Navigation – Plan du site

Immanuel Wallerstein, Randall Collins, Michael Mann, Georgi Derluguian Craig Calhoun, Le capitalisme a-t-il un avenir ?

Guillaume Arnould
Le capitalisme a-t-il un avenir ?
Immanuel Wallerstein, Michael Mann, Randall Collins, Georgi Derluguian, Craig Calhoun, Le capitalisme a-t-il un avenir ?, Paris, La Découverte, coll. « L'horizon des possibles », 2014, 200 p., traduit de l'anglais par Marc Saint-Upéry, ISBN : 9782707182586.
Haut de page

Texte intégral

1Autour d’un sujet largement abordé par les sciences sociales, les auteurs réunis dans cet ouvrage ont réussi le tour de force de produire une analyse à la fois stimulante et fondamentalement novatrice. C’est en effet à partir des années 2000 que l’on a pu assister au « retour » du capitalisme comme objet d’étude. La succession des crises financières globales (spéculation autour des entreprises de l’Internet, spéculation autour du marché immobilier américain … pour les plus récentes) a rappelé comme une évidence que le capitalisme ne se confond pas avec l’économie de marché, mais qu’il semble plutôt obéir à des évolutions structurelles. C’est pour cela que les raffinements de la science économique mobilisant la théorie néo-classique n’ont pas pu réduire le capitalisme à un modèle robuste : il existe des configurations variées d’accumulation du capital, correspondant à autant de trajectoires socio-historiques diverses. L’une des principales qualités de cet ouvrage est d’en donner un aperçu et d’en ouvrir les perspectives.

2Le capitalisme a-t-il un avenir est un livre organisé selon un format assez peu développé en sciences sociales, ce que l’on peut parfois regretter. Cet ouvrage est en effet écrit à plusieurs mains et le revendique clairement. Le point commun des auteurs relève de leur approche méthodologique d’ensemble : chacun aborde la question du futur du capitalisme en mobilisant la macrosociologie historique. En clair, c’est en étudiant des tendances systémiques et en se basant autant sur la sociologie, l’histoire que l’économie, que les auteurs proposent une analyse prospective du capitalisme. Ces chercheurs internationaux s’inscrivent dans la tradition de Marx et Weber, et plus près de nous des historiens Braudel ou Hobsbawm. Ne niant pas leurs divergences de conclusions ou la variété de leurs concepts théoriques, ils invitent les lecteurs à passer d’une analyse à l’autre pour s’interroger sur le futur du système économique actuel.

3Dans cet ouvrage, chacun s’efforce d’identifier les évolutions à venir du capitalisme. Immanuel Wallerstein livre la première contribution et donne le ton de l’ouvrage : la crise ouverte en 2008 est de nature structurelle et ne peut donc se traduire que par la disparition du capitalisme. À l’aide de son appareil conceptuel du « système-monde », Wallerstein s’appuie sur les grands cycles économiques du XXe siècle pour montrer que la phase actuelle marque un retour vers la tendance naturelle du capitalisme. Ce qu’on a appelé l’âge d’or ou les trente glorieuses marquait l’apogée de la puissance hégémonique des États-Unis d’Amérique, économique face à l’Allemagne et militaire face à l’Union Soviétique. Cette dynamique de domination a pris fin dans les années 70 car l’augmentation des coûts (rémunération des salariés, coût de production), la prise en compte de l’épuisement des ressources non renouvelables et le développement comme la maintenance d’une infrastructure de transport et de communication sophistiquée ont réduit l’accumulation du capital. Par ailleurs, le consensus géoculturel autour d’un « libéralisme centriste » a été remis en cause dès 1968 et s’est traduit par le retour d’approches politiques plus marquées à gauche comme à droite de l’échiquier. Wallerstein considère donc que nous arrivons au terme d’un cycle hégémonique et qu’a déjà débutée la phase de construction d’un système alternatif … dont les tendances mèneraient soit vers un renforcement des caractéristiques hiérarchique et polarisante ; soit vers un renouveau démocratique et égalitaire.

