Skip to navigation – Site map

Simon Borja, Guillaume Courty, Thierry Ramadier (dir.), « Approches critiques de la mobilité », Regards sociologiques, n° 45-46, 2013

Simon Chodorge
Approches critiques de la mobilité
Simon Borja, Guillaume Courty, Thierry Ramadier (dir.), « Approches critiques de la mobilité », Regards sociologiques, n° 45-46, 2013, 266 p., Strasbourg, Association Regards sociologiques, ISSN : 1164-0871.
Top of page

Full text

1Sociologues, géographes et urbanistes prennent les armes pour disséquer la mobilité. À travers l’analyse des origines de l’intérêt de la sociologie pour la mobilité et celle de nombreuses enquêtes de terrain, ce recueil d’articles se propose de remettre en question le bien-fondé de ce phénomène social. Les auteurs partent de la définition la plus large de la mobilité comme mouvement pouvant prendre différentes formes : celles des biens, des personnes ou des idées. La mobilité embrasserait peut-être également une représentation spécifique du monde et de sa nature changeante, en partie grâce à l’art. Nous remarquons néanmoins que la revue se penche principalement sur la mobilité des personnes et sur l’organisation du sens de ce mouvement par des discours de types politique, culturel ou même publicitaire. Qu’il s’agisse d’une mobilité résidentielle, de mouvements pendulaires liés au travail ou de déplacements occasionnels, les auteurs montrent que mobilité et détachement ne sont pas forcément synonymes. Flexible, curieux, ouvert d’esprit ou aventurier : les qualificatifs ne manquent pas dans le vocabulaire courant pour valoriser celui qui est mobile. Mais être mobile, et c’est peut-être là le point principal de ce recueil, c’est faire preuve moins de courage et de détachement que d’enracinement dans un certain ordre de valeurs. Dès lors, l’individu mobile incorpore les caractéristiques de l’objet homonyme qui encombre ses poches. Comme le téléphone portable, il est partout transportable, sans jamais faire véritablement l’expérience de la déconnexion, dans la mesure où même celle-ci se vit en référence au rattachement et à tout ce que l’individu a quitté. Il est peut-être temps de considérer que l’accroissement de la mobilité ne va pas nécessairement de pair avec l’augmentation de la liberté. C’est autour de cette question que se concentrent les articles de la revue, qui ont l’intérêt de mettre au jour l’ambivalence de la notion de mobilité, entre dégagement du milieu d’origine et déracinement, mais aussi de réfléchir sur l’habitat ou encore la fabrique de la mobilité par les politiques d’urbanisme.

2Simon Borja, Guillaume Courty et Thierry Ramadier, dans leur introduction intitulée « La dynamique d’une doxa néolibérale », axent dès le début la cible de leur critique non tant sur la mobilité même que sur un certain ordre qui la construit et en fait la promotion. Le volume I de ce numéro double – intitulé « Les sous-entendus d’une catégorie » – retrace notamment la construction d’un phénomène social qui semble s’imposer peu à peu comme une véritable norme. Et même si la revue s’abstient de revenir aux manifestations de la mobilité dans l’imaginaire culturel des XIXe et XXe siècles, l’introduction a le mérite de montrer que les sciences humaines et sociales ont également contribué à la popularisation de ce thème à partir des années 1960. Elles ont été elles-mêmes un média pour définir la mobilité avec des concepts valorisants, suggérant le libre-arbitre. Christian de Montlibert dans « Éléments de sociogenèse d’une catégorie », et Philippe Fritsch dans « Les équivoques de la mobilité », retracent quant à eux la popularisation de la notion de mobilité dans les discours politiques et les médias, comme arme contre le chômage et la déqualification. Et ils montrent bien qu’instrumentalisée par les entreprises et l’État, la mobilité n’est plus un terme neutre et sert comme justification pour certaines mesures.

3L’un des articles les plus intéressants de la revue est peut-être celui de Jean-Baptiste Frétigny, « La mobilité naturalisée par ses lieux », qui se penche sur le propos des panneaux publicitaires de l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle et sur la façon dont il est perçu. L’auteur met en évidence le fait que la mobilité porte des valeurs de sélection, voire d’élitisme. La mobilité qui est visée par l’auteur est ici celle du voyage et du tourisme, qui ne peuvent être considérés à travers la catégorie du détachement dans la mesure où ils ne s’envisagent qu’à la condition d’un retour au lieu d’origine. L’article ne montre pas seulement que la mobilité est devenue un déterminant social excluant. Il montre aussi que la majorité des voyageurs, en dépit de leurs différentes catégories sociales, intériorisent cette valeur et parfois même légitiment l’élitisme induit par le voyage.

4L’article de Marianne Blidon, « Analyser les trajectoires géographiques des gays », s’appuie sur la critique queer de la géographie pour identifier les origines de la mobilité. Cette théorie refuse le piège du déterminisme des appartenances sociales pour privilégier plutôt la division du territoire entre périphéries et centres. Selon cette critique, ce sont bien les catégories classiques de la géographie, opposant les espaces relégués aux pôles d’attractivité, qui viennent réguler les déplacements des gays. Benoît Vimbert, dans « De quelques dimensions de l’immobilité », montre donc que la distinction entre « mobile » et « immobile » importe peu si ces deux phénomènes ne sont pas pensés en termes de contraintes et de pressions exercées sur les déplacements des individus et sur leur habitat. Ce qui est suggéré dans cette publication est l’existence d’une géographie subjective, c’est-à-dire la représentation d’un territoire qui n’est pas que descriptive. La production du territoire, loin d’être naturelle, est ainsi un enjeu de pouvoir, où viennent ainsi s’affirmer les classes sociales supérieures, afin d’imposer cette représentation au reste de la population.

