Navigation – Plan du site

Jacques Bidet, Foucault avec Marx

Olivier Gras
Foucault avec Marx
Jacques Bidet, Foucault avec Marx, Paris, La Fabrique, 2014, 224 p., ISBN : 978-2-35872-065-6.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur ce point voir tous les ouvrages de Wilhelm Reich, notamment Psychologie de masse du fascisme, P (...)
  • 2 Louis Althusser, Étienne Balibar, Roger Establet, Pierre Macheray, Jacques Rancière, Lire Le Capita (...)
  • 3 Cf. Marcel Détienne, Comparer l’incomparable, Paris, Éditions du Seuil, « La Librairie du XXe siècl (...)
  • 4 Cf. Jürgen Habermas, Connaissance et intérêt, Paris, Gallimard, « Tel », 1979.

1Jacques Bidet, directeur honoraire d’Actuel Marx, nous propose une nouvelle version de la théorie critique dans laquelle Foucault serait le nouveau camarade de Marx. Si, historiquement, les alliances théoriques, ‑ l’auteur parle « d’hybridations » (p. 11) ‑ avec Marx furent nombreuses (notamment avec Lénine dans le marxisme-léninisme, avec Freud dans le freudo-marxisme1, avec le structuralisme dans le marxisme d’Althusser2, etc.), celle-ci ne manque pas de surprendre tant les deux auteurs, ainsi que leurs lecteurs, s’opposent en termes théoriques, méthodologiques et même dans leurs visées politiques. Cette alliance pourrait donner lieu à un pastiche d’un titre de Marcel Détienne : concilier l’inconciliable3. Il faudra une première partie à l’auteur pour montrer quel est le « différend » entre Marx et Foucault. Suivront trois autres parties explorant chacune des thématiques propres à réunir les deux pensées antagonistes, au moins en apparence. La visée de l’auteur à travers cette publication est la fondation d’une théorie métastructurelle de la société moderne dans une perspective émancipatoire4.

  • 5 Tout comme il existe de multiples interprétations possibles de Marx, il existe également des lectur (...)

2« J’essaierai de montrer ce qui manque à la tradition issue de Marx, et pourquoi ce manque conduit à se tourner vers Foucault » (p. 12). Tel est l’objet de la première phase, elle sera contenue dans l’analyse du pouvoir. Pouvoir-propriété et pouvoir-savoir forment les deux axes sous lesquels il est possible de réunir les approches de Marx et Foucault. Mieux, en réinterprétant les concepts fondamentaux de l’un et de l’autre, il est possible de comprendre comment tout le réseau de compétence nécessaire au fonctionnement du capitalisme s’insère dans ses structures économiques. Autrement dit, c’est dire comment les analyses de Foucault prolongent celles de Marx. Ce dernier n’avait vu que l’existence du marché (économique) régissant les structures sociales (l’infrastructure influençant la superstructure de façon plus ou moins déterminante). Foucault, un siècle plus tard affine le constat en précisant que pour que la société fonctionne, il existe de multiples sources de pouvoirs qui demandent des compétences propres, ces dernières déterminant l’organisation du monde social. Ces résumés, extrêmement sommaires et rapides5, mettent en lumière la jonction des deux auteurs sous la bannière du pouvoir : le marché pour Marx et l’organisation pour Foucault. Ils forment les « motifs socio-épistémiques et les raisons historico-politiques qui conduisent à une relecture métamarxiste de Foucault » (p. 67). Cette lecture des concepts foucaldiens et marxiens permettraient de comprendre, d’analyser et de renouveler l’héritage critique dans « une reconstruction métamarxiste de la théorie de la société moderne » (p. 89).

