Navigation – Plan du site

Thomas Bujon, Christine Dourlens et Gwenola Le Naour (dir.), Aux frontières de la médecine

Louis Braverman
Aux frontières de la médecine
Thomas Bujon, Christine Doulens, Gwenola Le Naour (dir.), Aux frontières de la médecine, Paris, Archives Contemporaines, 2014, ISBN : 9782813001146.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage fait suite à un séminaire sur les nouvelles frontières de la médecine organisé par le laboratoire Triangle (UMR 5206) au cours de l’année universitaire 2012-2013. Rassemblant des sociologues, des anthropologues, des politistes et des médecins autour d’un même sujet, ce livre nous invite à questionner la tendance qu’a la médecine à déborder de ses champs d’intervention habituels. Toutefois, Thomas Bujon et Christine Dourlens le précisent dès l’introduction, le propos général n’a pas pour ambition d’interroger le processus de médicalisation en tant que tel mais plutôt d’étudier « ce que font les acteurs eux-mêmes – ici les médecins – lorsqu’ils opèrent aux marges de ce qui est au fondement même de l’ordre normatif de la médecine moderne : la pathologie » (p. ii).

2Le principal apport de cet ouvrage est alors d’ouvrir la boîte noire de la médicalisation. Il propose une analyse fine des acteurs « en situation », notamment des médecins. Loin de les réduire à un tout homogène, l’ensemble des contributions insiste sur leurs ressources, les contraintes qui pèsent sur eux ou leur capacité d’agir. Cinq entretiens avec des médecins donnent d’ailleurs la parole aux enquêtés. Ce choix éditorial ne peut qu’être salué puisqu’il accorde une place importante à la réflexivité des acteurs. De plus, ces entretiens fournissent de nouvelles clés pour comprendre les enjeux liés aux évolutions contemporaines de la médecine. Divisé en six parties, l’ouvrage aborde de nombreuses thématiques mais réussit à garder une économie générale cohérente. La diversité des approches et des méthodes d’enquête constitue, quant à elle, un atout pour cette publication qui parvient à articuler des objets de recherche très hétérogènes.

3La première partie porte sur la question de la prévention chez les médecins généralistes. Chaque contribution montre que l’engagement des médecins généralistes dans la prévention n’est pas mécaniquement fixé par les institutions ou l’épidémiologie. Au contraire, il apparaît largement lié à des conditions socio-historiques et aux caractéristiques de la relation thérapeutique. À la différence de la mesure de la pression artérielle, le dépistage de certains cancers entraine, par exemple, des réticences potentielles du fait de la nature des gestes qu’il implique et pose des questions de légitimité puisque des spécialistes comme les gynécologues peuvent investir ce champ d’action (Géraldine Bloy). Le cas de la prescription de substituts aux opiacés en médecine générale, développé par Lise Dassieu, prolonge cette observation. Alors que les pouvoirs publics ont propulsé les généralistes comme les principaux acteurs de la politique de santé en addictologie, l’appropriation des traitements de substitution aux opiacés par ces médecins se heurte aux limites de leur métier. Face à des usagers de drogues « considérés comme particulièrement susceptibles de mettre à mal le caractère varié de l’activité » (p. 27), les généralistes adoptent souvent des stratégies de sélection ou de limitation des patients, même si cela entre en tension avec l’idée d’universalité du droit au soin. Dépendant largement du praticien, les pratiques de prévention sont donc nécessairement à géométrie variable, comme le rappelle Rodolphe Charles qui insiste dans son entretien sur la spécificité de la relation médecin généraliste-patient et sur la confusion entre risque et maladie.

4La deuxième partie de l’ouvrage interroge les rapports entre le champ politique et l’addictologie. L’émergence de cette discipline médicale proposant d’appréhender les dépendances dans un cadre commun (Nicolas Fortané) et l’implantation des politiques de réduction des risques à Marseille (Gwenola Le Naour) sont tour à tour analysées. Dans les deux cas, les auteurs montrent que les frontières de l’intervention dans le domaine des toxicomanies et des dépendances se sont remodelées et élargies grâce à un contexte favorable et à l’établissement de relations étroites entre des professionnels de la médecine et des acteurs politiques. Faisant écho à ces deux contributions, l’entretien avec Jérôme Lebaud, médecin psychiatre et psychanalyste, montre que l’addictologie est nécessairement politique car la prise en charge s’appuie sur réseau d’acteurs locaux et à vise à « pacifier les relations sociales » (p. 86).

