Navigation – Plan du site

Léonore Le Caisne, Un inceste ordinaire. Et pourtant tout le monde savait

Arthur Mary
Un inceste ordinaire
Léonore Le Caisne, Un inceste ordinaire. Et pourtant tout le monde savait, Belin, coll. « Anthropolis », 2014, 368 p., ISBN : 978-2-7011-8381-7.
Haut de page

Texte intégral

1Léonore Le Caisne propose d’approcher un cas d’inceste en France ayant fait l’objet d’une forte médiatisation il y a quelques années. L’auteur relate « l’affaire Nelly G. » : une jeune femme a fait l’objet de sévices durant son enfance et a été violée par son père à de nombreuses reprises jusqu’à la mort de ce dernier. Six enfants sont issus de ces rapports. Les habitants du village et de la cité voisine connaissaient la nature de cette relation et pourtant ni les services sociaux, ni les autorités n’ont été interpellés. C’est sur ce dernier point que se concentre l’ethnologue : comment rendre compte et expliquer que personne n’ait réagi alors même que les faits étaient l’objet d’un commérage nourri ? Et pourtant tout le monde savait, s’étonne le sous-titre. Il semble ainsi que la thèse que soutient l’auteur au fil de cette étude soit que « la relation incestueuse entre Lucien G. et sa fille n’est pas qu’une affaire familiale, elle est aussi une affaire collective » (p. 333).

  • 1 L’auteur a déjà publié sur ces questions. On lira ainsi avec intérêt Dorothée Dussy et Léonore Le C (...)
  • 2 Pour le dire à la façon de Pascal Quignard : si l’écriture délocalise (en particulier la publicatio (...)

2On remarque avec intérêt que l’auteur ne délivre pas de définition théorique précise de ce qu’il convient d’entendre par inceste ; mais le lecteur trouvera une annexe qui introduit à l’esprit des grands dispositifs juridiques encadrant la question des unions incestueuses en France et dans d’autres pays européens. À défaut de définition ou de théorisation, l’ouvrage fait le pari de l’intérêt d’une ethnographie – rigoureuse, minutieuse et riche en données – pour saisir ce que sont l’inceste et surtout son traitement par le social (les façons de le dire, de le cacher, de le mettre au jour, de se défendre d’avoir jamais su, de faire valoir qu’on l’avait toujours dit, etc.1), ethnographie qui laisse cependant de nombreuses questions à un niveau implicite. Toutefois, le sérieux de l’étude rend cette enquête largement exploitable par quiconque souhaiterait engager une réflexion sur l’inceste, sur son caractère ordinaire ou sur son traitement par le social. De la spécificité de son objet d’étude, Léonore Le Caisne construit une pratique de l’observation et du recueil de données partagée entre deux temporalités distinctes : « ethnographie rétrospective » quand le discours relate les évènements passés et « ethnographie du temps présent » (p. 31) dans la mesure où le discours s’énonce dans le temps de la rencontre à l’ethnologue, en présence. Cela tient au fait que Léonore Le Caisne travaille sur des matériaux de discours (souvenirs, anecdotes, articles, commérages, etc.) dont les énoncés renvoient à des évènements passés (plus ou moins fidèlement rapportés) et dont l’énonciation, dans l’actuel, est comme travaillée par un passé persistant2. D’autre part, il s’agit aussi de l’ethnographie d’un espace urbain – la cité adjacente – et d’un espace plus restreint – le village où vivait et vit encore Nelly. Au fond, que l’ethnographie soit partagée entre deux temps ou entre deux lieux, est moins propre à nous renseigner sur l’inceste à proprement parler que, plus largement, sur le traitement des évènements de société locaux susceptibles d’être pris dans les jeux de commérage et de rumeur.

  • 3 J’ai pu me faire une certaine idée de ces conceptions en questionnant des étudiants en première ann (...)
  • 4 La généticienne Ariane Giacobino écarte cependant cette naturalisation de l’inceste et de sa prohib (...)

3Un étonnement initial qui aura accompagné une bonne partie de la lecture de cette étude : il n’est précisé qu’assez allusivement d’abord le fait que le père de Nelly n’était pas son père biologique. Or, cette information n’est pas sans contredire une conception en circulation dans nos sociétés3 selon laquelle l’inceste serait essentiellement une affaire de consanguinité et que l’interdiction de l’inceste se justifierait par les risques génétiques qu’il fait encourir à la génération issue des rapports4. Ainsi, si inceste il y a, malgré l’absence de consanguinité, c’est bien que la relation incestueuse a trait moins à des considérations génétiques qu’à la qualification de la relation, fût-elle la fiction juridique d’une paternité par adoption. Les entretiens qu’a menés Le Caisne font apparaître qu’il y a bien un enjeu sur ce point : la parenté seulement juridique permet à l’occasion à ses interlocuteurs de disqualifier ou de banaliser les pratiques incestueuses qui caractérisèrent la relation de Lucien à sa fille adoptive.

