Navigation – Plan du site

Amélie Le Renard, Elisabeth Marteu (dir.), « Genre et nation : approches sociologiques », Sociétés contemporaines, n° 94, 2014

Lucie Laplace
Genre et nation : approches sociologiques
Amélie Le Renard, Elisabeth Marteu (dir.), « Genre et nation : approches sociologiques », Sociétés contemporaines, n° 94, 2014, Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3379-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Léora Auslander et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), « Le genre de la nation », Cli (...)
  • 2 Voir notamment Joan W. Schott, La citoyenneté paradoxale : les féministes françaises et les droits (...)
  • 3 Le concept d’intersectionnalité est né des études sur les stratégies politiques des mouvements fémi (...)

1Ce dossier thématique de Sociétés contemporaines s’intéresse au genre et à la nation au travers de l’étude de trois cas contemporains. Le choix de cette thématique est né du constat que le genre est au centre de la promotion d’identités nationales dites démocratiques, libérales et/ou progressistes. En effet, le citoyen, présenté comme une personne neutre et abstraite, a longtemps été appréhendé au travers de la figure masculine1. La construction de la nation a pu faire l’objet de travaux soulignant l’émergence de revendications féministes2. Les présents articles tiennent compte du développement des travaux intersectionnels3 en sciences sociales, ils insistent notamment sur l’héritage du Black feminism lequel s’est construit sur la prise en considération des rapports de genre, de race, de classe et des autres rapports de pouvoir.

  • 4 Ici, le dossier entend par genre les manières particulières de se comporter en tant qu’homme ou en (...)

2Ce dossier s’intéresse à la manière dont les représentations de genre4 opèrent comme une matrice d’inclusion ou de différenciation nationale. Les trois articles qui le composent portent leur attention sur des organisations (une banque en Arabie Saoudite, une association religieuse en Allemagne et une ONG au Tadjikistan) qui prescrivent des comportements aux individus et qui adaptent leur action en fonction de la conformité de ces comportements à des normes de genre spécifiques. Les auteures mettent en lumière le contexte dans lequel s’inscrivent ces normes de genre : il ne s’agit pas simplement de présenter un contexte national situé historiquement et géographiquement, il s’agit aussi de comprendre ce qui se joue dans les interactions institutionnelles et/ou informelles entre les acteurs, à la fois produits et causes du contexte.

  • 5 Dans son article, Mathilde Darley explique par exemple que les femmes ukrainiennes sont assimilées (...)

3L’article de Mathilde Darley s’intéresse aux aumôniers (protestants et catholiques) qui interviennent dans des centres de rétention en Allemagne. Il analyse l’impact de leurs représentations ethniques et genrées sur leur choix de porter assistance aux femmes et aux hommes qui y sont retenus. Les personnes retenues dans ces centres ne font pas forcément l’objet de poursuites judiciaires ou de condamnations. Il s’agit généralement de migrants se trouvant dans un espace clos et surveillé (contre leur gré), dans l’attente qu’une instance administrative se prononce sur leur statut (demandeur d’asile, migrant illégal, etc.) L’auteure tente de montrer que, malgré la position singulière adoptée par les visiteurs religieux, ces acteurs confortent des normes de genre, des visions nationales imaginées et des normes familialistes. Elle s’appuie sur un travail d’observation participante mené dans le cadre d’un stage effectué dans cette association religieuse d’aumôniers, mais aussi sur des entretiens menés avec les aumôniers et les retenus. Seul acteur non policier ayant accès aux retenus étrangers, l’association peut jouer un rôle central dans l’évolution de la situation de certains retenus (régularisation ou expulsion), au travers de son action juridique. Dans cet article, l’auteure présente plus particulièrement sa recherche en présentant surtout le cas des femmes retenues. Ce travail passe par l’écoute de la trajectoire personnelle et migratoire du retenu par les visiteurs religieux. Mathilde Darley focalise son analyse sur les normes familialistes mises en avant par ces aumôniers – notamment via l’incitation à la mise en couple et la sacralisation du mariage – puisqu’elles apparaissent comme décisives pour que l’association fasse le choix de porter assistance à ces personnes. Or, ces normes familialistes sont relativement traditionnelles, et elles peuvent varier selon la vision que les aumôniers ont des normes de genre en vigueur dans la nation dont provient le retenu. Ainsi, en tant que militants qui adoptent un rôle d’expert, les visiteurs religieux évaluent les demandes d’aide qu’ils reçoivent au regard de leurs normes traditionnelles, liées à des valeurs religieuses. Mais ils adaptent ces normes à la vision qu’ils ont de la société d’origine de la personne qu’ils aident, pour savoir si, au regard de cette société, cette personne serait jugée comme une « bonne personne » ou comme une « personne de mauvaise vie ». Ces normes variables, qui ne font pas l’objet d’un débat formel au sein de l’association, sont adaptées en fonction des circonstances de vie des détenus, mais aussi des demandes hiérarchiques internes mais aussi parfois d’institutions tierces (association de droits de l’Homme). La décision d’aider une personne retenue ne repose pas uniquement sur sa conformité à ces normes centrales : elle tient compte également de l’interaction entre les membres de l’association et le retenu. L’articulation de ces deux éléments aurait pu être davantage mise en avant au travers de l’analyse de plus nombreux exemples, mais peut-être cela a-t-il été peu observé in situ par l’auteure. Mathilde Darley montre que les normes des visiteurs religieux sont des normes en décalage avec les normes traditionnelles les pays de provenance des retenus. Nous pouvons regretter qu’une démonstration ou des éléments d’explication de ce décalage ne soient pas plus développés. L’auteure souligne le rôle singulier des membres de cette association religieuse dans la production et la perpétuation de normes de genre, normes qui sont articulées et finalement supplantées par l’assignation nationale et professionnelle des femmes détenues, dans le cas présenté. En mobilisant ces normes qui ne correspondent pas forcément aux parcours et à l’identité des retenues, l’association contribue à tracer d’une certaine manière des frontières d’appartenance à la nation5.

