Navigation – Plan du site

AccueilLireLes notes critiques2015Autorité, régulation et lucidité ...

Autorité, régulation et lucidité : une critique

À propos de : Thomas Boccon-Gibod, Autorité et démocratie. L’exercice du pouvoir dans les sociétés modernes, Institut universitaire Varenne, coll. « Thèse - Sciences sociales », 2014.
Fabrice Flipo
Autorité et démocratie
Thomas Boccon-Gibod, Autorité et démocratie. L'exercice du pouvoir dans les sociétés modernes, Fondation Varenne, coll. « Thèses - Sciences sociales », 2014, 533 p., Préface d'Etienne Balibar, ISBN : 978-2-37032-036-0.
Haut de page

Texte intégral

1Quel est le geste accompli par Thomas Boccon-Gibod, dans cet ouvrage, qui reprend sa thèse de doctorat ? S’interroger sur la nature et la régulation de l’autorité. « L’autorité gouvernementale », nous explique l’auteur, est un angle mort de la théorie politique. Elle est prise comme une évidence. Dans le même temps, le thème de la « crise de l’autorité » ne cesse de revenir dans les médias. De quoi parle-t-on alors ? Quels sont les enjeux proprement philosophiques de cette crise ? En particulier, peut-on fonder l’autorité sur la vérité ? Pour aborder cette problématique, Thomas Boccon-Gibod s’appuie sur trois grands corpus : la théorie politique, au sens des sciences politiques, la philosophie politique et sociale, et la théorie juridique. Deux autres disciplines sont convoquées de manière plus modeste : l’économie et l’anthropologie.

2Dans une première partie, Thomas Boccon-Gibod s’interroge sur les liens entre science et politique. Peut-on juger la science, ou sa vérité s’impose-t-elle à tous de sur la base de son evidence, comme on dit dans le monde anglo-saxon ? Quel est le statut de l’objectivité scientifique, en particulier quand il s’agit de l’être humain ? Cette partie permet à l’auteur de montrer que la question du dépassement des « rapports de force » n’implique pas une annihilation de la force, ce qui reviendrait à sortir du réel, mais bien plutôt sa régulation, sa justification, au moyen d’épreuves symboliques. La force reste à l’œuvre, elle est constitutive de notre condition, mais elle est orientée et maîtrisée. La violence elle-même n’est pas directement l’expression de la force, mais une qualité que l’on confère, selon des critères particuliers, à certains actes et donc à certains usages de la force. Le fait qu’il y ait peu d’accord entre les individus sur les épreuves permettant de classer et de décider des règles n’implique pas que cette régulation soit une chimère, cela indique simplement qu’on ne peut mettre en évidence, à leur propos, de « vérité » dernière – thème sur lequel Thomas Boccon-Gibod ne va cesser de revenir. Qu’une manifestation appelle par exemple à la démission du gouvernement, et voici d’autres parties de la société qui soulignent au contraire l’autorité que confère l’épreuve électorale. De là une première définition de la politique comme « manière par laquelle les parties prenantes d’une action s’efforcent d’éviter que leurs rapports de pouvoir ne dégénèrent en rapports de force, et de là vers l’anomie » (p. 102). La politique est une modalité de l’action qui porte sur les règles, et ces règles nous lient, nous situent dans un commun qui structure la vie collective. Sans politique, il n’y a que chaos et anomie. L’autorité permet donc en ce sens d’augmenter les capacités de chacun en se rapportant à tous. « Le rapport de force est le rapport de pouvoir en tant qu’il tend vers l’anomie » (p. 101), c’est-à-dire un usage non réglé de la force.

