Navigation – Plan du site

Samuel Hayat, 1848 : Quand la République était révolutionnaire. Citoyenneté et représentation

Marie Trébous
1848 : Quand la République était révolutionnaire
Samuel Hayat, 1848 : Quand la République était révolutionnaire. Citoyenneté et représentation, Paris, Seuil, 2014, 400 p., ISBN : 978-2-02-113639-5.
Haut de page

Texte intégral

1En 1848, l’Europe toute entière s’agite, lors du Printemps des peuples. Pourtant, l’historiographie française ne retient principalement que deux révolutions : celle de 1789 et celle de 1870. La révolution de 1848 semble oubliée entre ces deux autres mouvements beaucoup étudiés. Samuel Hayat montre toute l’importance d’une révolution où différentes conceptions de la République s’affrontent, héritages de la Révolution de 1789 et héritages de la modification des idées durant la première moitié du XIXe siècle. La question centrale pour les acteurs de 1848 est celle du sens du mot République. Samuel Hayat, docteur en sciences politiques à l’université de Paris-VIII, fait ici œuvre à la fois d’historien et de fin connaisseur de la science politique dans cette étude de la République de 1848.

2L’apport majeur de ce livre est de présenter les tensions autour de la conception de la République. L’introduction est justement nommée « La République et son double ». En effet, deux conceptions s’affrontent entre février et juin 1848. L’année 1848 a permis l’élaboration de la pensée d’une République émancipatrice, dont les idées agitent encore la pensée républicaine actuelle. Cette République émancipatrice est en opposition profonde au système parlementaire de la monarchie de Juillet. Selon la conception de Ledru-Rollin, « il n’y a République qu’à la condition que le but de l’État soit la réalisation de la volonté, de l’intérêt et des besoins des travailleurs » (p. 199). L’échec de l’insurrection de juin 1848 permet le triomphe de la République modérée et de ses institutions, mais il ne faut pas oublier qu’elle nait dans un climat de tensions.

3L’ouvrage est structuré en sept chapitres. Après être revenu sur les idées politiques agitant la première moitié du XIXe siècle, Samuel Hayat analyse la révolution de Février puis ses institutions puis passe en revue les trois grandes manifestations des 17 mars, 16 avril et 15 mai, avant de présenter le mouvement ouvrier et son échec en juin. Sa conclusion revient sur cet échec et présente les structures de la pensée républicaine tout au long du Second Empire, notamment autour de la figure de Pierre-Joseph Proudhon.

4La révolution de 1848 est une rupture au sein d’un camp de républicains unis dans l’opposition à la monarchie de Juillet. La question de la représentation est l’enjeu majeur d’où découle la définition du peuple, du citoyen, de l’ouvrier ou du travailleur, en fonction des acteurs.

5Le mouvement de février se structure autour de quatre institutions, le Gouvernement provisoire, la Garde nationale, la Commission du Luxembourg et le mouvement clubiste. Une est entièrement nouvelle, la Commission du Luxembourg, chargée de régler les problèmes des ouvriers, c’est-à-dire le chômage et la misère qu’il engendre, mais elle ne dispose pas de moyens financiers. Elle sert aussi à empêcher la création d’un véritable ministère du travail. Son installation au Luxembourg, c’est-à-dire dans un lieu emblématique du pouvoir, traduit selon Samuel Hayat la volonté de présenter le peuple comme acteur politique. Si l’auteur analyse avec grande minutie ces quatre institutions c’est parce qu’elles sont le reflet des incertitudes des différents acteurs de 1848 autour des formes à donner au nouveau pouvoir.

