Navigation – Plan du site

Zygmunt Bauman, Carlo Bordoni, State of Crisis

Simon Tabet
State of Crisis
Zygmunt Bauman, Carlo Bordoni, State of Crisis, Polity, 2014, 180 p., ISBN : 9780745680941.
Haut de page

Texte intégral

1Faut-il encore présenter Zygmunt Bauman, sociologue polono-anglais internationalement reconnu et débattu, dont la bibliographie (anglophone uniquement) affleure aujourd’hui les cinquante titres ? Dans le contexte intellectuel français, cela semble en effet nécessaire, tant sa réception fait défaut comparativement aux autres pays européens. À cet égard, l’ouvrage présenté ici tombe à point nommé : il expose pour les non-initiés, sous la forme d’un dialogue avec l’universitaire italien Carlo Bordoni, l’armature générale de la réflexion du sociologue sur notre époque, en référence constante au sentiment diffus et contemporain d’« état de crise ». Ce concept central est d’ailleurs explicité, analysé et discuté par Z. Bauman tout au long des trois parties qui constituent l’ouvrage : la « crise de l’État », la « crise de la modernité » et la « crise de la démocratie ».

  • 1 Zygmunt Bauman, Carlo Bordoni, State of Crisis, Cambridge: Polity, 2014, p. 11.
  • 2 Ibid., p. 12.
  • 3 Ibid., p. 18.

2Le livre s’ouvre donc sur une tentative de définition de la « crise » contemporaine, que Z. Bauman différencie radicalement des précédentes (dont notamment la crise économique de 1929). En tant que préalable à sa réflexion, l’auteur situe la spécificité fondamentale de notre crise actuelle dans son intensité, sa « durabilité » ainsi que son enracinement dans la vie quotidienne des individus. Bien loin de son sens originel et étymologique, la « crise » ne désigne ainsi plus un état passager en quête de remède, mais bien un état d’incertitude permanente. Ce constat initial, qui concerne principalement le volet économique de notre crise, s’explique au fil des pages par une idée forte de la pensée de Z. Bauman : il y a aujourd’hui un divorce entre « pouvoir » et « politique », et c’est de cette désimbrication (pour utiliser le vocabulaire de Karl Polanyi) que naît l’impossibilité de résoudre cet état de crise. Tant que la « capacité de faire les choses » (pouvoir) et la « capacité de décider de ce qui doit être fait »1 (politique) ne seront pas ré-unis, « l’absence d’agent »2 capable de répondre efficacement à la crise se fera irrémédiablement sentir. Selon l’auteur, les gouvernements étatiques – ces entités politiques dénuées de tout pouvoir – ne sont plus que des arbitres maladroits d’une gouvernance au jour le jour et dont les mots d’ordre sont « indécision, prévarication et procrastination »3.

  • 4 Ibid., p. 19.

3À l’autre extrémité du spectre, le pouvoir réel se trouve de fait concentré dans les mains de « forces économiques globalisées, flottantes et extraterritoriales »4, nous dit Z. Bauman. Il y a donc ici un paradoxe : quelle que soit la nature du personnel politique (locale, régionale, nationale ou autre), celui-ci est pris dans des logiques fondamentalement territoriales, alors même que le pouvoir s’en est affranchi. À moins de mettre véritablement en œuvre une gouvernance mondiale (ce que Z. Bauman appelle de ses vœux), les arènes politiques existantes seront perpétuellement assujetties à deux forces contradictoires : d’un côté des électorats locaux à satisfaire (à l’aide de promesses de décisions effectives), de l’autre une marge de manœuvre se réduisant à mesure que les pouvoirs globaux s’étendent. Avec la mondialisation néolibérale que nous connaissons aujourd’hui, c’est en fait, tout le modèle westphalien des frontières étatiques, ainsi que celui de la souveraineté et de la représentation nationales, qui deviennent illusoires selon l’auteur. On pourrait ajouter ceci : que la dérégulation économique entame les fonctions redistributives de l’État, c’est désormais chose connue ; l’intérêt et la force de l’ouvrage résident plutôt dans la volonté de montrer que ce sont les fonctions régaliennes de l’État que le néolibéralisme réduit à néant.

  • 5 Ibid., p. 60-61.
  • 6 Ibid., p. 95.

4Cette conclusion partielle, qui clôt le premier chapitre, amène les auteurs à poursuivre leur dialogue sur les fondements d’un tel raisonnement, à savoir le diagnostic d’une crise profonde de la modernité qu’il est nécessaire de résumer ici schématiquement. Selon Z. Bauman5, le projet moderne s’est constitué sur l’héritage de la philosophie des Lumières, donnant ainsi lieu aux promesses d’émancipation collective, d’autonomie individuelle et de lutte contre le fatalisme et l’obscurantisme. Au cours d’une phase historique désormais achevée (la modernité solide), les sociétés humaines ont choisi une stratégie de collectivisation des moyens de réalisation de ces promesses, cristallisée dans la figure tutélaire de l’État et dont l’État-providence, au cours du XXsiècle, représente l’expression archétypale. L’épisode totalitaire européen, dévoilant la violence inhérente et l’inhumanité potentielle de tout appareil d’État bureaucratique, a fait voler en éclat, entre autres facteurs, cette stratégie collective de lutte contre les accidents, contingences et incertitudes sociales. C’est alors sur les cendres de cette illusion passée qu’est née la stratégie contemporaine de réalisation des promesses de la modernité, qui consiste en une gestion purement individuelle de celles-ci. C’est d’ailleurs le point crucial qui différencie Z. Bauman du courant postmoderne : l’auteur ne constate pas aujourd’hui une disparition des promesses de la modernité (du fait d’une prétendue dissolution du monde social et du sujet) mais plutôt la privatisation de ces dernières, les rendant dépendantes des moyens matériels permettant leur réalisation et augmentant ainsi les inégalités entre les individus. En d’autres termes, « nous avons le sentiment d’être condamnés à la solitude face à des dangers communs »6.

