Navigation – Plan du site

Philippe Hamman, Maurice Blanc, Cédric Duchêne-Lacroix, Tim Freytag et Caroline Kramer (dir.), Les mobilités résidentielles à l’aune de la multilocalité

Nathalie Ortar
Les mobilités résidentielles à l'aune de la multilocalité
Philippe Hamman, Maurice Blanc, Cédric Duchêne-Lacroix, Tim Freytag, Caroline Kramer (dir.), Les mobilités résidentielles à l'aune de la multilocalité, Strasbourg, Néothèque, 2014, 402 p., EAN : 9782355253263.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean Rémy, « Mobilités et ancrages : vers une autre définition de la ville », in Monique Hirschhorn (...)

1Cet ouvrage collectif porte sur « la pratique d’habiter plusieurs lieux habituels à un rythme au moins annuel » (Duchêne-Lacroix, p. 33), une pratique qualifiée par les directeurs de l’ouvrage d’habitat multilocal ou de multirésidence, en référence notamment aux travaux de Jean Rémy1 sur primarité et secondarité, et les rapports entre ancrage et mobilité. La multirésidence peut être due à des configurations familiales particulières, suite notamment à un divorce, mais aussi à des arrangements tant familiaux que personnels, pour faire face à des contraintes professionnelles ou à des aspirations résidentielles plurielles. Une pluralité d’acteurs est concernée par cet éclatement des lieux de vie, dont les propriétaires de résidence secondaire, les enfants en garde alternée, les couples vivant ensemble séparément, les étudiants, les professionnels contraints de passer des nuitées hors du domicile, etc. Le but des directeurs de l’ouvrage est de transformer cet objet d’étude en champ pluridisciplinaire de la recherche qu’ils dénomment les « residential multilocality studies ». Pour constituer son cadre théorique et lui donner un contenu empirique Philippe Hamman propose de croiser les approches produites par des recherches sur les mobilités spatiales, transfrontalières comme quotidiennes, à celles ayant pour objet le logement, afin de « penser l’habitat multilocal dans la diversité de ses attendus » (Hamman, p. 17). L’ouvrage est issu de quatre journées d’étude destinées à dresser un état des lieux et à explorer trois aspects du traitement de cette question : les méthodologies statistiques, les arrangements familiaux et l’incidence de la multilocalité sur les territoires urbains. Ils sont repris en trois parties qui portent sur : la multirésidence abordée au prisme de la mobilité des personnes ; les écueils méthodologiques posés par cet objet aux approches statistiques ; en une très large troisième partie qui va de la famille à la ville, la façon dont les couples et les familles construisent leur quotidien autour de la multirésidence et l’incidence de la multilocalité sur l’organisation urbaine.

2Dans son introduction, Philippe Hamman dresse un état de la diversité des situations qui produisent de la multilocalisation. Il ouvre une réflexion en termes de systèmes résidentiels des individus, abordés d’un point de vue tant synchronique que diachronique, et se propose d’analyser les différentes échelles des modes d’habiter. Cet élargissement au-delà du domicile de la compréhension de ce qu’habiter veut dire lui permet d’inclure les lieux de travail dans sa définition de la multilocalisation. Aborder la multirésidence implique ainsi une connaissance de biographie des enquêtés et de leurs parcours résidentiels, dans le but d’appréhender l’organisation de la multirésidentialité dans le temps et l’espace. Ce prisme informe sur les agencements familiaux, professionnels et matériels et permet d’accéder à une compréhension de la qualité des relations établies dans les différents lieux, afin d’appréhender comment la multilocalisation transforme les individus et leur rapport à l’espace.

  • 2 Norbert Schneider et Gerardo Meil (dir.), Mobile Living across Europe 1. Relevance and Diversity of (...)

3Les définitions de la multilocalité adoptées varient selon les auteurs, comme en témoigne la nuance qui émerge à la lecture de l’introduction de la première partie rédigée par Cédric Duchêne-Lacroix. En effet, sa définition de la multilocalisation exclut la dimension diachronique de l’analyse pour ne retenir que celle des lieux où loge l’individu au cours de l’année, ce qui écarte également les espaces de travail. Cet auteur discute ensuite de l’intérêt de trois typologies de la mutirésidence développées par des collègues germanophones, destinées à dresser « les contours et les distinctions entre les profils de multilocalité résidentielle » (p. 44). Leur analyse lui permet de dégager quatre entrées analytiques de la multirésidence : les « chorégraphies de la coexistence » ou pratiques de coprésence, notamment des familles, les ressources d’action spatialisées et les manières de « faire avec » la multirésidence, les effets de la multirésidence sur le territoire et les individus et, enfin, les temps et fréquence d’occupation des logements. Dans la mesure où cet article a été rédigé par l’un des co-directeurs de l’ouvrage et se présente comme une introduction, il aurait été intéressant qu’il discute aussi des typologies proposées par des co-auteurs de l’ouvrage, notamment Anne Gotman, Catherine Bonvalet et Christophe Imbert, ou encore celle de Norbert Schneider2 mobilisée dans plusieurs articles.