4L’ambitieux panorama dressé par Wallerstein laisse place à la réflexion de Randal Collins dont les travaux sont trop peu connus en langue française. Ce sociologue mobilise en effet son approche prospective tendancielle pour étudier un point particulier de l’évolution du capitalisme : la place de l’emploi des classes moyennes dans ce système. Car c’est bien en créant des emplois et des richesses dans des proportions inédites à l’échelle du monde que le capitalisme a pu se développer sur autant de territoires. Pourtant l’auteur tient à souligner à quel point cette dynamique est remise en question par une des tendances propre au capitalisme : le remplacement du travail humain par du capital, en l’occurrence des machines. Aucune des échappatoires théoriques avancées ne pourra réellement lutter contre cette évolution : l’innovation technologique ne crée pas de nouveaux emplois solvables, l’expansion géographique des marchés a toujours une fin, les développements anarchiques des marchés financiers semblent également accélérer la disparition du travail humain, l’investissement et l’emploi public ne peuvent plus prendre le relais et enfin Collins évoque l’inflation des diplômes comme échappatoire ultime … depuis 1979. À l’instar de Wallerstein il considère que le futur sera anticapitaliste, c’est-à-dire un avenir où les tendances centrifuges s’imposeront : soit la redistribution massive des richesses, soit l’autoritarisme.

5Après ces deux explorations dans la longue durée, les contributions suivantes ouvrent une séquence de discussion dans l’ouvrage. Michael Mann reprend en effet les synthèses de Wallerstein et Collins et les soumet à sa propre analyse de sociologie historique. Il revient principalement sur les hypothèses mobilisées par l’analyse du système monde capitaliste, notamment celle d’un cycle hégémonique qu’il juge trop réductrice. En partant des crises de 1929 et 2008 il oppose une analyse en termes de comportement excessivement optimiste lors des cycles de croissance débouchant sur des ruptures. Bien que l’hégémonie américaine lui paraisse également impossible à maintenir sous sa forme actuelle, il se montre plus critique sur l’idée d’une évolution systémique inéluctable propre au capitalisme et considère que c’est son fonctionnement actuel qui comporte les germes de ses futures mutations. À l’opposé du pessimisme de Collins, il met en avant les deux facteurs essentiels à analyser pour envisager l’avenir du capitalisme : la question militaire et les crises qui peuvent en découler ; le changement climatique dont les conséquences pourront également être radicales.

6Le chapitre suivant permet à Georgi Derlugian d’évoquer le système soviétique, qui s’est longtemps proposé comme alternative concrète au capitalisme. Son effondrement avait été prophétisé par Wallerstein et Collins selon des grilles de lecture différentes. L’auteur montre ici que cette construction historique géopolitique originale comportait une fragilité essentielle : ses élites. Le communisme et l’expérience soviétique reposant avant tout sur l’idéologie, c’est l’évolution de la Nomenklatura qui a favorisé son implosion. Dans la dernière contribution individuelle, Craig Calhoun opère également une synthèse des facteurs qui menacent le capitalisme tel qu’il fonctionne à ce jour. Plus que l’idée d’effondrement ou le travail de prospective, il juge primordial de faire apparaître les risques que le développement de la finance font peser sur son avenir. La crise actuelle découle du risque systémique financier où le défaut d’un agent économique peut peser sur l’équilibre global, et ce risque est loin d’avoir disparu aujourd’hui. D’autant que les institutions permettant d’affronter la crise n’en sont plus capables, l’entreprise capitaliste ou la protection sociale n’offrant plus de protection aux individus. Calhoun décrit ensuite la dégradation de l’environnement, la réduction des ressources et le développement d’un capitalisme illicite comme autant de traits marquants les dysfonctionnements internes du système. Dès lors le capitalisme va se transformer, mais il reste très prudent sur les orientations possibles.

7La conclusion de Le capitalisme a-t-il un avenir est un modèle du genre et mériterait d’être lue et relue par tous ceux qui s’intéressent aux sciences sociales. Plus qu’un simple retour sur les apports théoriques des différents auteurs, c’est un véritable plaidoyer méthodologique qui nous est livré. Avec une critique sévère des tendances réductrices d’une partie des sciences sociales (pour la nommer, il s’agit de la théorie économique néo-classique et son impérialisme dans d’autres disciplines visant à transformer en équations équilibrées la complexité du monde) les auteurs défendent collectivement une analyse qui prenne en compte les conflits, les transitions et les mutations. Les sciences sociales ne peuvent se réduire à prédire les évènements dans un temps court, mais elles ont toute leur utilité pour analyser des tendances structurelles et faire apparaître les mouvements de l’histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Immanuel Wallerstein, Randall Collins, Michael Mann, Georgi Derluguian Craig Calhoun, Le capitalisme a-t-il un avenir ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16588

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Inspecteur d’Académie Inspecteur pédagogique régional – Académie de Strasbourg – Agrégé d’Économie gestion

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page