Navigation – Plan du site

Thierry Bonnot, L’attachement aux choses

Julien Delsarte
L'attachement aux choses
Thierry Bonnot, L'attachement aux choses, Paris, CNRS, coll. « Le passé recomposé », 2014, 240 p., ISBN : 978-2-271-08116-2.
Haut de page

Texte intégral

1C’est dans le champ des études en « culture matérielle » que s’inscrit cet ouvrage, champ que Thierry Bonnot définit comme l’« étude historiquement située des objets dans leur relation avec les hommes et dans leur influence sur les relations entre les hommes » (p. 7). L’ouvrage nous plonge dans l’analyse et la compréhension des objets matériels – qu’il s’agisse d’une relique de l’Antiquité, des objets contenus dans un bureau ou d’une collection muséale –, mais aussi dans des réflexions et des critiques renouvelant l’épistémologie et la méthodologie de ce champ d’études. Sous le sceau de l’attachement aux choses, de l’interdisciplinarité et du refus d’enfermer les objets matériels dans des catégories essentialisantes, l’auteur se propose de nous dévoiler une synthèse faite avec modestie, expérience et esprit de conciliation.

2L’auteur évoque dans un premier temps les apports, les objectifs et les enjeux concernant le champ pluridisciplinaire des études en « culture matérielle ». Renvoyant à de grands noms comme Warnier, Latour ou Moussette, ainsi qu’à différents débats portant sur la « culture matérielle », Bonnot relève les principales idées de ces chercheurs influents en discutant leur originalité, leurs limites et leur pertinence. Plutôt que d’opérer un simple assemblage de textes provenant de disciplines différentes issus de revues ou d’ouvrages collectifs, où chaque auteur reste cantonné dans sa propre discipline, Bonnot suggère, en parlant d’interdisciplinarité, de favoriser une lecture croisée des différents textes tout en gardant le potentiel critique de sa propre discipline. Pour lui, il y a un véritable chantier scientifique à cadrer, l’important étant de prendre conscience qu’une théorie générale en sciences sociales est contraignante, voire improbable, et qu’il est donc préférable, ainsi que le propose Lahire, d’avoir un système interprétatif adapté aux objets que le chercheur souhaite étudier. Comme Bonnot le relève, « [à] chaque situation dans laquelle sont impliqués des sujets et des objets singuliers correspond un certain nombre d’enjeux sociaux et/ou politiques qui échappent par définition à toute théorie générale » (p. 70). Ainsi, étudier un objet, sa forme, ses caractéristiques, son contexte, implique d’admettre la faillibilité des déductions que l’on en tire et de mettre celles-ci à l’épreuve d’autres disciplines et approches. Par ailleurs, étudier l’attachement, c’est-à-dire le fait de tenir à une chose matérielle, c’est comprendre aussi, comme le soulignent Latour et Hennion, que « [l]es objets font quelque chose, et d’abord ils nous font » (cité en p. 45).

3En ouverture du second chapitre, Bonnot se demande pourquoi certains objets matériels sont disposés à tel ou tel endroit. Sont-ils là par nécessité ? Par hasard ? Alors que certains objets sont utiles et reflètent la fonction de la pièce (bureau, cuisine, etc.), Bonnot constate que les autres objets présents ne sont pas là uniquement par hasard. Pour l’auteur, c’est un des objectifs des sciences sociales d’investiguer le pourquoi de la position actuelle des objets et de leur parcours, qui sont les fruits d’intentions et d’actions humaines. Par voie de conséquence pour la discipline anthropologique, « c’est par l’immersion ethnographique dans l’intimité relationnelle des personnes que s’ouvre l’accès aux caractères pertinents de leur vie sociale » (p. 88), cette immersion permettant d’appréhender de façon concrète les divers attachements entre l’individu et l’objet dans des contextes particuliers. Grâce à cette méthode, l’attachement pourra être vu de façon à expliquer les liens entre les individus et leur environnement, les goûts personnels et les présentations de soi-même aux autres par l’intermédiaire des objets. Prenant l’exemple d’un plat ancien, Bonnot montre comment l’intérêt porté à son parcours peut révéler la diversité des appropriations et des attachements donnant lieu à certaines situations : son oubli dans la réserve d’un musée, son utilisation dans des fêtes religieuses ou la revendication de son exposition dans une vitrine par un conservateur de musée.

  • 1 Le problème du visualisme se réfère à la prédominance accordée à la perception visuelle. La façon d (...)

4L’auteur passe ensuite à la problématique du musée (réorganisation des objets, façons d’exposer, façons d’animer, etc.) en abordant divers problèmes tels la prévalence du visualisme1 ou de l’authenticité des objets, et démontre la nécessité de repenser les questionnements dans une approche interdisciplinaire (tâche qui s’avère difficile vu les traditions pesant sur les disciplines). Aussi, s’inscrivant dans notre époque en relatant l’accélération et la circulation en réseau des échanges tant virtuels que matériels, Bonnot nous invite à constater que la multiplicité des points de vue sur un objet dans des contextes différents peut conduire à identifier l’objet comme un nœud de relations sociales, « et non pas [comme] un élément porteur de sens symbolique ou [comme] un témoin d’une structure sociale » (p. 139).

