Navigation – Plan du site

Laufer Laurie, Rochefort Florence (dir.), Qu’est-ce que le genre ?

Caroline Sordia
Qu'est-ce que le genre ?
Laurie Laufer, Florence Rochefort (dir.), Qu'est-ce que le genre ?, Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2014, 315 p., ISBN : 978-2-228-91159-7.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1L’Institut Émilie du Châtelet1 publie ce recueil pluridisciplinaire en réponse aux controverses autour de la prétendue « théorie du genre ». L’objectif est double : apporter une réaction documentée mais aussi donner un aperçu de la richesse des études de genre, dans un ouvrage qui se veut à la fois scientifique et engagé. Les contributions sont ici regroupées en trois parties qui semblent relever chacune d’une orientation différente.

  • 2 Rubin Gayle, « The Traffic in Women: Notes on the Political Economy of Sex », in Reiter R. (dir.), (...)
  • 3 Mathieu Nicole-Claude, « Identité sexuelle/sexuée/de sexe ? Trois modes de conceptualisation du rap (...)

2Répondant au titre, la première partie revient sur la généalogie du concept de genre, à partir de la linguistique, de l’anthropologie et de la biologie. Chevalier et Planté rappellent la polysémie historique du terme et l’ancienneté des résistances à son usage hors du sens grammatical. Cependant, ce modèle grammatical est instructif : il illustre la variation spatio-temporelle du traitement du genre. Une analyse linguistique critique et située permet de saisir la production et la transformation du système de genre par la « dialectique entre les mots (le genre grammatical) et les choses (les pratiques sociales) » (p. 21). Concernant les pratiques anthropologiques du genre, Handman cite Rubin, première à théoriser l’existence d’un système social de sexe et de genre défini culturellement2. Elle rappelle les différents rapports entre sexe et genre conceptualisés par Mathieu3 : le sexe impose le genre (correspondance occidentale entre bicatégorisation des sexes et injonction à l’hétérosexualité) ; le genre, déclaré ou assigné, prime sur le sexe (socialisation inversée chez les Inuits, mahu du Pacifique, hijra en Inde...) ; et enfin, une conception où seul le genre, plastique, compte (pensée queer). Cet aperçu bat en brèche l’idée selon laquelle les questionnements de nos sociétés (GPA, homoparentalité...) seraient d’une « radicale nouveauté ».

  • 4 En s’appuyant sur les travaux de Thomas Laqueur, notamment La Fabrique du sexe. Essai sur le corps (...)
  • 5 Même si, face à la complexité des marqueurs génétiques, « la course au déterminant unique de la dét (...)
  • 6 Au-delà de ces biais, fréquents même dans de prestigieuses revues, il convient de souligner l’impor (...)

3Les biologistes Peyre et Wiels reviennent pour leur part sur la construction sociale de la différence des sexes. Elles retracent le passage d’une théorie du sexe unique à la notion de spécificité du féminin puis d’incommensurabilité des sexes au xviiie siècle4. Ce « différentialisme égalitaire » se mue en différentialisme hiérarchisé au xixe siècle, en lien avec un discours scientifique qui fonde la hiérarchie des intelligences sur des critères de race et de sexe. À l’étude des squelettes, puis des crânes, a succédé la génétique comme science de la différence des sexes5, mais le sexisme demeure : la différenciation sexuelle s’entend comme masculine, à partir d’un féminin toujours pensé comme le sexe par défaut. Aujourd’hui, les « anti-gender » appuient leur argumentaire sur les neurosciences. Sur ce terrain, Vidal mobilise des arguments pour contrer leurs présupposés essentialistes : faible différenciation de la fabrication embryonnaire, importance de la plasticité cérébrale, intrication de l’inné et de l’acquis... Elle démystifie l’influence des hormones sur nos comportements (« ancrés dans la biologie, mais [dont les] modes d’expression sont contrôlés par la culture et les normes sociales », p. 78-79) et rappelle qu’identité sexuée et orientation sexuelle se construisent dans l’interaction avec l’environnement. Enfin, elle dénonce les biais de certaines études, qui alimentent la « validation pseudo-scientifique du bien-fondé des stéréotypes de genre » (p. 81)6.

4Une longue deuxième partie offre un panorama de l’usage du genre dans divers domaines, qui se révèlent comme autant d’espaces de (re)production du genre, mais aussi de subversion.

  • 7 Ces derniers sont encore aujourd’hui mis en place, sous des formes qui varient, lorsque des perform (...)

