Navigation – Plan du site

Alejandro Portes, Rubén G. Rumbaut, Immigrant America. A Portrait, Updated, and Expanded

Héloïse Thomas
Immigrant America
Alejandro Portes, Rubén G. Rumbaut, Immigrant America. A Portrait, Updated, and Expanded, University of California Press, 2014, 544 p., ISBN : 9780520274020.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Et déjà réédité en 1996 et 2006.

1La quatrième édition de Immigrant America, paru pour la première fois en 19901, offre une vision panoramique de l’immigration aux États-Unis en prenant en compte les aspects économiques, politiques, sociaux, religieux, raciaux, ethniques et linguistiques. Si un travail d’une telle ampleur ne peut bien évidemment pas prétendre à l’exhaustivité, l’ouvrage étudie néanmoins en profondeur les causes, circonstances et conséquences des différents courants d’immigration qui contribuent aujourd’hui encore à la construction du pays. La différence majeure par rapport aux éditions précédentes, outre la mise en lumière de nouvelles données économiques et politiques, se trouve dans l’apport d’un cadre histoire et théorique dans les deux chapitres initiaux.

2Les auteurs situent leur point de départ vers 1880, à la suite de la guerre de Sécession qui reconfigura le pays entier et marqua l’entrée progressive des États-Unis dans l’ère industrielle. À partir de 1880, les auteurs distinguent trois longues périodes dans l’histoire américaine : de 1880 à 1930, ce qu’ils appellent les Grandes Vagues européennes ; de 1930 à 1970, une période de stagnation, voire de récession de l’immigration, en parallèle de la Grande Dépression et la seconde guerre mondiale ; et finalement, de 1970 à nos jours, une reprise des mouvements migratoires dans le contexte de nouvelles réalités économiques et politiques. La confrontation de ces trois périodes révèle que si l’histoire ne se répète pas tout à fait, certains échos reviennent sans cesse – notamment le contrepoint entre la demande d’une main-d’œuvre immigrante par divers secteurs de l’économie et les politiques xénophobes. Écart perpétué sur le terrain, entre d’une part le mythe du « melting pot » américain, où les immigrants sont accueillis, et une réalité très dure, où les immigrants sont littéralement traqués et traités comme de la vermine.

  • 2 Les plus connues sont les « push-pull theories », autrement dit les théories qui compilent deux lis (...)
  • 3 « Assimilation » est parfois interchangeable avec « acculturation » ; dans l’analyse qu’en fait Mil (...)
  • 4 Le multiculturalisme aux États-Unis fonctionne soit selon le modèle du « melting pot » (où les cult (...)

3Ce panorama historique est complété par le passage en revue des multiples théories qui ont émergé concernant les phénomènes de migration. S’il n’existe pas de théorie globale au sujet de l’immigration nationale, les auteurs distinguent néanmoins quatre grandes problématiques structurant les études théoriques : les origines des migrations2 ; la continuité et la direction des migrations ; les migrations économiques ; le lien entre les lieux d’implantation des migrants et leurs stratégies d’adaptation. La recension de ces théories indique les limites de chacune, et met l’accent sur les changements selon les générations et les origines des migrants. Une attention particulière est portée sur les théories étudiant les phénomènes d’assimilation3 (ou d’acculturation) par rapport à ceux de résistance ethnique (ethnic resilience). Cette opposition binaire ne suffit pas cependant à rendre compte de la situation actuelle, où le modèle du pluralisme culturel (du melting pot au salad bowl4) est depuis longtemps ébranlé : dans cette perspective, Portes et Rumbaut soulignent l’intérêt et la nécessité d’une analyse transnationale, plus appropriée aux nouvelles migrations et aux nouvelles interactions culturelles.

4Ce double cadrage chronologique et théorique éclaire l’analyse qui suit des multiples facettes des phénomènes migratoires. Ainsi, on ne saurait réduire les divers courants d’immigration à des mobilités unidirectionnelles entre un « Nord » et un « Sud » bien définis : en particulier dans une époque marquée par la mondialisation, l’immigration implique également une oscillation entre plusieurs pôles géographiques et culturels, et les facteurs qui conduisent les migrants à partir, et à le faire vers les États-Unis, ne tiennent pas systématiquement à une pauvreté économique et/ou une instabilité économique dans le pays de départ. Un facteur reste néanmoins constant : la vision d’une Amérique garante de réussite économique. Réussir, « making it », en Amérique : tel est le but. Le rêve américain reste tenace, notamment perpétué par le mythe du « self-made man », l’homme qui s’est hissé tout seul dans les échelons sociaux grâce à une solide éducation, un sens du travail acharné et une philosophie entrepreneuriale. Cela dit, comme le montrent les données compilées par les auteurs, la seule motivation de travailler dur ne suffit jamais : l’accès des populations immigrées à cette réussite économique reste hautement tributaire du niveau d’éducation, de la classe sociale et des compétences professionnelles des immigrants, mais aussi et surtout du contexte géopolitique international de l’époque et de l’historique des communautés immigrantes aux États-Unis.