4L’ethnologue découvre que le village où elle conduit sa recherche est travaillé par une crise politique qu’elle n’aurait sans doute pas remarquée si elle était restée trop focalisée sur la question de l’inceste. En effet, une logique bien installée voulait que le conseil municipal se renouvelle d’une élection à l’autre, suivant une certaine régularité au bénéfice des habitants les plus anciennement installés au village. Or, un « accident » survint, une rupture inédite qui recomposa le conseil municipal avec une majorité de nouveaux résidents. Léonore Le Caisne reconstruit avec précision cette crise qui, d’une certaine façon, structure les relations au sein du village, à partir des témoignages qu’elle recueille alors que l’objet de sa recherche est pourtant « l’affaire G. ». En un sens, cette crise politique conduisant à ce qu’une institution communale ne se reproduise plus sur le même modèle, ne fournit-elle pas un détour éloquent – voire une métaphore – pour dire l’effroyable de l’inceste, à savoir la crise généalogique conduisant à ce qu’une famille ne se répète plus sur le même modèle (structuré par la prohibition de l’inceste intergénérationnel notamment) et induisant ainsi une rupture inédite dans la lignée et des fils « à cheval entre deux générations » – de même que le conseil municipal s’est retrouvé un temps entre deux « générations » d’arrivants ? Si ce rapprochement est pertinent, la notion éponyme de l’ouvrage, « inceste ordinaire », rend peut-être aussi compte des logiques prohibitives selon lesquelles dans ce village comme ailleurs, les anciens et les nouveaux ne se mélangent pas.

  • 5 Nous avons retrouvé certaines similitudes avec ce qui a trait à notre objet de recherche : le récit (...)

5Au fil de la lecture, il apparaît que l’auteur met le doigt sur ce qui de la problématique était peut-être resté inaperçu : moins l’inceste que l’inceste ordinaire (tout l’enjeu porte sur le second terme). L’ethnographie met progressivement au jour que l’inceste ordinaire dont Nelly faisait l’objet et qui alimenta tant les discours est un inceste aux prises avec des enjeux de classe. Problématique de classe dans la mesure où l’inceste a pu être rabattu en une question caractéristique de la pauvreté ou du village. D’autre part, qu’est-ce qui rend la parole que Nelly délivre aux journalistes sinon inopérante, du moins difficilement audible dans le flux médiatique et dans sa composante « faits divers » ? Le livre s’achève ainsi sur l’inscription du récit de Nelly dans des enjeux éditoriaux et dans ce que l’on pourrait appeler un genre littéraire du témoignage de victime d’inceste (tant ces récits sont nombreux et épousent plus ou moins bien et avec une certaine régularité les formes d’un canevas narratif stable). Léonore Le Caisne n’a pas laissé inaperçues non plus les positions des associations de victimes à l’endroit du récit de Nelly5. La place de la parole publique des victimes et l’autorité de cette parole sont ainsi également abordées (dans le chapitre 8 notamment : « naissance et aléas de la médiatisation »). En particulier, se dessinent les traits du militantisme victimaire (quelle que soit la nature exacte de la victimisation) et la dimension présumée psychothérapique des démarches de mobilisation de l’opinion publique.

  • 6 Nicolas Journet affirme qu’une enquête américaine établit que 4% des femmes seraient concernées par (...)

6L’ambivalence des représentations sociales qui entourent l’inceste et les prenants-part à la relation incestueuse se déplie entre fascination et effroi. On évite d’en parler (par-là, se justifie que l’inceste relève du tabou – nous pourrions faire valoir qu’il y a un coût psychique à simplement évoquer l’inceste en société) ou on le banalise, l’exagère, le rationalise, le « psychologise », etc. L’analyse des données organise les différentes attitudes et les met en regard. En somme, l’inceste semble faire l’objet d’un traitement social exceptionnel quand bien même il s’agirait de l’inceste le plus ordinaire6.

  • 7 La mise psychique relative au complexe inceste-parricide prend le nom d’Œdipe dans la théorie psych (...)
  • 8 Jeanne Favret-Saada, Les Mots, la mort et les sorts. La sorcellerie dans le Bocage, Paris, Gallimar (...)

7Les conséquences généalogiques de « l’affaire G. » sont que Nelly est à la fois fille (juridiquement), concubine (de fait) et mère (biologique) des enfants de Lucien. Ces enfants sont donc à la fois fils et demi-frères de Nelly, fils et petit-fils de Lucien. Ce télescopage des lignées généalogiques répète celui du mythe grec de l’union d’Œdipe à sa mère Jocaste. De cette ethnographie d’une société travaillée par une affaire d’inceste peut-on dégager un gain de savoir pour la psychanalyse7, discipline pour laquelle la Chose incestueuse a un statut central ? Un rapprochement n’est-il pas faisable entre d’une part le partenaire incestueux (soit celui avec lequel il ne faudrait surtout pas que ça arrive : tous les hommes, mais pas lui, tabou) et d’autre part la position particulièrement ambivalente – d’aucuns diraient malsaine – que la formule « ce ne sont pas mes affaires » indexe (on peut parler de tout sereinement, mais pas de ça, tabou) ? Or, la psychanalyse s’est dotée d’un concept, la jouissance (Lacan), qui peut rendre compte des enjeux discursifs complexes à parler l’inceste. Jeanne Favret-Saada d’ailleurs (que Léonore Le Caisne suit sur la piste méthodologique inaugurée par elle) avait déjà commencé d’importer des outils conceptuels psychanalytiques dans son travail d’anthropologue8 (par exemple, la notion de « sujet supposé savoir »). La mise à plat des logiques de commérage et de rumeur conduite dans Un inceste ordinaire pourrait fournir l’occasion de mettre de tels outils conceptuels à l’épreuve du terrain.