5Cette ambivalence se retrouve dans le cinéma, revisité par Sellier « au prisme du genre » : ce réexamen de l’histoire du cinéma, dans son lien avec la production de rapports sociaux, se heurte en France aux résistances d’une approche esthétique et philosophique, qui préfère le penser hors du social. Cela nécessite dès lors une véritable rupture épistémologique. Dans un autre domaine, Louveau montre que l’accès laborieux des femmes au monde sportif s’est articulé avec des injonctions et des définitions fluctuantes de la « vraie » femme. Le maintien d’une sexuation marquée des sports, les « contrôles de féminité »7, un traitement médiatique inégalitaire, tant quantitatif (retransmission asymétrique) que qualitatif (commentaires à connotation esthétique, sexualisation), en sont autant d’exemples. Le sport apparaît ainsi comme un terrain de luttes autour des normes sociales de la féminité.

6Les liens paradoxaux entre réussite scolaire, filière d’orientation et réussite professionnelle sont ensuite passés au crible du genre. La relative réussite scolaire des filles, masquant en partie les effets de l’origine sociale, n’empêche pas une division sexuée nette en termes d’orientation. En effet, rappelle Mosconi, le « curriculum caché » du genre s’immisce dans la socialisation différenciée des enfants (mise en scène des normes, comportements discriminatoires des enseignant-e-s), ainsi que dans les savoirs enseignés (invisibilisation des femmes, des luttes, des inégalités) et la bicatégorisation sexuée des disciplines. Cette réussite n’est que faux-semblant, en raison du fonctionnement inégalitaire des institutions (famille, école, marché). De fait, elle ne se traduit pas en réussite professionnelle et, malgré le principe d’égalité salariale, la dévalorisation des qualifications dites « féminines » et des emplois occupés par les femmes reste de règle. Laufer, Lemière et Silvera proposent de s’inspirer d’expériences de revalorisation menées au Québec, en Suisse et au Portugal, en mobilisant la notion de « valeur comparable des emplois » et en construisant des classifications professionnelles et salariales plus égalitaires, qui sortent du « référentiel masculin neutre ».

  • 8 Bozon parle d’intériorisation de l’hétéronormativité, notion qui articule asymétrie des sexes, des (...)

7La sexualité, enfin, apparaît comme un champ conflictuel, tant dans la recomposition du genre qu’au sein des mouvements féministes. Les revendications d’égalité ont amorcé le détachement de la sexualité du triptyque procréation, mariage et hétérosexualité, mais malgré ces évolutions sociétales, représentations et pratiques demeurent inégalitaires. Pour Bozon, plus qu’une révolution sexuelle, on assiste à une « transformation du régime de normativité » (p. 177) : si la palette de parcours sexuels s’est élargie, les normes8 ont été internalisées par les individus. Ainsi, des représentations différentialistes continuent d’alimenter des injonctions à la maternité et à la conjugalité, à des rôles spécifiques et hiérarchisés dans la sexualité, mais aussi des résistances privées à l’homosexualité et à l’égalité (« psychologisation » des inégalités). Les attaques contre la « théorie du genre » s’interprètent comme une « panique morale » autour de la sexualité. Cette dernière « fonctionne ici comme un langage universel pour rappeler à chacun sa place dans l’ordre de genre » (p. 187).

  • 9 Ainsi la sexualité est-elle, pour les féministes françaises des années 1970-80, le « mauvais objet (...)
  • 10 La sublimation est entendue au sens psychanalytique comme la capacité à échanger un objet de pulsio (...)
  • 11 Ainsi, et bien que cela ait fait selon Molinier l’objet d’un « refoulement » de la part des science (...)
  • 12 On peut faire le parallèle avec d’autres controverses impliquant les défenseurs de la psychanalyse, (...)
  • 13 Rubin Gayle, Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe, Paris, Epel, 2010, p. 68.
  • 14 « En inventant la psychanalyse, Freud a mis en perspective l’amour qui franchit toutes les frontièr (...)
  • 15 Bien que Laufer précise qu’elle emploie « la psychanalyse » par facilité de langage : « je ne parle (...)

