Navigation – Plan du site

Stephen Kalberg, L’éthique protestante et l’esprit de la démocratie. Max Weber et la culture politique américaine

Salih Dogan
L’éthique protestante et l’esprit de la démocratie.
Stephen Kalberg, L’éthique protestante et l’esprit de la démocratie. Max Weber et la culture politique américaine, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « La bibliothèque du Mauss », 2014, 180 p., traduit par Philippe Chanial, ISBN : 9782356873538.
Haut de page

Texte intégral

1Le nouvel ouvrage de Stephen Kalberg s'ouvre sur la profonde crise sociétale que traversent les États-Unis d'aujourd'hui. L'érosion de la vie civique mine la confiance en soi des citoyens comme leur engagement communautaire. Le délitement des classes moyennes et l'explosion des inégalités limite les opportunités d'ascension sociale et remet donc en cause le « rêve américain ». D'où la question posée par Kalberg : « existe-t-il encore, en Amérique, un esprit de la démocratie capable de garantir une forte légitimité et un soutien significatif à une démocratie stable, ouverte et efficace ? » (p. 32). Si un consensus règne autour de ce constat, Kalberg ne partage pas pour autant le diagnostic que pose la communauté intellectuelle quant aux sources de cette crise : à contre-courant de ses contemporains, qui se focalisent trop, selon lui, sur le présent, il en appelle, en bon spécialiste de Weber, à un retour aux origines pour saisir ce qui fait l'esprit de la démocratie en Amérique.

  • 1 Parmi les nombreuses publications de L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme en français, (...)
  • 2 Un récit assez sommaire de ce voyage figure en prologue.

2Contrairement aux apparences, ce n'est pas à L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme de Weber auquel il est fait allusion mais aux essais qui lui sont souvent associés, tout du moins dans l'édition française1. De son voyage effectué aux États-Unis en 19042, le sociologue allemand avait perçu in vivo toute l'importance que revêtaient les sectes protestantes et l'héritage que la tradition des pilgrims fathers (Pères pèlerins) pouvait jouer dans cette société sécularisée. Kalberg s'inspire ici des réflexions que Weber nous révèle sur ce sujet pour repenser le problème de la démocratie.

  • 3 Le « dualisme organique » correspond à la « synthèse entre un individualisme pratico-éthique et une (...)

3Pour Kalberg, la société américaine est entrée dans une crise sans précédent car le ressort de ce qui constituait l'esprit de la démocratie, à savoir ce qu'il appelle « le dualisme organique3 », est brisé. L'équilibre entre les deux pôles antithétiques et indissociables, que sont la dimension « individualiste » et la dimension « civique », est rompu. La tension permanente entre ces deux pôles créait une dynamique de renouvellement permanent au sein de la culture politique qui jalonne toute l'histoire des États-Unis et c'est ce qui amène Kalberg à brosser à grands traits l'évolution de la démocratie américaine à travers trois grandes phases historiques. La première (chapitre I et II), relative à l'histoire coloniale et à la diffusion du protestantisme ascétique au sein de la sphère civique, voit l'émergence du « dualisme organique » conformément au projet d'édification du « royaume de Dieu » sur terre. À cette configuration, régie par des valeurs religieuses et modelée par l'autoadministration, le passage à la deuxième phase au cours des XVIIIe et XIXsiècles se traduit par la sécularisation des valeurs et la vitalité d'une sphère civique régénérée par la multiplicité de groupes et la persistance des « exclusivismes » propre au protestantisme (chapitre III). Cette spécificité américaine prend du relief lorsqu'on la compare à l'Allemagne où l'État se substitue au rôle des associations civiques qui forment, aux États-Unis, une arène politique diffuse et étendue (chapitre IV). La remise en cause de la pérennité de cette tension par le repli des citoyens dans leur sphère privée, l'influence grandissante de la bureaucratie et enfin le développement du consumérisme vont entamer, selon Kalberg, la dissolution de la sphère civique au début du XXsiècle (chapitre V).

  • 4 Si l'ethos (disposition d'esprit) des puritains les prédispose à ne compter que sur eux-mêmes pour (...)
  • 5 cf. Weber Max, « Les sectes protestantes... », op. cit., p. 289. Les sectes, contrairement aux égli (...)
  • 6 Les configurations d'action sont formées par les « significations subjectives partagées par les ind (...)
  • 7 Ce type de liens sociaux est conforme à ce que Weber appelle « sociétisation » : l'affirmation de s (...)

4Kalberg cherche à montrer, à la lumière wébérienne, les affinités électives que la structure de la démocratie entretient avec la structuration propre à la secte. Weber, dans ses essais, voit dans la religion, un individualisme éthique et pratique orienté vers la maîtrise du monde et caractérisé par une profonde confiance en soi4. Les sectes procurent une garantie de qualité personnelle des membres du fait qu'elles s'imposent des codes éthiques rigoureux5. Les associations modernes, en héritières, reposent sur un système de cooptation de leur membre que les « certificats » garantissent et sans lequel nulle ascension sociale n'est possible. La société américaine est donc une société très stratifiée où s'exerce une compétition entre citoyens pour capter le plus de prestige social. La sécularisation, l'urbanisation et l'industrialisation n'ont donc pas conduit à une société atomisée. C'est l'articulation entre les « configurations d'action » (valeurs et croyances) et les groupes qui les ont portées et transmises (sectes, Église puritaine, associations) qui expliquent que la pérennité du dualisme organique s'est perpétuée même si la nature de ces porteurs sociaux se modifia avec le temps6. L'inculcation des valeurs civiques facilite la formation des groupes et génère une multiplicité d'associations qui, à leur tour, propagent l'action pratico-éthique au sein des sphères politiques et économiques7. Lorsque les groupes sont suffisamment puissants, la configuration d'action perdure malgré les grandes transformations sociétales et limite le rationalisme pratique ; lorsqu'ils s'affaiblissent, comme dans la crise actuelle, la sphère publique tend à se dissoudre.

