Navigation – Plan du site

José-Angel Calderon, Valérie Cohen (dir.), Qu’est-ce que résister ? Usages et enjeux d’une catégorie d’analyse sociologique

Lilian Mathieu
Qu'est-ce que résister ?
José-Angel Calderon, Valérie Cohen (dir.), Qu'est-ce que résister ? Usages et enjeux d'une catégorie d'analyse sociologique, Villneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Le regard sociologique », 2014, 167 p., ISBN : 978-2-7574-0781-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Sophie Béroud, Jean-Michel Denis, Guillaume Desage, Baptiste Giraud, Jérôme Pelisse, (...)

1Le propos de cet ouvrage collectif est d’interroger les usages de la notion de résistance, spécialement en sociologie du travail. Cette notion est en effet fréquemment mobilisée pour désigner des pratiques, généralement informelles voire implicites, d’insubordination des travailleurs à l’ordre hiérarchisé de l’entreprise — de fait, lorsque la grève perd de sa centralité, les débrayages courts mais aussi le freinage, le coulage ou l’absentéisme prennent une signification et une importance nouvelles1.

  • 2 James C. Scott La Domination ou les arts de la résistance, Paris, Amsterdam, 2009.
  • 3 Michel de Certeau, L’invention du quotidien, 1. Arts de faire, Paris, Folio, 1990, p. 65.

2Un tel projet est indéniablement le bienvenu. La notion de résistance a, ces dernières années, fait l’objet d’une utilisation aussi inflationniste que sa signification est incertaine. La traduction, en 2009, de l’ouvrage de James C. Scott La Domination ou les arts de la résistance (publié pour la première fois en 1990), constitue de ce point de vue comme une date importante2. A ainsi été rendu accessible au public francophone un vocabulaire conceptuel — centré notamment autour de la notion de « texte caché » (hidden transcript) — à même de qualifier des discours ou des pratiques d’insubordination ne s’exposant pas publiquement comme tels, dont le vocabulaire classique de la sociologie politique peine à rendre compte. Le succès de cet ouvrage a tendu à éclipser une perspective antérieure pourtant proche, celle des arts du braconnage — « bons tours du “faible” dans l’ordre établi par le “fort” »3 — élaborée par Michel de Certeau. Il doit sans doute aussi une part de sa réception positive à des vertus « consolatrices » dans un contexte de recul des luttes sociales. Invoquer les « résistances » que les dominés opposent à ce qui les opprime permet en effet de se rassurer sur leur indocilité : certes, les dominés ne sont pas ou plus en mesure de s’affronter directement à un ordre des choses qui leur est défavorable, ils ne sont pas pour autant dupes d’une domination qui n’est pas parvenue à les aliéner.

3Le présent ouvrage s’inscrit dans la continuité de ces réflexions en entreprenant une évaluation de la pertinence sociologique du vocabulaire de la résistance. L’introduction générale de José-Angel Calderon et Valérie Cohen reconnaît d’emblée le caractère spongieux d’une notion mobilisée pour désigner des pratiques hétérogènes et à la signification flottante, et dont le rapport aux formes davantage conventionnelles et surtout publiques de contestation semble particulièrement complexe. Relèverait de la résistance, de ce point de vue, une « opposition qui ne dit pas son nom » (p. 15), en d’autres termes une contestation contrainte à se dissimuler ou à se dénier sous l’effet d’un rapport de force défavorable, mais aussi non-identifiable comme telle par les outils ordinaires de l’étude des mouvements sociaux. Pour les coordinateurs de l’ouvrage, la catégorie de résistance peut ainsi « rendre compte et dans le même temps révéler des réalités dont la dimension conflictuelle ne va pas de soi, non seulement parce qu’elle est masquée, informelle, discrète mais encore, parce qu’elle est invisibilisée par les cadres de références classiques de la contestation » (p. 13).