3Dans une seconde partie, Thomas Boccon-Gibod revient sur la question de la nature humaine, pour soutenir à nouveau qu’elle n’a pas réellement de fondements, à partir du moment où l’ordre collectif repose sur du symbolique et de l’institué. L’auteur n’en reste cependant pas à des considérations aussi générales et développe une analyse assez fine du rapport au symbolique et des usages qui en sont faits par les individus, dans le but d’obtenir des effets de régulation collective. Il explore ainsi la question du rituel, de la dramatisation et de la théâtralité, montrant que l’autorité d’une règle ne s’obtient pas en affirmant cette qualité, mais en l’obtenant, en actes – c’est un problème pratique et non de définition. Thomas Boccon-Gibod cherche à se départir d’une conception du symbolique qui ne reposerait que sur le sens et laisserait de côté la dimension matérielle de l’institution. Il s’écarte aussi des appréhensions fonctionnalistes de la règle, expliquant que celle-ci est toujours un « signifiant flottant », au sens de Claude Lévi-Strauss, un signifiant qui peut être diversement investi par une pluralité d’individus. La règle est, dans le fond, un concept réflexif (p. 164), c’est sans doute là l’un des points les plus importants de ce travail. Thomas Boccon-Gibod souligne les limites des conceptions de Durkheim, Searle et Descombes en la matière. Durkheim, en particulier, fait selon lui l’erreur de ne vouloir expliquer le social que par le social et manque de ce fait la dimension pratique de la vie collective, étant finalement conduit à supposer l’existence d’une substance spirituelle, faite de mystérieuses forces psychiques ou psychologiques. Thomas Boccon-Gibod soutient alors que l’institution repose sur une logique de l’imputation. L’institution n’est rien d’autre que « l’image que se fait l’individu des relations auxquelles il participe » (p. 194), ces relations étant organisées par des règles en apparence univoques et par là « objectives », au sens où leurs effets sont observables comme des faits stables de l’expérience, alors qu’elles sont dans le même temps toujours sujettes à une plurivocité d’interprétations (« subjectives », non pas parce qu’elles sont ancrées dans les subjectivités individuelles mais parce qu’elles sont partiellement masquées). En ce sens-là, les institutions sont imaginaires. Elles n’ont de réalité que la représentation qu’on s’en fait.

4À la suite de ce parcours dans le domaine des fondements de l’action et des institutions, Thomas Boccon-Gibod interroge la théorie de la représentation démocratique. Le paradigme moderne de gouvernement repose, dit-on souvent, sur le consentement obtenu par la représentation ; mais quel est le ressort précis sur lequel s’appuie une telle affirmation ? L’auteur écarte l’analyse classique de Bernard Manin, qui lui semble reposer sur une conception erronée. Les diverses théories qui ont cherché un fondement naturaliste à la représentation, par exemple au sens d’un appui sur la volonté réellement exprimée de chaque individu, manquent l’essentiel : le symbolique. La volonté populaire est mythe, ce qui chez Thomas Boccon-Gibod n’est pas synonyme de vacuité, mais au contraire d’efficacité symbolique. La volonté populaire est le référent mythique auquel renvoie la parole publique qui cherche à produire l’autorité d’une règle collective. Une telle parole se positionne dans un ordre collectif hiérarchisé de règles multiples et d’enjeux pluriels qui sont, comme nous l’avons vu, diversement interprétés par la collectivité des individus concernés. Le contenu de la « volonté populaire » est donc en réalité totalement contingent, sur le plan des fondements. Une telle situation ne conduit pas au chaos, au contraire, puisqu’il ne peut y avoir de référence à la volonté populaire que si des individus et des publics sont capables de l’entendre et qu’ils se reconnaissent au moins partiellement représentés en elle, produisant ainsi un effet de légitimité. Un usage de la volonté populaire en état d’anomie n’aurait absolument aucun résultat et se présenterait comme rigoureusement absurde. Pour être effectif, le mythe a besoin d’être ancré dans des usages et dans un ensemble d’effets au sein desquels il prend place et qu’il cherche à infléchir ou à réorienter. Cette médiation par les règles et le symbolique est constitutive ; aussi l’idée de « démocratie directe » est-elle, pour l’auteur, rigoureusement vide de sens (p. 243), d’où la critique que Thomas Boccon-Gibod adresse à la démarche de Bernard Manin. Ce qui reste du droit naturel à l’époque moderne est cette reconnaissance d’une égalité radicale des individus dans leur participation à ce jeu sérieux avec les règles, dans ce qui est plus généralement une quête de soi de l’humanité. De même, la référence à la volonté générale chez Rousseau est-elle comprise comme métaphorique, ce qui permet à Thomas Boccon-Gibod de « sauver » cet auteur des accusations symétriques de totalitarisme ou de démocratie directe dont il est souvent la cible. Revenant sur la décision publique, l’auteur cherche à écarter toutes les théories qui font de celle-ci le résultat d’une simple procédure, d’un contrôle, d’une intégrale ou une quelconque combinaison des volontés individuelles, mais aussi les positions qui, comme Schumpeter à la suite de Le Bon, n’attribuent aux citoyens qu’une mentalité « primitive », en raison du « fatras incohérent » de l’expression de leurs volontés individuelles ou, comme Schmitt, mythifient totalement la représentation et ramènent l’autorité au miracle produisant l’unanimité. Pour Thomas Boccon-Gibod l’activité politique doit être comprise comme production et critique collective de classements et d’évaluations, au sein de laquelle la référence à la nature met un terme au processus et sort par là de la modernité. L’autorité ne peut donc pas se confondre avec la domination, comme l’avait pensé Bourdieu, qui se voit ici sévèrement critiqué. Thomas Boccon-Gibod étrille aussi les alternatives qui n’ont jamais été que partielles et donc insuffisantes, à ses yeux, telles que celle de Marx.

