Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2015Paula Rabinowitz, American Pulp. ...

Paula Rabinowitz, American Pulp. How Paperbacks brought Modernity to Main Street

Samuel Coavoux
American Pulp
Paula Rabinowitz, American Pulp. How Paperbacks Brought Modernism to Main Street, Princeton (New Jersey), Princeton University Press, 2014, 408 p., ISBN : 9780691150604.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Roger Chartier, « Communautés de lecteurs », dans L’ordre des livres. Lecteurs, auteurs, bibliothèq (...)
  • 2 Paula Rabinowitz, Black & White & Noir. America’s Pulp Modernism, New York, Columbia University Pre (...)

1Une histoire culturelle du livre ne saurait se contenter d’énumérer les auteurs et leurs ouvrages : elle doit analyser les conditions matérielles de la production et de la diffusion des livres1. C’est l’ambition déclarée de Paula Rabinowitz, professeure de civilisation américaine à l’université du Minnesota, dans cet ouvrage consacré au livre de poche états-uniens, le pulp, des années 1930 aux années 1960. Il se situe dans la continuité d’un livre de 2002 sur le film noir, pendant cinématographique des romans qui sont étudiés ici2. L’auteure y défend la thèse suivante : durant cette période, le livre de poche a permis de diffuser à un large public le modernisme finissant. Il aurait ainsi démocratisé un mouvement littéraire, et, au-delà, fait entendre les voix des minorités.

2Rabinowitz analyse d’abord le pulp en tant qu’objet matériel (chapitres 1 et 2). L’invention du livre de poche a un effet quantitatif certain sur la diffusion du livre, quelques centimes suffisant à se procurer ces ouvrages imprimés sur du papier bon marché et sans épaisse reliure. Ce sont ainsi des millions de nouveaux volumes qui entrent en circulation. Mais la nouveauté des pulps n’est pas uniquement dans leur prix. Ils se vendent dans les kiosques à journaux, sur les quais de gare, chez les marchands de tabac. Le livre se diffuse dans les espaces publics. À la figure du lecteur solitaire se substitue celle du lecteur en public : dans le train, dans un café, et même dans les tranchées durant la guerre du Pacifique. À ce titre, le livre de poche fait partie des médias de masse, préfigurant la télévision qui le remplacera peu à peu en tant que loisir domestique.

3Le chapitre consacré aux « éditions des forces armées », un service de l’armée américaine qui publie et distribue gratuitement un grand nombre d’ouvrages de poche à ses personnels en mission durant la seconde guerre mondiale, est sans doute le plus réussi de l’ouvrage. Rabinowitz montre que cette initiative s’inscrit dans un mouvement plus large d’éducation, dont participe également, par exemple, la fameuse « GI Bill », une loi de 1944 finançant les études supérieures des vétérans de l’armée. Elle analyse la variété du catalogue, comprenant plus de 1000 titres, et mêlant littérature populaire, romans classiques, philosophie et essais. Elle étudie les modifications qui sont apportées aux ouvrages en question. Si les romans sont souvent disponibles dans leur texte intégral, certains sont lourdement modifiés par la censure, en vertu d’une loi interdisant de soumettre les soldats à toute propagande politique. La censure et les controverses morales et juridiques autour du pulp, accusé de véhiculer débauche et violence, sont l’objet du chapitre 9.

4L’ouvrage rassemble également plusieurs études de cas consacrées soit à un genre, soit à un auteur. Le chapitre 7 avance que les pulps lesbiens ont largement contribué à rendre visible les relations entre femmes, donnant du même coup à leurs lectrices certains repères ne circulant nulle part ailleurs dans la culture centrale. Le chapitre 8 traite lui des représentations de la guerre et de la criminalité dans les livres de poche. Enfin, trois études sont consacrées à des auteurs en particulier. La question que pose alors l’auteur est de savoir ce que le format de publication fait non pas seulement à la diffusion des œuvres, mais à leur production même. Rabinowitz emploie souvent une forme verbalisée du substantif pulp, pulping, sans jamais le définir. Elle semble vouloir désigner par là un processus d’intégration de formes narratives propres à la littérature populaire, processus découlant de la diffusion massive, par le livre de poche, de toutes les littératures, y compris le modernisme. Elle montre ainsi comment Richard Wright, auteur de Twelve Million Black Voices (1941), un ouvrage important sur l’histoire des noirs américains, ou la romancière Ann Petry, incorporent dans leurs travaux des images circulant dans les romans populaires et les magazines de faits divers.

5Le lecteur sociologue ou historien de la culture et du livre demeurera sans doute quelque peu insatisfait à la lecture de American Pulp. Nul travail systématique d’histoire du livre de poche n’y figure -- ni recherche originale, ni même revue de la littérature sur le sujet. Certaines informations sont distillées au long des chapitres (quelques pages évoquant l’histoire de la New American Library, une importante maison d’édition de livres de poche, quelques chiffres de diffusion des livres au sein des forces armées, etc.), mais une vision d’ensemble manque cruellement.

6Surtout, il y a un écart entre les ambitions de la thèse, sociologique, et les analyses qui la soutiennent. Ce que montre l’ouvrage, en définitive, c’est que le livre de poche a rendu disponible -- plus disponibles qu’ils ne l’étaient auparavant - un certain nombre d’idées, de témoignages, de points de vue. Il a permis en particulier de publiciser l’expérience des minorités. Cependant, il n’y a rien dans les données mobilisées qui permette de conclure avec l’auteur à la « démocratisation » par le livre de poche. Il ne suffit pas qu’une pratique soit disponible pour être démocratique. Les lecteurs sont ainsi les grands absents de la recherche. À l’exception de quelques lettres de soldats citées dans le chapitre 4, les seules personnes qui témoignent de leur attachement et de leur pratique du livre de poche sont des universitaires et des écrivains.

Haut de page

Notes

1 Roger Chartier, « Communautés de lecteurs », dans L’ordre des livres. Lecteurs, auteurs, bibliothèques en Europe entre XIVe et XVIIIe siècle, Aix-en-Provence, Alinea, 1992, p. 13-33.

2 Paula Rabinowitz, Black & White & Noir. America’s Pulp Modernism, New York, Columbia University Press, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Coavoux, « Paula Rabinowitz, American Pulp. How Paperbacks brought Modernity to Main Street », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 22 janvier 2015, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16808 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.16808

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search