Navigation – Plan du site

Jean-Paul Deléage (dir.), « Les servitudes de la puissance : conflits énergétiques », Écologie & Politique, n° 49, 2014

Martin Denoun
Les servitudes de la puissance : conflits énergétiques
Jean-Paul Deléage (dir.), « Les servitudes de la puissance : conflits énergétiques », Écologie & Politique, n° 49, 2014, 191 p., Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3353-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Claude Debeir, Jean-Paul Deléage et Daniel Hémery, Une histoire de l’énergie, Flammarion, Pari (...)

1Ce numéro d’Écologie & Politique, centré sur la question énergétique, fait écho à la réédition actualisée du livre Une histoire de l’énergie1 de trois auteurs participant au dossier, dont Jean-Paul Deléage, directeur de publication de la revue. Si plusieurs articles de ce dossier reprennent le geste du livre consistant à remonter l’histoire énergétique, d’autres décrivent des situations plus récentes. Ces articles ont en commun de mettre en valeur les enjeux politiques que fait naître la question de l’énergie, et notamment les états de dépendance qu’elle crée.

  • 2 Jean-Baptiste Fressoz, L’Apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique, Paris, Le Seuil, (...)

2Daniel Hémery revient dans sa contribution sur l’histoire du charbon. Il en dresse un large panorama de son rôle crucial, depuis la révolution industrielle – notamment son couplage avec le chemin de fer – jusqu’à son développement aujourd’hui. En retraçant sur le temps long la place de cette ressource dans le développement industriel du monde occidental d’abord, puis du reste du monde ensuite, l’auteur montre que le charbon n’est pas seulement une énergie passée mais aussi du présent. Plus encore, le charbon dessine également notre avenir énergétique : loin de s’essouffler, la production de charbon, comme son commerce, augmentent continûment et n’ont jamais connu de tels niveaux de croissance que lors des vingt dernières années. Dans le contexte du réchauffement climatique et de l’injonction supposée à la réduction des émissions de gaz à effets de serre, Daniel Hémery nous décrit une industrie charbonnière en pleine expansion. Non seulement les réserves sont importantes, mais les industriels de la filière ont développé de nouveaux modèles économiques leur permettant de dégager des taux de profits inégalés. L’auteur explique cela par deux facteurs principaux. D’abord par l’organisation néo-libérale, notamment via la privatisation des houillères nationalisées après-guerre, d’un secteur qui a dû longtemps composer avec des syndicats puissants – sur ce point cependant, peu d’exemples précis sont donnés hormis les cas français et anglais peu instructifs puisque la production y a cessé. Ensuite, par une grande concentration des forces productives, puisque plus des trois-quarts de la production mondiale repose sur seulement sept pays (Chine, États-Unis, Inde, Australie, Russie, Indonésie et Afrique du Sud). Ainsi, de la même manière que Jean-Baptiste Fressoz a dénaturalisé l’histoire énergétique en montrant qu’il n’y avait pas eu une substitution mais plutôt une accumulation des sources d’énergie2, Daniel Hémery dénaturalise l’avenir énergétique en montrant que le charbon fait toujours partie de notre horizon.

3Daniel Pérez Zapico décrit les conflits politiques et sociaux à propos des infrastructures électriques à Gijon dans les Asturies en Espagne (1880-1934). Ce retour historique montre le rôle central pris, dans les jeunes sociétés industrialisées, par la production et l’approvisionnement d’électricité, qui font rapidement l’objet de stratégies de luttes politiques et syndicales : les dépendances économiques et sociales à l’électricité donnent ainsi des prises aux travailleurs du secteur électrique pour émettre des revendications qui seront en partie satisfaites. C’est également un levier pour le mouvement révolutionnaire, incarné notamment par la Confédération nationale du travail (CNT), très implantée dans les Asturies, qui voit dans la maîtrise de la production électrique un « élément indispensable dans la prise de contrôle des principaux centres de pouvoirs ». L’article montre un mouvement ouvrier révolutionnaire qui questionne la fonction stratégique de la production électrique, mais non son type de développement.

  • 3 Steve Fuller, « Precautionary and Proactionary as the New Right and the New Left of the Twenty-Firs (...)

4Ce questionnement sur l’innovation technologique est en revanche présent dans l’article de Pierre-Marie Terral à propos de l’opposition à l’exploitation du gaz de schiste. L’auteur procède à un état des lieux de cette contestation dans le monde, qui a pour point commun de se focaliser sur le procédé de la fracturation hydraulique, technique d’extraction à l’origine de la pollution des sols et des eaux. L’auteur décrit les différentes formes de mobilisation : souvent seulement locale et régionale, elle devient parfois nationale, comme en France ou en Allemagne. Il repère néanmoins les premiers signes d’un mouvement transnational. Ainsi, en Europe, 250 associations et organisations locales ont rédigé un texte commun après que la Commission européenne ait renoncé à un projet de directive contraignante quant à l’extraction du gaz de schiste. Pierre-Marie Terral, reprenant les catégories de Steve Fuller3, voit se dessiner à travers ces mobilisations un clivage plus général « quant à la conception du progrès » : entre « précautionnistes » et « proactifs ». Au-delà de ce clivage général, il aurait pu être intéressant d’analyser la manière dont s’articulent les différents types de critiques puisque certaines contestations s’opposent à la recherche de nouvelles énergies fossiles, qui serait une « fuite en avant », délétère d’un point de vue écologique, lorsque d’autres ne s’élèvent que contre le procédé de la fracturation.

