Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2015Philippe Olivera, Clément Petitje...

Philippe Olivera, Clément Petitjean (dir.), « Hégémonie ou déclin de l’empire ? », Agone, n° 55, 2014

Thibault Scohier
Hégémonie ou déclin de l'empire ?
Philippe Olivera, Clément Petitjean (dir.), « Hégémonie ou déclin de l'empire ? », Agone, n° 55, 2014, 242 p., Marseille, Agone, ISBN : 978-2-7489-0218-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La première coédition française Agone-New Left Review date de 2012 avec la publication d’un dossier (...)

1Le titre du dossier de ce dernier numéro d’Agone, « Hégémonie ou déclin de l’empire ? », synthétise bien son contenu. Fruit d’une collaboration, devenue régulière, avec la New Left Review1, il se propose de faire partager aux lecteurs français un ensemble de textes d’inspiration néo-marxiste parus en anglais de 2000 à 2013 sur le statut de l’impérialisme américain, sur la nature de la mondialisation et sur l’état du monde capitaliste contemporain. Le contenu de la revue est foncièrement politique et fonctionne à la fois sur un mode critique (nous vivons dans une ère sur-dominée par la puissance américaine) et un mode prospectif (nous visons la fin de cette même puissance). Les différents articles mobilisés par Philippe Olivera et Clément Petitjean diagnostiquent tous la fin lente de l’empire ou tout au moins de ce cycle impérial marqué par la figure des États-Unis. L’objet des différentes contributions varie très fortement ; certains auteurs privilégient une approche nomothétique des liens entre empire et mondialisation, quelques-uns préfèrent la comparaison historique des formes de domination impériales et d’autres se concentrent sur des études de cas plus concrètes comme l’occupation militaire de l’Irak.

  • 2 En italique et en français dans le texte original.

2Ce qui les réunit tous, c’est la description de domination impérialiste. Le capitalisme se serait formé en parallèle d’une conquête de l’hégémonie mondiale par des États qui regroupaient la plus forte concentration de richesses financières ou industrielles. C'est ce processus que Giovanni Arrighi tente d’exposer dans son article. Il définit un cycle temporel propre à chaque empire mondialisant (le premier étant l’empire géno-ibérique) en utilisant les écrits de Fernand Braudel et de David Harvey. Un empire démarre par une période d’accumulation de puissances financières. Il atteint alors un stade de maturation, appelé belle époque2, durant laquelle il est capable de soutenir un effort économique considérable. Finalement, son déclin commence quand il lui est impossible d’augmenter encore ses bénéfices, ce qui déstabilise ses relations avec les autres États et finit par déclencher des guerres. Tout le développement d’Arrighi est au service de sa proposition conclusive : l’empire américain est sur le déclin, sa belle époque est terminée.

  • 3 Hardt Michael et Negri Antonio, Empire, Paris, Exil, 2000.

3Un autre travail supporte celui d’Arrighi : Gopal Balakrishnan traite d’une autre théorie générale de la mondialisation : celle que défendent Michael Hardt et Antonio Negri dans Empire3. Pour rappel : selon ces auteurs, on assiste à la formation d’une résistance au capitalisme mondial et financier. En effet une multitude d’infra-luttes seraient en train de naître au niveau planétaire. Balakrishnan regrette qu’Empire défende une vision optimiste et mirifique et de la mondialisation et des forces anticapitalistes mondiales. Hardt et Negri représentent cette frange de penseurs qui estiment que la mondialisation peut avoir un effet positif en mondialisant aussi la lutte anticapitaliste. Les thèses développées dans ce numéro d’Agone sont, à ce sujet, assez contradictoires. Elles vont plutôt dans le sens d’une critique radicale de la mondialisation en montrant qu’elle constitue toujours un phénomène aliénant ; mais plusieurs auteurs appellent de leurs vœux l’apparition d’un mouvement de lutte internationale sans spécifier ses conditions d’émergence.

