Navegación – Mapa del sitio

Vincent Goubet, Faire quelque chose. Avoir 20 ans en 1940.

Baptiste Pagnier
Faire quelque chose
Vincent Goubet, Faire quelque chose. Avoir 20 ans en 1940, Les Mutins de Pangée, 2014.
Inicio de página

Texto completo

1Qu’est-ce qui a pu pousser des hommes et des femmes à une colère suffisante pour entrer dans la Résistance, à « franchir le pas » et aller au-delà de la simple déception, voir même du simple mécontentement ? Telle est la question que pose le film de Vincent Goubet (dont c’est le premier long-métrage). Y répondent plusieurs résistants et résistantes français âgés d’une vingtaine d’année lors de la défaite en 1940 (dont plusieurs sont morts depuis le film), et dont la biographie est donnée dans le livret qui accompagne le DVD. Ce document d’une soixantaine de pages offre également un « lexique de la Résistance » présentant les différents mouvements, réseaux ou maquis ; il est illustré par de nombreux documents (affiches, tracts, photos de l’époque). Le film quant à lui évoque successivement plusieurs moments ou thèmes forts du combat des résistants (comme la difficulté d’entrer dans la Résistance, le récit d’une évasion ou encore d’une manifestation de lycéens dans Paris occupée), mis constamment en regard avec le sens actuel de l’engagement, et permet de restituer la pluralité des motivations, des ressentis, des modes d’action, des souffrances, des espoirs, des souvenirs, qui ont traversé et traversent encore ceux qui sont désormais des témoins.

2C’est donc la débâcle de 1940 – qui a vu la réduction à néant de l’armée française, jusqu’alors considérée comme la meilleure au monde, par la stratégie allemande – et l’immense dégoût qu’elle a suscité qui ont poussé ces jeunes au refus de la résignation et de la soumission à la politique de Pétain (en particulier suite à la déception de l’Armistice et de la collaboration). Le soudain espoir apporté par l’appel du 18 juin, que peut encore réciter de mémoire Odile de Vasselot (qui fut membre du réseau Zéro et du réseau d’évasion Comète) a contribué à encourager ce refus de soumission. La réponse donnée à cette question du « Que faire ? », posée par les évènements, pourrait sembler quelque peu tautologique, mais elle semble être qu’il fallait faire quelque chose… parce qu’il « fallait le faire », ou, comme le dit Raymond Lévy (qui avait intégré la brigade Marcel Langer, groupe de lutte armée), parce que « ne pas avoir rien fait, c’est déjà extrêmement important pour sa propre dignité » : en bref, il fallait tout simplement refuser l’inacceptable.

3Le documentaire esquisse une typologie des formes d’actions : cet engagement commence souvent par la distribution – parfois massive – de tracts afin de conquérir l’opinion et d’inciter à la Résistance, en dessinant sur les murs à la craie, en déchirant des affiches sur le chemin du lycée. Écrire des poèmes était aussi un moyen de supporter l’invivable, en redonnant de l’espoir. Certains, des hommes comme des femmes, choisissaient le renseignement : il s’agissait de transmettre aux alliés des informations militaires cruciales. Pour d’autres, la Résistance passe par l’action (ce mot s’entendant ici dans le sens d’action armée, violente) : les sabotages, où l’on ne voit pas les morts, que certains semblent peiner à accepter ; ou les assassinats, parfois à bout portant, dont le récit par leur auteur est particulièrement frappant, et même dérangeant, d’autant que leur efficacité est discutée par les combattants eux-mêmes. Ceux-ci choisissent la violence pour « tuer des Allemands », pour agir immédiatement. Les traîtres, eux, seront exécuté sans hésitation ni remord : il en allait en réalité de la survie même du reste du groupe. Un sentiment semblable de malaise est ressenti lorsque certains racontent refuser de voyager en Allemagne, ou disent associer spontanément un Allemand âgé croisé dans la rue à un « collabo ». Ces passages du film sont en tout cas bienvenus, car ils permettent aux résistants de faire un bilan de leurs actions passées, de rappeler que ces actes violents furent pour certains douloureux, quand d’autres les assument encore pleinement ; de telles analyses rétrospectives effectuées par les acteurs eux-mêmes sont rarement mises en avant, d’autant que le réalisateur ne leur épargne aucune question et n’hésite pas à les mettre face à d’éventuelles contradiction.

  • 1 Le Conseil National de la Résistance (C.N.R) a rassemblé à partir de mai 1943 l’ensemble des mouvem (...)

4Tous témoignent cependant de la difficulté à rejoindre la Résistance : Madeleine Riffaut (membre du Front National, organisation communiste) dit ainsi qu’elle était « comme une petite souris qui cherche le trou », car les mouvements clandestins devaient par définition se protéger des tentatives d’infiltration et que, comme le soulignent plusieurs résistants exposant l’organisation générale des réseaux et des groupes de lutte, personne ne se devait se connaître. Malgré cette contrainte rendant l’unification de la Résistance plus complexe encore, celle-ci fut tout de même accomplie, avec le rassemblement de toutes les sensibilités politiques au sein du C.N.R1 par Jean Moulin, dont est évoquée dans le documentaire la personnalité exceptionnelle et la force de conviction.