5Aurélien Evrard analyse un autre type de conflit : celui entre le « secteur » de l’électricité et l’« alternative de politique publique » que constituaient les énergies renouvelables (ENR). Un secteur, ensemble d’acteurs, d’institutions et de normes, concourt au « maintien d’une stabilité, voire d’un certain ordre », tandis qu’une alternative de politique publique « repose sur l’ambition de transformer le secteur auquel elle s’adresse ». En analysant la politique énergétique de la France, de l’Allemagne et du Danemark, l’auteur montre que les ENR, portées par les mouvements écologistes des années 1970 représentait une alternative de politique publique. Il note que les secteurs de l’électricité dans ces pays accordent une primauté aux critères économiques (en visant notamment des économies d’échelle) et adoptent une « approche centrée sur l’offre d’énergie », ce qui entraîne une organisation centralisée de la production d’électricité. Au contraire, les promoteurs des ENR faisaient primer la « question de la maîtrise de la demande » sur celle de la production et s’appuyaient sur l’idée d’une production décentralisée, supposant ainsi une participation citoyenne aux décisions. Or, Aurélien Evrard montre que même au Danemark, régulièrement présenté comme un modèle de développement des ENR, ces dernières ne sont pas parvenues pas à transformer le secteur, c’est-à-dire à s’imposer comme alternative de politique publique. Aujourd’hui, le développement des ENR est principalement effectué par les acteurs mastodontes du secteur de l’électricité, et selon la même logique industrielle. Toutefois, si l’auteur présente le secteur comme victorieux, on peut néanmoins se demander sous quelles formes l’alternative survit malgré tout, et à quelles conditions celle-ci pourrait ressurgir.

  • 4 Pour une analyse plus complète de cet aspect, on peut se reporter à Sezin Topçu, La France nucléair (...)

6Enfin, Sezin Topçu s’intéresse à l’énergie nucléaire sous l’angle de l’assurance du risque d’accident. Elle montre que, malgré quelques avancées, il n’y a pas aujourd’hui de « régime international » quant à la gestion juridique et assurantielle des accidents nucléaires. Elle explique cela par les difficultés qu’entraîne une gestion qui ne peut être que transnationale, comme l’ont montré Tchernobyl et Fukushima. Cependant, les cadres juridiques nationaux existants ne sont pas beaucoup plus satisfaisants et créent un « fossé » entre les montants extrêmement faibles assurés, tant par les exploitants que par les États, et les coûts exorbitants d’un accident nucléaire. Ces coûts, qu’aucun exploitant ne pourra jamais couvrir, empêchent que le problème juridique puisse être « réglé par le haut », puisque l’accident signifierait la faillite automatique de l’exploitant, et donc son incapacité à exercer sa responsabilité. Cela conduit l’auteure à défendre la thèse que ce « gouvernement par le fossé » est constitutif de l’industrie nucléaire, et qu’il repose sur une individualisation des risques qui consiste à reporter sur les individus la gestion d’un éventuel accident4. Or, Sezin Topçu remarque que si les risques sont partagés, les décisions quant à l’utilisation de la technologie nucléaire engendrant ces risques le sont beaucoup moins, autre signe d’un fossé que l’industrie nucléaire ne peut, selon Sezin Topçu, pas combler.

7Ce dossier d’Écologie & Politique, s’il ne possède pas de fil rouge très marqué, permet de parcourir plusieurs types de dépendances liées à l’énergie : tant la dépendance de notre modèle de développement à une ressource que la dépendance idéologique vis-à-vis des puissants secteurs nationaux de l’électricité. Mais ces dépendances créent des prises susceptibles d’être saisies par des critiques aux propositions reconfiguratrices, qu’il s’agisse de certaines mobilisations contre le gaz de schiste ou des promoteurs historiques des ENR, malgré la résilience des secteurs en place. Cette tension est présente dans le fait que les foyers de contestation des modèles énergétiques dominants se multiplient lorsque dans le même temps ces modèles parviennent à se maintenir, voire à s’étendre.

Haut de page

Notes

1 Jean-Claude Debeir, Jean-Paul Deléage et Daniel Hémery, Une histoire de l’énergie, Flammarion, Paris, 2013 (1986).

2 Jean-Baptiste Fressoz, L’Apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique, Paris, Le Seuil, 2012.

3 Steve Fuller, « Precautionary and Proactionary as the New Right and the New Left of the Twenty-First Centtury Ideological Spectrum », International Journal of Politics, Culture, and Society, vol. 25, n° 4, décembre 2012.

4 Pour une analyse plus complète de cet aspect, on peut se reporter à Sezin Topçu, La France nucléaire. L’art de gouverner une technologie contestée, Paris, Le Seuil, 2013, p. 217-248.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Denoun, « Jean-Paul Deléage (dir.), « Les servitudes de la puissance : conflits énergétiques », Écologie & Politique, n° 49, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 08 janvier 2015, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16658

Haut de page

Rédacteur

Martin Denoun

Doctorant GSPR/EHESS

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page