Navigation – Plan du site

Sabine Dullin, La frontière épaisse. Aux origines des politiques soviétiques (1920 – 1940)

Nicolas Haesler
La frontière épaisse
Sabine Dullin, La frontière épaisse. Aux origines des politiques soviétiques (1920-1940), Paris, EHESS, coll. « En temps & lieux », 2014, 355 p., ISBN : 978-2-7132-2456-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour illustrer de façon non exhaustive la richesse et la multitude des études réalisées sur la thém (...)

1La frontière est un objet de recherche difficile à cerner. Tantôt elle se présente dans sa plénitude historique et politique, tantôt elle se soustrait à l’analyse par la complexité de ses multiples significations. Sabine Dullin note dans l’introduction que la frontière « met en interaction des individus, des administrations et des idéologies, [qu’elle] apparaît comme un lieu essentiel d’affirmation du politique sous toutes ses formes » (p. 14). À la fois lieu de cristallisation d’enjeux géopolitiques, lieu de friction et lieu de constitution identitaire, la frontière est un objet tant statique que dynamique, à la fois saisissable et insaisissable, intéressant toujours1. La frontière dont il est question dans le livre de Sabine Dullin n’est pas une simple ligne d’opposition. Elle est une frontière épaisse, une zone, une vitrine et une matrice. Qu’est-ce que cela signifie ?

  • 2 « L’étude de la frontière soviétique avant 1940 permet ainsi de dégager des éléments d’une matrice (...)
  • 3 Le livre de Sabine Dullin est assez long, très dense et extrêmement bien documenté. Il m’a donc par (...)

2À travers l’étude de la gestion politique de l’espace frontalier et des changements de la politique frontalière de l’URSS de 1920 à 1940, Sabine Dullin tente une histoire politique de l’URSS à partir de ses limites. Elle innove en proposant une étude qui fait le pari de « renoncer à une histoire soviétique comme processus exclusivement interne et autocentré, et de mieux saisir ce qui s’invente en matière de politique dans le contact et l’interface, dans des formes de transaction » (p. 15). La frontière devient ainsi un vaste champ dans lequel s’expriment des gestions territoriales, migratoires et sociales mais également des échanges économiques, des craintes et des phantasmes, des symboles et des images. Sabine Dullin relève l’existence d’une véritable « matrice des politiques frontalières [avec] fermeture de la frontière, répression des passages clandestins, instauration de la zone interdite, déportations et évacuations, installations de citoyens loyaux » (p. 307). L’évolution de cette matrice traverse principalement trois étapes qui seront brièvement énoncées ci-dessous. Mais afin d’éviter tout malentendu il est important de relever immédiatement que l’auteur ne se limite pas à proposer une histoire uniquement structurelle. Elle démontre de façon tout à fait convaincante l’apparition d’une matrice politique de la gestion des zones frontalières qui va se reproduire tout au long du XXe siècle2. Mais elle s’intéresse surtout à la réalité concrète et incarnée de cette frontière et de la politique frontalière. « La frontière n’existe dans mon travail que lorsqu’elle produit un effet. Elle m’intéresse lorsqu’elle s’immisce dans les politiques, lorsqu’elle modifie le quotidien, lorsqu’elle envahit les imaginaires » (p. 21). Cette histoire de l’URSS à travers la politique frontalière comporte ainsi une multitude d’histoires qui illustrent aussi sur le plan régional les effets concrets de cette gestion de l’espace frontalier. Toutefois, nous nous bornerons dans cet exposé à ne rendre compte que des lignes principales3.

3La première étape (1920 – 1923) dans l’évolution de la politique frontalière soviétique est la « naissance d’une frontière épaisse » (p. 83) après la guerre civile russe (chapitre 2). À la sortie de ce conflit, le gouvernement bolchévique se découvre une véritable « obsession du contrôle des frontières » (p. 20). Cette obsession s’accompagne d’une prise de conscience que la frontière entre l’URSS et l’Europe ne saurait être seulement une ligne de séparation stable et définitive, mais au contraire un espace de friction, qui nécessite un marquage clair et net de la limite du nouveau régime bolchévique en place à Moscou, qui ne doit pas seulement être protégé mais aussi mis en évidence comme un monde nouveau. C’est sous cet aspect là que la figure du garde-frontière, auquel Sabine Dullin consacre son premier chapitre, dans lequel elle montre comment le garde devient un héros national dans la culture collective soviétique, prend tout son sens. Par ailleurs, la frontière devient après la guerre civile un espace frontalier, une zone d’influence et d’ingérence dans l’espace du pays voisin. Cette évolution voit l’apparition de zones tampons, de contrôles des mouvements transfrontaliers et des populations vivants dans ces zones, et de travaux de cartographie afin de mieux appréhender cet espace limitrophe. La frontière devient une zone plus ou moins étendue permettant de protéger le régime bolchévique soviétique, qui a reconnu que l’échec de la révolte du Spartakusbund en Allemagne et la réaffirmation de la Pologne comme puissance voisine au début des années 1920 ont sonné le glas des velléités expansionnistes du projet socialiste.

