Navegación – Mapa del sitio

Olivier Mazade et Anne-Claude Hinault (dir.), « Les identités professionnelles à l’épreuve des transitions », Sociologies Pratiques, n° 28, 2014

Didier Bastide
Les identités professionnelles à l'épreuve des transitions
Olivier Mazade, Anne-Claude Hinault (dir.), « Les identités professionnelles à l'épreuve des transitions », Sociologies pratiques, n° 28, 2014, 150 p., Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3382-5.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 André Balleux et Thérèse Perez-Roux, « Autour des mots de la formation “Transitions professionnelle (...)

1Ce numéro de la revue Sociologies Pratiques, coordonné par Olivier Mazade et Anne-Claude Hinault, s’articule autour des situations « d’affrontement à l’incertitude » et des moments « d’épreuves » que constituent les transitions professionnelles. L’approche privilégie, comme l’indique le titre, les processus vécus par les individus et les remaniements identitaires inscrits dans des durées variables selon les contextes. En ce sens, Thérèse Perez-Roux, auteure d’une des contributions, définit la transition comme « un espace/temps de passage inscrit au cœur d’un changement, assumé ou non, et qui nécessite de l’individu la mise en œuvre de stratégies d’adaptation pour mieux gérer éléments de rupture et (re)construction de continuités »1.

  • 2 Notion développée dans Danilo Martuccelli, Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contempor (...)

2Comme à l’accoutumée, une mise en perspective du thème d’étude est réalisée à l’aide de deux entretiens, effectués ici avec Danilo Martuccelli et Mokhtar Khaddouri. Martuccelli revient notamment sur la notion de dispositifs de transition2 – la formation continue ou la reconversion professionnelle, par exemple –, porteurs pour les individus de l’idée de réversibilité, « fiction sociale indispensable » selon laquelle « même si on a essayé, que ça s’est mal passé, on peut rejouer de nouveau l’expérience ». Pour Khaddouri, l’altération de la linéarité des parcours de vie aujourd’hui ainsi que l’injonction à la subjectivité redonnent une actualité à la notion de transition, apparue dans les années 1980. Afin d’analyser cet entre-deux, l’auteur souligne l’intérêt heuristique de « revenir sur le vécu subjectif de la situation que la personne veut changer, d’en comprendre le motif », ce que ne manquent pas de faire des sept contributions suivantes.

3Anne Jourdain analyse le passage d’une profession « socialement prestigieuse et bien rémunérée » de cadre, à une activité d’artisanat d’art, de fabrication et de vente d’objets d’ameublement ou de bijoux. L’insatisfaction, se traduisant par la perte d’intérêt pour l’activité menée, voire par la souffrance au travail, fonde les décisions de reconversion. Ensuite la reconquête d’une identité satisfaisante pour soi nécessite un processus de désengagement/réengagement vis-à-vis respectivement de l’ancien et du nouvel univers professionnel, processus à la fois couteux et angoissant que l’auteure restitue en cernant diverses étapes comme la formation, puis l’installation en tant qu’artisan d’art.

4Dans la même veine, également à partir d’entretiens biographique, Fanny Dubois et Philippe Terral éclairent les processus de création d’entreprise dans le secteur du tourisme sportif, de la part de professionnels diplômés (moniteurs ou intervenants) afin d’encadrer une ou plusieurs disciplines sportives. Les auteurs mettent au jour trois types de transitions du salariat à l’entrepreneuriat. Pour certains, le salariat à plein temps étant rare, il s’agit de prolonger la période d’activité, souvent en étant sollicité par des relations professionnelles. Dans ce cas, si le statut d’emploi change, peu endossent la nouvelle identité de dirigeant d’entreprise : ils se perçoivent toujours comme éducateur sportif. D’autres élaborent un projet entrepreneurial et opèrent une redéfinition identitaire. Enfin, un mixte de ces deux modèles émerge des entretiens.

  • 3 Claude Dubar, La Crise des identités, Paris, PUF, 2001.

