Navigation – Plan du site
Enfants de couples mixtes

Enfants de couples mixtes

Liens sociaux et identités
Anne Unterreiner, Enfants de couples mixtes. Liens sociaux et identités, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2015, 306 p., préface de Serge Paugam, ISBN : 978-2-7535-3614-2.
Notice publiée le 17 février 2015

Présentation de l'éditeur

Dans de nombreuses régions du monde, les enjeux de pouvoirs politiques, économiques et financiers se mêlent avec la question identitaire. Au nom de la suprématie d'une identité et de comportements jugés comme normaux par le groupe, des individus sont mis au ban de la société. Parallèlement, la mixité conjugale est au coeur du débat sur le contrôle de l'immigration et l'intégration oies populations issues de l'immigration. Dans ce contexte, la question de l'identité des enfants issus de ces unions se pose.

Les enfants de couples mixtes, définis ici comme les individus avant des parents nés dans deux pays différents, peuvent s'identifier à de multiples nations. L'analyse des discours identitaires d'une centaine d'entre eux révèle les dynamiques souterraines de la définition de l'identité nationale individuelle en France, en Allemagne et au Royaume-Uni.

Quatre dimensions sont apparues comme étant au coeur de l'identification nationale des enfants de couples mixtes. La première renvoie à la transmission parentale et au lien de filiation en général. La deuxième correspond aux liens sociaux tissés par les enfants de couples mixtes dans l'un ou l'autre pays. La troisième est le regard porté par autrui sur soi. Enfin, les différents répertoires d'identification utilisés dans ces trois pays influencent la manière dont les enfants de couples mixtes se définissent. Selon le contexte national et local, l'âge et le parcours de vie, l'identité de l'enfant de couple mixte s'oriente autour de quatre pôles identitaires : une identité d'héritier, d'enraciné, d'étranger, ou non nationale.

Haut de page

Auteur

Anne Unterreiner

est chercheure en postdoctorat à l’Observatoire sociologique du changement (Sciences Po-CNRS). Sociologue des migrations, elle se concentre sur les processus d’identification nationale des migrants et de leurs descendants. Elle prend en compte, au travers d’enquêtes comparatives combinant méthodes quantitatives et qualitatives, le parcours de socialisation multisitué de ces individus et les inégalités sociales qui le déterminent.

Haut de page