Navigation – Plan du site

Jérôme Beauchez, L’empreinte du poing. La boxe, le gymnase et leurs hommes

Delphine Moraldo
L'empreinte du poing
Jérôme Beauchez, L'empreinte du poing. La boxe, le gymnase et leurs hommes, Paris, EHESS, coll. « Cas de figure », 2014, 317 p., ISBN : 978-2-7132-2460-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il s’agit d’une boxe pratiquée avec les poings, différente des styles de boxe dits « poings-pieds » (...)
  • 2 Pierre Bourdieu, Le sens pratique, Paris, Minuit, 1980 ; Clifford Geertz, Bali. Interprétation d’un (...)

1Avec ce livre, Jérôme Beauchez offre, d’après ses propres termes, « plus qu’une synthèse » de quatorze années de recherche ethnographique sur la boxe anglaise1. Une enquête de trois ans par observation participante dans un gymnase d’une ville française rebaptisée « Estville » et lors de matchs de boxe (des matchs décrits au chapitre 8), suivie de onze ans de « perlaboration des données » (c'est-à-dire un « travail au travers » de ses propres résistances à l’élaboration de ces données), ont été nécessaires à l’écriture de cet ouvrage. Jérôme Beauchez, citant les exemples de travaux célèbres d’ethnographie, comme ceux de Pierre Bourdieu et de Clifford Geertz2, revient d’ailleurs dans l’addendum du livre sur cette période nécessaire à l’ethnographe pour surmonter les résistances (parfois fortement liées à son histoire personnelle) à l’élaboration d’un savoir allant au-delà d’une chronique locale au présent pour atteindre le niveau plus global et général de la « description dense » (un terme forgé par C. Geertz). La réflexion permanente sur la pratique de recherche et le rapport au terrain qui caractérise l’ouvrage est une bonne illustration du statut empirique de la sociologie, discipline où le savoir s’élabore, non seulement sur le lieu où l’on collecte des données, mais également dans la réflexion sur l’usage que l’on peut faire de ces données.

  • 3 Pierre-Emmanuel Sorignet, Danser. Enquête dans les coulisses d'une vocation, Paris, La Découverte, (...)
  • 4 Loïc Wacquant, Corps et Âme. Carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, Paris, Éditions Agone, 2 (...)
  • 5 La sociologie charnelle a pour but, chez L.Wacquant, de faire une sociologie du corps et à partir d (...)
  • 6 James Scott, La Domination et les arts de la résistance, Paris, Éditions Amsterdam, 2008 (1992).

2Jérôme Beauchez a ainsi lui-même suivi, parmi les autres boxeurs du gymnase des Gants d’Or, le cheminement de l’apprenti boxeur. « Participant observateur » au même titre que d’autres ethnographes du sport (par exemple Pierre-Emmanuel Sorignet enquêtant sur la danse contemporaine dans Danser en 20103) ou Loïc Wacquant sur la boxe dans Corps et Âme en 20014), il décrit comment il a pu accéder aux coulisses de l’entrainement et des combats et partager des moments apparemment anodins, mais particulièrement révélateurs, avec les autres boxeurs. Il différencie cependant son approche de celle de Loïc Wacquant, dont le nom est inévitable pour qui s’intéresse à la boxe dans une perspective sociologique. Rejetant la perspective à ses yeux trop objectiviste de Loïc Wacquant, dont la « sociologie charnelle »5 ne tient pas selon lui ses promesses en termes d’analyse du ressenti des expériences corporelles du boxeur et d’élaboration d’un sens, par l’acteur, à partir de ces expériences, il entend « renforcer la part du sujet » et se place dans le cadre d’une sociologie résolument compréhensive. L’approche de J. Beauchez, sans pour autant ignorer les propriétés (sociales, ethniques, sexuelles) objectives des boxeurs, refuse cependant d’expliquer leur pratique et leurs discours par leur position dans un espace social, à l’instar d’une approche bourdieusienne ou d’une sociologie dispositionnaliste dont il relève certaines limites. Au contraire, il entend tenir « la parole et le geste des pugilistes pour capables d’indiquer les pistes que le chercheur doit suivre afin de mettre au jour non seulement leur sens pratique du ring, mais encore le plein sens de leur pratique des combats » (p. 23). Une fois précisé ce positionnement sociologique, on comprend mieux la problématique qui est celle de l’auteur, dans la lignée de travaux comme ceux de l’américain James Scott, auteur de La Domination et les arts de la résistance, 2008 (1992)6. J. Beauchez entreprend ainsi de montrer que la culture pugilistique, chez des jeunes hommes issus de l’immigration, dominés socialement, joue comme un creuset matériel et symbolique d’une construction sociale de la résistance (qui, tout comme la violence vécue par ces hommes, se situe autant sur le plan physique que symbolique). La boxe est alors une manière de « faire face » à la domination subie en dehors du ring et de comprendre, par l’expérience du corps boxant, des luttes et des « épreuves de soi » extérieures au cadre sportif.

  • 7 Pierre Bourdieu, Le sens pratique, op. cit. Pour Bourdieu, les gestes pratiques s’incorporent sans (...)
  • 8 Sylvia Faure, Apprendre par corps. Socio-anthropologie des techniques de danse, Paris, Editions La (...)