5La troisième et dernière partie est plus historique ; elle revient sur la généalogie des institutions gouvernementales modernes ou plus exactement françaises, même si l’auteur se réfère partiellement à des travaux couvrant une surface plus étendue, sur le plan géopolitique. L’objectif principal de Thomas Boccon-Gibod est ici de montrer que « le symbolisme institutionnel » qu’il a mis au point au cours des deux premières parties peut rendre compte de l’évolution et de l’émergence tant de l’État moderne que de ses « dérèglements » contemporains, en particulier sous le poids du néolibéralisme. Puisant cette fois davantage dans le droit, l’auteur revient au solidarisme de Léon Bourgeois et aux propositions des « pères fondateurs » que sont Maurice Hauriou et Léon Duguit. On peut considérer qu’il renvoie alors dos-à-dos deux positions, de manière très pertinente : celle qui glorifie le « service public » contre « le privé », et le néolibéralisme, compris comme l’expansion universelle d’une axiomatique managériale de mise en concurrence et de benchmarking. L’auteur montre que les deux reviennent à éradiquer la profondeur proprement politique, et donc symbolique, de la vie collective au profit de dimensions technico-économiques. Des deux côtés, c’est la finalité plus générale pour les citoyens qui se trouve évacuée, ce qui conduit à une (auto)destruction progressive des institutions – par manque d’autorité. Et l’on ne manquera pas ici de saluer cette critique magistrale de l’utilitarisme, en tant qu’il détruit en effet le politique comme tel. Car c’est bien là une lecture que l’on peut faire de ce travail : comme une charge tout entière dirigée contre l’appréhension simplement utilitaire de notre monde, ce qui l’inscrit dans une série de travaux initiés et réévalués par Alain Caillé (auteur qui est d’ailleurs, curieusement, peu présent dans ce travail).

6Thomas Boccon-Gibod conclut en résumant d’une phrase l’objet de sa démonstration : nous sommes passés de l’idée selon laquelle l’autorité reposerait sur la vérité (et donc sur la science, la naturalité, dans le propos de l’auteur) à cette idée toute différente selon laquelle la liberté ne peut avoir lieu que dans l’autorité (des règles qui lui permettent d’avoir lieu, en actes).

7Cette conclusion mérite d’être soulignée. Thomas Boccon-Gibod apporte des éléments importants pour un certain nombre de débats contemporains, qui peinent à se saisir de cette dimension qu’il appelle « symbolique » du réel humain, laquelle est constitutive de l’action politique, dans l’esprit d’Hannah Arendt, que l’auteur cite d’ailleurs à l’appui de ses thèses. Il montre en outre à juste titre que la dimension politique s’apprend, qu’elle n’est pas innée car l’homme n’est pas politique « par nature », il le devient. L’être humain dispose certes naturellement de la capacité d’apprendre, mais à partir de là tout reste à faire, en termes de connaissance des règles dans lesquelles nous naissons et nous grandissons. Cette découverte est une activité pratique et pas seulement théorique ; ce n’est pas dans les manuels que l’on apprend à faire de la politique, que nous soyons citoyens ou que nous cherchions à nous faire élire. C’est par le jeu de l’épreuve que nous découvrons et que nous éprouvons des règles, dont nulle cartographie ne peut nous fournir le relevé exhaustif, puisque tout dépendra de l’évaluation que le public constitué par l’ensemble des autres individus fera de son expérience. Cette mise au point constitue le fil conducteur et l’apport principal de Thomas Boccon-Gibod, à notre sens. Elle n’est certes pas totalement nouvelle, puisque divers auteurs ont déjà relevé cette auto-institution de l’ordre humain, mais l’auteur la met au jour de manière originale, au travers de la relecture de textes classiques et fondateurs, dans deux voire trois champs de connaissance (sciences politiques, philosophie politique et sociale, et théorie juridique), ce qui est une vraie performance – et le dire revient à jouer le jeu auquel Thomas Boccon-Gibod nous demande de jouer, de participer à la formation des valeurs.

  • 1 Fabrice Flipo, Nature et politique. Contribution à une anthropologie de la globalisation et de la m (...)