3Le concept central que va proposer Jacques Bidet pour cette relecture/interprétation est celui de métastructurel. Qu’est-ce que cela signifie ? Il s’agit d’analyser les théories des structures sociales « en terme de classe comme instrumentalisation de la raison » (p. 116). Autrement dit, il s’agit d’opérer une relecture des analyses sociales structurelles et de prolonger la réflexion sur leur genèse, leur fonctionnement et leur enchevêtrement. Pour ce faire, l’auteur choisit de faire une lecture de Marx et de considérer les classes sociales comme de grandes structures sociales : il analyse ainsi leur genèse (la position occupée dans la propriété du capital), leur fonctionnement (les processus rationnels interindividuels), leur enchevêtrement étant la combinaison dialectique de ce processus. Ainsi la compréhension de la société se fait en termes de métastructure/structure/système. Le capitaliste a besoin de capitaux et de faire fructifier ceux-ci, son pouvoir réside dans la propriété (capital, moyens de production). Mais soutient l’auteur, pour qu’une entreprise fonctionne, il lui faut une gestion qui, elle, est assurée par des compétences qui sont structurées en organisation, c’est ce qu’il appelle le pouvoir-savoir. L’hypothèse métastructurelle étudie la série de médiations entre le marché et les structures économiques (pouvoir-propriété) et son système d’organisation (pouvoir-savoir). C’est la raison pour laquelle il introduit Foucault au sein de ses analyses, l’auteur estime que Marx a une bonne analyse des structures sociales mais qu’il lui manque l’intelligence des systèmes sociaux, ce que Foucault dans ses analyses biopolitiques réalise parfaitement. Tout en étant une réflexion sur les structures sociales elles-mêmes, l’analyse métastructurelle permettrait la saisie globale du monde social en allant du général (la théorie marxiste) au particulier (la théorie foucaldienne). Ainsi la visée de l’auteur se veut plus englobante car elle prolonge les vues de Marx et développe celle de Foucault.

  • 6 Pour une lecture postmoderne de Marx, voir Frederic Jameson, Le postmodernisme ou la logique du cap (...)
  • 7 Gayatri Chakravorty Spivak, Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2006
  • 8 Michel Foucault, La volonté de savoir ; L’usage des plaisirs ; Le souci de soi, Histoire de la sexu (...)
  • 9 Michel Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, « Tel », 1976 ; Surveill (...)
  • 10 Cf. Herbert Marcuse, Eros et civilisation. Contribution à Freud, Paris, Les Éditions de Minuit, « A (...)

4Cette analyse est particulièrement heuristique, selon l’auteur, dans l’intégration des cultural studies au sein de la théorie marxiste6. Voici comment les choses se passent. Si les marxistes sont aveuglés par la logique de la grande Histoire, Foucault adopte une tout autre stratégie. Pour paraphraser Spivak, il donne voix au sans voix7. Ses travaux sur la sexualité8 « jettent le trouble sur cet historicisme » (p. 142) car ils se préoccupent essentiellement des dispositifs de pouvoir agissant sur les corps (l’argument sera le même en ce qui concerne la folie et l’enfermement pour ne citer que les livres classiques de Foucault9). Il ne s’agit plus d’insérer l’érotique dans une logique historique (comme ce fut le cas avec Wilhelm Reich, Herbert Marcuse ou encore Reimut Reiche10) mais dans une logique de la reconnaissance des différentes minorités. Ainsi les lectures actuelles de Foucault trouvent un large écho dans ce qu’il convient d’appeler les gender studies. C’est très précisément le point de jonction tel que le conçoit Jacques Bidet : le « holisme [Marx] et le nominalisme [Foucault] s’interpénètrent et se soutiennent [dans] une théorie de la forme moderne de société » (p. 152-153). Les travaux actuels en termes de classe/sexe/race, dont la paternité intellectuelle revient à Foucault, peuvent donc s’insérer dans une perspective plus large, celle des structures économiques et sociales. « À partir de là s’éclairent les rapports croisés entre structure de classe, système-monde et rapports de sexe – par quoi se définit la race, fait idéologique et configuration sociale » (p. 152).

5Les mêmes analyses se confirment dans la distinction entre capitalisme et libéralisme. Si Marx analyse la dynamique du capitalisme, Foucault montre quant à lui les « pratiques de gouvernement » (p. 156) liées au libéralisme. La thèse de l’auteur est encore claire : partir des pratiques sociales réelles avec Foucault pour aboutir à différents dispositifs de gouvernementalité, puis remonter de ceux-ci aux structures sociales. Une fois de plus, Foucault s’insère dans les perspectives d’un Marx considérablement élargi.

