Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2015Foucault avec Marx. Une réponse à...

Foucault avec Marx. Une réponse à Olivier Gras

Jacques Bidet
Foucault avec Marx
Jacques Bidet, Foucault avec Marx, Paris, La Fabrique, 2014, 224 p., ISBN : 978-2-35872-065-6.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Je remercie d’abord Olivier Gras, qui a pris un peu de son temps pour recenser mon livre Foucault avec Marx. Mais je dois dire que j’ai de la peine à y retrouver la moindre trace de mes idées… Quant aux lecteurs de cette critique, ils auront toute raison de penser que mon livre est un galimatias incompréhensible. Je sais que la lecture n’en est pas toujours aisée, parce que les concepts utilisés ont fait, dans des livres antérieurs, l’objet de longues élaborations qui ne peuvent être reprises in extenso – et parce que les idées sont nouvelles. Pourtant, l’accueil semble être positif, en France et à l’étranger (traductions déjà prévues). Je ne vais pas tenter ici une « critique de la critique », ce qui n’aurait pas grand sens, vu qu’il s’agit, pour l’essentiel du moins, d’un assemblage de contre-sens et de fausses citations, sans égard au contenu des concepts avancés ni à la signification des termes employés. Je vais la suivre point par point pour souligner à quel point je suis étranger aux propos qu’on me prête, et que je reproduis entre guillemets – soulignant ce qui me fait le plus problème, et réagissant chaque fois en italiques. La méthode est un peu lourde, on voudra bien m’en excuser. Mais il s’agit de la matérialité du discours… J’ai le sentiment de m’engager dans une tâche impossible, vu que mon commentaire ne sera vraiment intelligible que pour qui aura lu le livre lui-même… Allons-y pourtant !

2Commençons par la fin, Point 7 : selon O. Gras, « le Marx présenté dans ce texte est celui purement économique de la Seconde Internationale ». Je répondrai qu’il suffit de lire l’introduction pour comprendre que la thèse développée est, à l’inverse, rigoureusement politico-économique, l’économie et la politique formant les deux ‘faces’ de la matrice proposée, chacune étant à lire dans sa relation à l’autre. Ce thème anti-économiciste est central dans tous mes livres depuis trois décennies. Il concerne en tout premier lieu Le Capital, que je décrypte comme radicalement politique, autant qu’économique.

3Je vois aussi que, par contraste supposé, on m’oppose Karel Kosik, qui ne demande pas à la théorie de « décrire tous les aspects (…) de la réalité », mais d’être « une théorie de la totalité comme totalité concrète ». Mais c’est précisément en ce sens que je propose une théorie de la société moderne (qui diffère de celle de Kosik, il est vrai) comme ensemble historique – on devrait plutôt me reprocher ma folle témérité….

4Reprenons par le début. Chaque point nous conduit vers une confusion croissante.

5Point 1. Pourquoi le rapprochement entre ces deux auteurs devrait-il « surprendre » ? On sait qu’un grand nombre de chercheurs critiques s’inspirent à la fois de l’un et de l’autre, se sentent concernés par l’un et par l’autre. C’est cela que je cherche à tirer au clair, me demandant à quelles conditions c’est proprement concevable.

6Je ne vise pas à les « concilier », comme dit O. Gras, mais à inscrire leurs problématiques (pour une part du moins) dans une théorie plus vaste. Cela suppose une réélaboration qui porte sur l’un et sur l’autre.

7Point 2. Je ne cherche pas à « comprendre comment tout le réseau de compétence nécessaire au fonctionnement du capitalisme s’insère dans ses structures économiques », « pour que la société fonctionne ». Je n’ai rien à voir avec cette sorte de fonctionnalisme social. Ce n’est pas en ce sens que j’aborde la relation d’ensemble entre ‘capitalistes’ et ‘compétents’. Et il ne s’agit pas ici du seul « capitalisme », mais de la structure sociale moderne dans son ensemble, qui n’est pas seulement « capitaliste », parce que, comme le dit Foucault, ‘il y a un autre pouvoir’.