8Un travail d’ampleur, donc, se situant dans la veine anti-utilitariste des sciences sociales. Quelques petites critiques peuvent toutefois être faites, dans la perspective qui est la nôtre. La première concerne cette référence constante à la nature et à la naturalisation qui, chez Thomas Boccon-Gibod, se confond avec – ou ne se distingue pas suffisamment de – une référence à l’essence qui, dans le fond, aurait été bien plus commode, à partir du moment où elle aurait permis de contourner la question des sciences naturelles, qui est peu maîtrisée. En laissant penser que la référence à la nature figerait tout jeu normatif, l’auteur laisse penser en effet que les sciences naturelles ont un accès direct à la nature. C’est une erreur, à notre avis, car les sciences de la nature sont exactement dans la même situation que celle que Thomas Boccon-Gibod réserve à l’ordre humain : elles proposent des représentations de la nature, qui sont toujours disputées et prises dans un jeu d’évaluation, de classement, de critique et donc de régulation. On ne peut donc pas simplement identifier « nature » et « essence », au sens d’une fixité et d’une donation intangible, sans médiation symbolique. La nature peut se penser sur un paradigme non newtonien, évolutif, créatif. Ce n’est pas le cas de l’essence, qui renvoie par définition à de la fixité, et telle était bien la véritable cible de Thomas Boccon-Gibod. On pourrait objecter que point trop n’en faut, l’auteur a déjà tellement lu qu’il serait inhumain de lui demander en plus de maîtriser l’épistémologie des sciences dites (partiellement à tort) « exactes ». La faute n’est pas nécessairement la sienne, plutôt celle d’un contexte général de coupure entre sciences sociales et sciences de la nature, que la référence à Latour permet mal de surmonter. Et surtout, si nous pointons le problème, c’est dans le but d’éclairer certaines parties de ce travail qui ne sont peut-être pas allées au bout de leur propre geste. En effet, à partir du moment où « la nature » n’est rien d’autre qu’un ensemble de règles et de forces articulées dans une représentation toujours incertaine, mais non dénuée d’effets concrets, la décision politique, au sens de l’engagement politique, peut être éclairée sous un jour différent de celui proposé par Thomas Boccon-Gibod : comme un parti-pris politique sur ce qu’il en est de la nature humaine, exemplifié au travers des débats sur l’état de nature ou sur le contenu du droit naturel. C’est du moins dans cette direction que nous avons proposé d’aller, dans Nature & Politique1. La nature est aussi une décision ontologique, prise avec tout le sérieux et tout le réalisme que Thomas Boccon-Gibod reconnaît au jeu politique, et avec un degré similaire d’univocité publique et d’équivocité masquée.

9Une conséquence de cette observation est que la position politique que défend Thomas Boccon-Gibod peut être située : il s’agit du centrisme, qui se soucie de la stabilité, s’inquiète de l’anomie, réfute l’immobilité comme le changement trop brutal, met l’accent sur la représentation régulée par la représentation formelle contre celle qui viendrait par exemple de la rue, et récuse toute dérive un peu trop aventureuse, telle que celles qui se sont faites au nom de Marx. Thomas Boccon-Gibod ne défend pas à proprement parler de position mais celle-ci apparaît en creux, progressivement, au fur et à mesure des possibles qu’il trace et des valeurs (ou de la reconnaissance) qu’il accorde, et de ce qu’il écarte comme impossible, irrationnel ou absurde. Thomas Boccon-Gibod n’échappe donc pas à ce qu’il avait constaté en introduction, et dont on ne sait pas bien, au final, s’il l’entérine ou cherche à s’en éloigner : la typologie des régimes politiques est fréquemment construite sur la base de considérations normatives quant au « meilleur régime », pour résumer. Et cette observation est totalement en phase avec sa démonstration. Elle a au moins deux implications. La première est que la charge continue contre le « naturalisme » est peut-être un peu vaine, et parfois mal placée, une fois qu’elle a été mieux identifiée. Thomas Boccon-Gibod veut voir du naturalisme là où les auteurs qu’il analyse et qu’il critique ne font que se livrer comme lui à des partis-pris politiques et normatifs sur la nature ou la condition humaine. C’est tout particulièrement le cas de Bernard Manin, dont les thèses sont un peu maltraitées. Le désaccord est moins logique que politique. La seconde implication est qu’une fois cet aspect mis au jour, d’autres directions peuvent s’ouvrir dans l’étude de l’autorité, qui sont restées inexplorées. C’est le cas des mouvements sociaux et de toutes les perturbations de grande ampleur de l’ordre politique et symbolique, que Popper condamnait. Et l’on pourrait même retrouver ici les analyses de Zizek Badiou Laclau et d’autres, qui n’ont pas les mêmes partis-pris normatifs que Thomas Boccon-Gibod mais qui sont malgré tout utiles pour analyser l’autorité, notamment dans les moments révolutionnaires.

