Navigation – Plan du site

Maud Navarre, Devenir élue. Genre et carrière politique

Michèle Pagès
Devenir élue
Maud Navarre, Devenir élue. Genre et carrière politique, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2015, 262 p., ISBN : 978-2-7535-3591-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le courant interactionniste est un courant principalement nord-américain avec des auteurs tels qu’E (...)

1L’instauration des lois paritaires dans les diverses composantes de la représentation politique donne l’occasion à cet ouvrage de sociologie de la profession politique de se pencher sur la carrière des élu(e)s, en explorant l’hypothèse de l’existence de processus genrés de socialisation au « métier » et aux rôles qu’il implique. La perspective adoptée dans ce travail est celle de l’interactionnisme symbolique1. Utilisant la notion de carrière, l’auteure en analyse les étapes constitutives. Son interrogation principale porte plus précisément sur les modalités d’endossement de ces rôles, inséparables des institutions dans lesquelles ils s’expérimentent. Tout l’intérêt de l’ouvrage repose non sur un éclairage des processus à l’œuvre dans les carrières politiques exclusivement féminines, comme pourrait le laisser penser le féminin utilisé dans son titre, mais sur la perspective comparative (femmes/hommes) adoptée.

2La région Bourgogne, relativement représentative de la situation nationale du point de vue de la répartition sexuée des responsabilités politiques dans chaque type d’assemblée (Assemblée nationale, Sénat, conseil régional, conseil général, mairie et conseils municipaux), a constitué le terrain de l’enquête sur laquelle repose l’analyse. L’auteure mobilise des données chiffrées obtenues par questionnaire ainsi que des données issues de récits de vie d’élu(e)s atypiques (42 entretiens) et d’observations de rituels politiques : campagnes électorales ou séances plénières des assemblées politiques (conseil régional, général et municipal). Les campagnes électorales sont présentées comme le « miroir grossissant » des caractéristiques particulièrement significatives attribuées à la féminité et à la masculinité dans cette sphère sociale.

3La réflexion se déploie en sept chapitres recomposant les séquences des carrières, et mettant en évidence les dimensions de la socialisation sexuée au métier d’élu(e). « Faire campagne » marque la première étape de ce processus. Dans cette séquence, la valorisation des candidatures féminines, présentées comme un potentiel de renouvellement des pratiques politiques, se trouve confrontée au caractère « profane » (i.e. étranger au champ politique) de celles-ci. La constitution des listes électorales demeure le lieu d’une « ségrégation » sexuelle où les places et rôles de leadership sont attribués essentiellement aux hommes. Ici, la division sexuée du travail politique apparaît avec les images d’hommes « professionnels » de la politique et de femmes « novices » en politique. Le recrutement social des élus féminins et masculins est relativement identique, et la présence plus importante des femmes ne change pas de ce point de vue la donne. Par contre, lorsque les carrières des femmes sont plus précisément analysées selon les tendances (droite/gauche), des différences apparaissent : les unes (de gauche), sur-sélectionnées, compensent leur moindre capital politique par une carrière jusqu’aux plus hauts échelons de la représentation ; les autres (de droite), aussi souvent élues que les hommes, n’accèdent pourtant pas aux plus hautes fonctions.

  • 2 Goffman Erving, La mise en scène de la vie quotidienne. La présentation de soi et Les relations en (...)

4La scène électorale est dominée par les hommes et la parole masculine est plus souvent sollicitée et exprimée que celle des femmes. Ceci démontre une fois de plus à quel point le domaine public reste un espace discursif masculin, où les marques traditionnelles de la virilité (pugnacité, recherche de l’affrontement, aptitude au combat, à la compétition, etc.) sont valorisées. Les coulisses (au sens goffmanien2 du terme) ne sont pas plus propices à une forme de visibilité des candidates. L’analyse montre également que dans les campagnes, la valorisation des candidatures féminines dépend largement des stratégies de chaque parti.