8Je ne comprends pas non plus le sens de l’expression « Il existe de multiples sources de pouvoir qui demandent des compétences propres ». Cela n’a rien à voir avec les questions que se pose Foucault, ni avec celles de son lecteur que je suis : il s’agit de la compétence comme pouvoir, ‘pouvoir-savoir’ comme dit Foucault, et non de pouvoir requérant compétence. Il s’agit de l’avoir-compétence et non de l’être-compétent.

9« Ces résumés, extrêmement sommaires et rapides ». On ne comprend pas si ces résumés sont ceux de l’auteur du livre ou de l’auteur de la recension. La fin de la phrase n’est pas plus claire.

10Puis, « (…) le marché pour Marx et l’organisation pour Foucault. Ils forment les « motifs socio-épistémiques et les raisons historico-politiques… ».Il s’agit d’une fausse citation, qui me prête des propos incompréhensibles : car le marché et l’organisation ne sont pas des motifs, ni des raisons. Ce sont des ‘médiations’ – un concept qui demande naturellement de longues explications.

11Point 3. Selon O. Gras, j’analyserais les théories des structures sociales « en terme de classe comme instrumentalisation de la raison », sic (p. 116). Encore une fausse citation, qui produit un texte inintelligible. En réalité, j’écris : ‘L’approche métastructurelle (…) analyse la structure moderne de classe comme « instrumentalisation de la raison »’. Il s’agit bien de la ‘société moderne’ – et le sens donné à ce terme suppose d’assez longues explications…

12« Autrement dit, écrit O. Gras, il s’agit d’opérer une relecture des analyses sociales structurelles et de prolonger la réflexion sur leur genèse, leur fonctionnement et leur enchevêtrement ». Où la « genèse » serait « la position occupée dans la propriété », le « fonctionnement » serait « les processus rationnels interindividuels », et leur « enchevêtrement », je ne sais quelle dialectique. Je ne vois pas où je pourrais avoir expliqué quoi que ce soit qui ressemble à cela, qui pour moi ne fait pas sens.

13« Ainsi, écrit O. Gras, la compréhension de la société se fait en termes de métastructure/structure/système ». C’est encore une fausse citation, pire que les précédentes. Car que vient faire ce troisième terme, « système » ? En réalité, je parle de « métastructure /structure /pratique » : cette formule appelle naturellement de longues explications, mais « système » n’a rien à faire ici. Quand j’emploie le couple structure /système, ‘structure’ désigne toujours la structure de classe, et ‘système’ le ‘système-monde’ au sens de l’Histoire Globale contemporaine.

14« L’hypothèse métastructurelle, selon O. Gras, étudie la série de médiations entre le marché et les structures économiques (pouvoir-propriété) et son système d’organisation (pouvoir-savoir) ». On est dans la plus totale confusion. J’élabore avec le plus grand soin et, me semble-t-il, de façon très claire les concepts de « médiation », de « structure » et de « système », qui n’ont rien à voir avec l’usage qui en est fait ici. Il ne s’agit pas de « médiations entre le marché et les structures » : la ‘structure’ moderne de classe est l’articulation des deux ‘médiations’, soit l’entre-chacun et l’entre-tous (marché et organisation sur la face économique – contractualité interindividuelle / contractualité centrale sur la face politique), instrumentalisées en ‘facteurs de classe’. ‘L’organisation’, dans les termes de mon analyse, relève donc non du ‘système’, mais de la ‘structure’, au sens donné ci-dessous à ces termes. Et elle n’est pas seulement l’organisation du marché, mais tout autant celle que l’on trouve dans l’administration.

