Navigation – Plan du site

Mohamed Ouerfelli, Gouverner en Islam entre le Xe siècle et le XVe siècle (Iraq jusqu'en 1258, Syrie, Hijaz, Yémen, Égypte, Maghreb et al-Andalus)

Quentin Verreycken
Gouverner en Islam entre le Xe siècle et le XVe siècle
Mohamed Ouerfelli, Gouverner en Islam entre le Xe siècle et le XVe siècle. Iraq jusqu'en 1258, Syrie, Hijaz, Yémen, Egypte, Maghreb et al-Andalus, Paris, Ellipses, coll. « CAPES/Agrégation », 2014, 159 p., ISBN : 978-2-340-00134-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Pierre Guilhembet et Yves Roman (dir.), Le monde romain de 70 av. J.-C. à 73 ap. J.-C., Paris, (...)
  • 2 Marc Belissa, Yannick Bosc, Marc Deleplace et Rémi Dalisson, Citoyenneté, République, Démocratie en (...)
  • 3 Il est notamment l’auteur de Les échanges en Méditerranée médiévale, Aix-en-Provence, Presses unive (...)

1Les sujets de l’agrégation d’histoire pour cette année 2015 étant connus, les éditions Ellipses proposent au lecteur une série de manuels dont les titres reprennent tels quels les intitulés de ces différents sujets : « Le monde romain de 70 av. J.-C. à 73 ap. J.-C. »1, « Citoyenneté, république, démocratie en France de 1789 à 1899 »2, et, celui qui nous intéresse particulièrement : « Gouverner en Islam entre le Xe siècle et le XVe siècle (Iraq jusqu'en 1258, Syrie, Hijaz, Yémen, Égypte, Maghreb et al-Andalus) », dont la rédaction a été confiée à un spécialiste du monde méditerranéen, Mohamed Ouerfelli, maître de conférence à l’Université d’Aix-Marseille3.

2Avec ses 159 pages, cet ouvrage relativement court (à titre de comparaison, le manuel consacré au monde romain fait 192 pages et celui sur la citoyenneté en France en compte 384) peut être grossièrement divisé en trois parties. La première, composée d’un unique chapitre, est une orientation bibliographique et documentaire d’une dizaine de pages couvrant les thématiques abordées dans les sections suivantes du livre. La seconde, la plus longue, comporte trois chapitres retraçant les grandes lignes chronologiques de l’histoire politique du monde musulman, du Xe au XVe siècle, au travers d’une présentation des dynasties successives ayant accédé au sultanat et au califat. Comme le montre l’auteur (chapitre II), l’empire musulman connait dès le Xe siècle ses premiers morcellements territoriaux alors que la dynastie abbasside décline et qu’émerge des pouvoirs concurrents au calife (les sultans, les émirs, voire les vizirs). Aux siècles suivants (chapitre III), de nouvelles peuplades telles que les Turcs Seljukides (XIIe siècle) ou les Mamlûks égyptiens (XIVe-XVe siècles) conquièrent progressivement le cœur du pouvoir et y apportent un dynamisme certain. L’Occident musulman (essentiellement, le Maghreb et le royaume d’Al-Andalus) connaîtra également sa période d’unité sous la dynastie almohade (XIIe-XIIIe siècles), avant de connaître une période de déclin qui mènera au partage du Maghreb en trois entités dynastiques, tandis que le royaume d’Al-Andalus sera lui-même progressivement reconquis par les Chrétiens de la péninsule ibérique (chapitre IV).

3La troisième partie de l’ouvrage s’intéresse à la conception et à l’administration du pouvoir dans le monde islamique. Les grands théoriciens du pouvoir, de même que ses principaux détenteurs (le calife et les sultans), leurs fonctions, statuts et moyens de légitimation et de succession sont abordés dans le chapitre V. Le sixième et dernier chapitre, enfin, traite des grands fonctionnaires de l’administration islamique (vizir, hâjib, Diwâns), ainsi que des différents enjeux politiques auxquels étaient confrontés les gouvernements : le contrôle des armées, de l’économie et de la fiscalité, la gestion des villes, l’exercice de la justice et le maintien l’ordre public. L’ouvrage se conclut par une série d’annexes comprenant un tableau chronologique, des cartes et un glossaire. On notera également que le livre est parcouru d’une série de sections dites « textes commentés », qui présentent, décrivent et analysent en trois ou quatre pages quelques grands documents, chroniques et traités renseignant sur l’exercice du pouvoir au sein du monde islamique.

4Si le manuel de Mohamed Ouerfelli peut faire office d’un utile aide-mémoire pour l’étudiant préparant l’agrégation, il ne constitue pas à proprement parler une introduction à l’histoire de l’empire musulman : bien que l’auteur revendique offrir avec son ouvrage « une première approche sur l’évolution politique du monde islamique médiéval sous l’angle de la pratique du pouvoir » (p. 3), force est de constater que les trois chapitres chronologiques sont difficilement accessibles à ceux n’ayant pas déjà un minimum de connaissances du monde musulman. Les noms de dynasties et de personnages s’enchaînent, la remise en contexte ou le rappel de certaines informations précédemment évoquées (pourtant utile étant donné l’exotisme du sujet aux yeux du lecteur français) sont souvent trop maigres, tandis qu’une série de notions importantes ne sont explicités que dans les deux derniers chapitres ou dans le glossaire. Par ailleurs, le chapitre V, fondamental pour saisir la conception du pouvoir au sein du monde islamique, souffre à notre avis de sa taille trop modeste (une vingtaine de pages), forçant ainsi l’auteur à souvent survoler son sujet (la section consacrée aux grand théoriciens du pouvoir est ainsi symptomatique, puisqu’elle contient avant tout des informations biographiques mais ne détaille pas le contenu de leurs doctrines, se contentant souvent de seulement citer les titres de leurs principales œuvres). On pourra également regretter l’absence d’une conclusion qui aurait pourtant permis de bénéficier d’une synthèse sur les grands traits de l’exercice du pouvoir en terre d’Islam. En conclusion, si le contenu seul de ce livre ne suffira sans doute pas pour que le lecteur puisse bénéficier d’un aperçu complet et intelligible de son sujet, il remplit cependant sa fonction de guide destiné à faciliter l’étude de l’historien agrégatif.

Haut de page

Notes

1 Jean-Pierre Guilhembet et Yves Roman (dir.), Le monde romain de 70 av. J.-C. à 73 ap. J.-C., Paris, Ellipses, coll. « CAPES/Agrégation », 2014.

2 Marc Belissa, Yannick Bosc, Marc Deleplace et Rémi Dalisson, Citoyenneté, République, Démocratie en France. 1789-1899, Paris, Ellipses, coll. « CAPES/Agrégation », 2014.

3 Il est notamment l’auteur de Les échanges en Méditerranée médiévale, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2012 et (avec Élisabeth Malamut) de Villes méditerranéennes au Moyen Âge, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Quentin Verreycken, « Mohamed Ouerfelli, Gouverner en Islam entre le Xe siècle et le XVe siècle (Iraq jusqu'en 1258, Syrie, Hijaz, Yémen, Égypte, Maghreb et al-Andalus) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 30 décembre 2014, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16585

Haut de page

Rédacteur

Quentin Verreycken

Aspirant F.R.S.-FNRS à l’Université catholique de Louvain et à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Membre du Centre d’histoire du droit et de la justice (CHDJ) et du Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (CRHiDI)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page