Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2015Daniel Drache, Publics rebelles. ...

Daniel Drache, Publics rebelles. Le pouvoir sans précédent du citoyen du monde

Madeleine Sallustio
Publics rebelles
Daniel Drache, Publics rebelles. Le pouvoir sans précédent du citoyen du monde, Montréal, Editions Liber, 2014, 271 p., traduit de l'anglais par Anne-Hélène Kerbiriou, ISBN : 9782895784517.
Haut de page

Texte intégral

1Le propos de cet ouvrage est de rendre compte d’un nouveau cycle de dissidence vis-à-vis de la gouvernance néo-libérale mondiale et, plus spécifiquement, de la mise en réseau, de l’inventivité et de l’organisation d’un micromilitantisme transnational. Partant du présupposé de l’émergence d’une citoyenneté moderne connectée, enracinée dans une culture plurielle aux identités complexes, Daniel Drache entend repenser les dynamiques de la gouvernance globale et la manière dont les technologies numériques décentralisent le pouvoir et l’autorité de l’élite vers le plus grand nombre.

  • 1 Castells Manuel, L’ère de l’information. Tome 1, La société en réseaux, Paris, Fayard, 1998.

2Mobilisant un corpus littéraire extrêmement riche, l’auteur s’inscrit dans la continuité des réflexions sociologiques, soutenues entre autre par Manuel Castells1, selon lesquelles nous assistons à un nouvel âge de la contestation en termes de technologies médiatiques, de thématiques débattues, de types d’acteurs impliqués et d’influences idéologiques mobilisées.

3L’originalité de cette publication tient au fait que l’auteur y conceptualise la notion de « public » : un espace interactif dans lequel chaque individu joue un rôle et dont les actions sont inspirées par un processus de raisonnement collectif et orienté vers des questions ayant trait au bien-être commun. Selon l’auteur, cet espace a été profondément transformé par la révolution technologique et les nouveaux modes de communication (réseaux sociaux, blogs, forums, etc.) : il s’est globalisé, décentralisé, démocratisé et densifié.

4Ce faisant, l’indépendance d’esprit des individus ne cesse d’augmenter et des mouvements mondiaux contestataires, hétérogènes mais interconnectés, se sont développés : les « publics rebelles ». Toujours plus informés, ces derniers ont développé un scepticisme quant aux bienfaits du néo-libéralisme qui s’est généralisé et concrétisé en de multiples actions contestataires à différentes échelles. Aussi, selon l’auteur, non seulement chaque individu peut participer au débat public sur l’avenir de l’humanité et à la redéfinition de la citoyenneté mais en plus, son champ d’action n’a jamais été aussi palpable.

5S’appuyant tout au long de l’ouvrage sur de très nombreux exemples de l’actualité des mouvements de dissidence mondiale, de la bataille de Seattle de 1990 au mouvement Occupy Wall Street de 2010 en passant par le printemps arabe de 2011, Daniel Drache n’hésite pas à sonner le glas de l’idéologie dans l’orientation des publics contestataires, comme les oppositions traditionnelles gauche-droite ou le libéralisme économique. Car, selon l’auteur, la « boussole de la dissidence » (p. 173) est passée d'un militantisme intellectuel révolutionnaire à un engagement pluriel échappant aux divisions idéologiques traditionnelles. La lutte des classes fonctionnant selon l’idée d’une action collective descendante serait donc désormais remplacée par des actions orientées autour de questions telles que la lutte pour l’égalité sociale entre le Nord et le Sud, l’opposition à l’ingérence militaire, le combat contre le racisme, les actions de sensibilisation aux droits humains, etc. Le multilatéralisme « d’en bas », méfiant vis-à-vis des institutions de la gouvernance mais également des partis traditionnels, aurait désormais créé son propre univers de structures, de coalitions, d’organisations et alimenterait une culture globale imprévisible de dissidence démocratique anti-corporative.

6Notons que s’il est également question dans cet ouvrage de l’amplification des mouvements « anti-sociaux », xénophobes ou extrémistes, parallèlement à la montée de la dissidence progressiste, cette question n’est malheureusement traitée que superficiellement. La tentative de cartographie des usagers d’internet (p. 150) laisse une impression d’inachèvement et la description des « publics » conformistes et conservateurs (p. 180-192) est rudimentaire et parfois empreinte de jugements de valeurs. Une approche davantage subjectiviste aurait été souhaitable.

7Une autre singularité de cet ouvrage est l’étude qui est faite de l’évolution de l’Organisation mondiale du commerce. L’auteur la présente comme un tremplin pour défendre l’idée selon laquelle nous assistons à la perte de légitimité d’un modèle libéral autrefois dominateur, et à son incapacité à endiguer la contestation actuelle du « public », tant cette dernière est originale et sans limite. Mondialement critiquée, cette institution serait ainsi mise en porte-à-faux par un nouvel équilibre des pouvoirs émergents.