4Dans le deuxième article, Amélie Le Renard s’intéresse à une banque en joint-venture franco-saoudienne. Elle analyse en quoi les normes de genre sont centrales dans la production des hiérarchies entre nationalités au sein de cette banque, principalement dans le cas des salariés masculins occupant une position de manager. Lors de son travail de terrain, l’auteure a réalisé des entretiens avec des managers occidentaux (français et canadiens), saoudiens et d’autres nationalités (pakistanais, indiens, philippins, jordaniens, tunisiens, palestiniens, égyptiens), Elle a étudié les discours récoltés en s’intéressant aux normes de genre ainsi qu’à l’appartenance nationale, tout en tenant compte dans son analyse de la tenue vestimentaire de ses enquêtés, adoptée en fonction de la charte de la banque. Ces indicateurs identitaires (discours et vêtements) sont à la fois personnels et collectifs ; ils permettent à Amélie Renard d’étudier ces positionnements collectifs au regard de l’impératif de la conformité avec la culture occidentale, laquelle n’est pas définie de manière identique selon les groupes d’appartenance en fonction de la nationalité et du genre. Ainsi, ces données permettent de contextualiser le discours des différents groupes. Les managers occidentaux tiennent un discours d’altérisation focalisé sur la nationalité, avec une perspective occidentalo-centrées des normes de genre. Les salariés saoudiens ont une position progressiste, promouvant un modèle de masculinité cosmopolite. L’auteure met au jour les raisons de l’éviction des femmes des postes les plus hauts de la hiérarchie : le discours progressiste des managers européens et saoudiens pour la promotion des « femmes modernes ouvertes d’esprit » est partie intégrante d’une compétition masculine pour les positions hégémoniques et ne peut être compris qu’à travers elle. Les femmes se trouvent exclues de cette compétition dans la mesure où le modèle de féminité « occidentalisé » ou « libéré » valorisé par les managers hommes est contraignant pour elles. Pour comprendre cette concurrence masculine, l’auteure a orienté son analyse sur le lien entre les normes de genre et le style de management, mais cet aspect est assez peu développé et demanderait à être davantage approfondi au niveau conceptuel. Les résultats présentés dans cet article s’appuient surtout sur des entretiens réalisés auprès des hommes managers dans cette banque. Il est dommage qu’une perspective comparative n’ait pas été adoptée pour que le lecteur arrive à mieux saisir le poids de la variable nationale sur la détermination du style de management de l’enquêté, en faisant ainsi une analyse croisée hommes/femmes. Cela aurait permis d’apprécier la conformité des pratiques des femmes managers aux pratiques des hommes managers selon le service dans lequel ils travaillent et leur nationalité.

5Dans le troisième article, Lucia Direnberger s’intéresse à une association de lutte contre les violences faites aux femmes au Tadjikistan, dont les financements proviennent principalement de bailleurs internationaux. Dans le contexte d’un renouveau des nationalismes dans les pays d’Asie centrale depuis la fin de l’URSS, l’auteure soulève l’enjeu de la circulation internationale et transnationale du discours sur le genre au sein de la sphère associative largement financée par l’Occident. Cette association doit tenir compte de plusieurs discours contradictoires, afin de mener à bien son action de lutte contre les violences faites aux femmes au niveau local. Le discours nationaliste promu par l’État tadjike depuis les années 1990 présente les femmes comme des « mères de la nation », centrales pour la sauvegarde de la famille et la gestion du foyer, mais il tend à les exclure de la sphère politique. Dans le cadre d’un processus de transition politique du pays après la guerre civile (1992-1997), les organisations internationales promeuvent quant à elles le rôle pacificateur des femmes en tant qu’agents démocratiques de premier plan, ce qui ne va pas sans créer de tensions avec le discours nationaliste. Les femmes militant au sein de ces associations se trouvent au croisement d’identités multiples. L’association présentée dans cet article doit adapter son discours aux exigences des bailleurs internationaux mais sur le terrain, pour accroitre son efficacité, elle a choisi de travailler avec des représentants religieux pour gagner en légitimité au sein de la population civile. Ces représentants religieux ont des positions plus ou moins progressistes, dont l’association doit tenir. Ces collaborations stratégiques mettent en exergue les processus multi-niveaux d’imbrication sous tensions entre genre, religion et nation. Nous regrettons que les modalités de prise de contact, de discussion et éventuellement de négociation entre les religieux et l’association ne soit pas davantage analysées. Nous aurions souhaité que l’auteure explicite plus les critères qui permettent à ces interlocutrices d’évaluer le conservatisme des religieux avec lesquels elles coopèrent, ainsi que sa position scientifique par rapport à l’appréciation de ce conservatisme.

