Navigation – Plan du site

Rabia Redouane, Femmes arabes et écritures francophones. Machrek - Maghreb

Laurent Robert
Femmes arabes et écritures francophones
Rabia Redouane, Femmes arabes et écritures francophones. Machrek-Maghreb, Paris, L'Harmattan, coll. « Autour des textes maghrébins », 2014, 300 p., ISBN : 978-2-343-03977-0.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Rabia Redouane, Femmes arabes et écritures francophones. Machrek – Maghreb reprend onze études sur ces domaines particuliers des littératures francophones, ainsi que treize comptes rendus de lecture. Il témoigne assurément de la cohérence d’une démarche de chercheuse, soucieuse d’affiner sa perception de champs littéraires mal connus, non seulement du grand public, mais aussi de maints spécialistes universitaires en littérature française et francophone. Il reflète d’une certaine façon un engagement, à la mesure même de l’engagement des auteures et des textes ici commentés. Choisir un objet d’étude n’est certes jamais neutre. En l’occurrence, la focalisation sur certaines écrivaines et certaines œuvres permet la mise en évidence de problématiques sociétales fondamentales, telles que l’excision, le détournement machiste des préceptes religieux, la soumission des femmes ou leur difficile conquête de l’autonomie, etc. L’ouvrage a en outre pour objectif de « créer une passerelle entre deux régions sociales et culturelles convergentes et en même temps différentes dans cet espace géographique qu’est le Monde arabe d’aujourd’hui ». Sa principale originalité réside d’ailleurs dans cette démarche de l’auteure, qui s’efforce de chercher, au plus près des textes, les topoï communs à des écrivaines de pays et de générations différents, ayant en partage non seulement la langue française mais encore les richesses et, souvent, les pesanteurs des cultures arabo-musulmanes.

2Le recueil de Rabia Redouane souffre cependant de n’être que ce qu’il est : un recueil d’articles justement, non un essai qui s’appuierait sur une problématique précise et dans un cadre défini – géographiquement, historiquement et/ou sociologiquement. La « passerelle » que l’auteure voudrait créer entre les domaines littéraires du Machrek et du Maghreb francophones reste à construire – et le lecteur, quand il referme le livre, n’est guère plus armé pour le faire, nonobstant ce qu’il a appris sur les écrivaines étudiées. La question de l’existence de deux champs littéraires distincts et autonomes – ou celle d’un champ littéraire commun aux deux régions – n’est pas non plus posée. La structure de l’ouvrage renforce l’impression d’être en présence d’une juxtaposition de monographies, lisibles indépendamment les unes des autres. Une première partie de quatre articles est consacrée aux « Écrivaines du Machreck ». Suit la deuxième partie, avec sept articles sur les « Écrivaines du Maghreb », avant les comptes rendus. L’absence de perspective réelle touche aussi les articles, qui tiennent le plus souvent d’une manière d’accompagnement paraphrastique, sans grille de lecture explicite. Une exception serait constituée par l’article sur l’« Intertextualité linguistique : lexique arabe chez Malika Mokeddem ». Au départ d’une analyse de la présence d’un abondant lexique arabe dans Le Siècle des Sauterelles et L’Interdite, Rabia Redouane en vient à s’interroger sur l’appartenance des textes à un champ littéraire plutôt qu’à un autre – français ou algérien francophone – et sur la construction identitaire qu’induit chez l’écrivaine le travail du langage. L’insertion dans le texte de mots arabes facilite les effets de reconnaissance pour le lecteur algérien et conforte à la fois l’étrangeté et l’authenticité des récits pour le lecteur français. Elle rend palpable le statut d’« être des frontières » de Malika Mokeddem – écrivaine exilée en France, s’exprimant au plus près de ses racines et de son peuple d’origine. La question de l’« identité plurielle » est également présente dans deux autres études consacrées à la même auteure, précisément à N’zid et à Mes hommes. Dans Mes hommes, récit autobiographique, Malika Mokeddem évoque ses relations avec les hommes comme une lente, patiente libération de l’emprise du père – emprise psychologique facilitée et cautionnée par le cadre institutionnel, social, religieux de l’Algérie de la seconde moitié du vingtième siècle. Chez l’écrivaine, la passion amoureuse – à vivre pleinement, dans une quête d’absolu – répond au manque d’amour paternel, alors que l’écriture même de cette passion – dont le livre porte témoignage – permet de se forger une identité – y compris de femme compétente, importante pour ce qu’elle accomplit, dans une société patriarcale où la femme est encore jugée comme de moindre valeur.

3La dimension autobiographique se retrouve dans Rêves de femmes. Une enfance au harem de Fatima Mernissi. Sociologue marocaine, spécialiste de la place de la femme dans l’Islam, Fatima Mernissi pointe, dans la description de la vie dans un harem de Fès au milieu du vingtième siècle, les traces progressives d’une libération – relative – de la femme et d’une ouverture à la modernité. La complexité de la structure narrative, avec un système d’énonciation plurielle, permet de mêler la description quasi sociologique du harem et les échappées vers l’imaginaire et vers la tradition des contes orientaux. Elle souligne par surcroît l’importance que revêtent pour les femmes l’art et la poésie dans la conquête d’une vie et d’une pensée libres. Fatima Mernissi met encore en exergue l’opposition entre le harem rural et le harem urbain, le premier se révélant d’autant plus ouvert et tolérant que les dangers et les tentations y paraissent moindres – selon les critères masculins.

4En dépit des défauts inhérents à un ouvrage de compilation et de son absence de véritable perspective critique, Femmes arabes et écritures francophones constitue un apport non négligeable à l’étude des littératures féminines en langue française du Maghreb et de l’Orient arabe. Il s’adressera moins au néophyte qu’il ne complètera les connaissances de l’étudiant ou du chercheur spécialisés en littératures francophones.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Robert, « Rabia Redouane, Femmes arabes et écritures francophones. Machrek - Maghreb », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 29 décembre 2014, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16584

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page