  • 4 Le terme de dékoulakisation désigne la compagne de répression politique sous Staline de 1929 à 1933 (...)

4La deuxième étape (1924 – 1933) dans l’évolution de l’espace frontalier soviétique est sa mutation en « vitrine du socialisme aussi belle que possible » (p. 132 - chapitre 3). Cette évolution va de pair avec les efforts de fermeture de cette frontière décrits précédemment. L’élaboration de cette vitrine se fait d’une part par la construction d’importants postes frontaliers ornés de drapeaux rouges et de slogans de propagande. Le poste frontière de Negoreloe à la frontière russo-polonaise est un bel exemple de ce monumentalisme affiché, qui doit signaler le début d’un nouveau monde. D’autre part, cette vitrine se fait aussi de plus en plus défensive. En effet, les incursions armées et les ingérences soviétiques dans les localités frontalières des pays voisins tendent à déstabiliser ces régions et ainsi à instaurer un contrôle territorial plus étroit, obéissant à des impératifs idéologiques et non pas ethniques ou nationaux. La crainte de Moscou est que le monde capitaliste se constitue, aux portes de l’URSS, en un bloc anticommuniste qui ne saurait tolérer l’existence de la « patrie du prolétariat » (p. 154). Ainsi, la question de la loyauté des habitants des zones frontalières devient essentielle pour le bureau central et les organismes chargés du contrôle de l’espace frontalier. La zone frontière devient « un terrain d’innovation en termes de géographie répressive » (p. 176). Expulsions, déplacements et déportations sont les pratiques usuelles pour combattre la contrebande et l’espionnage dans l’espace frontalier et ainsi préserver la forteresse soviétique. L’opération de dékoulakisation4 au début des années 1930 et la déportation en Sibérie de 1,8 million de personnes suspectées d’être engagées dans des actions contre-révolutionnaires illustrent particulièrement bien la violence de cette première déportation massive de l’ère soviétique (p. 181).

5La troisième étape (1934 – 1940) dans l’évolution de l’espace frontalier correspond à sa transformation en un no man’s land. Au cours des années 1930 et à la lumière des politiques nationalistes japonaise et allemande, la gestion politique de l’espace frontalier se rigidifie. Alors que les pratiques de contrôle et de répression au sein d'un espace à risques ont été inventées lors de la période précédente, la déportation systématique et la transformation de la zone tampon en zone interdite sont les pratiques de cette troisième période. Alors qu’en 1933 seul les « bons citoyens » munis d’un passeport pouvaient entrer dans les zones spéciales des régions frontalières, à partir de 1935, ces zones deviennent des zones interdites, vidées de leur population. L’accès à ces zones est uniquement possible en possession d’un passeport spécial, contenant de nombreuses informations et une photo de son détenteur. Tandis qu’à l’Est les autorités craignent surtout l’expansionnisme japonais, c’est la politique extérieure agressive de l’Allemagne nazie et l’éventuelle alliance germano-polonaise contre l’URSS à l’Ouest qui inquiète le bureau politique à Moscou. Ces craintes expliquent la fermeture de l’espace frontalier en zone interdite, bouclée par des clôtures de fil de fer barbelé et soumise à un étroit contrôle. Sabine Dullin relève dans son propos l’importance du rôle de « laboratoire » qu’ont joué ces zones interdites dans le « ciblage ethnique des populations » sous l’ère stalinienne. Effectivement, sous prétexte de combattre « l’ennemi objectif », les déportations de masse dans les zones frontières visent surtout les « minorités diasporiques » sur lesquelles pèse le soupçon de l’espionnage, surtout en cette période pré-conflictuelle (p. 223). Face au sentiment d’insécurité qu’évoque la frontière, la fermeture et l’interdiction de l’espace frontalier ne suffisent pas. Au cours des années 1930, les actes d’ingérence et d’annexion soviétique dans les pays voisins se multiplient afin de créer une zone de sécurité. Le pacte de non-agression germano-soviétique du 23 août 1939 illustre de façon paroxystique cette politique du droit d’ingérence car non seulement il a induit un partage de la nation polonaise entre les deux nations signataires, mais de plus la propagande soviétique a présenté, au grand dam des autorités du IIIème Reich, l’invasion et l’annexion russe comme une action de protection des minorités nationales de la Pologne orientale contre l’oppression des propriétaires fonciers. Des actions d’ingérence politique, économique et parfois militaire ont également lieu dans le cadre des contentieux frontaliers avec les pays baltes et surtout avec la Finlande.