4On retrouve ce problème chez Fredric Jameson. Il insiste sur ses différentes facettes (technologique, politique, culturelle et sociale) du grand mouvement d’uniformisation des rapports humains qui accompagne la mondialisation. Il récuse l’idée qu’elle serait purement économique même si, bien sûr, elle s’incarne en premier lieu dans la domination économique d’un État sur les autres, d’une puissance financière sur les autres. Son cheminement n’a pas seulement pour but de décrire le phénomène de manière descriptive mais aussi d’imaginer des formes de stratégies politiques pour le contrer. Sa principale conclusion est, qu’à un processus mondial, il faut opposer une résistance mondiale et la constitution d’un mouvement ouvrier mondial. Or, il n’indique pas comment passer de la théorie à la pratique ou même si un mouvement anticapitaliste mondial est seulement possible ; son article (datant de 2000) semble avoir été en partie influencé par les luttes altermondialistes qui avaient alors le vent en poupe.

  • 4 Archibugi Daniele « Cosmopolitical Democracy », dans New Left Review, n°4, 2000, p. 137-150.

5Peter Gowan est lui aussi confronté à ce paradoxe de la mondialisation comme fait à décrire et fait à combattre. Il explique, assez clairement, que le « cosmopolitisme néolibéral » se base sur des chimères. Ce concept établit que la « communauté internationale » doit dicter une forme de « gouvernance mondiale » en privant, si nécessaire, les États de leur souveraineté – il est également caractérisé par un certain nombre de valeurs types comme les Droits de l’Homme ou la croyance dans les vertus de l’économie de marché. Gowan révèle que cette idéologie d’un nouvel ordre international refuse pourtant la réalité dont elle est issue : celle des institutions interétatiques et du commerce mondial ultra-dominés par les États-Unis et du recours unilatéral à la force par ceux-ci chaque fois que leurs intérêts sont menacés. Il note que les partisans (néoréalistes et néoconservateurs) de la domination américaine sont les meilleurs ennemis de ce cosmopolitisme fantasmé. Ils démontrent, dans leurs écrits soutenant l’empire, que le « cosmopolitisme néolibéral n’est qu’une forme de vernis propagandiste. Mais la seule alternative est proposée du bout des lèvres par Gowan : il s’agit du « cosmopolitisme démocratique » de Daniele Archibugi4 – sorte de démocratie mondiale forçant les pays riches à prendre en considération la majorité pauvre des êtres humains présents sur la planète. Là, la vision d’une mondialisation heureuse n’a pas l’air de convaincre l’auteur qui ne la rejette pourtant pas entièrement et il demeure indécis, en quelque sorte.

  • 5 Ferguson Niall, How Britain Made the Modern World, Londres, Penguin, 2004 et Ferguson Niall, Coloss (...)
  • 6 Dans Ferguson Niall, The Pity of War, Londres, Penguin, 1998.

6Quand la revue aborde l’historiographie de l’apparition et de la succession des empires, elle cherche surtout à démontrer le caractère unique de l’hégémonie américaine. Le titre de l’article de Patrick O’Brien, » Le mythe de la continuité anglo-saxonne. De la suprématie britannique à l’hégémonie américaine » parle en lui-même. On ne peut pas considérer que l’empire britannique ait tenté d’établir un contrôle hégémonique de la planète, à moins de changer complètement le sens de ce concept. Les Anglais s’étaient à leur époque contentés d’une forme de suprématie au sein d’un ensemble de puissances dominantes. O’Brien note en conclusion que ce paradigme d’une hégémonie anglo-saxonne n’est pas neutre et sert souvent à défendre la « vocation » civilisatrice des empires successifs. Le texte de Robin Blackburn, consacré au même thème, est une discussion et une critique, parfois acerbe, des ouvrages de Niall Ferguson5. Il lui reproche d’être passé d’une très bonne étude de la Première Guerre mondiale6 à une justification de la domination du monde par les occidentaux et les américains en particulier. Blackburn répond de manière détaillée aux nombreuses thèses de Ferguson et exemplifie ses remarques en mobilisant des arguments déjà mobilisés par les autres auteurs mentionnés.

