Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2015Fanny Chabrol, Prendre soin de sa...

Fanny Chabrol, Prendre soin de sa population. L’exception botswanaise face au sida

Oscar Desjonqueres
Prendre soin de sa population
Fanny Chabrol, Prendre soin de sa population. L'exception botswanaise face au sida, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Le (bien) commun », 2014, 230 p., ISBN : 978-2-7351-1739-0.
Haut de page

Texte intégral

1Qualifié depuis son indépendance de « miracle africain » en raison de sa stabilité politique et économique, le Botswana subit dans les années 1980 de profondes secousses dues à l’apparition du VIH. Rapidement, son taux de séroprévalence exceptionnel le place en tête des pays les plus touchés. Face à l’ampleur du phénomène, l’État érige la lutte contre l’épidémie en priorité nationale et instaure en 2001 une politique de santé publique sans précédent : celle-ci garantit à tout citoyen botswanais un droit d’accès gratuit aux antirétroviraux (ARV) et institue un protocole de soin rigoureux destiné à favoriser la prévention et le traitement du VIH. Ce programme, quasiment unique à l’échelle du continent, contribue alors à faire du Botswana un modèle dans la lutte contre l’épidémie.

2Issu de sa thèse de doctorat, l’ouvrage de Fanny Chabrol propose d’analyser les enjeux qui sous-tendent la politique d’accès aux soins mise en place par le Botswana dans le cadre de la lutte contre le VIH. Il ne s’agit pas ici de se limiter à l’étude de ses effets médicaux mais d’appréhender les aspects politiques, sociaux et scientifiques qu’elle recouvre. L’auteure soutient en effet que la lutte contre l’épidémie constitue au Botswana un véritable « objet politique ». Polarisant les intérêts d’une pluralité d’acteurs étatiques et non étatiques, elle participe, de par ses multiples ramifications, à reconfigurer à la fois la gouvernementalité du pays, la notion de communauté nationale et les dynamiques de la coopération scientifique. À ce titre, l’ouvrage articule trois objectifs majeurs : le premier est de montrer le processus de théâtralisation politique véhiculé par le programme de santé publique botswanais ; le deuxième consiste à illustrer les enjeux scientifiques qui sous-tendent ce dernier en se focalisant sur les problématiques liées au rôle des acteurs biomédicaux internationaux ; le troisième, enfin, est de souligner son rôle dans la redéfinition des contours de la « citoyenneté » botswanaise.

3La première partie du livre vise principalement à retracer l’évolution des rapports entre pouvoir et programmes de santé au Botswana. Cette démarche historique permet à Fanny Chabrol de recadrer la problématique de la lutte contre le VIH dans un contexte plus large : celui de la politisation progressive de la question médicale. Dès l’indépendance en effet, la question de l’instauration d’une politique de santé publique constitue un enjeu de taille pour le premier président Seretse Khama (1966-1980). Sous son impulsion, le développement des infrastructures hospitalières dans les années 1970 atteint un niveau sans précédent en Afrique et fait du Botswana une figure exemplaire en termes de politique sanitaire. Quels enjeux sous-tendent cette valeur d’exemplarité ? Pour l’auteure, une telle question nécessite d’appréhender la problématique du lien entre santé et représentation politique. En effet, le développement médical et sanitaire du pays constitue pour Seretse Khama une ressource primordiale en vue de consolider sa légitimité. Ce développement participe à un exercice de théâtralisation du pouvoir en donnant à voir un président moral et bienfaiteur. Ce procédé n’est toutefois pas simplement dirigé vers les citoyens botswanais : il répond également à la nécessité d’apparaître crédible sur la scène internationale afin d’attirer des investisseurs et de faciliter les processus de coopération.

4Loin de distendre la relation entre développement médical et mise en scène du pouvoir, l’irruption du VIH dans les années 1980 contribue à accroître ce phénomène. Dans un contexte où l’attentisme des dirigeants africains est pointé du doigt, la catastrophe a pour conséquence notable de mettre en jeu la capacité de l’État à maîtriser l’épidémie. Pour Fanny Chabrol, la politique d’accès aux ARV permet à ce titre de représenter le Botswana comme un « État responsable » (p. 53). Elle donne également lieu à un travail communicationnel intense permettant au président Festus Mogae (1998-2008) d’accroître son capital symbolique. Sa mise en scène en tant que « chef de guerre », incarnant dans ses discours la souffrance des citoyens, renforce à ce titre sa légitimité politique.

5Dans la deuxième partie, Fanny Chabrol propose d’analyser l’impact scientifique, politique et social de « l’essor médical botswanais ». Les années 1990 voient en effet le Botswana s’investir activement dans la mise en place de différents programmes de coopération biomédicale, ce qui provoque l’afflux de nombreux scientifiques internationaux sur son territoire. Selon l’auteure, cette décision est à la fois pragmatique et politique : si elle vise d’une part à mettre l’excellence de la recherche biomédicale au service de l’accès aux médicaments, elle constitue d’autre part une nouvelle occasion pour le régime d’afficher publiquement sa détermination à lutter contre la pandémie afin de faire du Botswana une zone attractive aux yeux du monde médical international. En témoigne le partenariat mis en place entre l’État et l’école de santé de Harvard. Ébauchée en 1996, cette coopération aboutit à l’édification du laboratoire Botswana-Harvard dont l’action en termes de recherche clinique permet en 2001 d’ouvrir l’accès des ARV aux populations nationales touchées par l’épidémie.