  • 2 Pierre Dardot et Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Pa (...)

10Une dernière remarque porterait sur la critique du néolibéralisme. Thomas Boccon-Gibod s’appuie très largement sur Foucault ainsi que sur l’étude publiée par Pierre Dardot et Christian Laval2 à ce sujet. Or ces analyses sont partielles, elles manquent une très vaste partie de la manœuvre dite « néolibérale », qui naît dans les années 1980, en particulier dans le domaine de la justification et de la régulation, qui sont chères à Thomas Boccon-Gibod. On ne peut en vouloir à l’auteur car, nous l’avons dit, son travail est déjà d’une ampleur impressionnante. Cela n’empêche pas, dans une recension, de souligner quelques aspects qui nous semblent cruciaux pour la compréhension du phénomène, à destination des lecteurs. S’il s’agissait simplement de mise en concurrence et de gouvernementalité technico-économique sans dimension politique, on arriverait avec Thomas Boccon-Gibod à la conclusion que tout aurait dû s’écrouler depuis longtemps dans une anomie maximale. Ce n’est pas ce qui se produit ; il faut donc l’expliquer autrement. Quels que soient nos sentiments et nos inclinations normatives, c’est aussi la production d’objets qui font aujourd’hui intégralement partie de notre quotidien (qu’on songe aux NTIC qui ont été sollicitées à toutes les étapes de la production de cette recension), ainsi qu’un grand récit, avec ses dimensions utopiques, telles que le transhumanisme ou l’idée que « nous » irions un jour conquérir l’espace. C’est précisément à cet ordre symbolique que se heurte en premier lieu une critique écologiste de la démocratie moderne, quand elle cherche à lui faire perdre son autorité. Les analyses micropolitiques de Foucault ne peuvent que manquer ce qui tombe hors de son parti-pris : la dimension macropolitique de l’existence des sociétés, sur laquelle Thomas Boccon-Gibod entend attirer notre attention. Il y a donc une certaine tension dans cette thèse.

11Par rapport à ce que serait un ouvrage plus travaillé, un travail de thèse présente toujours des imperfections, telles que le poids relatif de la discussion de chacun des auteurs étudiés, l’articulation de ces discussions avec le développement d’ensemble, la cohérence générale et la continuité du fil conducteur, l’impression de courir de multiples lièvres à la fois, etc. L’ouvrage publié par Thomas Boccon-Gibod n’est pas exempt de défauts de ce côté-là. En laissant mûrir et reposer, l’auteur pourra procéder aux coupes et reformulations nécessaires pour en tirer un ou plusieurs ouvrages ; ce sera là notre idée de conclusion. En effet, la troisième partie sur la genèse des institutions se tient seule, par exemple, tout comme la seconde section de la deuxième partie. Les deux autres sont moins abouties, même si les économistes hétérodoxes travaillant dans le domaine de la régulation tireraient un grand profit en lisant la partie relative à l’économie qui, sans être vraiment aboutie, permet quand même de problématiser un peu plus ce qu’on peut lire dans le champ, au sujet des règles. Les analyses qui concernent l’autorité proprement dite sont limitées. Qu’est-ce qui grandit ? Qui est-ce qui grandit ? L’ouvrage s’intéresse plusieurs fois à la question, sans la thématiser véritablement, probablement pour les raisons dites ci-dessus. Toujours est-il que deux livres en une thèse, c’est exceptionnel.

Haut de page

Notes

1 Fabrice Flipo, Nature et politique. Contribution à une anthropologie de la globalisation et de la modernité, Paris, Amsterdam, 2014.

2 Pierre Dardot et Christian Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009 ; compte-rendu de Jean-Luc Metzger pour Lectures : http://lectures.revues.org/910.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Flipo, « Autorité, régulation et lucidité : une critique », Lectures [En ligne], Les notes critiques, mis en ligne le 03 février 2015, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16919 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.16919

Haut de page

Rédacteur

Fabrice Flipo

Maître de conférences à Télécom École de management, chercheur au LCSP Paris 7 Diderot, il a notamment publié Nature et politique (Amsterdam, 2014).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search