Navegación – Mapa del sitio

Thomas Pavel, La pensée du roman

Jean Zaganiaris
La pensée du roman
Thomas Pavel, La pensée du roman, Paris, Gallimard, col. « Folio essais », 2014, 658 p., 1ère éd., 2003, ISBN : 978-2-07-045076-3.
Inicio de página

Texto completo

1Le nouveau livre de Thomas Pavel constitue un apport important au sein des travaux contemporains sur la littérature. L’enjeu n’est plus d’avancer une simple herméneutique des romans ou bien de chercher uniquement à les contextualiser ou à saisir leurs usages sociaux mais d’analyser conceptuellement et anthropologiquement la portée des œuvres littéraires, à partir des interrogations qu’elles posent au sein d’univers sociaux composites. C’est dans ce cadre que s’inscrit cet ouvrage dense, s’étalant sur presque six cents pages et offrant aux lecteurs un large panorama sur l’histoire du roman. Rompant avec les thèses situant sa genèse à partir du XVIIIe ou du XIXe siècle, Thomas Pavel remonte jusqu’à l’Antiquité grecque et évoque des romans hellénistiques tels que Les Ethiopiques d’Héliodore, en prenant soin de distinguer ces derniers de la tragédie ou bien de ces épopées que sont L’Iliade et L’Odyssée. Selon lui, ces textes littéraires posent un questionnement fondamental sur des rapports entre « les individus, les idéaux et les normes censées guider leurs vies » (p. 51). On retrouve cet aspect sous une autre forme au moment des romans de chevalerie de Chrétien de Troyes ou de Wolfram von Eschenbach, s’interrogeant sur le rapport que leurs héros entretiennent à l’égard des valeurs de la société : « À l’instar des romans hellénistiques, les récits de chevalerie examinent, eux aussi, la manière dont les êtres humains, tout en étant attirés par l’idéal moral, s’y conforment difficilement. La force et la vertu des chevaliers errants est peut vraisemblable, mais le dilemme auquel ils se confrontent demeure familier : pourquoi le bien et ses conséquences normatives sont-ils à la fois si évidents et si peu suivis ? Pourquoi les êtres humains admirent-ils tant la loyauté et la générosité mais en respectent rarement les préceptes » (p. 77). Pour Thomas Pavel, retracer l’histoire du roman de l’Antiquité à nos jours ne consiste pas à proposer une nouvelle théorie développementaliste, selon laquelle les progrès de ce genre littéraire auraient été accomplis à partir du moment où ses représentations ont commencé à s’inscrire dans le réalisme, c’est-à-dire dans la description des faits réels. L’enjeu du roman n’est pas de montrer la réalité avec précision mais comprendre les questionnements parfois troublants que des personnages posent à la société, notamment en saisissant le rapport que ces derniers entretiennent à l’égard de la morale dominante d’une période historique donnée.

  • 1 Sur Lucàks, Thomas Pavel cite son ouvrage La théorie du roman [1916], Paris, Gallimard, 1989.
  • 2 Marcel Gauchet, Le désenchantement du monde, Paris, Gallimard, 1985.

2L’approche de Pavel est à la fois littéraire et philosophique. Il développe un échange intellectuel fructueux avec la pensée de Georg Lukàcs, qui situe le roman dans son ancrage social : « L’intérêt de l’essai de Lukàcs tient à sa volonté d’ancrer la réflexion sur le roman dans l’unité du concept avant de le confronter avec la multiplicité de l’empirie » (p. 43)1. Toutefois, c’est beaucoup plus la pluralité des contextes empiriques qui intéresse Thomas Pavel que l’unicité conceptuelle, à laquelle il substitue l’opposition entre « idéalisme » et « réalisme ». Inspiré, entre autres, de l’ouvrage de Marcel Gauchet sur le Désenchantement du monde2, Thomas Pavel définit les « idéalistes » comme étant les auteurs qui représentent l’existence humaine par le biais de la perfection. Ces derniers peuvent combiner avec un certain réalisme mais, à l’image de Richardson, Cervantès ou l’Ulysse de Joyce, ils peuvent aussi magnifier la vie ou déformer le réel. S’appuyant autant sur L’Arcadie (1504) de Iacopo Sannazaro, sur La carrière d’un libertin (A Rake’s Progress) (1732) de William Hogarth, sur le corps androgyne évoqué par Balzac dans Les illusions perdues (1837-1843) mais aussi sur les œuvres de Zola, susceptibles de combiner les descriptions les plus réalistes d’un milieu social donné avec les malheurs « à peine croyable » qui arrivent à ses personnages, Thomas Pavel montrent les rapports complexes et protéiformes que les romans entretiennent avec le réel. C’est à partir du XVIIIe siècle qu’un virage décisif s’instaure, notamment avec l’essor du roman gothique s’intéressant plus à la création d’une « atmosphère » qu’à la « plausibilité » des situations ou bien avec un ensemble d’ouvrages qui, à l’instar de La nouvelle Eloïse (1761) de Jean-Jacques Rousseau, montrent des personnages cherchant à l’intérieur d’eux-mêmes, et non plus au sein de la société, les lois morales auxquelles se rattacher. Ces partis-pris littéraires sont appelés par Thomas Pavel « le nouvel idéalisme » et vont susciter un ensemble de réaction chez des écrivains tels que Benjamin Constant, dont le roman Adolphe (1816) est une charge puissante contre les idéalisations romantiques du siècle précédant. Soucieux de rompre également avec les oppositions abstraites, Thomas Pavel montre que les façons d’envisager le rapport aux valeurs, notamment dans les relations amoureuses, changent selon les époques et que l’opposition ou la combinaison entre « réalisme » et « idéalisme » évolue au sein des différents contextes socio-historiques, allant même jusqu’à être obsolète dans certaines œuvres : « Dostoïevski rejette dos à dos l’idéalisme romanesque, qui exalte la grandeur et l’indépendance humaines, et l’anti-idéalisme, qui trouve dans l’imperfection du genre humain une source de perfectionnement, voire d’amertume » (p. 489).