  • 6 Etienne Balibar, Immanuel Wallerstein, Race, nation, classe. Les identités ambiguës, Paris, La Déco (...)

6Bien qu’elle n’apparaisse qu’en arrière-plan dans les trois articles, la religion semble être la troisième thématique de ce numéro. En effet, elle semble indispensable pour comprendre les fondements et évolutions des normes de genre en fonction du contexte. Cependant, on pourra regretter que les auteures ne s’intéressent pas plus à la classe sociale pour situer et déconstruire les discours des acteurs qu’elles analysent. Dans les deux premiers articles, les auteures mettent en avant l’existence d’une sorte de « racisme culturel »6 dont font preuves certains des acteurs qu’elles étudient, tandis que dans le troisième article, Lucia Direnberger montre avec quelle précaution l’association met en œuvre ses partenariats avec des religieux pour accroitre sa légitimité et son efficacité, en ne collaborant qu’avec les religieux les plus progressistes, notamment pour ménager leurs bailleurs internationaux dans un contexte de dénonciation de l’extrémisme religieux musulman dans la région.

7Pour conclure, ce numéro montre bien comment les pratiques de travail permettent la circulation d’un discours de conformation à des normes de genre particulières, en tant que critère d’appartenance nationale. Les acteurs étudiés promeuvent des normes spécifiques pour qualifier des comportements de « modernes » ou au contraire de « traditionnels ». Ils sous-tendent l’existence de hiérarchies intriquées de genre, d’ethnicité, de race et de nationalité qui, au travers d’imaginaires construits, opèrent une certaine altérisation des personnes. Ces considérations invitent ainsi les chercheurs à mobiliser des analyses intersectorielles pour aller plus loin dans l’étude de leur terrain, pour affiner et pour créer de nouveaux concepts.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Léora Auslander et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), « Le genre de la nation », Clio, Femmes, Genre, Histoire, n° 12, 2000.

2 Voir notamment Joan W. Schott, La citoyenneté paradoxale : les féministes françaises et les droits de l’homme, Paris, Albin Michel, 1998.

3 Le concept d’intersectionnalité est né des études sur les stratégies politiques des mouvements féministes et anti-racistes. Kimberlé Crenshaw l’a défini en 1989 comme « l’expression par laquelle on désigne l’appréhension crisée ou imbriquée des rapports de pouvoir ». Son analyse a ensuite été enrichie par les acquis du Black Feminism. Voir notamment l’article de Kimberlé W. Crenshaw, « Demarginalizing the Intersection of Race and Sex: A Black Feminist Critique of Anti-Discrimination Doctrine, Feminist Theory and Antiracist Politics », University of Chicago Legal Forum, 1989, p. 139-167 et l’article « Mapping the Margins: Intersectionality, Identity Politics, and Violence against Women of Color », Standford Law Review, 1991, vol. 43, n° 6, p. 1241-1299.

4 Ici, le dossier entend par genre les manières particulières de se comporter en tant qu’homme ou en tant que femme. Voir notamment Elsa Dorlin (dir.), Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF, Coll. « Actuel Marx Confrontation », 2009.

5 Dans son article, Mathilde Darley explique par exemple que les femmes ukrainiennes sont assimilées aux femmes de nationalité russe pour les membres de l’association étudiée. Elle donne d’autres cas similaires s’agissant de retenues provenant d’autres continents. C’est donc sur des stéréotypes que l’association se base pour déterminer de manière interne à quelle nation telle retenue appartient, ce qui détermine de manière importante la stratégie de défense de la personne par l’association (et le choix ou non de prendre en charge le cas).

6 Etienne Balibar, Immanuel Wallerstein, Race, nation, classe. Les identités ambiguës, Paris, La Découverte, 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Laplace, « Amélie Le Renard, Elisabeth Marteu (dir.), « Genre et nation : approches sociologiques », Sociétés contemporaines, n° 94, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 17 février 2015, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17094

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page