Navigation – Plan du site

Christiane Connan-Pintado, Gilles Béhotéguy, Être une fille, un garçon dans la littérature pour la jeunesse. France 1945-2012

Clémence Perronnet
Etre une fille, un garçon dans la littérature pour la jeunesse
Christiane Connan-Pintado, Gilles Béhotéguy (dir.), Etre une fille, un garçon dans la littérature pour la jeunesse. France 1945-2012, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, coll. « Etudes sur le livre jeunesse », 2014, 310 p., ISBN : 978-2-86781-900-1.
Haut de page

Notes de la rédaction

Conformément à la charte déontologique de Lectures, la recension de cet ouvrage ne rend pas compte de l’article de Christine Détrez, car elle appartient au même laboratoire de recherche que la rédactrice du compte rendu.

Texte intégral

  • 1 Présentation du projet « GENERATIO » sur le site de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, (...)

1Cet ouvrage fait suite à deux journées d’études organisées en 2011 et 2012 par le programme de recherche interdisciplinaire sur « La construction des jeunes générations en Europe1 » de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine. Ces rencontres s’intéressaient à la construction sociale du féminin et du masculin dans les ouvrages de littérature pour la jeunesse, et proposaient d’analyser à la fois les représentations transmises par la littérature et le contexte historique et social de leur existence. Cette publication est l’occasion de réagencer selon des axes thématiques les interventions chronologiques des deux colloques, qui distinguaient les périodes 1945-1970 et 1970-2012. Christiane Connan-Pintado et Gilles Béotéguy y réalisent un important travail de direction et proposent une collection d’articles précédée et suivie d’éclairages scientifiques de qualité.

2L’introduction rédigée par les directeurs d’ouvrage revient ainsi sur les concepts clés communs aux auteurs en proposant notamment une définition complète du genre qui retrace l’histoire de la notion depuis la pensée féministe des années 1970, un cadrage théorique sur la « jeunesse » et une comparaison précise des différents termes utilisés pour parler de la littérature pour les jeunes publics : c’est un critère d’âge qui est retenu par les auteurs, et l’ouvrage aborde les publications s’adressant aux lecteurs de 0 à 18 ans. Cet avant-propos souligne également les partis pris théoriques de cette collection d’articles et notamment la grande place accordée à l’interdisciplinarité et à l’intersectionnalité, approche qui articule différentes caractéristiques sociales (âge, genre, race, milieu social, etc.) et réfléchit à la simultanéité de leurs effets. Le prologue et l’épilogue, rédigés par des historiens, sociologues et anthropologues, et respectivement sous-titrés « Sous le regard des sciences humaines » et « Sous le regard des sciences sociales », témoignent bien de la volonté de cet ouvrage de faire travailler ensemble la littérature et les sciences humaines et sociales pour proposer une analyse complète de la littérature jeunesse. L’organisation des parties illustre également un autre souci de cette collection : donner autant de place au masculin qu’au féminin, en veillant à ce que le genre ne soit pas observé uniquement du côté des petites filles.

3Pour compléter le « tour d’horizon de la recherche sur le genre dans le domaine de la littérature jeunesse » (p. 15) qui clôt l’introduction, le prologue apporte un éclairage historique et sociologique. Spécialiste de l’histoire du livre, Michèle Piquard s’intéresse aux conditions de publication dans les années 1945-1970, et décrit le rôle majeur joué par les éditeurs. En effet, jusque dans les années 1950, le secteur jeunesse très conservateur propose des représentations traditionnelles du féminin et du masculin tant dans les collections différenciées pour filles ou garçons que dans les ouvrages dits neutres, mais en réalité dominés par des personnages masculins. Ce conservatisme s’explique uniquement par la perspective didactique de diffusion de valeurs traditionnelles choisie par les maisons d’éditions, et non par les goûts du lectorat que les éditeurs admettent méconnaître. Si Michèle Piquard conclut que la littérature jeunesse se libéralise depuis les années 1970, l’analyse sociologique de Sylvie Cromer sur la littérature contemporaine montre la permanence de déséquilibres de représentations des sexes et de forts stéréotypes, malgré l’émergence de quelques éditeurs antisexistes.

  • 2 « Travesti dans une école : des parents très choqués », Le Figaro.fr [en ligne], 12 février 2014, c (...)

4Suite à cette contextualisation, la première partie intitulée « Les filles, les garçons et les autres » parvient à trouver un équilibre et à illustrer la problématique de l’ouvrage en associant enquêtes de corpus, enquête de réception et analyses thématiques. Cette partie interroge bien à la fois la représentation du masculin et du féminin, notamment grâce à un article sur l’androgynie dans les romans pour adolescents du XXIsiècle (Laurent Bazin) et grâce à l’enquête de corpus très complète de Françoise Demougin sur le couple d’auteurs formé par Paul Berna et Saint-Marcoux qui analyse les figures de garçons et de filles proposées par les romans à la lumière des conditions de production des œuvres. On peut regretter que le seul chapitre consacré uniquement à la masculinité soit peu développé : la contribution de Mattias Aronsson sur les romans de Faïza Guène (Kiffe kiffe demain) dresse des portraits types des personnages masculins, mais ne propose pas d’analyse plus complète de l’œuvre et de son système de représentations. L’article de Christine Boutevin, enfin, se distingue en étudiant la réception par des lecteurs adultes de deux recueils de poésie de David Dumortier évoquant l’homosexualité et le travestissement (La Clarisse, Mehdi met du rouge à lèvres). L’auteure étudie les réceptions exprimées dans la presse littéraire spécialisée et par l’Éducation Nationale, et bien que l’œuvre y soit décrite de façon très positive, elle constate surtout la superficialité avec laquelle elle est abordée. Cette contribution gagnerait à être complétée pour faire entendre d’autres voix d’adultes autour de cette œuvre, par exemple celle des parents d’élèves qui protestent vigoureusement contre l’usage des poèmes de D. Dumortier en classe depuis la polémique de 2012 autour du genre à l’école2.

