Navigation – Plan du site

Isabelle Collet (dir.) et Caroline Dayer (dir.), Former envers et contre le genre

Vanina Mozziconacci
Former envers et contre le genre
Isabelle Collet, Caroline Dayer (dir.), Former envers et contre le genre, Louvain-la-Neuve, De Boeck, coll. « Raisons éducatives », 2014, 300 p., ISBN : 978-2-8041-8924-2.
Haut de page

Texte intégral

1La collection Raisons éducatives, créée par la section des sciences de l'éducation de l'Université de Genève, cherche à rendre compte des multiples regards qui font la recherche en éducation. Ainsi, pour ce volume, sont mobilisées des approches sociologiques, historiques et philosophiques, afin d'étudier la façon dont le genre travaille l'éducation-formation et les résistances que suscite son emprise, à partir de travaux empiriques en France et en Suisse. L'ouvrage est organisé en trois parties : la première porte sur l'émergence et les usages du genre dans les institutions d'éducation-formation, la seconde sur la construction sociale des individus dans la société genrée et la troisième sur les paradoxes de l'éducation-formation. Il nous a semblé intéressant de parcourir l'ouvrage à partir de quatre axes qui ne recoupent pas ce plan ; ces axes permettent de mettre l'accent sur les forces du volume mais également de pointer certaines pistes qui ne sont qu'esquissées et restent à explorer. Le texte peut donc être lu selon quatre clefs : la contextualisation des questions de genre en éducation, le caractère transversal de celles-ci, la variété des lieux du genre en éducation-formation, et pour finir, les effets de l'éducation sur le genre.

2Contextualisation. L'ouvrage s'applique à recontextualiser les enjeux du genre par et dans l'éducation en faisant varier les échelles de temps. Le début de l'introduction, par Dayer et Collet, pose ainsi des jalons qui permettent de comprendre les polémiques récentes autour du sujet en Suisse et en France. L'article de Fassin prolonge la réflexion en analysant la construction de la « théorie-du-genre », à partir de laquelle une lecture des prises de position des partis révèle une évolution et une division au sein de la droite comme de la gauche ; ainsi le terme de « genre » peut cacher des choix politiques différents, libéraux ou radicaux, normatifs ou critiques. Un temps plus long, comme celui parcouru par le texte de Czàka sur les manuels suisses d'éducation physique, permet de comprendre comment une distinction genrée telle que celle qui apparaît dans le sport à l'école peut être le résultat d'un processus très progressif et émaillé de paradoxes, mettant au jour les fausses évidences du genre et, en creux, d'autres chemins possibles.

3 Transversalité. L'un des points sur lesquels l'ouvrage est le plus convaincant est qu'il souligne l’importance de ne pas aborder l'éducation comme un « îlot » pour comprendre les mécanismes de genre, mais comme étant au croisement d'autres logiques. Ainsi, Dayer intègre à son analyse sur le genre dans l'université les changements idéologiques produits par la mondialisation néo-libérale, avec l'idée que la transformation de l'éducation en marché vient renforcer les inégalités. L'image même de l'éducation comme « îlot » mérite d'être interrogée en ce qu'elle peut contribuer à un déni des inégalités en son sein, comme le montre Fassa qui étudie les représentations que les enseignant.e.s ont des relations entre école et égalité des sexes. L'article de Lamamra sur les normes genrées du corps en formation professionnelle en alternance décrit l'un des lieux concrets de l'articulation entre le monde de l'éducation-formation et le monde du travail ; les logiques de genre y renforcent et nourrissent celles de (dé)classement. Cette transversalité exige une épistémologie de la domination qui permette de penser le genre avec d'autres rapports sociaux, comme la classe ou la « race ».

  • 1 Hall Edward, La dimension cachée, Paris, Seuil, 1971.

