Navigation – Plan du site

René Vautier, René Vautier en Algérie (DVD 1)

Matthieu Adam
René Vautier en Algérie (DVD n°1)
René Vautier, René Vautier en Algérie (DVD n°1), Les Mutins de Pangée, 2014.
Haut de page

Texte intégral

1La vie de René Vautier pourrait se résumer à un parcours de résistance cinématographique. Le réalisateur s’est toujours efforcé de mettre « l’image et le son à disposition de ceux à qui les pouvoirs établis les refusent ». Après avoir lui-même connu la seconde guerre mondiale et le maquis, il a choisi, « sans vocation particulière » de combattre « caméra au poing ». René Vautier qui participa dans les années 1968-1970 à l’aventure du Groupe Medvedkine, seul collectif de cinéastes-ouvriers, définissait son cinéma comme un « cinéma d’intervention sociale ». Son œuvre rassemble documentaires et fictions dont les finalités ont toujours été les mêmes : témoigner des luttes et tenter d’établir un dialogue d’images afin d’agir sur les conflits.

  • 1 René Vautier, Afrique 50, Les Mutins de Pangée, 2013 ; compte rendu de Cécilia Gutel pour Lectures  (...)

2René Vautier est l’auteur d’Afrique 501, premier film anticolonial français qui témoigne de la situation des populations vivant entre la Côte d’Ivoire et le Mali. Le film était au départ une commande de la Ligue française de l’enseignement : on lui demandait de filmer pour les écoliers « la vie des villageois d’Afrique occidentale française ». Mais la confrontation avec la colonisation est violente et le jeune réalisateur se refuse de faire la publicité de l’État français et de sa « mission éducative » ; Afrique 50 est resté censuré jusqu’en 1996. Le grand public prend conscience de l’existence de René Vautier en 1972, lorsque Avoir vingt ans dans les Aurès, présenté à la Semaine de la critique à Cannes et y reçoit le prix de la critique internationale. Le film racontait la désertion d’un soldat français en Algérie qui refusait l’exécution sommaire d’un prisonnier algérien.

3Le coffret René Vautier en Algérie édité par la coopérative audiovisuelle des Mutins de Pangée regroupe quatorze films inédits, dont la version restaurée d’Avoir 20 ans dans les Aurès. Le premier des quatre DVD rassemble trois documentaires (Algérie en flammes, J’ai huit ans et Peuple en marche) et trois fictions (Les anneaux d’or, Les ajoncs et Les trois cousins) ainsi que l’un des derniers entretiens filmés avec René Vautier (juillet 2012). Les films de René Vautier travaillent les positionnements complexes et les conflits des points de vue : ils recherchent les moyens de dire la lutte populaire en réhabilitant la trame narrative et en s’attachant aux détails de la vie quotidienne, aux descriptions réalistes. On retrouve ces dimensions dans les dessins des enfants qui composent le documentaire J’ai huit ans, pour dire l’horreur de la guerre et de l’exil ou encore dans Les anneaux d’or qui retrace la vie d’un petit village de pêcheurs. Parfois les films se font plus légers, plus poétiques, comme Les ajoncs ou Les trois cousins, qui racontent tous deux l’immigration et les conditions de vie des travailleurs algériens venus rebâtir la France.

4Dès 1953 René Vautier commence à s’intéresser à la situation de l’Algérie. Il travaille à l’époque sur un film pour lequel il s’inspire des récits des généraux ayant participé à la conquête de 1830. Lorsqu’il termine Une nation, l’Algérie, l’insurrection nationaliste vient d’éclater. Poursuivi et accusé d’« atteinte à la sûreté intérieure de l’État », René Vautier bascule bientôt dans la clandestinité puis dans une forme de lutte plus radicale aux côtés des indépendantistes algériens.

5En 1956, René Vautier se trouve donc à la frontière entre la Tunisie et l’Algérie parmi les maquisards algériens. Il est saisi par le parallèle existant avec la situation vécue en France par les résistants à l’armée allemande quelques années plus tôt. Il tourne alors une série de courts-métrages dont Algérie en flamme à la manière d’un reportage sur le mouvement de résistance du Front de libération national. Il y donne la parole aux combattants tout en formant un petit groupe d’entre eux au maniement de la caméra. Ces images serviront de support à des reportages à destination de la télévision, notamment diffusés dans le bloc de l’Est. Son idée est de montrer par l’image que des discussions en vue de l’obtention de l’indépendance de l’Algérie étaient nécessaires. Malgré les conditions de tournage, les blessures et les emprisonnements, René Vautier ne regrettera « rien : ni l’hôpital, ni les cellules » et rentrera en France bien décidé à montrer la lutte de ces populations colonisées.

6En 1962, entre le cessez le feu et la déclaration d’indépendance, René Vautier retourne en Algérie et fonde le premier Centre audiovisuel algérien dans le but de promouvoir en image un dialogue franco-algérien. Voilà un autre aspect de l’œuvre de ce cinéaste qui se place donc à double titre aux avant-gardes d’un cinéma émancipateur, en co-réalisant avec de jeunes cinéastes algériens des films-documentaires tels que Peuple en marche, premier film de l’Algérie indépendante.

  • 2 Nicole Brenez citée par Cécilia Gutel dans son compte rendu « René Vautier, Afrique 50 », URL : htt (...)

7Dans les années 1970, de retour en France et dans la perspective de « filmer librement » il fondera l’Unité de production cinématographique Bretagne (UPCB) à travers laquelle il continuera de réaliser de nouveaux documentaires sur l’Algérie. René Vautier vient de mourir en janvier 2015, âgé de 86 ans, en laissant derrière lui une importante production cinématographique sur l’histoire des luttes populaires. En effet, l’œuvre de René Vautier, pourtant « majeure dans l’histoire du cinéma » demeure « largement sous-estimée dans ce qu’elle couvre, dans ce qu’elle invente et en ce qu’elle fait exemple » souligne Nicole Brenez, historienne du cinéma2.

Haut de page

Notes

1 René Vautier, Afrique 50, Les Mutins de Pangée, 2013 ; compte rendu de Cécilia Gutel pour Lectures : http://lectures.revues.org/12694.

2 Nicole Brenez citée par Cécilia Gutel dans son compte rendu « René Vautier, Afrique 50 », URL : http://lectures.revues.org/12694.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Adam, « René Vautier, René Vautier en Algérie (DVD 1) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17150

Haut de page

Rédacteur

Matthieu Adam

Doctorant en aménagement de l’espace et urbanisme à l’Université François-Rabelais de Tours, membre de l’UMR CNRS CITERES (équipe IPAPE). Ses travaux portent sur les représentations de l’espace et la manière dont celles-ci éclairent la nature des rapports sociaux qui le traversent dans sa production, sa réception et sa contestation.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page