Navigation – Plan du site

Grégory Quenet, Versailles, une histoire naturelle

Sébastien Zerilli
Versailles, une histoire naturelle
Grégory Quenet, Versailles, une histoire naturelle, Paris, La Découverte, coll. « Sciences Humaines », 2015, 220 p., ISBN : 9782707184948.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Daniel Fabre, Anna Iuso (dir.), Les monuments sont habités, Paris, Éditions de la Maison des Scienc (...)
  • 2 Voir Pierre Nora, Présent, nation, mémoire, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », (...)

1Les monuments sont habités. Tels étaient le titre, et la thèse, d’un ouvrage dirigé par Daniel Fabre et Anna Iuso1 dont la publication répondait à la montée en puissance des problématiques patrimoniales et mémorielles, symptomatiques du basculement de ce qu’on a pu qualifier d’« ère de la commémoration »2. À sa manière, en s’intéressant au territoire de Versailles, c’est-à-dire au château et à son domaine mais aussi à la ville éponyme, Grégory Quenet radicalise cette thèse et affirme en quelque sorte que les monuments sont vivants.

2À rebours de l’image patrimoniale et sépulcrale d’un monument minéralisant le pouvoir prométhéen d’un monarque absolu, l’auteur entreprend l’histoire de Versailles « non comme un lieu symbolique, admiré et reproduit, mais comme lieu vivant, nourri par des flux et réseaux de matière, d’énergie et de vivant » (p. 49). L’emploi récurrent dans l’ouvrage du terme de « métabolisme » pour caractériser Versailles, tout comme la construction du plan, faisant se succéder des chapitres sur sa « naissance », sa « croissance », sa « régénération » et sa « mort », soulignent la volonté de l’auteur de saisir l’histoire de ce monument dans une perspective tout à la fois organique et dynamique.

3La focalisation de Grégory Quenet sur deux thèmes, la construction du réseau hydraulique de Versailles et les politiques de conservation de la faune et de la flore de son parc, lui permet de convaincre le lecteur de l’intérêt d’« une autre histoire » (titre de l’introduction) de ce lieu de mémoire. Ces deux sujets ne sont évidemment pas choisis au hasard et découlent des caractéristiques propres au lieu, qui en font une résidence royale tout à fait particulière. Premièrement, Versailles se situe sur un terrain marécageux et sablonneux sur lequel ne coule ni fleuve ni rivière d’importance. De prodigieux efforts ont donc dû être entrepris pour hydrater la ville, son château et sa cour qui, deuxième caractéristique décisive, s’est sédentarisée dans ses murs. Tout comme son lieu de résidence, le lieu de chasse du monarque devient donc lui aussi permanent. En se transformant en un immense domaine, progressivement agrandi « par l’inclusion de cultures, de pâturages, de jardins et d’habitations » (p. 35), où la chasse est intensive et régulière, le Versailles de Louis XIV devient le lieu de l’élaboration des premières politiques de conservation et de régénération de la faune et de la flore françaises.

  • 3 Qui concerne la chasse.

4Avoir accès à l'eau dans un espace insuffisamment irrigué et continuer à pouvoir chasser dans un parc devenu surexploité, tels sont les deux contraintes que font apparaître la construction de Versailles ainsi que son élection au titre de résidence permanente du roi. Toute l’originalité du travail de l'auteur consiste alors à révéler et à démêler l’écheveau des conséquences sociales, politiques, juridiques, techniques, économiques et écologiques générées par la résolution des problèmes hydraulique et cynégétique3 à l’intérieur du « socioécosystème » (p. 109) de Versailles.

  • 4 Jules Michelet, Histoire de France, choix de textes présentés par Paule Petitier, Paris, Flammarion (...)

5Dans son Histoire de France, Jules Michelet décrit le système hydraulique de Versailles comme « un Versailles souterrain » dont « les prodigieux réservoirs, l’ensemble de canaux, de tuyaux qui les alimentent » dessinent le dédale d’un « mystérieux labyrinthe des eaux »4. À rebours de cette vision souterraine et invisible, l’auteur remarque que « les réseaux de Versailles se déploient à l’horizontal et à fleur de sol » (p. 190). C’est dire que ce système hydraulique tentaculaire, qui quadrille le domaine du château mais aussi la ville du même nom et leurs environs, n’est pas qu’une arborescence abstraite obéissant aux principes de la mathématique et de la physique. Bien au contraire, il façonne le territoire et engendre de nouvelles pratiques. La création de ce que l’auteur appelle une « police des flux », à la composition bigarrée, en témoigne. Médecins et chimistes sont chargés de contrôler la qualité de l’eau, qui subit plusieurs phases de purification avant de pouvoir être consommée par les habitants et les occupants du palais. Ingénieurs et inspecteurs veillent au bon écoulement des eaux et au bon fonctionnement du réseau hydraulique. L’énorme quantité de déchets rejetée par la ville et son château a effectivement tendance à stagner en de multiples endroits. Souvent, les eaux usées débordent des canaux, génèrent des inondations et provoquent des épidémies. Enfin, toute une pléiade de gardes protègent cette mécanique : ses ramifications tentaculaires traversent des fermes, empiètent sur des cultures et obstruent des voies de communication qui suscitent protestations et actes de vandalisme.

