Navigation – Plan du site

Claudia Feld, Luciana Messina, Nadia Tahir (dir.), « Au nom des victimes. La construction de la notion de victime dans les mémoires des dictatures en Argentine, au Chili et en Uruguay », Témoigner entre histoire et mémoire, n° 118, 2014

Bénédicte Collignon
Au nom des victimes
Claudia Feld, Luciana Messina, Nadia Tahir (dir.), « Au nom des victimes. La construction de la notion de victime dans les mémoires des dictatures en Argentine, au Chili et en Uruguay », Témoigner entre histoire et mémoire, n° 118, septembre, 2014, 226 p., Paris, Kimé, ISBN : 978-2-84174-674-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur la visibilité des victimes lors des processus de transition politiques en Amérique latine et ai (...)

1Si les dictatures militaires ont soumis au silence les victimes des violations des droits de l’Homme en Amérique latine, les efforts de démocratisation ont fait de celles-ci des figures centrales de la mise en lumière du passé1. Or, la notion de victime ne peut se comprendre qu’à l’aide des dynamiques politiques, sociales et culturelles propres à l’environnement dans lequel elles sont définies, qualifiées et investies de sens. Cependant, les débats qu’elle suscite ne connaissent ni frontière étatique, ni limite disciplinaire ; il est donc possible de réfléchir aux enjeux universels qui lui sont liés, à travers des cas singuliers et des perspectives académiques multiples. C’est cette prétention, à notre avis justifiée, que porte ce dossier. En présentant et en analysant les processus constitutifs des catégories de victimes en Argentine, au Chili et en Uruguay, chacun des auteurs apporte un regard différent, et le plus souvent complémentaire des autres, sur des problématiques communes à ces pays, ainsi qu’à d’autres aires géographiques.

  • 2 Critiquant la notion de victime, Elizabeth Jelin préfère recourir à l’expression affectado directo (...)

2Il en va ainsi lorsqu’Antonia García Castro et Elizabeth Jelin abordent la mise en récit des disparitions forcées, respectivement, au Chili et en Argentine. Bien que l’héritage de ce moyen de répression varie selon les régions, la particularité de ce crime, soit celle « d’invisibiliser » les premiers concernés, suscite une même question : en l’absence des victimes directes, qui peut dénoncer ce crime et parler légitimement en leur nom ? Que ce soit au Chili ou en Argentine, la disparition de leurs proches a poussé les familles à se regrouper en associations, devenant de la sorte « les acteurs les plus visibles de la cause des “victimes” ». Prenant l’exemple de l’Association des familles des détenus-disparus, García Castro démontre que la composante affective de ce mouvement social était nécessaire pour redonner une existence légale aux disparus. Mais l’élément émotionnel de cette lutte n’a jamais supplanté la volonté de souligner la motivation politique des disparitions forcées. Ne remettant en question ni la souffrance des victimes directes et celle de leurs proches, ni leur importance dans la lutte contre la répression étatique, Elizabeth Jelin exprime néanmoins des inquiétudes quant aux conséquences d’une légitimité de la mémoire reposant uniquement sur « la souffrance vécue dans sa propre chair ou à partir de liens de parenté sanguins/génétiques ». Ainsi, elle remarque qu’en ce qui concerne le passé, les organisations de ceux qui ont été touchés directement2 sont les principaux interlocuteurs du gouvernement de Néstor Kirchner. Ce monopole de l’autorité en matière de mémoire marginalise les interventions d’autres entrepreneurs mémoriels, jusqu’à créer une distanciation entre ceux qui parlent au nom des victimes et les autres membres de la communauté politique. Une fracture sociétale d’autant plus paradoxale qu’elle prend racine dans le familisme, éthique de la famille jouissant d’une longue tradition en Argentine et que le régime dictatorial n’a fait que renforcer.

  • 3 L’expression, bien que détournée ici de son sens initial, est empruntée à Paul Rock, « On Becoming (...)

3De la sorte, la figure de victime devient un « artefact social »3 : elle témoigne à la fois des ruptures et des continuités entre la dictature, la transition et le retour à la démocratie. Aussi, le processus de construction de la catégorie de victime n’est jamais linéaire, tel que le met en évidence l’article de Claudia Feld, « “Subversifs”, “Torturés”, “NN” [du latin nomen nescio, sans nom] ». Ce sont, effectivement, sous ces termes que les disparus ont été désignés, dans la presse argentine, au cours des premiers mois de la transition démocratique. Tributaires des schèmes de pensée et des référents utilisés par les auteurs de la répression, les journalistes ont nourri les discours prédominants dans l’espace public de soupçons à l’égard de la responsabilité des survivants et des disparus. Il a fallu l’instauration de la Commission nationale sur la disparition de personnes (CONADEP, 1984) et le procès des anciens commandants en chef des juntes (1985) pour que la dignité des victimes soit restaurée. Toutefois, ces dernières devaient adopter la posture de l’innocence, synonyme de passivité au regard du passé violent. Dépolitisant la catégorie de victimes, cette perspective sur les évènements marquant la dictature interpelle la figure du militant comme étant antagoniste à celle de victime. Cette vision de l’histoire n’a été remise en question que dans les années 1990, avec l’émergence d’un nouveau cadre interprétatif du passé, où l’image de la victime devient celle du héros. S’entre-chevauchant, ces deux régimes mémoriels concurrents ne sont ni plus ni moins qu’une lecture idéalisée et moralisatrice de l’histoire, comme en témoignent les observations de Luciana Messina à propos d’une séance de ciné-débat se déroulant dans un site mémoriel de la ville de Buenos Aires. Pourtant, déplore l’auteure, cette confrontation n’a pas permis une véritable réflexion sur les ambiguïtés inhérentes à la position de victime dans la société argentine.