4C’est à de telles pratiques que s’intéressent prioritairement les contributeurs du livre, qu’il s’agisse de la pratique ancienne de la perruque, c’est-à-dire l’utilisation du temps et de l’équipement du travail pour son usage personnel (Patrick Cingolani), la dérision à l’égard des normes de comportement promues par l’entreprise (Prisca Kergoat), les combines et arrangements des commerçants tentant de se soustraire à la réglementation municipale du marché (Véronique Marchand), le désinvestissement des cadres déstabilisés par les nouvelles attentes managériales (Gaëtan Flocco) ou le ralentissement de la production par les ouvriers d’une entreprise pharmaceutique récemment restructurée (Séverin Muller). Les différentes études soulignent les ambiguïtés de conduites qui peuvent exprimer aussi bien le refus de se soumettre à la hiérarchie de l’entreprise que l’attachement à un travail bien fait que les exigences managériales ne permettent plus d’accomplir. Elles relèvent également combien le caractère individuel qui leur est fréquemment attribué ignore qu’elles sont l’objet d’une transmission collective à l’intérieur du groupe de travail et fonctionnent comme un de ses socles identitaires, en rassemblant notamment les différentes générations présentes sur le même poste. Mais elles signalent aussi, comme dans le cas de l’entreprise ouzbèke étudiée par Laurent Bazin, combien l’exercice d’une domination implacable est à même de produire une résignation qui, pour autant, n’équivaut pas à une adhésion aux principes qui la légitiment.

5Empiriquement riche, l’ouvrage n’en laisse pas moins une certaine impression d’inachèvement. La réunion d’auteurs proposant des conceptions distinctes de la résistance permet certes de pointer la polysémie du terme mais ne parvient pas, au terme de la lecture, à lever toutes ses ambiguïtés. Tandis que Stephen Bouquin pointe la fonctionnalité (comme « soupapes ») de certaines conduites informelles pour l’ordre usinier, d’autres auteurs mettent l’accent sur leur proximité avec la contestation ouverte (Véronique Marchand). Si la dimension collective de la résistance est posée d’emblée dans certains chapitres (comme celui de Xavier Dunezat et Elsa Galerand qui en étudient les formes internes aux mouvements sociaux), elle est plus indécise dans d’autres. Enfin, l’adoption d’une perspective plus explicitement compréhensive (au sens weberien de reconstitution du sens visé par l’acteur) aurait sans doute permis d’en savoir un peu plus sur la véritable portée critique ou dissidente de conduites certes souvent dysfonctionnelles pour l’entreprise mais dont les motivations restent équivoques. La proposition des coordinateurs de l’ouvrage d’utiliser le terme de résistance pour « désigner des conduites individuelles et collectives, des affrontements ou des détournements, une protestation affirmée ou masquée, des oppositions traditionnelles ou inattendues » (p. 13) enregistre l’absence d’accord entre les contributeurs mais ne permet pas la clarification que l’on pouvait attendre de l’ouvrage. Une définition aussi vaste englobe dissidences discrètes et contestation ouverte sous un même label alors qu’il aurait sans doute été plus pertinent d’insister sur ce qui les distingue, par exemple via une confrontation plus explicite avec les courants dominants de l’analyse des mouvements sociaux. À ce titre, le propos de portée davantage philosophique que sociologique développé au terme de l’ouvrage par José-Angel Calderon Pablo Lopez Calle n’apporte pas de clarification significative.

6Une autre frustration tient à l’insuffisante réflexion sur la genèse et les usages — semi savants et semi-militants — de la catégorie. Signaler que celle-ci a été spécialement appropriée aux marges de la sociologie par des chercheurs « porteurs de regards alternatifs sur la société et sur la pratique sociologique » (p. 15) est important mais aurait mérité d’être développé. Que les sociologues engagés dans un double mouvement d’étude et de réhabilitation des résistances ordinaires soient guidés par des a priori normatifs ou politiques ne disqualifie en rien leurs analyses, mais exige davantage d’explicitation et de contextualisation pour qu’on puisse en saisir tous les enjeux. Bref, si cet ouvrage apporte une contribution documentaire importante à l’étude des actes de dissidence ou de braconnage, il ne clôt pas la réflexion sociologique sur l’intérêt et la portée de leur saisie comme « résistances ».

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Sophie Béroud, Jean-Michel Denis, Guillaume Desage, Baptiste Giraud, Jérôme Pelisse, La Lutte continue ? Les conflits du travail dans la France contemporaine, Broissieux, Le Croquant, 2008.

2 James C. Scott La Domination ou les arts de la résistance, Paris, Amsterdam, 2009.

3 Michel de Certeau, L’invention du quotidien, 1. Arts de faire, Paris, Folio, 1990, p. 65.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « José-Angel Calderon, Valérie Cohen (dir.), Qu’est-ce que résister ? Usages et enjeux d’une catégorie d’analyse sociologique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 24 janvier 2015, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16827

Haut de page

Rédacteur

Lilian Mathieu

Directeur de recherche au CNRS, membre du Centre Max Weber à l’ENS de Lyon

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page