Navigation – Plan du site

Julie Mazaleigue-Labaste, Les déséquilibres de l'amour. La genèse du concept de perversion sexuelle, de la Révolution française à Freud

Céline Belledent
Les Déséquilibres de l’amour
Julie Mazaleigue-Labaste, Les Déséquilibres de l’amour. La genèse du concept de perversion sexuelle, de la Révolution française à Freud, Montreuil-sous-Bois, Editions d'Ithaque, coll. « philosophie, anthropologie, psychologie », 2014, 296 p., ISBN : 978-2-916120-53-9.
Haut de page

Texte intégral

1Le concept de perversion permet de dire beaucoup et s'il fallait encore le démontrer cet ouvrage le fait précisément et méthodiquement. L'analyse s'inscrit dans le champ et les méthodes de l'épistémologie des sciences : l'auteure décortique tour à tour, les désordres, déviations et déséquilibres de la « perversion » en particulier sexuelle, ceci au sein des domaines scientifiques, médicaux et judiciaires. Au fil de ses démonstrations, elle attaque les lectures philosophiques et épistémologiques établies et largement partagées dans le champ scientifique des études de la sexualité (Foucault, Davidson) pour leur redonner une nouvelle portée scientifique.

2Le travail de recherche mené démontre que le concept de perversion (sexuelle) s'élabore lentement entre les XVIIIe et XIXsiècle à coups de ruptures épistémologiques, de refonte disciplinaire et de dispersion institutionnelle.

3L'auteure met à jour trois périodes dans l'histoire de la perversion. La première, celle des aliénistes (Pinel, Esquirol) se caractérise par trois types d'approches toutes quantitatives : la promotion de la modération (dénonciation des excès comme de l'abstinence...), la lutte contre l'excès des passions et l'isolement des manies. Ce serait dans la difficile répartition entre le champ psychiatrique et le champ judiciaire que l'évolution de la « perversion » se ferait : les comportements de certains des criminels ne peuvent pas être expliqués et donc punis, ces déviants deviennent des malades et la psychiatrie va se charger de les gérer, leur déviance devenant alors symptôme. Les déviants sexuels ne sont alors que des déviants comme les autres, les pervers n'existent pas encore.

  • 1 François Bertrand est un sergent français ayant profané des tombes dans les cimetières parisiens en (...)

4Une deuxième phase mise en lumière par l'auteure montre le rapprochement scientifique opéré entre perversions sexuelles, violences et cruauté. Autour de l'affaire du sergent Bertrand1, les experts se mobilisent pour rapprocher l'atroce et le sexuel, l'émergence de ce qui deviendra le sadisme (le terme utilisé pour parler de cruauté décadente dès 1835 devient une perversion sexuelle autonome chez Krafft-Ebing) justifierait un « codage médical des conduites » étayé sur les récits auto/biographiques afin de pallier aux déviations de l'instinct vues comme des défauts de la volonté individuelle pouvant potentiellement constituer un danger social. Une clinique de l'instinct sexuel naît alors ouvrant la voie à une psychopathologie sexuelle autonome et au renforcement du champ d'application de la psychiatrie.

5La troisième phase consacre l'autonomie de la psychiatrie française qui prise par son engagement socio-politique contre l'insanité morale et la dégénérescence sociale travaille à l'établissement de critères d'appréciation de la dangerosité sociale du sexuel. Les pervers sexuels deviennent alors une espèce à part entière, à l'étiologie propre, aux corps marqués preuves et révélateurs de leur hérédité maligne. Les observations scientifiques les concernant ne font que croître. L'auteure montre alors en s'appuyant sur le dépouillement de 85 630 certificats d’admission délivrés par le Bureau d’examen de l'hôpital psychiatrique Saint-Anne entre janvier 1872 et décembre 1897 que s'il y a une inflation des discours et des études sur les pervers sexuels, ils sont loin d'avoir constitué la majorité des internements psychiatriques (64 pervers sexuels, sur cette période de 35 ans). Que comprendre de cette contradiction ?

6Une herméneutique du sujet sexuel est en train de se mettre en place. Elle est naturalisée, implantée au cœur des corps mêmes, ce qui importe à partir de là c'est le « rapport du sujet pervers à ses actes » (p. 23).

7L'approche originale de Mazaleigue-Labaste encourage à la précision lorsque l'on parle des pervers sexuels et de leurs perversions. Contre un discours appelant à l'émancipation des pervers en tout genre, elle établit, tout en rendant compte des difficultés à le faire, une distinction entre les « pervers de divan » inoffensifs anormaux de la sexualité et les « pervers de prison » aux comportements réprimés par la loi avant même leur examen psychiatrique. Plutôt que de choisir une posture admise, critique de la psychiatrie, elle essaie de lui adresser un regard neutralisé, inquisiteur qui fait remonter ses différents mouvements d'appréhension de la sexualité, jusqu'à son autonomisation comme champ transdisciplinaire. L'auteure cherche à replacer l'inversion sexuelle (et l'hétéronormalité) dans les marges de la production des perversions sexuelles, refusant ce qu'elle désigne (et lit dans le premier tome de l'histoire de la sexualité de Foucault) comme son primat dans les épistémologies de la sexualité, elle lie la question de l'inversion sexuelle au contexte germanique et à sa pénalisation. S'il paraît salvateur de comprendre l'ensemble de la production des perversions sexuelles et non seulement de focaliser sur la question de l'homosexualité, l'avance d'une nouvelle perversion, le sadisme, comme moteur des développements de la sexualité peut interroger, et ne pas faire avancer sur la question toujours actuelle des politiques sexuelles. Enfin, le choix assumé de la France comme cadre de recherche peut concourir à figer les nationalismes scientifiques (et donner l'image d'un auto-engendrement des États-nations et particulièrement de la France). On le sait pourtant les échanges franco-germaniques ont été incessants tout au long du XIXsiècle, comme le montrent les liens entre Esquirol et Griesinger et de façon générale la rapidité des traductions et, donc, de la circulation des théories. Toutes ces réflexions peuvent largement être poursuivies surtout grâce à l'appareil scientifique qui soutient les démonstrations de l'auteure et qu'elle met généreusement en ligne : http://www.ithaque-editions.fr (onglet philosophie, anthropologie, psychologie / cliquer sur le titre de l'ouvrage / cliquer sur appareil scientifique dans le bandeau).

Haut de page

Notes

1 François Bertrand est un sergent français ayant profané des tombes dans les cimetières parisiens entre 1847 et 1849. Cette affaire a été largement médiatisée et interprétée par les scientifiques. L’auteure parle de « personnage incontournable de l'histoire de la sexualité » (p. 127)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Belledent, « Julie Mazaleigue-Labaste, Les déséquilibres de l'amour. La genèse du concept de perversion sexuelle, de la Révolution française à Freud », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 03 janvier 2015, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16593

Haut de page

Rédacteur

Céline Belledent

Arpenteuse, post-doctorante en sociologie, centre Max Weber (Saint-Étienne)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page