  • 3 Sur le rapport de Foucault à la littérature, voir ses textes publiés récemment dans La grande étran (...)
  • 4 Sur la question des utopies sexuelles dans les productions littéraires contemporaines, Jean Zagania (...)

3Si La pensée du roman comporte des qualités indéniables, il soulève également un ensemble de remarques. Tout en faisant preuve d’une grande richesse dans les références bibliographiques, il laisse de côté, peut-être délibérément, un ensemble d’auteurs que l’on s’attend à voir cité. Thomas Pavel n’explicite pas, par exemple, sa position à l’égard de la pensée de Michel Foucault. L’approche généalogique, le concept d’hétérotopie, l’usage philosophique d’écrivains tels que Sade ou Mallarmé ou bien l’évocation des auteurs Grecs, notamment dans les deux derniers volumes de L’Histoire de la sexualité, ont trait avec les analyses développées dans La pensée du roman3. Il en est de même des propos de Pierre Bourdieu à l’égard de la genèse du champ littéraire ou d’Edward Saïd au sujet des productions orientalistes, qui auraient mérité au moins d’être cités dans la bibliographie. Certains auteurs évoqués par Saïd dans L’orientalisme ou bien Culture et Impérialisme auraient permis de relier l’opposition entre idéalisme et réalisme avec des aires non européennes et de contextualiser davantage l’analyse d’œuvres tels que L’immoraliste d’André Gide (pp. 531-532), en restituant le regard que les colonisateurs portaient sur les colonisés. L’autre remarque à l’égard de l’ouvrage de Thomas Pavel a trait avec l’évocation de la sexualité dans les romans. Rompant avec les thèses puritaines ou moralisatrices, qui sont bien souvent le fruit des projections anthropocentriques du chercheur sur les œuvres, Pavel évoque la prostitution et l’inceste dans des romans tels que Molles Flanders (1722) de Daniel Defoe, les plaisirs clandestins dans L’Elégie de la dame Fiammetta (1344) de Boccace ainsi que les désirs sexuels féminins décrits par Maria de Zayas dans Nouvelles amoureuses et exemplaires (1637) et Désenchantements de l’amour (1647). Toutefois, il laisse le lecteur sur sa faim, en s’abstenant à la fois de relier le fil conducteur de l’essai avec les enjeux politiques et sociaux que la sexualité occupe au sein d’une société, et de penser les confrontations ou les combinaisons entre idéalisme et réalisme à la lumière des utopies sexuelles construites au sein des textes littéraires4. La pensée du marquis de Sade ou bien l’analyse des Liaisons dangereuses (1782) de Laclos sont à peine effleurées et l’évocation des Particules élémentaires (1998) de Michel Houellebecq aurait gagné à aller plus loin, en rendant compte du rapport aux valeurs et à la morale de ces personnages qui cherchent désespérément une échappatoire dans les clubs échangistes et les hammams libertins. Ces remarques ne remettent bien entendu pas en cause la profondeur des analyses de La pensée du roman, montrant que les questionnements sur les attitudes à tenir vis-à-vis de la morale au sein d’un monde complexe et pluriel constituent un angle d’entrée important pour une approche pluridisciplinaire de la littérature.

Inicio de página

Notas

1 Sur Lucàks, Thomas Pavel cite son ouvrage La théorie du roman [1916], Paris, Gallimard, 1989.

2 Marcel Gauchet, Le désenchantement du monde, Paris, Gallimard, 1985.

3 Sur le rapport de Foucault à la littérature, voir ses textes publiés récemment dans La grande étrangère. A propos de littérature, Paris, Editions des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2013, édité et présenté par Philippe Artières, Jean-François Bert, Mathieu Potte-Bonneville et Judith Revel.

4 Sur la question des utopies sexuelles dans les productions littéraires contemporaines, Jean Zaganiaris, « Tu as le sexe d’un ange, mon amour » : représentations des transidentités et déconstruction des genres dans la littérature érotique contemporaine », dans Arnaud Alessandrin, Karine Espineira, Maud-Yeuse Thomas (dir.), Transféminisme et pornographie, Paris, L’Harmattan, à paraître en 2015.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Jean Zaganiaris, « Thomas Pavel, La pensée du roman », Lectures [En línea], Reseñas, 2015, Publicado el 08 enero 2015, consultado el 15 octubre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16673

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página