  • 5 Parmi les sources consultées par l’auteur il y a les archives nationales (par exemple les archives (...)

6La gestion politique soviétique de l’espace frontalier tend vers un verrouillage de plus en plus hermétique et étendu dans l’espace. Ces pratiques ont évolué tout au long des deux décennies étudiées par l’auteur dans le présent ouvrage. Cette histoire éclaire la relation « d’un régime politique à son territoire et celle d’un État à ses voisins » (p. 313). Ces pratiques constituent une « matrice de politique frontalière » qui va se répéter au cours de la guerre froide. Mais comme le relève Sabine Dullin l'« histoire des transferts soviétiques en matière de savoir-faire policier dans les pays du bloc reste assez largement à écrire » (p. 309). En ce sens, l’ouvrage de Sabine Dullin, qui est d’une très grande qualité et s’appuie sur un ensemble de sources d’archives impressionnant5, est pionnier et peut-être précurseur pour l’écriture d’une histoire de l’URSS au XXe siècle à partir de ses frontières.

Haut de page

Notes

1 Pour illustrer de façon non exhaustive la richesse et la multitude des études réalisées sur la thématique de la frontière je renvoie aux publications suivantes : Foucher, Michel, L’obsession des frontières, Paris, Perrin, 2007. « Murs et frontières. De la chute du mur de Berlin aux murs du XXIe siècle », in : Cités. Philosophie Politique Histoire, Paris, PUF, N. 31, 2007. « Murs et frontières », in : Hermès. La Revue, Paris, CNRS Editions, 2012. Douzet, Frédérick, Giblin, Béatrice (sous la dir. de), Des frontières indépassables ? Des frontières d’état aux frontières urbaines, Paris, Armand Colin, 2013.

2 « L’étude de la frontière soviétique avant 1940 permet ainsi de dégager des éléments d’une matrice susceptible d’éclairer les évolutions ultérieures de la guerre froide, du bloc soviétique et du rideau de fer » (p. 312).

3 Le livre de Sabine Dullin est assez long, très dense et extrêmement bien documenté. Il m’a donc paru opportun de me soumettre à un certain nombre de restrictions afin de résumer convenablement les principales idées formulées par l’auteur et de ne pas surcharger le compte rendu ci-présent. Je me restreins donc principalement à la frontière occidentale (Sabine Dullin y accorde également le plus d’importance dans son livre car c’est bien la frontière en Europe qui a connu le plus de changements et qui a fait l’objet des mesures décrites ci-dessous) et je me borne à présenter les principes de la gestion politique de l’espace frontalier. En ce sens je désincarne le propos de Sabine Dullin. Or, c’est dans la multitude des récits régionaux que cette histoire devient véritable.

4 Le terme de dékoulakisation désigne la compagne de répression politique sous Staline de 1929 à 1933 qui visait à la spoliation et la déportation des koulaks accusés de tendances antirévolutionnaires. Les koulaks étaient des paysans aisés, propriétaires de terres.

5 Parmi les sources consultées par l’auteur il y a les archives nationales (par exemple les archives d’État de la Fédération de Russie, les archives d’État d’histoire sociale et politique, les archives de politique extérieure ou encore les archives militaires) et les archives régionales (par exemple les archives de la région de Minsk ou les archives de la région de Leningrad).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Haesler, « Sabine Dullin, La frontière épaisse. Aux origines des politiques soviétiques (1920 – 1940) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 26 janvier 2015, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16833

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page