6Illustratif du rôle joué par les différents partenariats internationaux dans la lutte contre le VIH, ce succès occulte toutefois pour Fanny Chabrol certaines tensions liées à la forte densité d’acteurs biomédicaux sur le territoire. En premier lieu, les lieux de traitement se trouvent rapidement saturés en termes de personnel médical. S’agissant de l’hôpital Princesse Marina à Gaborone, l’auteure montre que l’afflux de projets de recherche provoque un effet de congestion susceptible d’entraver l’efficacité de la recherche. Plus grave, une distorsion apparaît entre l’ampleur des investissements scientifiques déployés et les bénéfices réels que les populations estiment en retirer. Le manque d’information et de transparence dans la publication des résultats provoque chez elles un sentiment de dépossession. Devenu une zone attractive de premier ordre pour le développement de la recherche sur le VIH, le Botswana tend ainsi à se transformer en terrain d’expérimentation, où les enjeux scientifiques et économiques font concurrence aux enjeux sanitaires locaux. L’utilité de la recherche est ainsi questionnée dans la mesure où l’activité des acteurs scientifiques apparaît parfois guidée par d’autres intérêts que ceux manifestés par les citoyens.

7L’objectif de la dernière partie est d’analyser la manière dont l’accès aux ARV contribue à redéfinir la notion de communauté nationale. Dans un contexte où la gratuité des soins est réservée aux seuls citoyens botswanais, la question touchant aux critères d’attribution de cette citoyenneté devient un enjeu politique. Il s’agit en premier lieu pour l’État et pour le personnel de soin de consolider les liens d’appartenance du patient à une communauté à la fois morale et nationale. À ce titre, la rigueur du protocole de soin constitue pour Fanny Chabrol un premier élément central en ce qu’elle redéfinit le lien de réciprocité qui lie l’individu à l’État. La condition privilégiée du citoyen en termes de protection sanitaire oblige en effet celui-ci à respecter scrupuleusement l’observance du traitement. La possession de la nationalité exige donc en retour un comportement moral exemplaire.

8Deuxièmement, la redéfinition des liens entre le citoyen et l’État via le protocole de traitement illustre pour l’auteure la propension du pouvoir à allier libéralisme et autoritarisme. Le fait d’être citoyen n’implique pas simplement de respecter l’observance du traitement contre le VIH : il exige pour l’individu d’accepter les décisions autoritaires du gouvernement en termes de politique de santé. Dans un contexte d’urgence nationale, la bienfaisance affichée par le chef de l’État justifie implicitement son droit à imposer des normes contraignantes et impopulaires au nom de l’intérêt commun, afin de protéger la population. Entre « coercition et consentement » (p. 186), le régime façonne ainsi, pour Fanny Chabrol, un idéal de la citoyenneté dans lequel le privilège d’être Botswanais implique en retour une allégeance aveugle aux directives de l’État.

9Fort bien structuré et s’appuyant sur un matériel empirique varié (discours, observation, entretiens), l’ouvrage de Fanny Chabrol offre une analyse extrêmement pertinente dans laquelle l’histoire, la politologie et la sociologie s’entrecroisent habilement. Son intérêt majeur est de montrer les implications politiques, scientifiques et sociales de la politique de santé botswanaise. Il donne à voir la manière dont les multiples acteurs étatiques et non étatiques s’approprient la question de la généralisation des ARV et participent à redéfinir l’image du régime et sa relation aux citoyens. Ce faisant, il permet au final de dépeindre les contours de la « biopolitique contemporaine botswanaise » (p. 183) au travers de laquelle le contrôle exercé par le régime sur le champ biologique – sa capacité à dissocier ceux qui ont une chance de vivre grâce aux rétroviraux et ceux qui risquent de mourir faute d’y avoir accès – contribue à faire de la citoyenneté botswanaise un véritable privilège.

  • 1 Ian Taylor et Ivan Crouzel, « Le Botswana face à la montée de l’autoritarisme », Politique africain (...)

10En dépit de la qualité de l’ouvrage, une remarque pourrait être adressée en ce qui concerne le travail de contextualisation politique. L’on regrettera à titre d’exemple que l’auteure ne se soit pas plus penchée sur la crise interne au parti présidentiel (corruption, conflits internes, chute de popularité) qui prévalait lors de l’arrivée au pouvoir de Festus Mogae en 1998. Ce dernier, non élu car ayant bénéficié du retrait stratégique de Ketumile Masire pour « éviter le jugement des électeurs » suite aux difficultés rencontrées par le parti1, semblait de ce fait jouir à l’époque d’une moins grande légitimité que ses prédécesseurs. Ces divers éléments auraient peut-être permis de mieux comprendre l’importance accordée par le président Mogae au renforcement de sa popularité politique à travers la lutte contre le VIH.

Haut de page

Notes

1 Ian Taylor et Ivan Crouzel, « Le Botswana face à la montée de l’autoritarisme », Politique africaine, n° 99, 2005, p. 116-129, DOI : 10.3917/polaf.099.0116, p. 119.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Oscar Desjonqueres, « Fanny Chabrol, Prendre soin de sa population. L’exception botswanaise face au sida », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 14 janvier 2015, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16720 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.16720

Haut de page

Rédacteur

Oscar Desjonqueres

Diplômé de philosophie et sociologie-anthropologie (niveau master). Doctorant à l’Université de Bruxelles en faculté de sciences sociales et politiques.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search