5L’évocation de la torture permet de restituer avec force l’intense conviction qui guidait ces hommes, même dans la douleur la plus terrible. Terribles sont aussi ces récits des séances de mutilation, de pure brutalité, visant à extorquer à ces hommes quelques informations qu’ils n’avaient pas, du fait de l’organisation même de la Résistance. Le risque était conscient et accepté par tous, chacun était préparé à l’arrestation, et devait garder une balle pour ne pas tomber aux mains de l’occupant. Une phrase de Raymond Aubrac (cofondateur du mouvement Libération-Sud, puis responsable de la branche armée de ce mouvement) laisse ainsi transparaître l’inhumanité absolue de ces pratiques : « si j’avais eu une pilule de cyanure, il est probable que je ne serais pas là pour répondre à vos questions ».

  • 2 Appel des Résistants du 8 mars 2004 lancé au cours d’une conférence de presse, à Paris, Maison de l (...)
  • 3 Du nom du programme du C.N.R, adopté en 1944, qui prévoit un plan d’action immédiate pour libérer l (...)

6Le film a le mérite de souligner la continuité de ces luttes avec l’engagement actuel des résistants, de Raymond Aubrac, qui ne se départira jamais de son humour face aux lycéens qu’il rencontre, à Jean-Marie Delabre (qui participa notamment à la diffusion de journaux clandestins), qui se rend chaque semaine auprès des jeunes enfants d’un quartier à la « très mauvaise réputation ». C’est peut-être à eux, au fond, que s’adressent ce film et tous ces résistants qui poursuivent, à travers leurs combats actuels, les même idéaux que ceux pour lesquels, adolescents, ils furent prêts à mourir : « je ne sais pas pourquoi, je ne suis pas morte. Alors puisque je suis pas morte, je dois témoigner », « parce que c’est mon devoir ». Tous veulent transmettre une histoire, un idéal, appeler à une « insurrection pacifique »2 contre toutes les injustices, et surtout redonner espoir, montrer que rien n’est jamais perdu, afin que soit continué le combat pour des « Jours heureux3 ».

  • 4 René Vautier est un cinéaste français, mort en 2015, plusieurs fois censuré et même emprisonné pour (...)

7Le second film, illustré par des images d’archive, est réalisé par René Vautier4, retrace le cours de la seconde guerre mondiale à l’aide de poèmes écrits par des résistants, des déportés, de grands poètes, ou de simples témoins de la vie quotidienne sous l’occupation, donnant un autre regard sur cette période. Un passage particulièrement émouvant de ce film relate une séance de récitation de poésie au sein d’un camp de concentration, où les déportés ont de mémoire déclamé des vers, sous les acclamations de leurs camarades.

8Cette question de l’articulation complexe entre la lutte pour la liberté, la mort de ceux contre qui il fallait se battre, et la perte des camarades, constitue le point central du premier film. Le réalisateur donne la parole à des résistants connus, mais aussi à ceux que l’on entend moins, qui apportent un éclairage nouveau sur cette période en livrant de poignants témoignages sur les questions les moins souvent évoquées ; de même que le film de René Vautier donne à voir une intense production littéraire qui nous est un peu inconnue aujourd’hui. Le DVD n’aspire pas à une présentation objective des événements, il ne prétend pas offrir une vision d’historien, même si les éclairages historiques qu’il apporte sur la période sont nombreux. Et une chose est sûre, après l’avoir regardé, le spectateur ne peut qu’éprouver à son tour le besoin de « faire quelque chose ».

Inicio de página

Notas

1 Le Conseil National de la Résistance (C.N.R) a rassemblé à partir de mai 1943 l’ensemble des mouvements de résistance, réunis grâce à Jean Moulin.

2 Appel des Résistants du 8 mars 2004 lancé au cours d’une conférence de presse, à Paris, Maison de l’Amérique latine, consultable ici : http://www.citoyens-resistants.fr/IMG/pdf/apppel_des_resistants_2004.pdf.

3 Du nom du programme du C.N.R, adopté en 1944, qui prévoit un plan d’action immédiate pour libérer le territoire mais aussi un programme à appliquer à la Libération (comprenant l’établissement de la Sécurité sociale ou encore du suffrage universel)

4 René Vautier est un cinéaste français, mort en 2015, plusieurs fois censuré et même emprisonné pour sa dénonciation du colonialisme, avec notamment Afrique 50 (http://lectures.revues.org/12694) et Avoir 20 ans dans les Aurès (http://lectures.revues.org/16285).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Baptiste Pagnier, « Vincent Goubet, Faire quelque chose. Avoir 20 ans en 1940. », Lectures [En línea], Reseñas, 2015, Publicado el 03 febrero 2015, consultado el 19 septiembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16922

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página