Navegación – Mapa del sitio

Irène Salenson, Jérusalem. Bâtir deux villes en une

Lionel Francou
Jérusalem : bâtir deux villes en une
Irène Salenson, Jérusalem : bâtir deux villes en une, La Tour d'Aigues, Editions de l'Aube, col. « Bibliothèque des territoires », 2014, 254 p., ISBN : 978-2-8159-1014-9.
Inicio de página

Texto completo

1Jérusalem, ou al Quds en arabe, est une ville pour le moins singulière au cœur de tensions et de défis certains. Elle a la particularité d’être assez nettement divisée en deux parties, l’ouest israélien et l’est palestinien, toutes deux placées sous l’autorité de la municipalité, israélienne, qui se désintéresse de la partie orientale de la ville. Ainsi, Jérusalem-Est reste en suspens, dans l’attente d’avancées dans la résolution du conflit israélo-palestinien. La construction de la « barrière de séparation » enclave plus encore cette partie de la ville, entre Jérusalem-Ouest, difficilement accessible pour les Palestiniens, et le reste des Territoires palestiniens, seulement atteignables au prix de longs détours. Cet ouvrage d’Irène Salenson présente une synthèse actualisée et grand public de sa thèse de doctorat en géographie-urbanisme soutenue à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 2007 et intitulée Aménager la ville imaginée. Politiques et stratégies urbaines à Jérusalem. La bibliographie et l’analyse ont été amplement remaniées et mises à jour pour l’occasion, mais aussi augmentées de données supplémentaires. L’auteure, aujourd’hui chargée d’études à l’AFD (Agence française de développement), a travaillé sur place et réalisé différents séjours sur le terrain entre 1998 et 2011, apprenant l’hébreu et l’arabe. Elle a ainsi pu récoler des données de première main au fil de son implication dans la situation, « au sein de structures responsables des questions d’aménagement du côté israélien et du côté palestinien » (p. 18). Elle prend néanmoins un recul analytique certain, formulant un propos nuancé et non militant.

2L’ouvrage est publié dans la série « Essec Villes et territoires » de la collection « Bibliothèque des territoires », fruit d’un partenariat entre la chaire d’économie urbaine de l’Essec et les éditions de l’Aube. Son objectif est de faciliter le partage de savoirs experts et techniques et de contribuer au « débat scientifique et politique », ciblant pour ce faire un large public : chercheurs, dirigeants politiques, acteurs de terrain, citoyens, etc. Cet ouvrage réussit à se rendre accessible en s’appuyant notamment sur une structure très claire, repérée par de nombreux intertitres qui facilitent la lecture, et sur quelques cartes conçues par l’auteure qui favorisent la compréhension du texte (bien que leurs légendes, empruntant diverses nuances de gris, ne soient pas des plus lisibles). L’auteure porte son attention sur l’urbanisme à Jérusalem, sur la planification et sur l’aménagement urbain (logement, transports, infrastructures, patrimoine, etc.), ce qui contribue à une compréhension plus fine du conflit, abordé sous un angle différent des analyses (géo)politiques ou religieuses habituelles. Elle s’appuie pour ce faire sur des entretiens et des observations directes, ainsi que sur un certain nombre de lectures, notamment des documents produits par les divers acteurs impliqués dans le contexte étudié.

3Comme le souligne l’auteure, « L’ouvrage analyse les différents modes de dialogue, d’affrontement et parfois de distanciation entre les deux communautés au sujet de l’aménagement urbain “quotidien” » (p. 16). Quatre chapitres présentent autant de configurations observables à Jérusalem : un urbanisme parfois absent, un urbanisme subi, un urbanisme alternatif ou semi-autonome et un urbanisme autonome. Transversalement, cet ouvrage fait ressortir une série d’éléments méconnus : la face « répulsive », pauvre et ségréguée de la ville, qui subit la concurrence de Tel Aviv côté israélien et de Ramallah côté palestinien ; des « moments de rencontre plus fréquents et souvent [plus] “banals” qu’on ne pourrait le penser » (p. 16) ; des désaccords et des divergences de positions politiques au sein des deux sociétés et pas uniquement entre elles ; l’influence des acteurs internationaux (dont les diasporas et les donateurs) sur l’urbanisme hiérosolymitain ; etc.

4Dans le premier chapitre, intitulé « Les politiques urbaines israéliennes : une planification autoritaire ? », l’auteure s’intéresse au « schéma d’urbanisme » de la municipalité israélienne. Jérusalem-Est et sa population semblent ignorées et délaissées, les autorités publiques et les urbanistes se concentrant sur l’aménagement de la partie ouest de la ville, tandis que les règlementations sont constamment contournées ou ignorées à l’Ouest comme à l’Est. Dans ce contexte, la possible adoption future de ce nouvel instrument est vue comme susceptible de renforcer la municipalité. Le deuxième chapitre porte sur « l’urbanisme subi par les Palestiniens » dans la ville. Cet urbanisme s’impose aux habitants sans qu’ils aient leur mot à dire et prend la forme d’expropriations, d’infrastructures réservées à la population israélienne, d’un mur qui fragmente les territoires, d’interdictions de construire dans certaines zones, etc. L’auteure souligne d’ailleurs que « ce sont les documents d’urbanisme eux-mêmes qui ont permis de renforcer les politiques coercitives » (p. 126) qui entravent le développement urbain palestinien. Quant au troisième chapitre, il présente différents arrangements et compromis qui débouchent sur un urbanisme alternatif, réalisé par des « organismes indépendants des autorités publiques », ou semi-autonome lorsqu’une « approbation israélienne » s’avère nécessaire à un moment du processus. Enfin, le quatrième chapitre porte sur « l’urbanisme autonome palestinien », qui se passe de cette approbation. Les Palestiniens cherchent à mener leur propre action publique urbaine sans devoir passer par les autorités israéliennes, qu’ils contournent pour tenter de « combler la place laissée vacance » en s’appuyant pour ce faire sur des associations et des ONG.

5Au final, cette analyse éclaire la situation de cette ville mais aussi sur les difficultés et défis actuels rencontrés plus généralement par l’urbanisme à travers le monde. Ainsi, dans sa préface, Éric Verdeil souligne le fait que « cet urbanisme officiel est pris de court, controversé et contourné par de multiples pratiques » (p. 11). Pour l’auteure, la métropole serait affectée par une « absence de stratégie » des autorités israéliennes plutôt que par une « stratégie intentionnelle » visant à porter atteinte aux Palestiniens, ce qui expliquerait « l’existence d’un relatif “laisser-faire” israélien vis-à-vis de la construction non réglementaire palestinienne » (p. 242). Tandis que les Israéliens évacuent la question, les Palestiniens continuent d’espérer pouvoir faire de Jérusalem leur capitale, ce qui amène l’auteure à affirmer qu’« il s’agit bien de bâtir deux villes en une » (p. 245). Et de conclure sur une note pessimiste : « Le risque d’enlisement dans une situation non satisfaisante pour les deux parties semble malheureusement le scénario le plus probable pour les années à venir » (p. 246).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Lionel Francou, « Irène Salenson, Jérusalem. Bâtir deux villes en une », Lectures [En línea], Reseñas, 2015, Publicado el 19 febrero 2015, consultado el 18 septiembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17128

Inicio de página

Redactor

Lionel Francou

Doctorant en sociologie au CriDIS (Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, institutions, subjectivité), Université catholique de Louvain.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página