5Sociologue de formation, doctorante en ethnologie mais également dirigeante d’entreprise, Caroline Graille retrace dans sa contribution l’histoire de l’entreprise de vente automobile qu’elle a codirigé jusqu’à sa cession en 2012. Il s’agit pour l’auteure de saisir les effets de la transition sur les identités professionnelles des salariés, suite à la reprise de cette PME familiale. La nouvelle organisation, en vue « d’optimiser le nombre de productifs » dans l’entreprise, a supprimé des postes et déplacé des personnes d’un site à un autre. Aussi des dynamiques identitaires contrastées ont vu le jour, entre attentisme et retrait, avec pour nombre de salariés un repli sur la sphère privée, tant « l’image de soi, l’estime de soi, la définition même que la personne donne de “soi à soi-même” »3 étaient perturbées.

6Les quatre autres contributions ont en commun l’étude de dispositifs d’accompagnement des transitions. Pour deux d’entre-elles, les auteures sont elles-mêmes impliquées dans ces dispositifs. Ainsi Marnia Allek, responsable de formation en collectivité territoriale, analyse la transition professionnelle de salariés en situation de reclassement thérapeutique. L’élément déclencheur – à savoir l’annonce d’une inaptitude à l’exercice de leur métier, à l’issue d’un congé de longue maladie –, est perçu selon les agents comme une opportunité de changement ou comme une rupture biographique. Dans ce dernier cas, un soutien ou un accompagnement est nécessaire afin de susciter l’engagement de la personne dans une formation, en vue d’accéder à un nouveau poste. L’article de Thérèse Perez-Roux présente un dispositif d’analyse de pratiques, destiné à d’anciens enseignants spécialisés devenus enseignants référents pour le suivi d’élèves en situation de handicap. Outre qu’elle anime ce dispositif, l’auteure le transmue en matériau de recherche afin d’étudier le remaniement identitaire de ces enseignants dans leurs nouvelles fonctions de coordination et de médiation. L’enquête répertorie une série de tensions nées de la transition (l’augmentation des tâches administratives, par exemple), atténuées par divers « supports relationnels », les pairs notamment qui aident à l’appropriation du cadre et des enjeux de la nouvelle fonction.

7C’est également à partir de récits et d’échanges dans le cadre de recherches-action, qu’Anne-Marie Waser et Pierre Lenel choisissent de procéder, afin d’étudier les transitions professionnelles de personnes touchées par une maladie chronique. De ces « groupes de paroles », propices à l’interaction et à la réflexivité, émerge une « remise en cause de la centralité du travail dans une vie » en même temps que se développent des stratégies dans le cadre du retour à l’emploi. Ces dernières tentent de modifier les conditions de vie au travail, ou visent à limiter le temps de travail, par exemple.

8Enfin Bérénice Crunel et Caroline Frau questionnent la notion de transition dans la trajectoire de chômeurs durant les trois années d’activité de la cellule de reclassement d’une entreprise. L’analyse porte une fois encore sur les redéfinitions des situations objectives et subjectives. Si les trajectoires sont multiples (par exemple, pour les salariés dispensés de recherche d’emploi en raison de leur âge, le chômage est souvent appréhendé comme une anticipation du statut de retraité, renouant avec des occupations hors travail), il en va de même des définitions que les personnes licenciées et leur entourage attribuent au chômage et, plus largement, à l’activité professionnelle.

  • 4 André Balleux et Thérèse Perez-Roux, op. cit.

9Au final, Sociologies Pratiques éclaire, dans ce numéro dense, des contextes de transition variés. Les diverses approches ont en commun de dévoiler la complexité des liens entre transition professionnelle et dynamiques identitaires, en abordant « les interactions individu-groupe-organisation-institution » mais également les questions de « reconnaissance et de légitimité (pour soi-même et pour autrui) qui permettent (ou pas) aux individus de reconstruire des repères et de donner sens à l’action »4.

Inicio de página

Notas

1 André Balleux et Thérèse Perez-Roux, « Autour des mots de la formation “Transitions professionnelles” », Recherche et Formation, n° 74, 2013 ; notre compte rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/15170.

2 Notion développée dans Danilo Martuccelli, Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, Armand Colin, 2006.

3 Claude Dubar, La Crise des identités, Paris, PUF, 2001.

4 André Balleux et Thérèse Perez-Roux, op. cit.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Didier Bastide, « Olivier Mazade et Anne-Claude Hinault (dir.), « Les identités professionnelles à l’épreuve des transitions », Sociologies Pratiques, n° 28, 2014 », Lectures [En línea], Reseñas, 2015, Publicado el 07 enero 2015, consultado el 19 octubre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16655

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página