5Lorsque l’élection s’est concrétisée, la question de la répartition des responsabilités est posée et chacun(e) se trouve mis(e) en demeure de « trouver sa place ». Parmi les différents types d’assemblées analysés, l’auteure s’attache à montrer comment les assemblées régionales, vitrines des lois paritaires, ont facilité l’accès des femmes aux fonctions régaliennes. Pour autant, leurs fonctions et positions restent très marquées par le rôle « maternel » (éducation, jeunesse, santé, affaires sociales, familles, culture). L’économique (finances et budget), l’aménagement du territoire et les transports restent des domaines masculins. De la même façon, les présidences des commissions ne sont pas souvent attribuées aux femmes. Ces clivages en termes de compétences et de responsabilités se retrouvent de manière encore plus flagrante dans les conseils municipaux. Les conseils généraux constituent quant à eux les derniers bastions politiques relativement non mixtes. Et ici ce sont les plus petits partis (en termes quantitatifs de représentation) qui se montrent les plus ouverts à la mixité. La rareté des femmes élues dans ces conseils a un effet paradoxal : celui de favoriser la promotion de celles-ci dans l’exécutif de ces assemblées. Cependant, dans ce cas également, la répartition sexuée des responsabilités donne à voir l’espace des activités traditionnellement assignées aux femmes.

6L’auteure explore aussi les différenciations dans le « capital militant » des élu(e)s. Ce capital se constitue progressivement dans les diverses institutions dans lesquelles ils ont été diversement engagés. Malgré un certain nombre de disparités entre les sexes, ce type de capital est assez identique dans ses déclinaisons féminines et masculines. Le « capital politique » quant à lui, dont une des composantes essentielles est la profession exercée parallèlement au mandat politique, montre que les femmes ont des professions témoignant de leur « réussite sociale », mais dans une moindre mesure, comparativement aux hommes. Ces équivalences relatives (et a contrario, les écarts minimes) entre ces diverses formes de capitaux n’expliquent pas les différences observées dans la distribution des responsabilités entre les femmes et les hommes. Elles montrent que cette répartition se heurte à la présence de stéréotypes de genre fortement ancrés dans les mœurs politiques.

  • 3 Sont distinguées ici quatre types de trajectoires : les trajectoires masculines, qui constituent le (...)

7Les chapitres suivants s’attachent à comprendre comment, dans les activités d’élu(e), les femmes se distinguent des hommes en s’investissant plutôt dans des activités relevant de la mise en œuvre de projets politiques et dans la préparation des dossiers au sein des assemblées plénières, alors que les hommes sont plus mobilisés par des activités de représentation. L’analyse s’oriente ensuite vers le problème des disponibilités temporelles que requiert le métier d’élu(e). Ici, comme dans d’autres situations de travail, est mise en évidence la difficile articulation pour les femmes (et dans une moindre mesure pour les hommes) entre les contraintes de l’engagement politique et celles de la vie familiale. Des contraintes internes à la vie politique émaillent également l’expérience d’élu(e) : celles de la représentation et des stratégies à adopter dans la mise en scène langagière de leurs rôles dans les assemblées plénières. Tenir son rôle nécessite de savoir faire face au discrédit toujours possible dans les débats, aux affrontements partisans, aux rapports de force, et surtout de savoir asseoir et donner à voir sa légitimité. Les femmes, quelle que soit l’ancienneté de leur carrière politique, se perçoivent comme moins compétentes que les hommes. L’existence fréquente de ce sentiment, probablement dû à une moindre familiarité des femmes avec ce milieu, permet à l’auteure d’interroger la fabrication de la compétence politique en interprétant également les différences d’investissement entre les novices en politique et les expérimentées. Si les différences sexuées des capitaux composant la compétence politique sont minimes, la représentation de moindre légitimité des femmes à occuper ces rôles se nourrit de leur vision a posteriori des obstacles qu’elles ont eus à surmonter pour être reconnues. Cependant, elles mettent en place des stratégies de dépassement de la répartition sexuée du travail politique. Ces stratégies apparaissent dans la typologie des trajectoires d’élues expérimentées construite par l’auteure3, la notion de trajectoire se substituant alors à celle de carrière sans que le lecteur perçoive l’intérêt heuristique et explicatif de ce passage.