8Deux chapitres relèvent d’une posture épistémique particulière. Pour Molinier, le rapport entre genre, travail et sexualité, source de clivages entre féminismes9, peut être repensé à l’aide du concept de sublimation10. Selon elle, le sexuel est « au centre du travail du care » (p. 167)11. Les « réticences vis-à-vis de la sexualité » (en fait, d’une certaine vision de la sexualité) ne seraient que « refoulement » freudien ; « c’est pourquoi on ne peut pas se passer de la psychanalyse pour lire entre lignes ce qui est élidé du désir dans les discours féministes et antiféministes » (p. 170). Ainsi, l’approche psychanalytique est jugée indispensable et les oppositions interprétées comme refoulement inconscient12. Observant à l’inverse « ce que le genre fait à la psychanalyse », Laufer déplore que les psychanalystes les plus audibles dans les débats sur le genre aient été les plus conservateurs, ceux qui en font une « orthopsychie » garante de l’ordre établi. Dans sa difficulté à reconsidérer des piliers théoriques empreints de stéréotypes essentialistes datés, « la psychanalyse rate le coche des problématiques liées au rapport sexe/genre » (p.196), et à la dimension politique de la sexualité. Cependant, explique Laufer, la vraie « psychanalyse côté psychanalyse », fidèle à Freud, se fonde sur une subversion des normes. Aussi l’outil du genre peut-il lui redonner un « élan érotique ». Inversement, les études de genre ne peuvent faire l’impasse sur la psychanalyse, puisque « [cette dernière] est une théorie du genre »13. Laufer revient dans une conclusion lyrique14 sur l’amour comme élan égalitaire freudien. Entre critique argumentée et plaidoyer programmatique15, ce chapitre élude, comme le précédent, les critiques adressées à la légitimité épistémologique de la psychanalyse.

9Pour finir, une dernière partie décrypte plus directement des controverses récentes.

  • 16 Il est intéressant de noter que, paradoxalement, « le religieux conservateur utilise un discours sé (...)
  • 17 Expression reprise de l’essayiste Caroline Fourest.

10Celle autour du mariage pour tous amène Rochefort à s’interroger sur le caractère sécularisateur du concept de genre. Si les représentants religieux auditionnés par les pouvoirs publics ont tous, à l’exception notable des bouddhistes, exprimé leur inquiétude vis-à-vis du « danger sociétal » menaçant les fondations du mariage, cela ne doit pas masquer l’hétérogénéité existant au sein des mouvements religieux. Depuis plus de 30 ans, des courants théologiques innovants réinterprètent les textes fondateurs, « mettent à distance un héritage patriarcal et réinsufflent une dimension égalitaire qu’ils jugent fidèle à un message originel » (p. 225). De fait, opposer archaïsme religieux et modernité laïque s’avère réducteur. Si les études de genre participent d’un processus de sécularisation, elles polarisent le champ religieux (de manière in fine plus politique que religieuse) entre conservateurs et ultramodernes16. Quant à la fronde contre la « théorie du genre », pour la politiste Sénac, elle signe la marque non seulement du clivage droite/gauche et de la « sainte alliance »17 des droites, mais aussi du « “sexisme constituant” d’un contrat social qui continue à être pensé entre frères hétérosexuels » (p. 232). L’expression « théorie du genre » permet simultanément de disqualifier le caractère scientifique des études de genre et la légitimité politique d’évolutions juridiques contestées (mariage pour tous). Si l’égalité est reconnue comme enjeu public légitime, cette reconnaissance se double d’une résistance au « risque » d’indifférenciation des sexes. Dans les hésitations gouvernementales à utiliser le terme de genre (« backlash idéologique ») s’exprime la tension entre principe républicain d’égalité et conception archaïque d’une complémentarité des sexes vue comme naturelle et vitale à l’ordre social. La recomposition du « sexisme constituant » s’analyse dès lors comme l’avatar contemporain de résistances anciennes aux dynamiques égalitaires au nom du péril de la confusion des sexes.

11Dans cette riche compilation pluridisciplinaire sur le genre, une faiblesse réside dans le grand écart entre réaction aux polémiques et volonté d’offrir un panorama de la recherche. Bien que l’exhaustivité ne soit pas revendiquée, le choix des domaines, entre actualité et état de l’art, semble répondre davantage aux thèmes de prédilection des membres de l’IEC qu’à un souci de cohérence interne. Aussi la ligne éditoriale apparaît-elle peu lisible (on regrette à cet égard l’absence d’une conclusion). Enfin, l’hétérogénéité des contributions peut nuire à la visée pédagogique affichée : le risque est alors de ne prêcher que les convaincus.

Haut de page

Notes

1 Référence dans le domaine des études de genre, l’Institut Émilie du Châtelet (IEC) a pour mission de « développer et diffuser la recherche dans le domaine des études sur les femmes, le sexe et le genre », notamment par l’attribution de bourses, l’organisation de séminaires, la traduction et la publication d’ouvrages... Le présent ouvrage collectif est co-dirigé par sa présidente et par la présidente de son comité scientifique.

