Navigation – Plan du site
Genre(s) et transparence

Genre(s) et transparence

Florence Binard, Guyonne Leduc (dir.), Genre(s) et transparence, L'Harmattan, coll. « Des idées et des femmes », 2014, 182 p., préface de Françoise Barret-Ducrocq, ISBN : 978-2-343-04009-7.
Notice publiée le 06 janvier 2015

Présentation de l'éditeur

En 1978, Colette Guillaumin déplorait déjà l'invisibilité des femmes : "nous sommes toutes des filles de vitrières, transparentes nous sommes : on nous voit à travers, on pourrait même dire qu'on ne nous voit pas du tout" ("De la transparence des femmes. Nous sommes toutes des filles de vitrières" [Questions Féministes 4 (1978) : 51]). Si, ici, la transparence est synonyme d'invisibilité, elle peut être aussi le révélateur de ce qui n'est pas donné à voir.
Que cache la transparence, sinon qu'il y a quelque chose à voir ? Dans la mouvance du mouvement féministe des années 1970, des historiennes se sont attachées à exhumer du passé des femmes que le processus d'invisibilisation avait effacées de nos mémoires. Depuis les années 1990, cette démarche s'attache à faire émerger d'autres "minorités invisibles", ethniques ou sexuelles, cette fois sous l'angle du genre.
Les contributions réunies dans cet ouvrage sont issues de l'atelier "Femmes, sexe, genre" du congrès de la Société des Anglicistes de l'Enseignement Supérieur de Limoges (2012) ; elles interrogent chacune, d'un point de vue différent, les mécanismes à l'oeuvre dans nos choix de ce qui doit être visible ou invisible ainsi que les représentations qui les sous-tendent.

Haut de page