  • 8 Le premier des trois sous-modèles, très hypothétique, est celui de la « généralisation ». Il repose (...)

5Cette lecture des essais de Weber est sans conteste l'un des points forts de l'ouvrage. Les associations jouent un rôle pivot pour saisir la généalogie de l'esprit de la démocratie américain et le dialogue avec Tocqueville sur ce point est particulièrement bienvenu. Le modèle complémentaire que Kalberg propose (chapitre VI), à partir de l'ensemble de l’œuvre, permet une réinterprétation du phénomène de « moralisation » de la vie publique aux États-Unis comme le montre le sous-modèle calqué sur les « ordres professionnels » régis par des codes déontologiques et moraux ou encore la dynamique sectaire de l'activisme associatif8. Mais l'auteur cède parfois aux extrapolations abusives. On sera, en effet, plus nuancé sur le sort réservé au traitement des questions politiques comme, par exemple, la focalisation sur « les valeurs morales » au cours de l'élection présidentielle de 2004 quand bien même seuls 22 % des électeurs (p. 118) étaient favorables à ce thème de campagne ou encore la digression sur les prétendues qualités, en phase avec l'enracinement au sein de l'héritage ascétique, que Kalberg prête à George Bush. Plus fondamentalement, l'auteur tend à s'ériger en apôtre de l' « État faible » en entretenant la confusion qu'il n'y a de démocratie que par autogouvernement. Paradoxalement, c'est au moment où l'auteur revient sur la méthodologie wébérienne en tirant la « leçon » du cas américain qu'il tend le plus à s'en écarter : comment, en effet, peut-on faire, sans se contredire, de la singularité américaine un exemple à imiter pour le reste du monde lorsque le modèle de l'autogouvernement est lui-même une exception au sein de la démocratie occidentale ?

Haut de page

Notes

1 Parmi les nombreuses publications de L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme en français, on retiendra la traduction de Jean-Pierre Grossein (2003) chez Gallimard aux éditions « Tel ». Le recueil comprend, outre la thèse classique sur l'Éthique protestante, les deux essais qui s'intitulent : « Les sectes protestantes et l'esprit du capitalisme » et « "Église" et "secte" en Amérique du Nord ».

2 Un récit assez sommaire de ce voyage figure en prologue.

3 Le « dualisme organique » correspond à la « synthèse entre un individualisme pratico-éthique et une sphère civique puissante » (p. 98). Kalberg se représente la « sphère civique » comme étant un espace public où des normes et des standards éthiques ainsi que des formes de participation et d'engagement permettent la libre expression du pluralisme social de sorte qu'elle est « dominée par la concurrence entre les partis, le libre débat et la confrontation entre les valeurs les plus diverses ». Kalberg emploie indistinctement le terme d' « individualisme pratico-éthique » et « individualisme civique » pour signifier que cette forme d'individualisme est orientée par des valeurs contrairement à l'individualisme pratico-rationnel qui renvoie aux intérêts. Au cours de l'argumentation de l'auteur, le « dualisme organique » originel cède le pas au « dualisme civique » afin d'accentuer l'idée que la synthèse entre les deux dimensions revêt une forme séculière.

4 Si l'ethos (disposition d'esprit) des puritains les prédispose à ne compter que sur eux-mêmes pour produire la « preuve » de leur salut, Kalberg ne s'attarde pas, comme le suggère la thèse de L'Ethique protestante, sur le développement du capitalisme. L' « ethos de salut » prôné ici n'est plus une quête solitaire mais une soif de reconnaissance devant ces groupes de fidèles et c'est ce qui lui donne une dimension communautaire et conformiste afin d'éviter l'ostracisme social qui guette chaque adhérent. Dans les sectes, c'est l'ensemble des fidèles et non le clergé qui contribue à discipliner ses membres et à exercer ce contrôle social. Cette structure sectaire, par sa dynamique « autoentretenue » ainsi que ses formes « d'autoadministration », a ouvert la voie à la démocratie participative.

5 cf. Weber Max, « Les sectes protestantes... », op. cit., p. 289. Les sectes, contrairement aux églises, sont des communautés libres composées d'individus où la « qualification religieuse » est attestée. C'est ce qui les rend nettement plus efficaces que les églises, et cette efficacité nourrit en retour des qualités éthiques. En contrepartie toute transgression se traduit par une disgrâce, d'où le maintien des « exclusivismes » de toute sorte. Elles sont dès lors de l'ordre de l'appartenance à une élite religieuse.

6 Les configurations d'action sont formées par les « significations subjectives partagées par les individus au sein de ces groupes » p. 86

7 Ce type de liens sociaux est conforme à ce que Weber appelle « sociétisation » : l'affirmation de soi va de pair avec l'absence de liens émotionnels profonds, ce qui fait de la secte un groupe fonctionnel et impersonnel qui exercent une influence sur le façonnement de la personnalité. L'universalisme, l'équité, la confiance sont des valeurs qui sont devenues des standards éthiques au sein des communautés. Elles se sont répandues dans les sphères politico-économiques lorsqu'elles étaient dominantes pour former la source de la sphère civique fondée sur des valeurs qui s'opposent à tout rationalisme pratique.

8 Le premier des trois sous-modèles, très hypothétique, est celui de la « généralisation ». Il repose sur l'idée que la sphère civique gagnerait en influence à partir du moment où les communautés qui la supporte se renforcent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salih Dogan, « Stephen Kalberg, L’éthique protestante et l’esprit de la démocratie. Max Weber et la culture politique américaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 16 février 2015, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17063

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page