3L’ouvrage s’organise en deux parties. La première, ethnographie du gymnase, porte sur l’apprentissage de la boxe et des rites pugilistiques à travers les interactions quotidiennes. Comme l’avait fait Loïc Wacquant, l’auteur y montre la fabrication du « sens pratique » du boxeur, tout en prenant ses distances avec la sociologie bourdieusienne. On le voit par exemple dans le traitement accordé aux variables sociologiques lourdes que sont le genre, la classe et la race. Celles-ci sont envisagées sous l’angle de leur appropriation et de leur transformation par les boxeurs dans des micro-situations et des interactions. Ainsi, la masculinité populaire virile dont témoignent les boxeurs ne doit pas tant jouer comme un facteur explicatif de leur engagement pugilistique que comme un élément sans cesse questionné, moqué, voire un « accessoire rhétorique » des interactions du gymnase. Autre exemple, la notion de réflexivité du boxeur sur son apprentissage est mise en avant, notion qui était absente de l’analyse bourdieusienne du sens pratique7. Comme le montrait d’ailleurs Sylvia Faure dans Apprendre par corps, 20008, le sens pratique se construit dans l’interaction entre les mots (ici du coach ou des boxeurs plus expérimentés) et les gestes, répétés jusqu’à perfection, du sportif. Ainsi, le processus d’acquisition « ressemble moins à une habituation muette qu’à une constitution intersubjective qui mobilise tous les sens » (p. 110). Du moins, il doit articuler les deux aspects que sont l’incorporation et la subjectivation (p. 141).

  • 9 La notion de masculinité, qui pourrait être définie comme un ensemble d’éléments socialement reconn (...)

4La seconde partie de l’ouvrage replace l’engagement dans la boxe dans des histoires de vie qui permettent de « donner un sens à la pratique », rythmées par des expériences de résistance à la domination. En dressant les portraits et les biographies de boxeurs du club des Gants d’Or, des hommes (Boris, Mohand, Luis, Akim, Mourad, David…) mais aussi une femme (Naïma), J. Beauchez revient ainsi sur les épreuves biographiques du déracinement, de l’immigration, de la pauvreté et de la marginalisation sociale de ces sportifs, expériences proprement individuelles mais d’où émerge une trame commune : la résistance aux dominations. Le chapitre 6 revient par exemple sur une forme de cette résistance : l’élaboration d’une « masculinité pugilistique » qui exprime la volonté de « faire face comme des hommes ». Bien que femme (la seule du groupe), Naïma incarne également cette forme de masculinité9. Cependant, cette résistance n’est pas aussi simple ni monolithique qu’il n’y parait. Chez Naïma par exemple, si l’engagement dans la boxe peut certes se lire comme un moyen de pallier les conséquences sociales de son échec scolaire et de résister aux dominations masculine et raciale subies, elle n’est pas une féministe, et J. Beauchez montre bien comment se négocient chez elle, au quotidien, reproduction et contestation des stéréotypes de genre. Cette seconde partie se clôt sur la description ethnographique de matchs de boxe en public et sur le sens que les boxeurs accordent à ces combats.

5L’empreinte du poing est un bel exemple d’enquête sur la boxe, conjuguant descriptions ethnographiques et réflexivité critique. Ce dernier aspect constitue indéniablement le point fort de ce livre, fruit d’une réflexion de plus d’une décennie qui tente de saisir son objet dans toute sa complexité.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’une boxe pratiquée avec les poings, différente des styles de boxe dits « poings-pieds » comme la boxe française.

2 Pierre Bourdieu, Le sens pratique, Paris, Minuit, 1980 ; Clifford Geertz, Bali. Interprétation d’une culture, Paris, Gallimard, 1983 (1972).

3 Pierre-Emmanuel Sorignet, Danser. Enquête dans les coulisses d'une vocation, Paris, La Découverte, coll. « textes à l'appui », 2010.

4 Loïc Wacquant, Corps et Âme. Carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, Paris, Éditions Agone, 2001.

5 La sociologie charnelle a pour but, chez L.Wacquant, de faire une sociologie du corps et à partir du corps des boxeurs, c'est-à-dire attentive à la diversité des épreuves sensibles et corporelles qui constituent l’expérience vécue de la boxe (p. 15). Or, d’après J. Beauchez, L. Wacquant n’effectue qu’une partie de ce projet, et en reste à son versant objectiviste.

6 James Scott, La Domination et les arts de la résistance, Paris, Éditions Amsterdam, 2008 (1992).

7 Pierre Bourdieu, Le sens pratique, op. cit. Pour Bourdieu, les gestes pratiques s’incorporent sans réflexivité de la part de l’acteur et cette incorporation aboutit à la constitution d’automatismes « instinctifs ».

8 Sylvia Faure, Apprendre par corps. Socio-anthropologie des techniques de danse, Paris, Editions La Dispute, 2000.

9 La notion de masculinité, qui pourrait être définie comme un ensemble d’éléments socialement reconnus comme caractéristiques des hommes, n’est pas uniquement le propre des hommes. Des femmes peuvent l’incarner, tout comme des hommes peuvent échouer à s’y conformer. Sur ce point, on peut se référer aux travaux de R. Connell, comme Masculinités. Enjeux sociaux de l'hégémonie, Paris, Éditions Amsterdam, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Moraldo, « Jérôme Beauchez, L’empreinte du poing. La boxe, le gymnase et leurs hommes  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 23 janvier 2015, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16815

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page