Navigation – Plan du site
Cette guerre et nous

Cette guerre et nous

Béatrice Dubell, Cette guerre et nous, Grand Ensemble, 2014.
Notice publiée le 04 février 2015

Présentation de l'éditeur

Synopsis

Sur le lieu d'une exposition, qui met en lumière des pages oubliées de la guerre de libération algérienne, des visiteurs d'âges divers prennent la parole. La diversité de leurs récits compose une vue d'ensemble : appelés, descendants de l'immigration algérienne, rapatriés, harkis ou désignés comme tels, reflétant l'état des mémoires et des représentations de cette guerre, en 2012, dans une grande ville de France.

Ce film est le fruit d'un travail au long cours

Depuis 2006, Béatrice Dubell, accompagnée par un groupe d'historiens, questionne les mémoires lyonnaises de la guerre d'Algérie. A travers un travail de médiation et de terrain mené avec l'association Grand ensemble, elle explore des aspects méconnus du conflit et met en lumière des acteurs de l'histoire restés jusque là anonymes.

Une ville en guerre, répression et solidarités

Entre 1955 et 1962, Lyon est le théâtre d'une guerre clandestine menée par les organisations nationalistes algériennes FLN et MNA. C'est aussi un lieu central de la répression judiciaire. Le tribunal militaire de Lyon, juridiction d'exception, siège à Montluc, lieu symbole de la résistance française au nazisme. 112 condamnations à mort de militants indépendantistes sont prononcées. Onze Algériens sont guillotinés alors que 22, au total, sont exécutés en France pendant la guerre. Face aux atteintes des droits de l'homme que reflètent le recours à ces tribunaux d'exception, des avocats lyonnais s'engagent dans la défense des militants algériens. Cinquante ans plus tard, ces parcours d'engagement sont oubliés.

L'exposition Des avocats lyonnais auprès d'Algériens en guerre réalisée en mai 2012 aux Archives Municipales de Lyon, dévoile la violence de la guerre clandestine et de sa répression, et pose les questions les plus universelles, en termes de droits, liées à cette guerre. C'est en ce lieu que Béatrice Dubell a choisi de filmer les réactions des visiteurs.

Saisir « le présent de ce passé »

Dans quelle mesure cette guerre touche-t-elle encore les Français ? Comment ce passé affecte-t-il aujourd'hui encore les relations entre les habitants d'une même cité, d'un même pays ? Le cinéma documentaire est à mon sens l'outil le plus apte à saisir et à traduire le présent de ce passé précise Béatrice Dubell.

C'est un film centré sur la parole des visiteurs, filmés en longs plans-séquences. Il donne à entendre la plus grande diversité de récits traduisant des points de vue parfois très éloignés. Le film éclaire aussi les processus de transmission des mémoires de cette guerre, en alternant entre récits de témoins, et de descendants des générations suivantes. Il montre ainsi toute la complexité de ces héritages imbriqués.

Les récits poignants, chargés d'une émotion qui semble aujourd'hui, encore, inentamée, révèlent la force des traumatismes humain, social, moral engendrés par ce conflit. Cependant, nombre de personnes sont engagées dans un travail intérieur qui leur permet de prendre du recul et dépasser une souffrance psychique qui est le lot de tous … Quels que soient les parcours et les histoires familiales, on découvre parmi ces témoignages des blocages mais également un travail d'élaboration qui permet le dépassement des traumatismes.

S'expriment ainsi dans cet espace ouvert par le film, aussi bien une volonté de comprendre, qu'un désir de témoigner allant au delà du règlement de compte ou du plaidoyer pro domo. Les énergies constructives, la volonté d'apaisement, sont bien présentes dans la société française, même si elles ont peu l'occasion de s'exprimer.

En réunissant dans un même film cette diversité de points de vue, l'ambition est de dépasser les clivages mémoriels : ouvrir à une reconnaissance mutuelle, c'est à dire aider chacun aussi bien à se sentir reconnu dans sa mémoire qu'à reconnaître le parcours de l'autre. Nous avons ainsi le sentiment d'accompagner ce mouvement de la société qui va vers l'apaisement, la réconciliation et la cohésion.

La diffusion du film est soutenue par un comité scientifique, composé d'historiens et de chercheurs en sciences humaines.

[Un documentaire de 110 min]

Haut de page