5La seconde partie de l’ouvrage (« Du côté des filles : collections et séries ») propose des contributions centrées sur les romans sériels à destination d’un public féminin. Une première étude de corpus réalisée par Lise Chapuis s’intéresse à l’héroïne de la série de romans policiers Alice tandis que le travail de Jean-François Massol compare Danse et Les Colombes du Roi Soleil, deux séries des années 1990-2010. Ces articles interrogent les limites du modèle de la jeune fille active, « supergirl » (p. 159) ou « jeun[e] fille[e] en projet » (p. 170) et la place complexe qu’y occupent les stéréotypes. Ces héroïnes combinent en effet des traits de féminité traditionnels (surtout liés à l’apparence et à la beauté) à des « qualités en marge des stéréotypes féminins » (p. 155), sans pour autant perturber l’ordre social classique que les personnages secondaires servent souvent à maintenir. C’est aussi à cette conclusion que parvient Francis Marcoin dans son article sur la littérature jeunesse au lendemain de la Seconde guerre mondiale. Après la Libération, les nouvelles héroïnes proposent un modèle ambivalent, et sont aventurières sans pour autant ignorer leur rôle féminin traditionnel : « La jeune fille change dans un monde où tout le monde ne change pas » (p. 118), et surtout pas les garçons. Il remarque aussi que cette nouvelle image des filles est souvent permise par une mise à distance de la fiction dans l’espace ou dans le temps, dans des romans exotiques ou historiques. Cette contribution s’achève par l’étude fort pertinente d’un cas particulier : le roman épistolaire « oublié » (p. 142) d’Yvonne Meynier, Un lycée pas comme les autres (1962) qui raconte la vie de deux jeunes filles en camp scout entre 1943 et 1944, et qui est pour F. Marcoin un des rares romans à décrire l’émancipation féminine telle qu’elle existait après-guerre, c’est-à-dire comme une réalité proche et concrète.

6Pour compléter ces études de corpus, la troisième et dernière partie s’intéresse aux figures genrées « de la production à la réception » pour comprendre d’où viennent les représentations des genres, et quels effets elles induisent. Du côté de la production des œuvres, l’article « Femmes et filles du Père Castor » de Florence Gaiotti analyse bien l’impact de la pensée pédagogique et de l’engagement des femmes au sein du groupe d’auteur·e·s et d’illustrateur·trice·s réuni·e·s par la collection Père Castor sur la représentation du féminin dans ces albums. La contribution d’Olivier Piffault sur la bande dessinée permet quant à elle de comprendre le rôle joué par la loi de 1949 sur les publications jeunesses dans la disparition des filles dans la BD, au nom de la moralisation et du risque que présenterait le mélange de personnages féminins et masculins. Côté réception, une contribution de Séverine Ferrière et Christine Morin-Messabel aborde les connaissances en psychologie sociale sur les différents stades de la construction de l’identité genrée chez les enfants, et interroge le rôle joué par la littérature traditionnelle ou contre-stéréotypée à différents âges. Elles préconisent en conclusion l’usage d’albums « antisexistes » chez des enfants plus âgés, afin de ne pas bouleverser leur construction identitaire. Deux contributions sociologiques proposent enfin une approche intersectionnaliste de la réception en montrant l’évolution des modèles masculins dans les albums à destination de différentes classes sociales (Stéphane Bonnéry) et la réception différenciée des mangas en fonction du genre et du milieu social (Christine Détrez).

7L’épilogue de l’ouvrage, composé d’un « éclairage de l’Histoire » et d’un « éclairage de la Sociologie », fait le bilan de toutes les contributions en revenant sur les origines et le contexte du programme de recherche GENERATIO. Les différents articles sont résumés et articulés entre eux : il s’agit une nouvelle fois de célébrer l’interdisciplinarité et la multiplicité d’approches permises par les rencontres entre les collaborateurs du projet. Si l’association thématique de certaines contributions est parfois artificielle — la seconde partie sur les romans sériels ne distingue pas les séries d’autres formes d’ouvrages, et l’on saisit mal leur particularité — le pari est réussi pour cet ouvrage qui associe un ancrage théorique et un fil rouge problématique solides à des cas particuliers variés et souvent étudiés dans le détail. Deux nouvelles journées d’études ont depuis étendu ce projet aux autres pays européens, et l’on ne peut qu’attendre avec impatience leur publication qui viendra compléter cette étude déjà très riche du livre de jeunesse.

Haut de page

Notes

1 Présentation du projet « GENERATIO » sur le site de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, http://www.msha.fr/msha/recherche2011-2015/construction/projet_generatio.pdf

2 « Travesti dans une école : des parents très choqués », Le Figaro.fr [en ligne], 12 février 2014, consulté le 5 janvier 2015. http://2doc.net/v73oj ; « Un poète “sulfureux” face aux enfants », Le Berry.fr [en ligne], 9 janvier 2012, consulté le 5 janvier 2015, http://2doc.net/2p1sl .

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Perronnet, « Christiane Connan-Pintado, Gilles Béhotéguy, Être une fille, un garçon dans la littérature pour la jeunesse. France 1945-2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 14 janvier 2015, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16723

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page