4Selon Sandra Raggio, l’avènement de récits axés sur « le mythe de l’innocence » était cependant nécessaire pour l’État argentin afin de consolider la démocratie naissante. Au demeurant, les propos de l’auteure révèlent que la construction de la notion de victime par rapport à d’autres figures associées (innocent, coupable, militant, bourreau, héros, etc.) n’est pas que le résultat des forces politiques en place ; elle est aussi perméable aux narrativités des victimes, dans la mesure où ces discours respectent le cadre politique dans lequel ils sont formulés. En analysant la trame discursive dans les témoignages d’un survivant de centre clandestin de détention, Raggio illustre cette réciprocité dans la reconstruction des faits individuels et sociaux. En effet, ce rescapé bâtit peu à peu, au fil de ses récits, un sens à son vécu, mais l’explication qu’il donne à son histoire se veut en conformité avec les canons interprétatifs préconisés par la CONADEP. Pour les besoins de sa propre histoire, il sera donc à la fois « survivant », « témoin » et « victime » devant une société qui revisite et juge son passé. Semblablement, Edda Fabbri, une ancienne prisonnière politique uruguayenne, adopte tour à tour le rôle de personnage et de narratrice dans son ouvrage Oblivion. Ce dispositif narratif, ainsi que le souligne Susana Draper dans son article « Victimes du souvenir et de l’oubli », permet à Fabbri de déconstruire les processus de victimisation qu’elle a subi, tout en mettant en exergue les spécificités de son expérience d’incarcération en tant que femme. Davantage, cette forme de récit pousse Drapper à réfléchir sur la place du silence au sein des témoignages des victimes ; le silence est-il synonyme d’oubli ? Ou bien crée-t-il l’espace nécessaire à la réflexion ? Suivant l’avis de Jens Anderman, les commémorations post-dictatoriales ont, en effet, besoin d’espace et de temps pour combler, symboliquement, les vides douloureux créés par les violences du passé. Anderman en vient à cette conclusion en s’intéressant à la représentation du paysage dans différentes œuvres muséographiques et cinématographiques sur la transmission de la mémoire au Chili, en Argentine et en Uruguay. Outre des parallèles intéressants entre des conceptions différentes du passé à travers ces pays, cette contribution expose comment la réflexion de quelques-uns autour d’un événement peut devenir collective par le biais des lieux de mémoire. En ce sens, ceux qui parlent au nom des victimes deviennent la clé pour saisir les divers sens conférés à l’histoire.

  • 4 À propos de la figure d’expert, se référer notamment à la contribution de Nicolas Dodier, « Experts (...)

5D’autres problématiques sont également effleurées dans ce dossier, qui présente un large éventail des débats autour de la notion de victime. Aussi, son originalité ne tient pas tant dans les thématiques abordées que dans l’approche pluridisciplinaire adoptée. Bien que certaines contributions sollicitent des concepts qui seront pour certains moins familiers, des ressources complémentaires, une bibliographie sélective, une filmographie, une sitographie ainsi qu’une mise en contexte éclairante permettront aux lecteurs de décloisonner les propos des auteurs ou de continuer leur réflexion sur certains aspects plus précis. Un seul regret demeure, celui d’un retour réflexif sur l’ensemble des contributions, où aurait pu être abordé l’apport des académiciens, sous les traits de la figure d’expert, dans le processus d’objectivation de la victime4. Ainsi, le panorama autour de ce terme polémique aurait semblé exhaustif.

Haut de page

Notes

1 Sur la visibilité des victimes lors des processus de transition politiques en Amérique latine et ailleurs, voir entre autres Susanne Karstedt, « From Absence to Presence, From Silence to Voice: Victims in International and Transitional Justice Since the Nuremberg Trials », International Review of Victimology, vol. 17, n° 1, p. 9-30.

2 Critiquant la notion de victime, Elizabeth Jelin préfère recourir à l’expression affectado directo qui a été traduite dans cet article par « touchés directement ». Notons, au passage, qu’à l’exception de la présentation du dossier, les contributions ont été traduites de l’espagnol au français. Ainsi, l’article de Jelin est une version résumée du texte de la même auteure, « ¿ Víctimas, familiares o ciudanos/as ? Las luchas por la legimidad de la palabra » in Emilio Crenzel (dir.), Los desaparecidos en la Argentina. Memorias, representaciones e ideas (1983-2008), Buenos Aires, Biblios, 2010, p. 227-249.

3 L’expression, bien que détournée ici de son sens initial, est empruntée à Paul Rock, « On Becoming a Victim » in Carolyn Hoyle et Richard Young (dir.), New Visions of Crime Victims, Oxford, Hart, 2002, p. 14.

4 À propos de la figure d’expert, se référer notamment à la contribution de Nicolas Dodier, « Experts et victimes face à face », in Sandrine Lefranc, Lilian Mathieu (dir.), Mobilisations des victimes, PU Rennes, coll. « Res Publica », 2009, p. 29-36, compte rendu de Corinne Delmas pour Lectures : http://lectures.revues.org/1020. De manière générale, le présent dossier fait écho à cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Collignon, « Claudia Feld, Luciana Messina, Nadia Tahir (dir.), « Au nom des victimes. La construction de la notion de victime dans les mémoires des dictatures en Argentine, au Chili et en Uruguay », Témoigner entre histoire et mémoire, n° 118, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 22 janvier 2015, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16802

Haut de page

Rédacteur

Bénédicte Collignon

Candidate à la maîtrise, avec mémoire, aux Hautes études internationales de l’Université Laval (Québec, Canada).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page