5Réussir en Amérique peut également passer par la voie politique. Si les attitudes xénophobes du début du XXe siècle, qui voyaient dans l’immigration un poison sapant la société américaine (au motif que la diversité culturelle réduirait l’engagement civique des bons citoyens américains), perdurent toujours, la présence des populations immigrées et de leurs descendants dans le domaine politique s’est accentuée et a pu acquérir une certaine légitimité. En général, les auteurs distinguent trois types d’attitudes en ce qui concerne le caractère politisé des communautés immigrantes : un engagement vis-à-vis de causes politiques dans le pays d’origine, pour soutenir ou pour s’opposer au régime actuel ; la construction de l’immigrant comme représentant à l’étranger de son pays d’origine ; ou bien la coupure avec le passé, pour se concentrer sur la nouvelle vie aux États-Unis. Les premières générations d’immigrés sembleraient faire preuve majoritairement d’une certaine endurance passive face aux xénophobes qui s’efforcent de les exclure, voire de les déporter ; en revanche, les campagnes menées contre l’immigration ont bien souvent généré un militantisme ethnique dans les générations ultérieures qui, elles, sont déjà acculturées et parlent couramment anglais. Cette assimilation culturelle leur donnerait un atout sans pareil pour faire entendre la voix de leurs communautés, même si, comme ont pu le faire remarquer les sociologues, la résistance ethnique aux États-Unis s’explique autant par un sentiment de continuité avec la communauté immigrante que par une réaction face aux discriminations subies une fois sur le sol américain.

6Le lien entre appartenance au tissu social américain et appartenance à une communauté possédant une identité ethnique propre et des intérêts particuliers est toujours en train d’être renégocié, autant par les nouveaux arrivant que par les descendants d’immigrés. En revanche, l’analyse de populations immigrantes n’est pas généralisable à leurs descendants. « Growing up American » (grandir en Amérique, en tant qu’Américain) implique une double appartenance culturelle – famille immigrée, sociabilité américaine – et les générations ultérieures ne présentent pas systématiquement les mêmes aspirations et comportements que leurs parents ou grands-parents. L’éducation des enfants d’immigrés est notamment un moment décisif, source d’ailleurs de maintes « success stories » où les enfants qui font preuve d’une ambition acharnée pour s’en sortir au lycée décrochent leur entrée dans les plus hautes sphères de l’éducation américaine. Si un tel esprit – réussir son éducation pour réussir dans la vie – est bien présent, il n’en reste pas moins que ce n’est pas une situation applicable à tous : une grande catégorie d’enfants d’immigrés reste vulnérable. La question de l’acquisition de la langue va également jouer dans la construction identitaire de chaque génération, et reste tributaire, dans une certaine mesure, du sentiment de loyauté, de cohésion ou bien de rejet qu’éprouve chaque individu vis-à-vis de sa communauté. La peur nativiste d’une fragmentation linguistique et culturelle, qui coïncide avec la peur d’un radicalisme ethnique, perdure encore, mais, au final, les auteurs avancent un tout autre constat : ce seraient les autres langues qui seraient menacées, au vu de l’hégémonie linguistique anglaise.

7De toute évidence, Immigrant America est un ouvrage riche et nuancé qui permet de saisir dans son ensemble la diversité d’un phénomène infiniment complexe. De la somme de données relatives à l’immigration vers les États-Unis, Alejandro Portes et Rubén G. Rumbaut dégagent trois grandes tendances pour les années à venir : l’expansion progressive de la présence immigrante dans toutes les zones du pays ; le pouvoir politique croissant de la population née à l’étranger ou d’origine étrangère ; et la fin de l’immigration de travailleurs mexicains, avec son lot de conséquences sur la main-d’œuvre américaine. À travers des analyses tour à tour diachroniques et synchroniques, qui prennent en compte l’intersection des facteurs politiques, économiques et socio-culturels, les auteurs nous rappellent qu’au vu de l’échec des politiques tranchées qui visent soit à exclure, soit à assimiler les immigrants, une compréhension en profondeur des phénomènes de migrations est cruciale pour envisager l’avenir économique et politique des États-Unis.

Haut de page

Notes

1 Et déjà réédité en 1996 et 2006.

2 Les plus connues sont les « push-pull theories », autrement dit les théories qui compilent deux listes de facteurs pour expliquer les phénomènes migratoires : d’un côté, les facteurs poussant à quitter un pays, de l’autre ceux qui attirent les immigrés vers un certain pays.

3 « Assimilation » est parfois interchangeable avec « acculturation » ; dans l’analyse qu’en fait Milton Gordon, l’acculturation est la première étape dans le processus d’assimilation des immigrants.

4 Le multiculturalisme aux États-Unis fonctionne soit selon le modèle du « melting pot » (où les cultures se fondent les unes dans les autres pour former un tout), soit selon le modèle du « salad bowl » (où les cultures restent des entités distinctes au sein d’une structure englobante). Le mythe de la coexistence et des échanges culturels pacifiés est néanmoins discrédité du moment que l’on prend connaissance des systèmes de pouvoir qui oppriment, sur les plans politique, économique et social, les minorités de couleur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Héloïse Thomas, « Alejandro Portes, Rubén G. Rumbaut, Immigrant America. A Portrait, Updated, and Expanded », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 09 janvier 2015, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16685

Haut de page

Rédacteur

Héloïse Thomas

Écrivaine, traductrice et critique littéraire sous le pseudonyme d’AK Afferez. Normalienne et agrégée d’anglais, elle effectue des recherches sur la littérature des femmes et des minorités aux États-Unis.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page