6L’auteur finit en montrant que la possibilité même d’une lutte de classe ne peut se faire sans une interprétation métastructurelle. Marx identifie la classe possédante (pouvoir-propriété), mais Foucault celle de la compétence (pouvoir-savoir). « Marché et organisation fonctionnent toujours comme instruments du rapport de classe, pesant sur tous. Mais différemment selon la prédominance relative de l’un ou l’autre » (p. 210). La stratégie métastructurelle d’émancipation consiste à détruire les médiations s’installant entre ces deux pôles de domination et de pouvoir.

  • 11 Michel Henry, Marx, I. Une philosophie de la réalité, Paris, Gallimard, « Tel », 1991, p. 9.
  • 12 Karel Kosik, La dialectique du concret, Paris, Les Éditions de la Passion, 1988, p. 21.

7Je souhaiterais à mon tour faire un commentaire. Comme le rappelle Michel Henry « le marxisme est l’ensemble des contresens qui ont été faits sur Marx »11. Vouloir adjoindre Foucault à l’œuvre de Marx présuppose d’emblée un parti pris sur l’interprétation possible de celle-ci. Il me semble en effet que le Marx présenté dans ce texte est celui purement économique de la Seconde Internationale. Une autre lecture possible est celle de la dialectique marxiste issue de la tradition hégélienne de Marx, comme en témoigne par exemple Karel Kosik : « la dialectique de la totalité concrète n’est pas une méthode qui prétend avec ingénuité épuiser tous les aspects de la réalité et en donner une image totale ; c’est une théorie de la réalité et de sa connaissance en tant que réalité. La totalité concrète n’est pas une méthode pour saisir et décrire tous les aspects, caractères, propriétés, rapports et procès de la réalité, mais une théorie de la réalité comme totalité concrète. »12

Haut de page

Notes

1 Sur ce point voir tous les ouvrages de Wilhelm Reich, notamment Psychologie de masse du fascisme, Paris, Payot & Rivages, « Petite bibliothèque », 2001 ; La fonction de l’orgasme, Paris, L’Arche, 1970.

2 Louis Althusser, Étienne Balibar, Roger Establet, Pierre Macheray, Jacques Rancière, Lire Le Capital, Paris, PUF, « Quadrige », 2014 ; Louis Althusser, Pour Marx, Paris, La Découverte, « Poche », 2005.

3 Cf. Marcel Détienne, Comparer l’incomparable, Paris, Éditions du Seuil, « La Librairie du XXe siècle », 2000.

4 Cf. Jürgen Habermas, Connaissance et intérêt, Paris, Gallimard, « Tel », 1979.

5 Tout comme il existe de multiples interprétations possibles de Marx, il existe également des lectures concurrentielles de Foucault. Cet ouvrage est le produit d’une double interprétation. Pour avoir d’autres visions possibles de l’œuvre de Marx, on pourra lire, avec profit, Éric Hobsbawm, Et le monde changea. Réflexions sur Marx et le marxisme, de 1840 à nos jours, Arles, Jacqueline Chambon, 2014 ; Pierre Dardot et Christian Laval, Marx, prénom : Karl, Paris, Gallimard, « Nrf. Essais », 2012.

6 Pour une lecture postmoderne de Marx, voir Frederic Jameson, Le postmodernisme ou la logique du capitalisme tardif, Paris, ENSBA, 2011.

7 Gayatri Chakravorty Spivak, Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2006.

8 Michel Foucault, La volonté de savoir ; L’usage des plaisirs ; Le souci de soi, Histoire de la sexualité I, II, III, Paris, Gallimard, « Tel », 1994.

9 Michel Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, « Tel », 1976 ; Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, « Tel », 1993.

10 Cf. Herbert Marcuse, Eros et civilisation. Contribution à Freud, Paris, Les Éditions de Minuit, « Arguments », 1998 ; Reimut Reiche, Sexualité et lutte de classes, Paris, François Maspero, 1974.

11 Michel Henry, Marx, I. Une philosophie de la réalité, Paris, Gallimard, « Tel », 1991, p. 9.

12 Karel Kosik, La dialectique du concret, Paris, Les Éditions de la Passion, 1988, p. 21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Gras, « Jacques Bidet, Foucault avec Marx », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 19 janvier 2015, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16766

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page