4 Variété des lieux de l'éducation-formation. Qu'il s'agisse des institutions (famille, école, université...), des échelles (recrutement dans un établissement, salle de classe...) ou encore du matériau sur lequel peut s'inscrire le genre (les interactions verbales, les corps, les manuels...), le souci de rendre compte de la diversité des lieux où se manifeste le genre semble avoir été l'une des lignes directrices de l'ouvrage. Ainsi, l'article de Collet montre comment, à la fois acte de résistance et instrument de domination, l'humour met les enseignant.e.s dans une position difficile, où le refus comme la reprise des codes risque de renforcer la dynamique sexiste de laquelle il participe. Elles et ils sont également impliqué.e.s dans les interactions non-verbales, en particulier dans les classes d'éducation physique, comme le montrent Vinson et Amade-Escot dans leur analyse de cours de badminton. La « dimension cachée »1, pour reprendre l'expression d'Edward T. Hall pour désigner la proxémie (étude des usages de l'espace), est ainsi l'un des lieux d'expression privilégiés du genre, mais qui nécessite un dispositif particulier pour être saisi (en l'occurrence, utilisation d'enregistrements filmés).

  • 2 Darmon Muriel, La socialisation, Paris, Armand Collin, 2006.

5 Les effets de l'éducation sur le genre. Certains articles évoquent succinctement les possibilités offertes par l'éducation – en tant que discours pour penser et normer la socialisation – lorsqu'il s'agit de contrer le travail du genre. C'est toutefois la spécificité de la pratique éducative qui est en jeu : si l'éducation est une socialisation consciente2, elle permet une réflexivité et une invention quant à la formation et la transmission. Il semble que c'est contre une « conception descendante » qui considérerait que les intentions et les règles éducatives s'impriment telles quelles sur celles et ceux qu'on éduque, que le volume s'intéresse plutôt aux pratiques concrètes et aux résistances qu'elles peuvent susciter. Les stratégies individuelles des enseignant.e.s, inventions et réactions « sur le terrain » sont ainsi évoquées, et même analysées systématiquement dans l'article de Pasquier sur les enseignant.e.s en école primaire face aux insultes homophobes.

6 Cependant, les pensées éducatives méritent d'être considérées comme des objets en tant que tels, dans lesquels se jouent déjà, à un niveau théorique, des logiques de genre. C'est ce que montre notamment avec finesse l'article de Praz et Schiess qui dévoile les liens troubles entre pédagogies progressistes et naturalisme à travers le scoutisme genevois. Sa « pédagogie active » est en effet fondée sur une certaine « nature » de l'enfant, ce qui « revient (…) explicitement à lui faire accepter l'ordre social établi » (p. 178), l'obéissance étant « érigée en vertu cardinale » (Id.). Deux articles appréhendent explicitement l'éducation comme lieu où insuffler de nouvelles normes : celui de Hedjerassi sur la formation d'Angela Davis et celui d'Opériol sur l'introduction du genre en didactique de l'histoire par certain.e.s enseignant.e.s. Dans les deux textes, il apparaît que la constitution d'un rapport au savoir particulier est centrale dans une éducation émancipatrice. Les apports épistémologiques d'une histoire qui intègre la dimension de genre ou l'impact d'une position sociale au croisement des dominations de sexe, de race et de classe dans la conquête et l'appréhension des savoirs apparaissent déterminants. Si le volume s'applique plus à établir des diagnostics qu'à exposer des alternatives éducatives pour contrer les logiques de domination et d'inégalité, la conclusion de Mosconi montre en quoi cette pensée des alternatives constitue une perspective de recherche qu'il faut investir et dans laquelle l'épistémologie des points de vue et le renouvellement des programmes tiennent une place importante.

Haut de page

Notes

1 Hall Edward, La dimension cachée, Paris, Seuil, 1971.

2 Darmon Muriel, La socialisation, Paris, Armand Collin, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanina Mozziconacci, « Isabelle Collet (dir.) et Caroline Dayer (dir.), Former envers et contre le genre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 03 février 2015, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16925

Haut de page

Rédacteur

Vanina Mozziconacci

Doctorante en philosophie à l’ENS de Lyon (Triangle, UMR 5206), professeure agrégée et coresponsable du laboratoire junior GenERe.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page