7Ne nous appesantissons pas sur les articles qui se penchent sur les études de cas concrets. Leur but est avant tout de mettre en avant la dimension empirique de la domination impériale. Alan Cafruny et Timothy Lehmann reviennent par exemple sur la guerre et l’occupation de l’Irak par les États-Unis. Ils abordent surtout les causes économiques et idéologiques du conflit ainsi que les conséquences humaines et sociales de l’effondrement de l’État irakien. Pour eux, cet événement marque un tournant dans l’histoire de l’hégémonie américaine qui a atteint certaines de ses limites. Peter Nolan, de son côté, expose la genèse et l’inégale répartition des Zones Économiques Exclusives (ZEE). Il prend comme fil rouge l’image des politiques territoriales agressives chinoises qui sont véhiculées en Occident. Cette imaginaire de la « Chine impérialiste » est pourtant en totale contradiction avec sa puissance maritime réelle. La France, le Royaume-Uni et surtout les États-Unis accaparent, grâce aux miettes de leurs empires coloniaux, des millions de kilomètres carrés de ZEE dans tous les océans du monde ; soit bien plus que la zone réclamée par la Chine près des rivages. L’article est très, parfois trop, descriptif mais ses nombreuses données en font une synthèse intéressante de la répartition des ZEE au niveau international et du rôle de cet élément de droit dans le processus de domination impériale.

8Citons pour conclure le dernier « article », un ensemble de notes sur l’état du monde rédigées par Perry Anderson, figure historique de la New Left Review. Elles ont été publiées en 2007, après le début de la crise financière, et réfléchissent autant sur les problèmes posés par l’empire que sur les nouveaux mouvements sociaux capables d’en défaire l’hégémonie. Elles incarnent toutefois la force et la faiblesse de ce dossier : une description solide de l’impérialisme américain, de la source anglaise et de la mondialisation couplée(s ?) à une volonté prospective qui ne va jamais au bout des questionnements ouverts sur la manière de renverser le capitalisme, l’empire et la mondialisation. Ce qu’on peut le plus regretter, après avoir refermé la dernière page, c’est qu’un travail d’élucidation (une préface ou une postface) n’encadre pas le contenu de ces textes très disparates. Il s’agit sans aucun doute d’une volonté éditoriale (présenter à contretemps la pensée brute des auteurs) et l’exercice se révèle effectivement original et instructif. La démarche des différents auteurs s’inscrit dans la certitude que l’étude des impérialismes ne doit avoir qu’un seul but : renverser le capitalisme et participer à la création d’une société plus juste.

Haut de page

Notes

1 La première coédition française Agone-New Left Review date de 2012 avec la publication d’un dossier intitulé « Crise financière globale ou triomphe du capitalisme ? » (Agone, n°49). Depuis, Agone semble vouloir réitérer l’exercice chaque année ; en 2013 sort un dossier sur « La Chine et l’ordre du monde » (Agone, n°52). Le fait que ces deux thèmes aient déjà été traités dans des numéros spéciaux explique sans doute qu’ils ne soient que très superficiellement étudiés dans le dossier qui nous intéresse aujourd’hui. À noter qu’est prévu pour l’automne 2015 un numéro sur « L’Amérique Latine dans le chaudron du diable » (Agone, n°58).

2 En italique et en français dans le texte original.

3 Hardt Michael et Negri Antonio, Empire, Paris, Exil, 2000.

4 Archibugi Daniele « Cosmopolitical Democracy », dans New Left Review, n°4, 2000, p. 137-150.

5 Ferguson Niall, How Britain Made the Modern World, Londres, Penguin, 2004 et Ferguson Niall, Colossus: The Rise and Fall of the American Empire, Londres, Penguin, 2005.

6 Dans Ferguson Niall, The Pity of War, Londres, Penguin, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Scohier, « Philippe Olivera, Clément Petitjean (dir.), « Hégémonie ou déclin de l’empire ? », Agone, n° 55, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 février 2015, consulté le 26 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17065 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.17065

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search