  • 2 Ou « laboratoires d’idées ». Groupements associatifs indépendants visant la réflexion et le dévelop (...)

8Daniel Drache consacre d’ailleurs un grand nombre de pages de son ouvrage à rendre compte des modalités d’expression de ce contre-pouvoir. Il démontre notamment son influence sur l’opinion publique, sa capacité à susciter la colère, mais également sa force concrète de mobilisation à travers, par exemple, la mise en place de think tanks2, l’organisation de forums sociaux, un travail de relais auprès d’associations, des récoltes de fonds, l’interpellation des politiques quant à leurs agissements ou encore son pouvoir de pénalisation électorale. L’auteur mobilise également l’exemple du téléchargement en ligne et de l’appropriation électronique des productions artistiques pour illustrer l’échec des politiques libérales de droit au monopole de la propriété intellectuelle.

  • 3 Neveu Erik, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2015 [1996] ; compte rendu de (...)

9Ainsi, Daniel Drache ne cache pas son enthousiasme à prédire l’entrée du « public » dans une nouvelle ère de contestation où la balance des rapports de force serait en sa faveur. Cette approche passionnée, similaire au « phénomène d’emballement » qu’avait critiqué Erik Neveu en parlant des études sur les « nouveaux mouvements sociaux »3 pousse en effet l’auteur à justifier des théories auto-propulsées à travers une actualité choisie plutôt qu’à soumettre ses hypothèses à l’épreuve du terrain. En effet, les évènements sur lesquels se base l’auteur semblent sélectionnés davantage de manière à convaincre le lecteur de l’hypothétique « pouvoir sans précédent du citoyen du monde » que dans l’idée d’étudier historiquement et empiriquement l’évolution d’un échantillon d’initiatives contestataires transnationales et, par conséquent, d’inclure dans l’analyse les potentielles difficultés que rencontrent ces dernières à se pérenniser, l’éventuelle impuissance des citoyens face aux décisions des structures de gouvernance transnationales ou encore l’éventualité d’une récession démocratique en période de crise.

10S’appuyant sur des évènements majoritairement occidentaux, l’auteur surestime donc selon nous l’étendue dudit « public ». En effet, le politologue défend l’idée que nous nous acheminons tous vers un destin commun, soit une intégration progressive de l’ensemble des habitants de la planète dans une société globale organisée en réseau. Frederick Cooper avait déjà mis en évidence le biais évolutionniste des théories de la globalisation ainsi que le manque d’historicité de ces analyses. La description fragile que fait l’auteur de l’évolution du « public » à travers le temps ou le manque de suivi historique des initiatives contestataires qui sont mobilisées en sont deux exemples (p. 200- 209).

11Enfin, bien que les mobilisations citoyennes transnationales soient des phénomènes rendus possibles par les technologies contemporaines de communication, les arguments mobilisés par l’auteur pour annoncer la fin d’un système politique et économique ne sont guère convaincants. Quant à la plus-value d’intelligibilité que la notion de « public » apporte à l’étude des mouvements sociaux sous l’angle de la globalisation, elle reste sommaire et on regrette que l’auteur n’ait pas proposé une contextualisation et une définition plus structurée.

12Ceci étant dit, cet ouvrage reste un recueil considérable de théories mises en lien avec de nombreux exemples d’actualité de la dissidence militante contemporaine, qui sont expliqués et détaillés. Il donnera de l’espoir à certains, en informera d’autres et permettra de relancer les débats épistémologiques et méthodologiques sur, par exemple, la pertinence et la faisabilité des analyses à une échelle globale en sciences sociales, l’intérêt des typologies pour saisir l’hétérogénéité d’un objet d’étude ou encore les démarches empiriques à adopter pour appréhender les modalités d’usage de ce que certains ont appelé le « cyberactivisme ».

Haut de page

Notes

1 Castells Manuel, L’ère de l’information. Tome 1, La société en réseaux, Paris, Fayard, 1998.

2 Ou « laboratoires d’idées ». Groupements associatifs indépendants visant la réflexion et le développement d’une expertise sur les problèmes de société. Ils proposent notamment des solutions politiques et éclairent le débat public.

3 Neveu Erik, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 2015 [1996] ; compte rendu de Jonathan Louli pour Lectures : http://lectures.revues.org/16801.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madeleine Sallustio, « Daniel Drache, Publics rebelles. Le pouvoir sans précédent du citoyen du monde », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17159 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.17159

Haut de page

Rédacteur

Madeleine Sallustio

Doctorante au Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains (LAMC) à l’Université libre de Bruxelles (ULB). Elle étudie le phénomène du néo-ruralisme en France.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search