5C’est notamment ceci qu’analyse le second volume du dossier, intitulé « La mobilité comme mode de domination », et qui se propose de développer les effets produits par la mobilité et les conditions de certains déplacements. Comme le mettent en avant Simon Borja, Guillaume Courty et Thierry Ramadier dans « Comment la mobilité dit, fait et dispose l’individu », chaque individu produit sa propre cartographie du monde : « le déplacement est, à sa manière, une extériorisation pratique, spatialisée, des intériorisations en termes de possibilités à penser, se représenter et agir » (p. 110). Tout l’enjeu pour les pouvoirs publics, comme le présentent Valérie Sala et Christelle Morel Journel dans « Agir sur les mobilités résidentielles », est donc de rendre la perspective d’être mobile agréable, de scénariser les villes, de les « écrire » à travers l’urbanisme pour améliorer leur « coefficient de sympathie » (p. 124) et surtout influencer les trajectoires des mobilités.

6Il nous semble enrichissant de mettre en parallèle les articles de Philippe Cordazzo (« Des ségrégations en HLM au prisme de la mobilité ») et de Joël Cabalion (« Une mobilité forcée en Inde ») pour voir à quel point la propension à être mobile dépend de l’habitat et de la façon qu’ont les individus de s’approprier véritablement le lieu où ils vivent. Ces articles mettent en avant que l’appropriation d’un lieu et le fait d’en être propriétaire ne vont pas nécessairement ensemble. Et même que le fait d’être mobile n’accroît pas forcément la capacité de s’approprier un territoire. Christophe Hanus (« Les rivalités familiales ») et Josette Debroux (« S’assurer une position résidentielle ») parlent ainsi d’un « capital d’autochtonie » à l’œuvre dans les façons d’être mobile ou immobile. Ce capital désigne l’appropriation d’un lieu par un individu, sa connaissance de ses traditions et de sa culture, le réseau qu’il y a construit et sa renommée en cet endroit. C’est ce capital qui, selon les auteurs, influence la mobilité mais aussi la probabilité d’un retour après le départ.

  • 1 Esther C. Kim, « Nonsocial Transient Behavior: Social Disengagement on the Greyhound Bus », Symboli (...)

7Si ce recueil propose une perspective intéressante et détaillée quant aux mécanismes sociaux, politiques ou économiques qui régissent la mobilité, il est néanmoins regrettable qu’il ne se soit pas penché plus en avant sur les rouages même de la mobilité. Jean-Baptiste Frétigny esquisse bien une sociologie des transports, mais il manque peut-être à ces Regards sociologiques une immersion dans ces moyens de transport, comme a pu le faire Esther Kim avec les bus de la compagnie américaine Greyhound1.

  • 2 Marine Agogué, « Concevoir une carte de l’inconnu », Strabic, saison 4, mai 2012. Disponible en lig (...)

8S’il est difficile de faire le tour complet des différentes formes de mobilités évoquées dans l’introduction, saluons néanmoins l’apport intéressant des articles qui embrassent la diversité des causes de la mobilité, sans pour autant tomber dans le piège du déterminisme. En cela, le contrepoint apporté par Loïc Wacquant dans « La fabrique du cloisonnement urbain » nous paraît essentiel en ce qu’il ne met pas l’État au fondement des ségrégations spatiales. Dans une approche radicalement différente, il promeut au contraire le rôle que joueront les architectes et les designers dans la fabrique de mobilités choisies par les individus. Mais cela nous renvoie à une autre difficulté. Le dossier débutait en mentionnant l’imaginaire romantique attaché à la mobilité et au voyage, tous deux renvoyant à la découverte de l’inconnu. Mais peut-il y avoir une mobilité à la fois choisie et libérée de tout déterminisme si sa trajectoire est décidée dès le départ ? Ce sont donc de nouvelles mobilités qu’il faut inventer, comme le suggère Marine Agogué dans un article intitulé « Concevoir une carte de l’inconnu » : « Comment cartographier ce qui n’existe pas mais que l’on ne désire pas moins pour autant ? Soyons lucide et jouons donc carte sur table. Une cartographie intéressante devrait pointer sur ce qui n’existe pas encore, sur ce qui est en devenir, sur ce qui est atteignable et sur ce qui paraît rediscuter en profondeur les connaissances et modèles actuels. Cartographier ce qui existe déjà est une première étape pour construire les objets et les services de demain, mais ce n’est pas suffisant : il faut alors explorer les voies inexistantes »2.

Top of page

Notes

1 Esther C. Kim, « Nonsocial Transient Behavior: Social Disengagement on the Greyhound Bus », Symbolic Interaction, vol. 35, n° 3, p. 267-283, août 2012.

2 Marine Agogué, « Concevoir une carte de l’inconnu », Strabic, saison 4, mai 2012. Disponible en ligne : http://strabic.fr/Concevoir-une-carte-de-l-inconnu.

Top of page

References

Electronic reference

Simon Chodorge, « Simon Borja, Guillaume Courty, Thierry Ramadier (dir.), « Approches critiques de la mobilité », Regards sociologiques, n° 45-46, 2013 », Lectures [Online], Reviews, 2015, Online since 05 January 2015, connection on 14 December 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16606

Top of page

About the author

Simon Chodorge

Étudiant du master « philosophie, politique, économie » à Sciences Po Lille.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page