations de travail précaires et à un turn-over important. Des transformations organisationnelles majeures (accroissement de la productivité, blocage de la mobilité professionnelle, recours à de jeunes recrues) construisent l’existence d’un faisceau de salariés insatisfaits. Mais c’est aussi la stratégie de l’UFCW (syndicat des travailleurs du commerce) qui s’avère payante. Très intéressé par l’enseigne qui emploie un nombre de salariés très important, le syndicat multiplie les campagnes visant à faire prendre conscience aux salariés de Walmart de la nécessité de s’opposer malgré une politique d’entreprise très rôdée d’adaptation chronique à la critique sociale.

3Les contributions de Mara Bisigano en Italie et de Maria Voichita Grecu en Roumanie reviennent quant à elles sur les conditions d’acceptation des restructurations par les salariés. Mara Bisigano s’interroge sur les stratégies d’utilisation du chômage partiel, telles qu’elles sont prônées par les syndicaux ou mises en œuvre par deux entreprises du secteur électroménager en Italie. L’auteur prend le temps de distinguer deux usages de la CIG (caisse de compensation salariale), tantôt utilisée comme sas (les suppressions d’emploi sont inévitables et les salariés se préparent à une reconversion professionnelle), tantôt utilisée comme amortisseur lorsque « les pressions sur l’emploi sont supposées être transitoires ». Cet article, à travers deux monographies, interroge les usages de la CIG en lien avec les logiques syndicales différentes tout en revenant sur l’acceptation par les salariés de ces dispositifs. Après un retour sur les soubassements géologiques et économiques qui sous-tendent le déclin du secteur minier dans la vallée du Jiu en Roumanie, Maria Voichita Grecu analyse le pourquoi du consentement très majoritaire des mineurs aux départs volontaires alors que ces derniers se sont mobilisés peu de temps avant contre le plan de restructuration. Faisant fi de la stigmatisation médiatique construisant une image intéressée de l’ouvrier et s’émancipant également des discours de chercheurs expliquant les départs volontaires par la conjonction de différentes médiations, l’auteur en recherche ici « les motivations réelles » et montre qu’il y a différents types d’ouvriers dont le rapport à la mine varie notamment en fonction du degré d’enracinement local. Elle insiste par ailleurs sur la manière dont ces départs impactent le groupe social des mineurs et induit des recompositions identitaires.

4Judith Hayern lève quant à elle le voile sur une situation inédite, celles des ex-salariés de Métaleurop dont la contestation sociale a perduré après la fermeture de l’usine au sein d’une association appelée « Chœurs de fondeurs ». L’auteur s’intéresse aux luttes des anciens salariés, qui indépendamment de leur statut hiérarchique antérieur, se disent relever de la classe ouvrière. Elle porte la focale sur ce qu’elle nomme les interpellations créatives (films, ouvrages, photographies, débats) qui ont découlé de l’expérience de la fermeture et des luttes qui s’en sont suivies. Parmi ces différentes œuvres, faîtes par eux ou par d’autres, les ex-salariés s’emparent de certaines, celles qui décrivent la lutte, pour délaisser celles qui les font apparaître sous un jour qu’ils n’estiment pas propice de publiciser (ouvriers alcooliques, acteurs passifs de la pollution de l’usine). Mais le groupe finit progressivement par se scinder dès lors que les rapports hiérarchiques refont surface.

5Le lecteur est donc face à un ouvrage qui insiste finalement sur la capacité d’action individuelle mais surtout collective des salariés à s’opposer à des restructurations qui les dépassent tout en les affectant directement. Le numéro revient ainsi sur les conditions dans lesquelles s’opèrent ces résistances, lesquelles restent malgré tout tributaires d’un ensemble de conditions, variables selon les contextes (intérêt médiatique, savoir-faire artistique, présence syndicale). Par ailleurs, la part belle est faite aux contributions sur l’étranger, quatre sur les sept, lesquelles présentent la vertu de mettre à jour combien les différences culturelles, notamment syndicales engendrent des gestions de conflits variables selon les pays, et combien le contexte social, syndical agit sur les formes de contestation sociale.

6Ce numéro invite aussi à repenser les restructurations à l’aide de notions heuristiques, telles que celle de restructurations discrètes traduisant à juste-titre la manière dont certaines transformations des organisations du travail et de l’emploi se font à couvert, en sourdine alors même que leurs impacts sur les salariés sont bien réels. Plus largement, il s’agit tout autant d’affirmer certaines postures de recherche notamment via l’usage combiné des matériaux dans l’analyse des mouvements sociaux. Ainsi le numéro met-il notamment l’accent sur le travail des archives, qui parfois délaissé par les sociologues, s’avère un outil pertinent dans la saisie de la temporalité des évènements a fortiori lorsque ces derniers ne sont pas observés en temps réel mais relatés aux sociologues par leurs protagonistes. Ce numéro permet ainsi de mieux saisir combien la variable temporelle est essentielle à l’analyse de l’action collective. D’une contextualisation sur un temps long à l’analyse des différents moments de la mobilisation collective, on saisit davantage comment se structurent les rapports sociaux et surtout comment ils peuvent se recomposer.

7On peut malgré tout regretter – ce que les coordinatrices du numéro déplorent elles-mêmes en introduction – que la plupart des travaux sur les mobilisations soient réalisés dans une perspective diachronique, lorsque les restructurations ou fermetures sont entérinées. Outre la rationalisation a posteriori des discours, on ne peut s’empêcher de penser qu’il échappe ici des éléments aux sociologues. Dommage donc que la temporalité de la recherche ne sache ou puisse pas toujours, sur ces questions, coïncider avec la temporalité des faits sociaux.

8Enfin, comme l’expliquent Anne Bory et Sophie Pochic, l’absence des cadres dans les recherches présentées est liée au double fait que ces derniers « sont plus facilement reclassés dans les groupes restructurés » de même qu’ils « tendent à accepter les restructurations avec un certain fatalisme ». S’il est vrai qu’ils se font souvent discrets dans les mobilisations salariales, il faut rappeler que c’est précisément parce que leurs chances de reconversion individuelle sont supérieures à celles des salariés subalternes. Mais leur absence des recherches sociologiques est peut-être aussi à saisir dans les logiques de la recherche même, car en témoignant de formes « d’empathie » à l’égard des plus démunis, les sociologues ont tendance à délaisser l’analyse d’une part du salariat dont il serait intéressant de comprendre les conditions de l’assentiment et/ou des résistances aux restructurations par lesquelles ils ne sont plus aujourd’hui épargnés.

9Ces quelques remarques n’entament en rien l’intérêt indéniable de ce numéro sur les restructurations et les résistances qu’elles suscitent, tout particulièrement en ce que l’ensemble des analyses repose sur des enquêtes de terrain solides, mobilisant des matériaux divers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Aunis, « « Une crise sans précédent ? Expériences et contestations des restructurations (II) », Travail et emploi, n° 137, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 décembre 2014, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16573

Haut de page

Lieu

France

Italie

Roumanie

États-Unis

Belgique

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page