5Dans le troisième et dernier chapitre, Bonnot revient sur les apports et les limites de la biographie des objets et notamment sur l’article fondateur d’Igor Kopytoff. Il y relève la force de l’argument évoqué par celui-ci sur l’imprédictibilité des biographies, argument selon lequel l’entrée d’un objet dans une sphère quelconque n’est pas irrévocable. On retrouve d’ailleurs cette observation chez d’autres auteurs, ceux-ci montrant, par exemple, qu’un collier destiné à l’échange dans le kula (circuit d’échange emblématique décrit par Malinowski) peut sortir de ce parcours pour finir dans le cercle familial, dans un magasin, dans un musée, etc. L’autre élément décisif qu’apporte Kopytoff, souligné par Roitman et Warnier, est de distinguer la biographie culturelle (le fait de suivre des objets ou des processus singuliers) de l’histoire sociale des choses, cette dernière consistant à dépeindre « les mutations sociales d’ensembles ou de catégories d’objets » (p. 150). Bonnot va dès lors promouvoir une description scrupuleuse des biographies, en évitant les récits linéaires qui sous-tendent une mutation prévisible des objets en fonction de l’évolution dans le temps des valeurs sociétales. Un point original du chapitre est la notion de « valence » mise en évidence par l’auteur. Cette notion conforte l’idée que les objets « n’ont jamais une seule valeur dans le sens où leur valeur dépend du point de vue d’où on les observe, d’où on les évalue » (p. 188), la valence fait ainsi référence tant à l’histoire singulière et collective des objets qu’aux caractéristiques qui font que nous les apprécions ou les détestons, ou encore aux réseaux de relations qu’ils sont susceptibles de susciter. Au final, Bonnot prône le recours à l’« idiographie », c’est-à-dire une méthode de traitement de l’objet dans sa singularité et dans son idiosyncrasie, qu’il préfère à la méthode de la « biographie », cette dernière étant moins adaptée à l’étude des choses matérielles.

6Épistémologiquement, Bonnot montre, d’une part, qu’il est important pour le chercheur d’avoir une réflexivité par rapport à son objet d’étude, puisque il a été influencé par lui et qu’il a participé à sa construction, mais aussi, d’autre part, que les échanges verbaux avec les informateurs sont trop souvent oubliés ou écartés lors de l’écriture des articles et des analyses socio-anthropologiques. L’auteur poursuit ainsi la volonté de Bazin d’envisager une « praxéographie soucieuse de produire une anthropologie résolument descriptive » (cité en p. 199) car la description fine de la situation dans laquelle s’inscrit l’objet matériel peut donner des clefs pour comprendre les histoires singulières ou collectives entourant celui-ci. On relèvera toutefois que cette volonté d’« idiographier » ne concerne pas tous les objets. Bonnot nous rappelle à cet égard que les objets matériels à étudier doivent avoir une histoire, un « devenir fait d’évolutions et de mutations de son statut » (p. 200), ces objets ayant dû susciter l’attachement. Par ailleurs, leur identité n’est pas figée : il faut les dégager des certitudes, des statuts de témoin ou de preuves provenant tant du sens commun que de la recherche scientifique. Dans notre époque de « consommation », une des tâches de l’anthropologue serait donc de montrer que les objets ne sont pas seulement consommés mais qu’ils sont susceptibles d’appropriations et d’attachements réels et durables.

7Cet ouvrage est ainsi destiné à tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin à la question de la « culture matérielle », que cela soit au niveau de la distinction entre matériel et immatériel, des différents statuts des objets, des débats scientifiques sur « l’objectivité » de ceux-ci, de la biographie des objets ou des questions touchant aux musées. Sa force réside dans l’érudition et dans les visions critiques que propose Thierry Bonnot, dans la façon qu’a l’auteur d’expliquer les mots pour éviter toute confusion conceptuelle, mais aussi dans la manière avec laquelle il déconstruit avec une grande ouverture d’esprit toutes les catégorisations qui enferment les lieux, les disciplines et les objets. Les non-spécialistes ne s’y attacheront peut-être pas, les experts en discuteront probablement, mais cet objet produit par Bonnot, qui peut nous dire où et comment il finira ? Sur une étagère ou dans une caisse ? Sur la table en tant que livre de chevet ou sous le pied d’une table bancale ? À la lecture de cet ouvrage, il est difficile de le savoir tant nos attachements envers les objets matériels divergent et que, s’il y a eu attachement, le devenir d’un objet n’est jamais certain.

Haut de page

Notes

1 Le problème du visualisme se réfère à la prédominance accordée à la perception visuelle. La façon d’exposer un objet derrière une vitrine ne reflète pas, pour Johannes Fabian, tous les attachements, les affects, les relations, etc. que peuvent mettre en lumière d’autres techniques comme l’animation, le spectacle ou l’interactif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Delsarte, « Thierry Bonnot, L’attachement aux choses », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 janvier 2015, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16709

Haut de page

Rédacteur

Julien Delsarte

Étudiant en anthropologie, Université libre de Bruxelles.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page