2 Rubin Gayle, « The Traffic in Women: Notes on the Political Economy of Sex », in Reiter R. (dir.), Toward an Anthropology of Women, New York, Montly Press Review, 1975.

3 Mathieu Nicole-Claude, « Identité sexuelle/sexuée/de sexe ? Trois modes de conceptualisation du rapport entre sexe et genre », in Daune-Richard Anne-Marie, Hurtig Marie Claude, Pichevin Marie-France (dir.), Catégorisation de sexe et constructions scientifiques, Aix en Provence, Université de Provence, 1989.

4 En s’appuyant sur les travaux de Thomas Laqueur, notamment La Fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, 1992.

5 Même si, face à la complexité des marqueurs génétiques, « la course au déterminant unique de la détermination du sexe est [aujourd’hui] terminée » (p. 65).

6 Au-delà de ces biais, fréquents même dans de prestigieuses revues, il convient de souligner l’importance du traitement médiatique de ces études. Pour une approche critique de la vulgarisation scientifique, voir le blog Allodoxia de la chercheuse indépendante Odile Fillod.

7 Ces derniers sont encore aujourd’hui mis en place, sous des formes qui varient, lorsque des performances trop « viriles » sont suspectées.

8 Bozon parle d’intériorisation de l’hétéronormativité, notion qui articule asymétrie des sexes, des individus au sein de chaque sexe (hiérarchie des féminités / des masculinités) et des sexualités.

9 Ainsi la sexualité est-elle, pour les féministes françaises des années 1970-80, le « mauvais objet du travail ». Il faudra attendre la pensée queer et la troisième vague du féminisme pour que soient réinterrogées les sexualités. En parallèle, aux États-Unis, les sex wars opposent les féministes sur la question de la prostitution.

10 La sublimation est entendue au sens psychanalytique comme la capacité à échanger un objet de pulsion sexuelle contre un objet désirable socialement.

11 Ainsi, et bien que cela ait fait selon Molinier l’objet d’un « refoulement » de la part des sciences sociales, les composantes érotisées du soin à la personne s’articulent à la « mise à vif du pulsionnel » provoquées par la maladie chez certains des soignés. Cela nécessiterait de prendre en compte la sublimation par les pourvoyeuses de care de « l’excitation éprouvée au niveau de l’expérience corporelle » (p.168), postulant ainsi un continuum entre travail du sexe et travail du care où le plus aliénant n’est pas forcément celui que l’on croit.

12 On peut faire le parallèle avec d’autres controverses impliquant les défenseurs de la psychanalyse, comme celle autour de la prise en charge de l’autisme, où disqualification des discours discordants en « refoulement » et procès en manque d’humanité font parfois figure d’arguments.

13 Rubin Gayle, Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe, Paris, Epel, 2010, p. 68.

14 « En inventant la psychanalyse, Freud a mis en perspective l’amour qui franchit toutes les frontières : Éros est l’élan égalitaire, l’invention freudienne tient sur cette technique-là, l’amour franchit les normes » (p. 212). Ce lyrisme n’est pas sans rappeler celui de Pierre Bourdieu à l’issue de La domination masculine (Seuil, 1998), où l’amour, là encore, transcende tous les rapports de domination.

15 Bien que Laufer précise qu’elle emploie « la psychanalyse » par facilité de langage : « je ne parle pas au nom de LA psychanalyse, mais en tant qu’analyste » (note 26, p. 277).

16 Il est intéressant de noter que, paradoxalement, « le religieux conservateur utilise un discours séculier, tandis que les théologies dissidentes innovent en réinterprétant l’héritage religieux ». En outre, le mariage pour tous pose aussi problème à certaine vision laïque, qui s’exprime dans des « discours conservateurs ou nostalgiques d’une transcendance républicaine » (p. 228).

17 Expression reprise de l’essayiste Caroline Fourest.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Sordia, « Laufer Laurie, Rochefort Florence (dir.), Qu’est-ce que le genre ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 08 janvier 2015, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16661

Haut de page

Discipline

Anthropologie

Littérature

Psychanalyse - psychiatrie

Science politique

Sociologie

Philosophie

Haut de page

Sujet

Corps

Culture

Discriminations

Éducation

Genre

Inégalités

Sexualité

Religions - croyances

Sports et loisirs

Socialisation

Travail

Haut de page

Rédacteur

Caroline Sordia

Diplômée en science politique des relations internationales (Institut d’études politiques de Paris / CERI) et en psychologie (Université de Nantes) ; masterante à l’EHESS (Genre, politique, sexualité) ; metteure en scène, traductrice, chargée d’enseignement à l’Université de Nantes.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page