5S’inscrivant dans une troisième partie qui questionne les frontières entre la justice et la psychiatrie, la contribution de Caroline Protais porte sur la période 1950-2007. Elle met en évidence un mouvement de dé-particularisation du malade mental et de sa pathologie, qui lui-même s’inscrit dans un élargissement des compétences du psychiatre dans la société. De son côté, Sébastien Seatta montre que les positions des psychiatres dans les affaires de viol reposent sur une pluralité de registres. Certains mobilisent une approche psychodynamique du crime « tandis que d’autres mobilisent une approche catégorielle, s’inscrivant davantage dans une justice de défense sociale » (p. 135). La première approche étant susceptible d’être plus favorable au condamné, Sébastien Seatta conclut que l’expertise psychiatrique constitue une « arme à double tranchant ». Finalement, Pierre Lamothe, psychiatre expert auprès de la Cour d’Appel de Lyon, note que les experts français ne sont pas seulement appelés à diagnostiquer un trouble psychique ou neuropsychique, comme c’est le cas dans les pays de common law, mais sont également amenés à se prononcer sur la responsabilité d’un individu. De plus, il distingue deux catégories d’experts : les experts « “absolus” qui prétendent qu’ils n’ont aucune influence, ni sur l’investigation ni sur le résultat » (p. 141) et les experts « relatifs » qui tiennent compte de la dimension morale de leur jugement.

6Avec les cas des centres de rétention administrative (Franck Enjolras), des unités sécurisées (Benoît Eyraud et Livia Velpry) et des prisons (Frédéric Sahajian), la quatrième partie interroge le soin dans des lieux où le contrôle sur les corps est particulièrement fort. Au sein des centres de rétention tout comme des prisons, les professionnels de santé doivent cohabiter avec la police dans un environnement où les logiques sécuritaires sont prioritaires. Comme le montre Franck Enjolras, cette cohabitation n’est pas seulement source de tensions. Elle produit également des rapprochements et des hybridations entre les logiques sécuritaires des policiers et les logiques humanitaires des médecins. Dans le domaine de la psychiatrie, un même brouillage des frontières entre soins et gestion des risques s’observe avec le développement de nouvelles unités fermées. Face aux critiques qui pointent du doigt le « tournant sécuritaire » que prendrait la psychiatrie, les responsables de ces unités sont d’ailleurs amenés à requalifier leur mission en souci humanitaire à l’égard des prisonniers ou en souci de sécurité pour le personnel de l’hôpital psychiatrique et l’individu lui-même, selon qu’il s’agit d’une unité destinée aux détenus ou aux patients « présentant une dangerosité particulière ».

7La cinquième partie aborde la thématique de la médecine de transformation. À partir d’une étude sur les chirurgiens esthétiques, Yannick Le Hénaff montre que les critiques qui sont adressées à leur spécialité, notamment son supposé renoncement à l’authenticité médicale, place ces praticiens dans une situation compliquée. D’ailleurs, la requalification de leurs pratiques comme une réponse médicale à une souffrance subjective ne permet pas aux chirurgiens esthétiques de sortir complétement de cette situation. La chirurgie de réassignation sexuelle comme objet questionnant les contours de la pratique médicale est ensuite discutée tout au long de la contribution de Laurence Hérault et de l’entretien avec Nicolas Morel-Journel, urologue au CHU de Lyon. Après une analyse historique permettant de retracer le processus de définition du transsexualisme et du trouble de l’identité de genre, Laurence Hérault interroge la place du chirurgien dans les procédures de transsexuation contemporaines. Deux modalités de prise en charge sont alors distinguées : un modèle en équipe où le chirurgien peut peser dans le processus décision élaboré collectivement, et un modèle en réseau où le chirurgien se prononce uniquement sur les aspects techniques de l’opération mais où le consultant dispose de plus d’autonomie étant donné qu’il choisit les professionnels auxquels il s’adresse. Travaillant au sein d’une équipe pluridisciplinaire, Nicolas Morel-Journel justifie le déclenchement d’une chirurgie de réassignation sexuelle par l’existence d’une souffrance. Même si cet argument le rapproche des chirurgiens esthétiques, l’urologue distingue différentes « échelles d’intensité de la souffrance » (p. 223) et précise les particularités de la prise en charge des personnes trans, notamment son aspect collégial.

8La dernière partie est en fait une ouverture qui porte sur l’investissement de la médecine dans la lutte contre les effets de l’âge. Plus précisément, Boris Hauray et Sébastien Dalgalarrondo retracent l’histoire de la DHEA, une hormone qui a rapidement été renommée la « pilule de jouvence » et qui a connu un fort engouement avant d’être remise en cause au milieu des années 2000. Le cas de la DHEA amène les auteurs à souligner l’importance de l’attente sociale en matière de lutte contre le vieillissement. De plus, l’histoire de la DHEA montre comment une promesse médicale peu solide scientifiquement a pu déclencher un emballement scientifique et médiatique ainsi que troubler les frontières de la médecine.

9Au final, l’ouvrage propose un regard intéressant sur les limites du monde médical. S’il réussit pleinement à nourrir la réflexion sur les évolutions contemporaines de la médecine, on peut toutefois regretter que les sujets des soins, les malades ainsi que les associations de patients et d’usagers n’apparaissent qu’en contre-jour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Braverman, « Thomas Bujon, Christine Dourlens et Gwenola Le Naour (dir.), Aux frontières de la médecine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 09 février 2015, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16948

Haut de page

Rédacteur

Louis Braverman

Doctorant en sociologie, EHESS, CADIS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page