4Les deux autres textes de la première partie sont des illustrations de la complexité et de la diversité des situations de multirésidence. Ils traitent des effets des choix professionnels pour étudier les modes d’organisation impliqués par les navettes longue distance quotidiennes réalisées en TGV (Xavière Lanéelle) et leur impact sur les trajectoires résidentielles et sociales des individus (Christophe Hanus). Cet auteur travaille sur liens existant entre mobilité résidentielle et ancrage familial et territorial dans le val de Mouthe, en Franche-Comté. Il propose de croiser les informations recueillies lors de la collecte de généalogies à une analyse biographique et de développer des monographies pour dépasser les silences mémoriels, soit dit autrement d’aborder cette question au travers d’une ethnographie « classique ».

5La deuxième partie présente des travaux issus d’analyses statistiques. L’article de Catherine Bonvalet et Christophe Imbert illustre la complexité de l’exploitation de bases de données nationales, initialement conçues « pour identifier et enraciner les individus en luttant contre l’errance et le nomadisme » (p. 122), afin d’appréhender la multirésidence. Leur article rend compte de la difficulté à aborder les trajectoires résidentielles, qui nécessitent de connaître les histoires familiales autant qu’individuelles. La complexité de l’appropriation des bases de données existantes est également illustrée par les articles d’Isabelle Pigeron-Piroth et de Bernard Aubry sur les transfrontaliers, et par celui de Thomas Sigaud sur les modalités de recomposition des modes de vie à l’occasion d’un déménagement. Une difficulté semble toutefois persister, même lorsque des bases de données ad-hoc sont constituées, montre l’article d’Emmanuel Ravalet, Stéphanie Vincent-Geslin et Vincent Kaufmann qui appellent, comme Catherine Bonvalet et Christophe Imbert, à une complémentarité des méthodologies d’enquête qualitative et quantitative.

6La troisième partie rend compte de la diversité des arrangements familiaux, et de leurs effets sur les modes d’habiter. La nature de l’attachement aux lieux est abordée au travers de l’analyse de systèmes résidentiels tant par Anne Gotman que par Martine von Arx et Cédric Duchêne-Lacroix, tandis que les usages de la résidence secondaire parisienne sont traités par Sophie Chevalier et Emmanuelle Lallement. Cette incise sur la multirésidence de loisir donne à réfléchir à la diversité des dédoublements des espaces de vie, selon les fonctions assignées aux lieux. La multirésidentialité participe en outre à la production de la ville. L’article d’Andrea Dittrich-Wesbuer, Sebastian Eichorn et Cornelia Tippel conclut ainsi l’ouvrage en interrogeant la façon dont les politiques publiques urbaines s’emparent de cet objet.

7Cet ouvrage dense dresse ainsi un large panorama de travaux issus de recherches tant francophones que germanophones, dont le croisement a le mérite de questionner le lecteur à défaut de le convaincre de son projet épistémologique. Que deux des directeurs de l’ouvrage proposent une définition sensiblement différente de la multilocalité questionne d’emblée sur les contours de l’objet de recherche. En outre, les équivalences implicites de l’ouvrage entre pratique des lieux et habiter, habiter et résider demanderaient à être précisées. Ainsi, la place accordée aux lieux de travail dans la multilocalisation résidentielle questionne. En effet, aucun des articles traitant de cette question n’interroge les conditions d’habitabilité des lieux de travail et donc ne détermine si la multilocalisation équivaut nécessairement à une multirésidentialité. Cette hypothèse est ainsi infirmée par l’article d’Emmanuel Ravalet et al. sur les grands pendulaires, qui montre l’importance de la sédentarité pour ces individus. Ce qui les distingue des autres navetteurs c’est leur expérience du déplacement et non des lieux, ce qui, dans leur cas, invalide l’hypothèse d’une multirésidentialité. Il serait intéressant de savoir ce qu’il en est des transfrontaliers et plus largement si l’expérience vaut aussi pour tous les salariés qui travaillent ailleurs que chez eux. Enfin, la réunion même des textes de l’ouvrage met en lumière l’absence d’une culture scientifique commune entre ces chercheurs issus de champs de recherche, de disciplines et de cultures nationales différentes. La conséquence est que le vocabulaire, les références et paradigmes mobilisés, et donc les résultats produits dialoguent peu, malgré les efforts de contextualisation et de synthèse effectués par Philippe Hamman et Maurice Blanc.

Haut de page

Notes

1 Jean Rémy, « Mobilités et ancrages : vers une autre définition de la ville », in Monique Hirschhorn, Jean-Marie Berthelot (dir.), Mobilité et ancrages. Vers un nouveau mode de spatialisation ?, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 135-153 et Jean Rémy, « Dédoublement des espaces sociaux et problématique de l’habitat », in Philippe Bonnin, Roselyne de Villanova (dir.), D’une maison l’autre. Parcours et mobilités résidentielles, Grane, Créaphis, 1999, p. 315-360.

2 Norbert Schneider et Gerardo Meil (dir.), Mobile Living across Europe 1. Relevance and Diversity of Job-Related Spatial Mobility in six European Countries, Opladen et Farmington, Barbara Budrich Publishers, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Ortar, « Philippe Hamman, Maurice Blanc, Cédric Duchêne-Lacroix, Tim Freytag et Caroline Kramer (dir.), Les mobilités résidentielles à l’aune de la multilocalité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 05 janvier 2015, consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16603

Haut de page

Rédacteur

Nathalie Ortar

Chargée de recherche du ministère du Développement durable, LET, UMR n° 5593 - ENTPE/Université Louis Lumière/CNRS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page