Haut de page

Notes

1 L’auteur a déjà publié sur ces questions. On lira ainsi avec intérêt Dorothée Dussy et Léonore Le Caisne, « Des maux pour le taire. De l’impensé de l’inceste à sa révélation », Terrain, n° 48, p. 13-30 [en ligne : http://terrain.revues.org/5000, consulté le 14 janvier 2015].

2 Pour le dire à la façon de Pascal Quignard : si l’écriture délocalise (en particulier la publication qui délocalise en d’innombrables ailleurs), la parole anachronise. Écrire une ethnographie à partir de faits de discours délocalise ce qui d’abord anachronise.

3 J’ai pu me faire une certaine idée de ces conceptions en questionnant des étudiants en première année de licence de psychologie, en introduction à l’étude d’un texte de Lévi-Strauss sur la prohibition de l’inceste.

4 La généticienne Ariane Giacobino écarte cependant cette naturalisation de l’inceste et de sa prohibition : « Il me semble, comme généticienne, ne pouvoir qu’énoncer que l’argument de l’interdit lié aux risques génétiques ne semble pas la bonne justification de l’interdit : sinon, on interdirait à beaucoup de couples “à risque” de maladies génétiques d’avoir des enfants, et, espérons qu’une telle chose n’arrivera jamais. Pourtant, l’inceste me semble rester un tabou à respecter. Un fondement social et culturel : Lévi-Strauss l’avait bien dit… » [http://www.huffingtonpost.fr/ariane-giacobino/depenaliser-linceste_b_4190178.html, consulté le 12 janvier 2015]. Citons aussi Pierre Legendre (qui s’appuie sur la lecture de Gratien) : « La question de la ligne [généalogique] n’a de sens, que si l’on veut bien prendre la mesure du caractère purement construit de l’interdit de l’inceste. Ce sur quoi la question, en style médiéval ou ultra-moderne peu importe, attire l’attention, c’est bien ceci : la base de l’interdit n’est pas biologique. Les glossateurs usaient d’une vieille ficelle pour le déclarer : si quelqu’un pense que la vérité des noces se réduit à la copulation on lui opposera tu délires » (Pierre Legendre, Leçons 4 – L’inestimable objet de la transmission. Étude sur le principe généalogique en Occident, Paris, Fayard, 1985, p. 250, mes italiques).

5 Nous avons retrouvé certaines similitudes avec ce qui a trait à notre objet de recherche : le récit des victimes de sectes. Tandis qu’Eva Thomas sous-titrait son livre Le viol du silence : À toutes celles qui ont connu la prison de l’inceste (Paris, Aubier-Montaigne, 1986), Mona Vasquez, victime de la Scientologie puis militante en faveur des victimes de sectes parle de « la prison sans barreau » (La Croix du 4 juin 2004, p. 12). La prison fournit une métaphore éloquente aussi bien des relations incestueuses imposées que de l’emprise psychique de la relation sectaire. La prison se trouve être par ailleurs la première thématique de recherche de Léonore Le Caisne. On trouvera ses principales études sur le sujet sur le site du Centre d’étude des mouvements sociaux : http://cems.ehess.fr/index.php?2536 [consulté le 21 janvier 2015] (je remercie Agnès Cavet d’attirer mon attention sur ce point).

6 Nicolas Journet affirme qu’une enquête américaine établit que 4% des femmes seraient concernées par l’inceste entendu comme des relations sexuelles entre un père et sa fille ou un frère et sa sœur. Voir Nicolas Journet, « L’inceste, un interdit universel ? », La parenté en question(s), Auxerre, Sciences humaines, 2013.

7 La mise psychique relative au complexe inceste-parricide prend le nom d’Œdipe dans la théorie psychanalytique. C’est au titre de l’importance accordée à ce complexe que l’exploration ethnographique des passages à l’acte incestueux dans leur rapport au champ social est précieuse pour toute réflexion sur cette mise.

8 Jeanne Favret-Saada, Les Mots, la mort et les sorts. La sorcellerie dans le Bocage, Paris, Gallimard, 1977.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Mary, « Léonore Le Caisne, Un inceste ordinaire. Et pourtant tout le monde savait », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 21 janvier 2015, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16800

Haut de page

Rédacteur

Arthur Mary

Psychologue clinicien, docteur en psychologie clinique et psychopathologie, chercheur associé au LIRCES (Laboratoire interdisciplinaire récits, cultures et sociétés, EA-3159, Université de Nice-Sophia Antipolis), chargé de cours au LCPI (Laboratoire des cliniques psychopathologiques et interculturelles, Université de Toulouse-Le Mirail).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page