  • 4 Voir les travaux développés en sociologie du travail par Jacqueline Laufer, Catherine Marry, Margar (...)
  • 5 Exprimée sur le mode d’une attention particulière et d’une proximité avec leurs administrés donnant (...)

8Cet ouvrage, au croisement de la sociologie du travail politique et des rapports sociaux de sexe, laisse entrevoir, comme d’autres depuis les années 19804, l’existence d’un véritable « plafond de verre » et le maintien d’une division sexuée du travail politique dans les diverses assemblées. Pour autant, l’hypothèse que l’auteure s’attache à tester souligne que, malgré la force des assignations sexuées, les femmes fabriquent des représentations destinées à « sauver la face », et qu’elles développent stratégiquement une éthique politique « altruiste »5 qui illustre une adaptation aux contraintes institutionnelles. Ce faisant, elles contribuent également et paradoxalement à alimenter les stéréotypes de sexe. Il est dommage que l’auteure n’approfondisse pas l’analyse des rapports de ceux-ci à la production des normes de fonctionnement de cet univers. Néanmoins, elle montre bien que pour leur professionnalisation en politique, les femmes doivent apprendre à devenir « visibles » et à développer des pratiques « politiciennes » conformes aux normes dominantes masculines. Ceci met en évidence tout l’intérêt qu’il y aurait à poursuivre ce type de recherche par l’analyse des multiples agencements, négociations et bricolages que peuvent être amenés à réaliser les élus (femmes et hommes, novices ou expérimenté(e)s) pour conjuguer stéréotypes de sexe et production de normes paritaires, définition de la féminité et de la masculinité en politique, rôles et fonctions de représentations, pouvoir et leadership, vie publique et vie privée. Cela permettrait en effet de mieux comprendre non seulement les modes d’organisation de ce milieu, mais également les résistances de celui-ci à la reconnaissance de la légitimité des femmes élues, afin de saisir ce que les « carrières de genre » doivent à la politique et ce que la politique doit aux « carrières de genre ».

Haut de page

Notes

1 Le courant interactionniste est un courant principalement nord-américain avec des auteurs tels qu’E. Goffman, H.S. Becker, E. Hughes, A. Strauss.

2 Goffman Erving, La mise en scène de la vie quotidienne. La présentation de soi et Les relations en public, Paris, Minuit, 1973.

3 Sont distinguées ici quatre types de trajectoires : les trajectoires masculines, qui constituent le miroir de celles des hommes (disponibilité, investissement, aversion pour les responsabilités habituellement assignées aux femmes) ; les trajectoires de masculinisation qui s’accompagnent d’une certaine polyvalence dans les responsabilités ; les trajectoires mixtes caractérisées par la faiblesse des capitaux partisans et une moindre sensibilité aux inégalités de sexe ; enfin les trajectoires féminines d’élues sollicitées en raison de leur âge, de leur féminité ou de leur appartenance à la « diversité ». Les deux premières sont symptomatiques de ces stratégies.

4 Voir les travaux développés en sociologie du travail par Jacqueline Laufer, Catherine Marry, Margaret Maruani, ou encore Anne-Marie Daune-Richard.

5 Exprimée sur le mode d’une attention particulière et d’une proximité avec leurs administrés donnant à voir leur qualité relationnelle, elle prend la figure du dévouement sans verser dans le clientélisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Pagès, « Maud Navarre, Devenir élue. Genre et carrière politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 février 2015, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17048

Haut de page

Rédacteur

Michèle Pagès

Maître de conférences de sociologie, département de sociologie Aix-Marseille Université (AMU), chercheure au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie, UMR CNRS (Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme Aix-en-Provence). Ses travaux portent sur les rapports sociaux de sexe, les modes de socialisation sexuée dans la construction sociale des rapports au corps et dans l’organisation de la conjugalité.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page