15Selon O. Gras, je dirais que Marx analyse « les structures », mais que Foucault permet de comprendre « les systèmes sociaux ». Où a-t-on pu prendre un semblable propos, dont je ne comprends même pas le sens ? Ce n’est pas en ce sens que fonctionne le couple ‘structure versus système’, qui est central dans mon approche. Je réserve, comme je l’ai dit, le terme de ‘système’ au ‘système-monde’, et je m’en explique longuement.

16J’irais « du général (la théorie marxiste) au particulier (la théorie foucaldienne) ». En réalité, je ne parle pas d’une théorie ‘marxiste’, mais ‘marxienne’ (celle de Marx). Et je n’appréhende pas l’apport de Foucault comme du « particulier », je le rapporte à la généralité qui s’annonce quand Foucault parle de « pouvoir-savoir ». Je prends Foucault comme tout aussi « général ». Á certains égards, comme plus général, notamment au regard de son concept de « production ».

17Point 4. On est toujours dans le même registre de l’approximatif. Je ne puis entrer dans tous les détails. Mais, là encore, une longue fausse citation : le « holisme [Marx] et le nominalisme [Foucault] s’interpénètrent et se soutiennent [dans] une théorie de la forme moderne de société » (p. 152-153). En réalité, j’avance tout le contraire, et c’est même l’objet du chapitre considéré, à savoir qu’il y a tout autant un ‘nominalisme de Marx’ et un ‘holisme de Foucault’.

18Quant à l’idée que Foucault aurait « la paternité intellectuelle » du programme » classe/sexe/race » ! Cela ferait hurler les féministes matérialistes, du moins certaines d’entre elles, qui certes trouvent inspiration chez Foucault, mais ne lui attribuent sûrement pas une telle paternité. C’est pourquoi je ne dis rien de tel.

19Point 5. Rien à dire, sinon que je ne propose pas seulement un « Marx considérablement élargi », mais la construction d’une théorie plus large que « le marxisme ». Ma thèse est que le qualificatif de « capitaliste » ne définit pas la structure sociale moderne dans son ensemble, mais seulement l’un de ses deux « pôles ». Je propose une autre théorie que celle de Marx, qui figure seulement comme un élément particulier dans un ensemble plus large, que l’apport de Foucault nous aide à découvrir.

20Point 6. Chaque phrase me pose problème.

21Á ce niveau de la narration, on peut douter que le lecteur puisse saisir quoi que ce soit de l’expression « interprétation métastructurelle », tant l’approche de ce concept, depuis le début, est incertaine.

22Je conviens volontiers qu’il est extrêmement difficile de faire comprendre un tel concept en quelques lignes. Mais il est clair qu’il exclut l’idée qu’il y aurait deux classes : la « classe possédante » (voir Marx) et « celle de la compétence » (voir Foucault). La thèse de l’ouvrage est qu’il n’y a qu’une seule classe dominante, à deux ‘pôles’, donnant lieu à deux forces sociales reliées entre elles.

23« La stratégie métastructurelle d’émancipation consiste à détruire les médiations s’installant entre ces deux pôles de domination et de pouvoir. » Contresens sur toute la ligne. Les ‘médiations’ ne s’installent pas entre ces deux pôles, elles se réalisent dans ces deux pôles politico-économiques, celui de l’entre-chacun et de l’entre-tous. La lutte de classe d’en bas ne consiste pas à les « détruire », mais à les maîtriser. C’est du moins ce que j’explique dans une longue conclusion politique.

24Si le recenseur a pu lire dans mon livre de pareilles énormités, je conçois qu’il préfère un « autre Marx ». Voir Point 7, traité en premier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Bidet, « Foucault avec Marx. Une réponse à Olivier Gras », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 27 janvier 2015, consulté le 07 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16828 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.16828

Haut de page

Rédacteur

Jacques Bidet

Philosophe, professeur émérite à l’université Paris-X, directeur honoraire de la revue Actuel Marx. Dernière publication : L’État-monde. Libéralisme, socialisme et communisme à l’échelle mondiale, 2011.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search