  • 7 Ibid., p. 149.
  • 8 Ibid., p. 152.

5La troisième partie tire les conclusions de ces vastes analyses pour étudier en détail quelques composantes spécifiques du fonctionnement démocratique. Z. Bauman y propose, pêle-mêle, une interprétation (assez virulente) du mouvement Occupy et des Indignés, une étude de certains aspects culturels et sociopolitiques des flux migratoires mondiaux, ou encore une analyse de la signification, en terme de participation politique, de l’avènement d’une société précarisée en proie à une incertitude structurelle. L’auteur conclut d’ailleurs le livre sur une réflexion stimulante sur ce qui représente selon lui « l’obstacle sociologique » contemporain le plus massif à toute émancipation individuelle et collective, en l’occurrence le « syndrome consumériste »7. Selon l’auteur, la logique de la consommation, qui colonise le monde social, se fait ressentir précisément jusque dans les termes qui désignent le rassemblement des individus partageant une cause commune : le terme de communauté a été supplanté par celui de réseau, évinçant ainsi la mutualité de l’engagement moral au profit d’un lien plus éphémère, fondé sur la simple « concomitance accidentelle de satisfactions »8. L’analyse de ce changement sémantique, qui fait prévaloir la logique de l’unilatéralité sur celle de la réciprocité, nous permet de cerner les réserves exprimées par Z. Bauman sur la potentialité subversive des réseaux sociaux, et plus largement de toute culture « connectée ».

  • 9 Tels que développés respectivement par Charles Tilly dans Democracy (Cambridge: Cambridge Universit (...)

6La lecture de cet ouvrage provoque donc la réflexion quant à notre « état de crise », facilitée par une langue accessible et de nombreuses références à l’actualité internationale récente (rapports officiels de diverses ONG, déclarations publiques et événements socioculturels). Ce style d’écriture permet de restituer la réflexion sociologique de Z. Bauman de manière fluide, parfois sous la forme d’un « storytelling » englobant et toujours éloigné d’un certain jargon scientifique. Cette « stratégie narrative » ne doit rien au hasard ; c’est au contraire une volonté délibérée de l’auteur, qui, depuis la fin des années 2000, multiplie les ouvrages de format court à destination d’un large public. Les spécialistes de sociologie seront donc déçus, et à juste titre. Car, derrière la clarté du propos, c’est souvent une certaine faiblesse théorique qui se fait ressentir, du fait d’une élaboration conceptuelle restreinte (au profit d’un agencement argumenté de notions préétablies) et d’une répétition/déclinaison des thèses centrales (dont le divorce politique/pouvoir ou « l’absence d’agent ») tout au long de l’ouvrage. En outre, la forme de l’ouvrage prête parfois à confusion : au lieu d’un dialogue authentique, où la contribution de Carlo Bordoni serait ainsi de stimuler la pensée de Z. Bauman, on assiste en fait à une superposition de deux monologues intercalés selon un déroulé thématique commun. Cette forme de dialogue étanche ne produit pas à proprement parler une discussion, mais plutôt une recension des (fines) divergences de pensée des deux auteurs. L’apport majeur de C. Bordoni se situe en grande partie dans l’analyse critique et comparée qu’il fait, en fin d’ouvrage, des concepts de dé-démocratisation et de post-démocratie, 9de manière détaillée et intéressante.

7Ces critiques ne doivent cependant pas masquer l’intérêt de l’ouvrage qui réside, encore une fois, dans la mise à disposition pour les non-spécialistes de l’appareil théorique ambitieux que Z.Bauman a construit au cours de la période 1987-2007. De ce point de vue, pour ceux qui voudraient s’initier à la pensée de l’auteur, nous ne pouvons que recommander la lecture de deux autres ouvrages parus en 2013, qui font d’ailleurs l’objet d’une recension sur le site de Lectures : « What use is sociology ? » et « Does the richness of the few benefit us all ? ». Le premier revient en détail sur cette conception de la sociologie, profondément « démocratique » et moralement engagée, que défend Z. Bauman ; tandis que le second cherche à déconstruire, de manière polémique, certains préjugés économiques sur le caractère naturel des inégalités économiques. Ces trois essais peuvent ainsi constituer une introduction contemporaine à la pensée hétérodoxe de Z. Bauman, en insistant particulièrement sur ses positions marginales (qui mériteraient une discussion approfondie) quant au rôle de la sociologie dans les sociétés démocratiques.

Haut de page

Notes

1 Zygmunt Bauman, Carlo Bordoni, State of Crisis, Cambridge: Polity, 2014, p. 11.

2 Ibid., p. 12.

3 Ibid., p. 18.

4 Ibid., p. 19.

5 Ibid., p. 60-61.

6 Ibid., p. 95.

7 Ibid., p. 149.

8 Ibid., p. 152.

9 Tels que développés respectivement par Charles Tilly dans Democracy (Cambridge: Cambridge University Press, 2007) et Colin Crouch dans Post-democracy (Cambridge: Polity, 2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Tabet, « Zygmunt Bauman, Carlo Bordoni, State of Crisis », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17161

Haut de page

Rédacteur

Simon Tabet

Doctorant en histoire des idées politiques, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Centre de Recherches Anglophones (CREA)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page