6La façon dont le peuple peut agir est en question au sein du mouvement clubiste et au sein de la garde nationale. La prolifération des clubs politiques, lieux de discussions souvent très libres, vient de l’héritage de la Révolution de 1789. Dès les émeutes de février, la garde nationale n’apparait plus comme la milice des citoyens propriétaires mais comme le peuple en arme, combattant aux côtés du peuple revendicateur et adhérant à ses revendications. La question du vote accentue cette dimension : tous les citoyens sont appelés à voter pour les officiers de la garde nationale, c’est-à-dire pour leurs supérieurs. L’intégration de tous les citoyens dans la garde nationale vient d’abord d’un fait : au moment de l’insurrection, les armes sont massivement récupérées par les combattants mais cette ouverture présente aussi un aspect symbolique fort. Malgré l’effort d’intégration, les plus pauvres ne furent jamais intégrées et l’approvisionnement tout comme l’habillement constituèrent des problèmes importants. Une question demeure tout au long de la République de Février : la garde nationale est-elle une force au service de l’État ou bien l’émanation du peuple, et donc peut-elle être un contre-pouvoir de l’État ?

  • 1 Peter H. Amman, Revolution and Mass Democracy: the Paris Club Movement in 1848, Princeton, Princeto (...)

7Durant la révolution de 1848, clubs politiques et journaux prolifèrent rapidement. Samuel Hayat analyse abondamment ces journaux pour étudier les pensées du moment, ou du moins les thèmes qui agitent les différents clubs et courants. Ces clubs ont l’ambition de proposer une forme alternative de représentation et de participation politique. Dès le printemps 1847, 100 000 personnes s’y réunissent et participent régulièrement à des réunions politiques1.

8Deux conceptions contradictoires agitent les membres du Gouvernement provisoire : d’un côté, certains sont partisans d’une remise en ordre et d’une rédaction de la Constitution, pour d’autres, le gouvernement provisoire est révolutionnaire et doit organiser l’égalité. Cette tension se retrouve dans ce que Samuel Hayat nomme « la République et son double ». La République qui advient, celle, modérée, de Lamartine, est inséparable de la République démocratique et sociale pensée par Ledru-Rollin. Ces deux conceptions sont rendues publiques lors de la manifestation du 17 mars et les oppositions entre les partisans des deux bords se font de plus en plus fortes jusqu’en juin 1848, où l’échec de la République démocratique et sociale est notoire.

  • 2 Maurizio Gribaudi et Michèle Riot-Sarcey, 1848, la révolution oubliée, Paris, La Découverte, 2008.

9Cet ouvrage propose une analyse de l’intérieur des questionnements politiques du moment, sans laquelle les faits resteraient incompréhensibles et les réflexions partielles ; c'est donc une interrogation sur les acteurs de 1848 et sur les conceptions de la République qu’ils élaborent. Cet ouvrage permet aussi de renouveler la pensée politique sur une « révolution oubliée »2. Les sources citées sont nombreuses et diversifiées, bien que toutes imprimées, ces différentes sources ne sont pas inintéressantes. Elles tirent l’ouvrage vers l’histoire des représentations, mais elles ne permettent pas de connaître totalement la réalité des enjeux qui agitaient les différents acteurs, compte tenu du fait que ne sont transcrits que ce que ces derniers ont voulu montrer. Le pari de Samuel Hayat, qui est celui de retrouver le sens que les acteurs de 1848 donnaient aux idées de République et de révolution, n’est que partiellement réussi dans la mesure où les sources utilisées sont essentiellement officielles car rendues publiques dès 1848. Cependant, il a le mérite de poser la question de l’idée de République et de donner des explications sur la conception de la République et de la citoyenneté élaborée par les acteurs de la révolution et de la République de février.

Haut de page

Notes

1 Peter H. Amman, Revolution and Mass Democracy: the Paris Club Movement in 1848, Princeton, Princeton University Press, 1975.

2 Maurizio Gribaudi et Michèle Riot-Sarcey, 1848, la révolution oubliée, Paris, La Découverte, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Trébous, « Samuel Hayat, 1848 : Quand la République était révolutionnaire. Citoyenneté et représentation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 19 janvier 2015, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16755

Haut de page

Rédacteur

Marie Trébous

Étudiante en master 2 d’histoire moderne à l’ENS de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page