6Toute une série d’effets domino s’enclenche également avec la mise en place de la politique de conservation et de régénération du grand parc de Versailles. Les « cascades trophiques », qui caractérisent la prolifération d'une espèce en fonction de l'extermination d'une autre, en font partie. Ainsi l’éradication des loups et des lapins dans le parc est-t-elle responsable de la multiplication de certains animaux, bouleversant l’équilibre de l’écosystème. Cependant, la préservation des animaux au sein de cet espace également habité par l’homme a aussi des conséquences sociales radicales. Les cultures, peu nombreuses parmi les bois, les bosquets et autres remises destinés au confort des animaux sont souvent exclusivement réservés à l'alimentation des bêtes du parc. Régulièrement, ces bêtes les détruisent. Les faibles loyers concédés par le roi aux exploitants de ses fermes, conjugués à la forte demande humaine de céréales, permettent ainsi à ces grands fermiers de s’enrichir au détriment des journaliers. Cette politique de découpage et de gestion de l’espace du parc en faveur des animaux est d’ailleurs l’objet de nombreuses critiques dans les cahiers de doléances juste avant la Révolution.

7En se focalisant sur le défi hydraulique et l'enjeu cynégétique à Versailles, l’auteur souligne deux choses. Il prouve tout d’abord que la résolution de ces deux problèmes n’a strictement rien d’un « choc écologique », manifestation de la volonté d’un monarque tout puissant de faire plier, brutalement, radicalement et définitivement l’espace et la nature. Bien au contraire, « l’autorité du maitre de s’est pas imposée […] elle a essayé de s’adapter à des difficultés qui n’avaient pas été anticipées, procédant par faux pas, réagencements, expérimentations au gré de dynamiques environnementales jamais maitrisées » (p. 46). À la faveur du développement du réseau hydraulique, le roi compose avec les habitants : il rachète ici une propriété régie par un droit coutumier, renforce là une rigole menaçant de déborder sur les cultures d’un de ses sujets, tolère ailleurs, le long de ses étangs, non pas qu’on y pêche mais qu’on y ramasse du bois. De même, la gestion de son immense domaine de chasse n’a rien d’un exercice parfaitement planifié pour le monarque. Les migrations des animaux le conduisent à le faire clôturer et segmenter en de nombreux micro-espaces ; les dérèglements provoqués par les cascades trophiques le poussent à importer des arbres et des animaux provenant d’autres domaines royaux ; des impératifs de rendement le persuadent de louer ses fermes à des exploitants compétents…

8La mise en lumière de la dimension interactive et processuelle des politiques hydraulique et cynégétique de Versailles amène l’auteur à pointer une autre singularité propre à cet espace et à son époque : un partage entre nature et culture tout à fait singulier. Ainsi les prérogatives respectives des différentes institutions chargées de veiller à l’entretien du domaine révèlent-elles qu’à Versailles, les eaux sont considérées comme l’excroissance des bâtiments, alors que les fermes, associées à la bonne santé du gibier, sont en quelque sorte le prolongement des bois. Autre exemple, le lieutenant des chasses du roi ne fait pas de différence entre l’homme et l’animal. Il distingue plutôt les « animaux intelligents », incluant le gibier et les chasseurs, des simples « machines », c’est-à-dire des paysans.

  • 5 Fabien Locher et Grégory Quenet, « L'Histoire environnementale : origines, enjeux et perspectives d (...)

9Les riches enseignements de cette étude de cas conduisent Grégory Quenet à plaider en conclusion « pour une histoire environnementale de la France ». L’auteur liste des pistes empiriques mais développe aussi et surtout de stimulantes remarques épistémologiques. En vertu des conséquences de la fameuse « querelle des méthodes », l’expression « histoire environnementale » apparaît en quelque sorte comme une expression antithétique associant une discipline, intégrée aux sciences de la compréhension, avec un sujet soumis quant à lui aux lois de l’explication. Pourtant, en considérant l’environnement non plus comme l’assortiment de faune et de flore qui entoure l’homme mais comme le système à l’intérieur duquel il évolue et dans lequel se reconfigure perpétuellement le partage entre nature et culture, l’auteur invite le lecteur à poser les jalons de ce qui n’est rien d’autre qu’une histoire globale. Une histoire globale qui ne serait pas une histoire-monde mais une « histoire-totale »5 et qui se caractériserait non pas par l’échelle de ses objets d’étude mais pas l’intérêt porté à leur… métabolisme.

Haut de page

Notes

1 Daniel Fabre, Anna Iuso (dir.), Les monuments sont habités, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Ethnologie de la France », 2010 ; compte rendu de Lucile Foujanet pour Lectures : http://lectures.revues.org/1116.

2 Voir Pierre Nora, Présent, nation, mémoire, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 2011.

3 Qui concerne la chasse.

4 Jules Michelet, Histoire de France, choix de textes présentés par Paule Petitier, Paris, Flammarion, coll. « Champs/Classique », 2010 [2008], p. 447.

5 Fabien Locher et Grégory Quenet, « L'Histoire environnementale : origines, enjeux et perspectives d'un nouveau chantier », Revue d'histoire moderne et contemporaine, n° 56, vol. 4, 2009, p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Grégory Quenet, Versailles, une histoire naturelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 février 2015, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17035

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Zerilli

Prépare un doctorat sur l’histoire de l’édition de vulgarisation en sciences humaines et sociales (directrice Valérie Tesnière, EHESS, année universitaire 2015-2016).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page